Rechercher

Marion Bartoli 5 infos pour briller au tennis puis au micro

Marion Bartoli : 5 infos pour briller au tennis puis au micro
Consultante sur les "Night session" de Roland-Garros pour Amazon Prime, animatrice radio pour RMC, elle a marqué l'histoire du tennis français en remportant Wimbledon en 2013. Retour en 5 infos sur la carrière de Marion Bartoli.

Par Alexandre Hozé

Publié le 06 juin 2023 à 17h34

1. Débuter main dans la main

Pour celle qui a pointé le bout de son nez un 2 octobre 1984, les débuts de carrière ont été pour le moins hors normes, en tout cas si on se réfère aux parcours de ses concurrentes.

Son père, Walter Bartoli, l’inscrit à un club de tennis dès ses 6 ans et il semblerait qu’il ait déjà vu en elle une championne, il décide en effet très vite de raccrocher sa blouse de médecin pour l’accompagner sur les courts. Marion Bartoli a ainsi un soutien sans faille en la personne d’un père bienveillant, omniprésent et particulièrement patient.

Car la joueuse percera dans le haut niveau sur le tard. Dans le tennis, il est plutôt fréquent que les meilleurs mondiaux dominent dès leur 12 ans dans leur catégorie. Marion Bartoli, elle, prend son temps, mais quand elle goûte pour la première fois au succès à 16 ans aux championnats de France, tout s’accélère.

Dès 2000, elle devient professionnelle en junior et montre l’étendue de son talent, accrochant une deuxième place mondiale. Puis sa route en senior prend forme, avec une entrée dans le top 100 mondial en 2003.

©Wikipedia

2. Surmonter les épreuves pour le Graal

Le style de jeu particulier de Marion Bartoli lui permet de gagner ses premiers titres sur le circuit WTA en 2006. Beaucoup étaient pourtant sceptiques face à un coup droit à deux mains et un style de jeu exigeant, mais elle sait faire preuve d’une endurance et d’une concentration maîtrisées.

Avec huit titres en simple dont un tournoi du Grand Chelem et trois en double, sa carrière s’envolera donc contre toute attente.

En 2007, elle accède à sa première finale d’un tournoi du Grand Chelem, à Wimbledon. Mais Venus Williams est trop forte et ne laisse aucune chance à la Française. La suite de sa carrière connaît son lot de blessures et de déceptions, mais un mental d’acier et le soutien des siens permet à la championne de revenir au plus haut niveau durant la saison 2011.

Marion Bartoli marque notamment les esprits à Roland-Garros, où elle atteindra le dernier carré en faisant rêver tous les amateurs français de tennis en mal de stars tricolores. Elle continue sur sa lancée lors de la saison suivante qu’elle conclut à la septième place mondiale, son meilleur classement durant sa carrière.

La saison 2013 sera la dernière, mais il y a des moins bonnes façons de conclure. Marion Bartoli remporte le tournoi de Wimbledon le 6 juillet 2013, devenant la troisième joueuse française de l’ère Open à avoir un tel titre à son palmarès. Elle rejoint Amélie Mauresmo et Mary Pierce.

Elle prendra sa retraite peu après, refusant de forcer sur un corps fatigué et pas mécontente de ce titre ultime.

3.Vivre la retraite à 200 %

Après une carrière à haut niveau, le début de la retraite peut s’avérer délicat. Mais Miss Bartoli va s’investir dans de nombreux projets. Diplômée de la Central Saint Martins, un des cursus de l’université d’art à Londres, elle travaille sur des partenariats mode avec Fila ou encore le joaillier Maty.

Un nouveau job auquel s’ajoute des débuts d’entrepreneure avec un produit qui peut surprendre : elle lance son propre yaourt glacé. Plusieurs activités qui semblent dénoter un peu d’ennui et de nostalgie dans la vie de l’ex-championne. Des rumeurs de come-back soufflent sur les courts internationaux, mais Marion Bartoli a quitté le haut niveau et quand c’est fini, c’est fini. Du moins, pour l’instant…

4. Surmonter la maladie

En 2016, à 31 ans, alors qu’elle doit participer au tournoi senior de Wimbledon, les organisateurs décident de la faire remplacer en raison d’un état de santé préoccupant. Depuis la fin de sa carrière, Marion Bartoli a perdu plus de vingt kilos et n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Peu après, dans une autobiographie, elle racontera sa descente aux enfers avec un compagnon tyrannique et manipulateur qui, dit-elle, passait son temps à la complexer et à l’humilier : « Plus je maigris, plus je disparais et je sens la fin qui s’approche m’apaiser… » Une histoire compliquée auquel s’ajoute un virus attrapé en Inde.

Il lui faudra accepter l’hospitalisation et batailler ferme pour se relever. Et là, germe l’idée d’un come-back…

 5. Reprendre une vie chargée

En décembre 2017, Marion Bartoli annonce son grand retour sur les courts. Un retour effectif en mars 2018 mais, trois mois plus tard, le 13 juin, en raison d’une douleur à l’épaule droite, elle quitte, avec regrets mais définitivement, le monde du tennis de haut niveau.

En 2019, elle se marie avec le footballeur belge Yahya Boumediene et s’expatrie à Dubaï.

Aujourd’hui, à 38 ans, elle anime une émission intitulée Bartoli Time sur RMC et poursuit ses analyses pertinentes comme consultante, notamment lors des « Night session » du tournoi de Roland-Garros diffusées sur Amazon Prime.

Ouverture ©Alamy

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Léa Labrousse : « J’ai envie de marquer mon nom dans l'histoire du trampoline français. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une championne du rebond (Léa Labrousse sur notre photo), une traileuse qui a écrit l’histoire, une torpille tricolore, une nouvelle chronique de notre marathonienne ÀBLOCK! et un festival sportif sur grand écran, c’est le meilleur de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fusée sous-marine, les filles au MIC dans l’univers du ballon ovale, des cyclistes insatiables (Noëlie et Elsa sur notre photo), un nouveau Carnet de route de notre ambassadrice, un Q&A en vidéo ou encore l’histoire de la boxe au féminin et notre spécial KIDS ? Soyez ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois la boxe... féminine

Il était une fois la boxe… féminine

Alors comme ça, la boxe serait une affaire d’hommes ? Que nenni, les gants vont aussi bien aux filles qu’aux garçons ! Et certaines n’ont pas attendu d’autorisation pour le faire savoir. Retour sur l’histoire de ces pionnières gantées.

Lire plus »
Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Ouvrons la voix, une opé rugby carrément ÀBLOCK!

Attention, première ! Une rencontre internationale de rugby commentée uniquement par des femmes, c’est le programme de ce 16 mars. Cette initiative forte, Ouvrons la voix, soutenue par la fédé du ballon ovale, entend prouver que l’expertise est tout autant du côté des filles que des gars. Alors, girls, marquons l’essai !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Attention, excès de vitesse en pagailles dans les Alpes

Attention, excès de vitesse en pagaille dans les Alpes !

Cette semaine, la saison de ski de vitesse s’ouvre avec le Championnat du monde avant de laisser la place à la Coupe du Monde puis au Speed Masters. Sensations garanties dans la station de Vars qui accueillent les meilleurs skieurs de la planète jusqu’au 26 mars. Petit récap’ des festivités sur neige.

Lire plus »
Roland Garros 2023, 7 favorites sur terre battue/Jessica Pegula

Roland-Garros 2023, 7 favorites sur terre battue

It’s time ! Le plus célèbre des tournois sur terre battue s’ouvre dans la Ville Lumière. Cent-vingt-huit joueuses au premier tour, mais une seule remportera le trophée Suzanne Lenglen le samedi 10 juin. Qui semble tenir la pôle  position ? 7 favorites au banc d’essai !

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Une georgette ? Cékoiça ?

Une Georgette ? Cékoiça ?

En selle, cavaliers ! Notre petit lexique pratique pour mieux comprendre le langage des coachs s’offre une échappée dans l’univers de l’équitation. Et je demande le G…comme Georgette.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner