Rechercher

Manae Feleu « Quand je dis que je joue au rugby, on me répond que c’est un sport de brutes. »

Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »
Elle mène de front études de médecine et sport de haut niveau. Manae Feleu, 22 ans, a fait ses premières passes au ballon ovale à Futuna avant de tenter l’aventure sur le continent. La deuxième ligne des Amazones de Grenoble, cinq sélections en équipe de France A, n’a qu’un souhait : continuer à tout mener de front et être championne du monde de rugby en 2025. Rencontre.

Par Sophie Danger

Publié le 06 mars 2023 à 13h08, mis à jour le 15 avril 2024 à 9h26

Tu es issue dune famille de sportifs, tes parents sont athlètes : ta mère pratiquait lheptathlon, ton père le décathlon, mais aussi le volley avant de devenir coach de rugby. Cest lui qui va te mettre le pied à l’étrier dans la discipline. Tu as 11 ans, ton frère et ta sœur ont déjà emprunté cette voie et tu leur emboites le pas

Avec mon frère et ma sœur, depuis petits nous avons toujours fait beaucoup de sports. Nos parents étaient très portés sur lathlétisme dans leur jeunesse, mais ils ne nous ont jamais fait pratiquer quune seule discipline.

Moi, je faisais du volley, de lathlétisme, il y a également eu le karaté pendant longtemps. Que ce soit à l’école ou avec eux, il ny avait pas de sport-phare. Limportant, c’était den faire et de se dépenser.

Manae Feleu en famille.

Pourquoi es-tu venue au rugby plus tard, après ton grand frère et ta petite soeur ? Quelque chose te gênait à lidée de pratiquer ?

Le rugby a toujours fait partie de la famille. Mon frère en faisait beaucoup mais, pour moi, c’était un sport de garçons et ça ne m’était jamais venu à lidée de my mettre.

Ceci étant, jallais beaucoup aux entraînements avec mon père : à Futuna, rugby et athlétisme se pratiquaient souvent en même temps alors je faisais mon athlé et jallais le retrouver pour le goûter du rugby. Jaimais bien ces goûters parce quil y avait des tartines au Nutella !

Par la suite, ma sœur sy est mise par hasard. Un mercredi après-midi, elle na pas voulu aller au karaté, elle est restée avec mon père et il la faite jouer avec les garçons. Elle a beaucoup aimé et elle a continué.

Après ça, ça parlait beaucoup rugby à table et ça a commencé à mintriguer. Je me suis dit que si ma sœur en faisait, je pouvais en faire à mon tour.

Manae et sa soeur Teani Feleu…©FFR

Quest-ce qui ta accrochée finalement ?

Je me souviens, quau début, j’étais perdue. La seule chose que jarrivais à faire, c’était de plaquer les garçons mais jaimais bien le collectif et rester avec les copains après l’entraînement.

Je trouvais aussi que c’était assez physique dans les contacts et javais limpression de beaucoup me dépenser.

Avec Teani, ta sœur, vous étiez dans des équipes mixtes. Est-ce quil y avait beaucoup de joueuses avec vous ?

À l’époque, Teani était dans son équipe de garçons et moi, dans la mienne. Nous étions les seules filles de notre catégorie d’âge.

Au début, pratiquer avec les garçons a été compliqué. J’étais la première, ils n’étaient pas habitués à voir une fille dans leur équipe, ce qui fait quils ne me passaient pas trop le ballon mais, petit à petit, je leur ai montré que, moi aussi, je savais jouer et je pense que jai peu à peu gagné leur confiance. Eux comme moi avons dû nous adapter, mais c’était cool. 

©France Rugby

Tu débutes au Oneliki Rugby Club, un club de Futuna en Polynésie, région dont est originaire ton père et où vous vous êtes installés après ta naissance à Mâcon. La culture rugby est très présente dans le Pacifique. Lest-elle aussi en Polynésie française de manière générale et à Futuna en particulier ?

Avant que mon papa commence à entraîner, il ny avait pas de club de rugby chez nous. À Wallis et Futuna, le sport que tout le monde pratique cest davantage le volley.

Mon père a découvert le rugby très tard, après être revenu à Futuna pour travailler. Cest un prêtre originaire du Samoa qui la initié. Là-bas, les gens jouent beaucoup au rugby et il ne comprenait pas que ce ne soit pas la même chose à Futuna parce que, en ce qui concerne les gabarits, cest similaire.

Il a proposé à mon père et à d’autres sportifs de le pratiquer et cest comme ça que le rugby a commencé à se développer à Futuna.

Ta sœur et toi êtes des pionnières en quelque sorte ?

Pionnière, je nirais pas jusque là. Nous navons pas fait ça pour le rugby féminin, nous avions simplement envie dessayer et ça a fait effet boule de neige car, par la suite, dautres filles sy sont mises.

Cest ma sœur qui a été la première à se lancer, moi je suis arrivée après.

Tu vas vivre une expérience incroyable à ladolescence. Tu vas passer tes années de lycée en Nouvelle-Zélande et tu vas poursuivre ton apprentissage du rugby au Havelock North Rugby, pas très loin de Napier, dans l’île nord. Cest pour le rugby que tu es partie làbas ?

Non, pas du tout. À l’époque, je pratiquais encore dautres sports que le rugby même si ça commençait à devenir mon sport-phare. Je savais en revanche que c’était cool parce quil y avait du rugby en Nouvelle-Zélande, c’était même le pays du rugby !

Quoi quil en soit, jy suis allée avant tout parce que je voulais devenir professeure danglais, que mon grand frère était parti là-bas un an avant moi et quil me racontait comment ça se passait pour lui à l’école, leur façon de faire et ça mattirait beaucoup. Je ny suis pas allée spécialement pour le rugby mais c’était un bonus.  

Cest à cette occasion que tu découvres le XV. Quel impact ça a eu sur ta vision du rugby ?

Dans les îles, on fait plus du 7 en général. Avec le XV, jai découvert un rugby beaucoup plus stratégique. Aller en Nouvelle-Zélande ma également permis de découvrir une autre culture du rugby. Cest vraiment une religion là-bas.

Il y a aussi le fait quen allant là-bas, j’évoluais dans une équipe de filles et ça aussi c’était cool. Ça ma permis de découvrir le rugby autrement : quand tu es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te rétorque généralement que cest un sport de brutes alors que, là-bas, on te dit juste que cest chouette !

Pourquoi ce regard différent ? Est-ce que les Néo-Zélandais ont un autre rapport au sport et aux femmes ?

En Nouvelle-Zélande, le sport fait partie de la culture. Quand on finit l’école à 15h, on est sur les terrains de sport jusqu’à 18-19h, que ce soit en athlé, en volley, au netball, au basket ou au rugby selon les sports choisis.

Tout le monde pratique un sport après l’école et le samedi cest jour de match alors tout le monde est sur les terrains. La culture est vraiment différente autour du sport mais je pense malgré tout que le sport féminin, et notamment le rugby féminin, rencontre un peu les mêmes problèmes que partout ailleurs.

Même si le rugby est dans la culture, le rugby féminin a un peu plus de mal que le rugby masculin à se faire une place.

©FFR

Tu as souffert de cette réputation de sport de brutes ?

Je nen ai jamais trop souffert, je trouvais plutôt ça drôle quand les gens me disaient ça. Je ne suis jamais dit que, comme je jouais au rugby, j’étais un garçon.

Ça montrait simplement que j’étais une fille et que je pouvais faire ce que je voulais, ça ne changeait rien pour moi.

En 2017, tu quittes la Nouvelle-Zélande, cap sur la France. Tu tinstalles à Dijon pour entamer des études de médecine et tu vas couper quelques temps avec le rugby. Pourquoi ?

Jai coupé pendant un an parce que je m’étais fait les croisés lors de ma dernière année de lycée en Nouvelle-Zélande. Je me suis dit que c’était un signe, quil fallait que jarrête et que je me concentre sur mes études.

La première année, je nai pas eu le concours. Jai redoublé ma PACES (Première Année Commune aux Études de Santé, Ndlr) et jai eu envie de reprendre le rugby parce que je savais que ça me ferait du bien.

À partir de ce moment-là, je me suis entraînée deux fois par semaine avec les Gazelles à Dijon. Javais expliqué ma situation aux dirigeants en leur disant que je jouerais certainement les matches à domicile mais que, pour les autres, je viendrais peut-être si ce n’était pas trop loin.

Cette même année, jai été détectée pour faire les sélections chez les moins de 20 ans et jai été prise. Jai hésité à y aller car cela signifiait rater tous mes cours pendant deux semaines et moins réviser avant le concours, mais je me suis dit quon ne savait jamais, que c’était peut-être la dernière fois que je serais sélectionnée pour ce genre daventure alors tant pis, jallais assumer.

Finalement, jai participé à aux sélections et jai eu ma PACES, tout allait bien dans le meilleur des mondes !

©FFR/Grenoble Métropole

Le rugby devient plus sérieux pour toi, les études aussi. Tu ne tes pas demandé comment tu allais pouvoir concilier les deux ?

À cette époque-là, je ne m’étais jamais vraiment fait la réflexion. Javais repris le rugby parce que ça me manquait et que javais envie de retrouver les terrains. Je ne pensais pas plus loin.

Je ne savais même pas quil y avait des sélections pour les moins de 20 ans. Jallais au rugby sans pression, juste pour me faire plaisir et je pense que ça ma beaucoup aidée.

Pour moi, cette année-là, le rugby ce n’était que du plus. 

Tu as réalisé, malgré tout, que tu avais probablement un talent certain pour la discipline ?

Il y a quelque chose qui sest ouvert dans mon esprit, je me suis dit quil était peut-être possible daller chercher des trucs au rugby, ce que je ne m’étais pas forcément dit avant.

Moi, j’étais venue en France avant tout pour mes études, je savais que jallais continuer le rugby parce que le sport a toujours fait partie de ma vie mais pas plus.

Depuis petite, il y a l’école et le sport, cest un équilibre pour moi mais cest vrai que cette sélection, plus le fait que je sois rappelée lannée daprès pour faire partie du pôle France, a fait que jai pensé quil y avait peut-être quelque chose à faire. J’étais contente, je me suis dit : « Pourquoi pas ? »

©France3

Tu nas jamais pensé te consacrer uniquement au rugby pour aller au bout de cette envie ?

Je me suis souvent posée la question de savoir sil fallait que je fasse un choix entre études et rugby. Mon entourage aussi me l’a posée. Beaucoup mont dit que ça allait être complexe : les études de médecine, cest difficile, et sportive de haut niveau prend beaucoup de temps.

Lors de ma première sélection avec les moins de 20 ans, jai eu un entretien avec le staff et les responsables mont dit que, si jamais j’étais sélectionnée, ils ne me forceraient pas à venir parce que j’étais en PACES. Ils ne mont jamais mis la pression.

À ma connaissance, il ny a quune seule personne qui a mené de front rugby de haut niveau et médecine, cest Romain Loursac qui était médecin et au XV de France. À ce moment-là néanmoins, je ne le connaissais pas et je navais pas de référence pour pouvoir en discuter, pour savoir si c’était possible.

Cest quand jai vu que javais réussi à aller en sélection et à avoir ma PACES que jai pensé que, si je morganisais bien, ça pourrait peut-être le faire, quil fallait tenter le coup.

©FCG Rugby

Tu donnes limpression de tout gérer sans pression, que tout se met en place avec facilité.

Non, non, je me prends beaucoup la tête ! Il y a plein de moments de doutes. Quand je suis en période dexamens et que la saison de rugby bat son plein, il marrive de me demander pourquoi je minflige ça, mais cest cool parce que ça permet de vivre des choses incroyables comme participer à la Coupe du monde par exemple.

Au final, tout ça vaut tellement le coup !  

À l’été 2020, trois ans après ton arrivée à Dijon, tu mets le cap sur Grenoble cette fois, où tu rejoins les Amazones. Comment ça sest passé ?

Depuis mes premières sélections en moins de 20 ans, le coach de Grenoble mappelait souvent pour discuter. Il mavait fait comprendre quil était intéressé.

À la fin de ma PACES, jai eu envie de changer de club mais ça sest avéré compliqué : en médecine, il nest pas possible de changer de fac comme ça, car ce sont des concours, quil y a des quotas, que ta fac daccueil doit taccepter et que celle qui te laisse partir doit aussi être daccord. La situation sest finalement réglée en 2020.

Quest-ce qui ta séduite chez les Amazones ?

Je connaissais deux-trois filles de Grenoble et j’étais allée visiter les infrastructures du club qui mavaient beaucoup impressionnée. Ma sœur, qui avait, pour sa part, fait des sélections jeunes en moins de 18, avait également bien accrochée avec Grenoble.

Il est important, pour nous deux, de nous sentir bien à lendroit où nous sommes et notamment avec ceux qui nous entourent. Nous faisons les choses au feeling et le feeling est bien passé avec les gens de Grenoble. Nous sommes arrivées là-bas toutes les deux en même temps.

Avoir la possibilité de vivre cette aventure sportive en famille quand on est, comme toi, très éloignée de son cercle proche, ça doit rassurer.

On ne sen rend pas vraiment compte parce que, pour nous deux, il est normal d’être dans la même équipe. Quand je suis arrivée en France, et alors quelle ny était pas encore, on s’était dit que lon jouerait dans le même club.

Être ensemble, cest génial. On partage les mêmes choses, elle comprend ce que je vis et inversement. Le partage est double.

Un tout petit peu plus dun an après ton arrivée chez les Amazones, cest l’équipe de France A qui fait appel à toi. Ta première cap cest en novembre 2021 à loccasion dun test match face à lAngleterre à Grenoble. Tu tattendais à ce que ça arrive aussi vite ?

Lorsque jai été appelée pour monter avec le XV, c’était la période Covid. Certaines filles lavaient attrapé et j’étais sur une liste complémentaire. Malgré tout, je trouvais que c’était énorme, j’étais super contente et, en même temps, javais peur parce que c’était mon premier stage avec les grandes.

Jai été très surprise dapprendre que j’étais sur la feuille de match : c’était la première fois que j’étais appelée et c’était différent de ce que javais pu connaître jusqu’à présent.

J’étais hyper reconnaissante et je ne sais même pas comment expliquer ce que je ressentais, c’était un mélange de tout : dexcitation, de peur, de « Trop bien  !» et de « Purée, les grandes cest pas pareil ! »

Quest-ce qui te faisait peur ?

C’était me dire que tout cela allait un peu vite. Est-ce que j’étais vraiment prête ? Est-ce que javais vraiment le niveau ?

Et puis, je savais que j’étais là parce quil y avait des circonstances particulières, est-ce que je pourrais malgré tout revenir ? J’étais consciente que javais une chance et quil ne fallait pas que je la gâche.

©FFR

Quest que ça ta fait de porter le maillot bleu ?

Ça avait une grosse signification pour moi. Cette sélection est arrivée un peu plus tôt que ce que je pensais mais je ne me suis pas sentie arrivée par autant. Je me suis simplement dit que javais envie de revivre ça plein de fois.

Tout ça ma donné lenvie de continuer à travailler pour porter ce maillot le maximum de fois possibles.

Comment sest passé ce baptême du feu face aux Anglaises ?

C’était vraiment particulier parce que, à cause du Covid, il ny avait personne dans le stade. Lambiance était très spéciale : jai eu ma première Marseillaise dans un stade vide mais je savais aussi que, derrière les caméras, il y avait toute ma famille et tous les gens que je connaissais qui me regardaient.

C’était hyper fort en émotions tout comme de me dire que jallais jouer contre lune des plus grosses nations du rugby. Même si je nai pas eu beaucoup de temps de jeu, je me suis dit quil était impossible pour moi de ne pas revenir, quil était impossible que ce soit la première et la dernière fois que je jouais avec cette équipe.

C’était comme un amuse-bouche, jai compris que c’était vraiment ce que je voulais.

©FCG Rugby

Tu vas très vite rempiler avec les Bleues pour le VI Nations. Est-ce que ça ta permis de te rassurer ?

Tu ne te sens jamais arrivée dans ces sélections. Rien que le fait d’être en stage, tu es contente car cest une sélection en soi.

Moi, perso, je ne me sens jamais complètement rassurée même si je me dis que cest bon, ils me font confiance. De la confiance, jen engrange aussi au fur et à mesure des stages avec le XV. Je commence à mapproprier le temps de jeu, je commence à connaître les filles, à être à laise avec tout le monde et je sens que dans mon rugby, ça suit mieux. Je suis plus relâchée et je me fais beaucoup plus plaisir quavant.

Je me sens beaucoup plus à laise mais rien nest jamais acquis. Il faut travailler, montrer que tu as envie. Mais cest sûr que plus ça va, plus on est à laise et plus on arrive à mieux jouer, cest ça qui fait la différence. 

©FCG Rugby

Cette même année, il va y avoir une autre aventure, laventure suprême celle-là, une place en équipe de France pour disputer la Coupe du monde qui se déroule en Nouvelle-Zélande. Tu qualifiais cette perspective de rêve avant même dapprendre que tu étais sélectionnée. Tu as été surprise de partir ou pas ?

J’étais super contente. Depuis le jour où jai appris que la Coupe du monde aurait lieu en Nouvelle-Zélande, ça a été un objectif dans ma tête.

Je ne lavais confié à personne sauf à mes parents. Mon père mavait dit : « Travaille et si tu y vas, cest bien, mais tu es jeune, tu as le temps, tu verras ». Moi, dans ma tête, je me disais que ce n’était pas possible de ne pas y aller, quil fallait que jen sois, quen plus ça se passait en Nouvelle-Zélande.

Ça a beaucoup joué sur ma motivation pendant toute cette préparation.  

Tu as réussi à réaliser ce qui tarrivait pendant la compétition ou tu as eu besoin de recul pour mesurer tout ce que tu venais de vivre ?

Je pense que cest un mélange des deux. Quand j’étais là-bas, javais limpression de redécouvrir tout ce que je connaissais déjà, c’était hyper fort en émotions. Je me souviens que la première Marseillaise contre lAfrique du Sud à lEden Park, je me suis dit : « Meuf, tes à lEden Park, en train de chanter la Marseillaise pour la Coupe du monde, qui plus est en Nouvelle-Zélande, pays du rugby, wahou, vas-y, fais-toi plaisir, cest pour ça que tu as bossé, il ny a plus qu’à… ».

Et puis tu réalises encore plus après, quand tu rentres chez toi. Tu passes alors dun truc où tu vis avec plein de gens, où il y a plein de trucs qui se passent, à un lieu hyper calme. Tu regardes les photos et tu te dis : « Punaise, je viens de vivre un truc de fou ».   

Quel a été, pour toi, le moment le plus marquant de ta Coupe du monde ?

De chanter la Marseillaise devant ma famille qui était dans les gradins. C’était hyper fort parce quon a lhabitude de vivre assez éloignés, ce qui fait que, les grands moments, on les vit rarement à côté les uns des autres.

Là, c’était un grand moment et jai eu la chance de pouvoir le vivre avec eux, c’était fou.

Tu as seulement 22 ans et déjà le bronze mondial autour du cou, tu savoures ?

Parfois, je m’en rends compte, dautres fois, non. Mais ce qui est certain, cest que ça ma beaucoup donné denvies et c’est ça le principal.

Je me suis rendu compte que cest ce que jaimais, ce que javais envie de faire et que c’était exactement pour ça que je travaille, que tout cet engagement, ce nest pas pour rien.

Dorénavant, quand jai des petits coups de mous, je me dis quil faut que je maccroche car ça vaut le coup au regard de tout ce que ça me permet de vivre. Il ny pas à se poser de questions. 

©France Rugby

Tu vas continuer à taccrocher pour poursuivre cursus universitaire et pratique sportive de haut niveau ?

Là aussi, jai des moments de doutes mais je sais que je trouverai toujours des solutions. Jai la chance d’être dans une faculté de médecine où les responsables sont très compréhensifs, très à l’écoute.

Même sil est parfois compliqué pour eux de comprendre que je vais mener les deux de front, ils font toujours en sorte que je puisse atteindre les objectifs que je me fixe.

©CA/FCG Rugby

Comment tu envisages la suite ? Quelles sont tes ambitions et sportives et professionnelles ?

Je veux faire partie de l’équipe de France le plus longtemps possible, jouer le plus de matches possible, gagner le plus de titres possible et notamment celui de championne du monde en 2025 avec les filles.

Je veux faire partie de cette équipe, vivre de grandes choses avec elle, faire du grand rugby avec elle. Même chose en club. Je veux vivre de grandes choses avec Grenoble et continuer à grandir avec notre équipe.

Pour le reste, je veux continuer à pouvoir concilier médecine et rugby à haut niveau et devenir médecin un jour. À la base, je voulais être chirurgienne mais cest une spécialité assez prenante.

Je tends davantage vers la médecine du sport mais je suis en 4e année, jai encore le temps…

Ouverture ©FFRugby

D'autres épisodes de "Rugby, ces filles qui transforment l'essai"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

©DRVoguing

Le voguing, la danse en vogue qui n’a pas dit son dernier… pas

Danse identitaire créée par la communauté noire LGBT en réaction au racisme et à la discrimination, le voguing est apparu dans les sixties à Harlem, New York. Importée en France en 2000, survoltée, technique et codifiée, elle a inspiré la chanson « Vogue » de Madonna. Faisons une « pose » pour tout savoir de cette danse socio-politique.

Lire plus »
Marche

En marche pour Paris 2024 !

Portée par le partage, l’unité et la découverte, l’Association Leti Sports Académie passera la ligne de départ le 26 avril prochain au Havre pour un Tour de France à la marche jusqu’aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Vous en êtes ?

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Amalia

Amalia, 40 000 km pour la bonne cause

Un événement solidaire et sportif. L’ONG Baroudeur de l’Espoir lance la 6e édition d’Amalia. Un challenge unique, celui de marcher 40 000 km pour sensibiliser à la situation dramatique des enfants du Proche-Orient et récolter des fonds pour leur retour à l’école. Chaussez vos baskets, c’est à partir d’aujourd’hui !

Lire plus »
Femmes en montagne

La montagne, les femmes, tout un festival !

Devenir le premier festival français de films sur les femmes en montagne, c’est fait ! Et c’est l’association « On n’est pas que des collants » qui nous donne, pour sa deuxième édition, rendez-vous en novembre, à Annecy, pour des soirées ciné au plus haut des sommets ! Mais avant, ferventes montagnardes, n’oubliez pas votre caméra…

Lire plus »
Mélina Robert-Michon

Le questionnaire sportif de…Mélina Robert-Michon

Elle est l’athlète française qui a décroché le plus de titres nationaux. Le 21 février dernier, Mélina Robert-Michon, bluffante lanceuse de disque, a établi la meilleure performance mondiale de l’année avec 63,43 mètres aux championnats de France hivernaux de lancers longs. La vice-Championne olympique en titre et 34 fois Championne de France ne compte pas s’arrêter là. Elle sera à Tokyo en juillet. En attendant, elle répond à notre petit questionnaire vite fait, mais bien fait !

Lire plus »

Il était une fois le judo… féminin

Art martial, il a longtemps été une « histoire de bonhommes ». Les compétitions de judo, littéralement « voie de la souplesse », ne se sont ouvertes aux femmes qu’en 1980. Une certaine Rena « Rusty » Kanokogi trouva pourtant un subterfuge pour fouler les tatamis bien avant l’heure…

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner