Rechercher

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

La question qui tue fitness
Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Publié le 06 juin 2021 à 15h01, mis à jour le 29 juillet 2021 à 10h04

Ça t’est déjà arrivé de rencontrer des personnes super musclées d’une partie du corps et pas du tout d’une autre ?

Allez, tu visualises ?

Si tu travailles que le bas ou le haut du corps, le résultat n’est pas forcément top…voire pas top du tout. Mais, ça, finalement, c’est une question de goût, ok.

Alors, mis à part l’aspect esthétique, si tu entraînes toujours les mêmes muscles, tu finiras par avoir des muscles trop forts et d’autres trop faibles. Certains trop fatigués, d’autres pas assez. Et la liste est longue…

Ça créera des déséquilibres dans ta posture et favorisera les blessures.

Je t’explique : si tu ne fais que les pectoraux et pas le dos, par exemple, tu risques d’avoir mal au dos et même de te vouter.

Au final, tout ça limitera ta progression et finira par faire baisser ton niveau de condition physique !

©Shutterstock

Alors, je fais comment ?

Tu peux, par exemple, travailler le haut du corps un jour et le bas du corps un autre jour ; ou encore, les muscles de l’avant du corps un jour et de l’arrière un autre jour ; faire une séance d’abdos fessiers et le lendemain du cardio.

Ce n’est pas pour rien que la préparation physique générale existe et qu’elle sert de base à toutes les disciplines sportives. T’as pigé ?

Le secret, c’est de varier tes entraînements pour utiliser, au mieux, tes différentes qualités physiques ! Et ça, good news, tu peux le faire à l’infini. En plus ça te permettra de renforcer ta motivation et ton plaisir de faire du sport.

Conclusion : oublie le « tout » fessiers et occupe de toi de ton corps…dans son entier !

 

 

  • Vous voulez poser une « question qui tue » pour être ÀBLOCK! ? C’est ici : contact@ablock.fr

D'autres épisodes de "Les dessous du fitness"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sarina Wiegman, la maestro du ballon rond

Sarina Wiegman, la maestro du ballon rond

Celle qui a déjà à son palmarès deux Championnats d’Europe fait aussi office de pionnière : elle est la première entraîneuse, hommes et femmes confondus, à avoir disputé deux finales de Coupe du monde de foot féminines avec deux nations différentes. La Néerlandaise Sarina Wiegman, coach des Lionesses anglaises, attire aujourd’hui les convoitises des sélections masculines.

Lire plus »
Pénélope Leprévost : « Avec ma fille Eden, notre vie, c'est les chevaux ! »

Pénélope Leprévost : « J’ai tout fait pour que ma fille, Eden, ne devienne pas cavalière ! »

Elles sont mère et fille et partagent toutes les deux une passion dévorante pour les chevaux. La championne d’équitation Pénélope Leprévost, multi-titrée, et Eden Leprévost Blin-Lebreton, sacrée championne de France l’an dernier, participent en duo à l’étape parisienne du Longines Global Champions Tour dont elles sont les ambassadrices. Rencontre familiale avec la crème des cavalières.

Lire plus »
Jutta Kleinschmidt

Jutta Kleinschmidt, la folle du volant

C’était en 2001. Il y a vingt ans, Jutta Kleinschmidt mettait « à mâle » les sports mécaniques en inscrivant son nom au palmarès du Paris-Dakar. Première femme à remporter le plus célèbre des rallyes-raids du monde, elle continue, depuis, à militer pour la cause des femmes dans un domaine très masculin. Portrait d’une pionnière qui en a sous le capot.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner