2 juillet 2005Venus Williams remporte la plus longue finale féminine de Wimbledon

2 juillet 2005, Venus Williams remporte la plus longue finale féminine de Wimbledon
Au terme d’un match épique sur le gazon londonien, Venus Williams s’offre ce 2 juillet 2005, son troisième sacre à Wimbledon face à l’Américaine Lindsay Davenport dans ce qui est, encore aujourd’hui, la plus longue finale féminine depuis la création du tournoi.

Par Julie Begon

Publié le 01 juillet 2022 à 17h00, mis à jour le 07 juillet 2022 à 17h24

En ce samedi 2 juillet 2005, les Américaines Venus Williams et Lindsay Davenport vont offrir aux près de quinze mille spectateurs présents dans le mythique Centre Court de Wimbledon un combat d’exception.

Aux termes d’un match de 2h45, l’aîné des sœurs Williams s’imposera…enfin ! Un record. Encore aujourd’hui, il s’agit de la finale dames la plus longue de l’histoire du tournoi londonien. 

Avant même l’entame de la rencontre, les deux joueuses sont tendues, contraintes d’attendre pour faire leur entrée sur la pelouse. Il faut, pour cela, attendre que se termine la demi-finale masculine, interrompue la veille par la pluie.

L’Américain Andy Roddick l’emporte finalement en quatre sets sur le Suédois Thomas Johansson et libère enfin la place pour ses compatriotes. 

Les parieurs font grise mine et peine à élire une favorite. Lindsay Davenport est N°1 mondiale, mais elle n’a pas gagné de tournois du Grand Chelem depuis cinq ans.

De l’autre côté, Venus Williams est redescendue au 16e rang et surtout s’est faite sèchement éliminée quelques semaines plus tôt du tournoi de Roland Garros par la Bulgare Sesil Karatantcheva, alors âgée de 15 ans. Tous les scénarios sont encore possibles avant match. 

Logiquement, la N°1 fait parler son classement et remporte la première manche en trente-trois minutes. 6-4.

Pas de temps à perdre, on joue pour un titre en Grand Chelem. La Californienne continue d’imposer son rythme et prend même le service de son adversaire à 5-5 dans le deuxième set. Son sacre semble assuré.  

Lindsay Davenport lors de la finale à Wimbledon, en 2005… ©Wimbledon Channel

De l’aveu même de Richard Williams, sa fille n’est pas aussi « hargneuse » que sa sœur. Alors, aculée et dos au mur, on ne parie pas vraiment sur elle. Erreur ! 

L’histoire retiendra que ce 2 juillet 2005, du mental, elle en avait. Et pas en carton. Vous reprendrez bien un peu de tennis, parce que la partie ne fait que commencer !

Venus débreake et empoche le deuxième set qui aura duré cinquante-quatre minutes. Un partout, balle au centre et direction une troisième manche. La plus longue. 1h19 de combat acharné.  

Lindsay Davenport n’a pas dit son dernier mot. Malgré une douleur au dos qui nécessite la présence de son kiné, elle prend l’avantage d’entrée et s’offre même une balle de match à 5-4. Un sublime revers long de ligne et Venus l’efface sans trembler.

C’est elle, désormais, qui impose son rythme et finit par s’offrir son troisième Wimbledon. Contre toutes attentes : « J’étais la tête de série n°14. Je n’étais pas censée gagner. Je suppose que quiconque a parié sur moi au début du tournoi a fait une bonne affaire. Mais je parie toujours sur moi-même. » Pas mal. 

Venus Williams… ©Wikipedia

Pas mal aussi le fait qu’elle ait passé la veille de la finale en salle de réunion. Généralement, les finalistes se mettent dans leur bulle et peaufinent les derniers détails à l’entraînement.

Elle, elle faisait face au Conseil du Grand Chelem, l’organe représentatif des quatre plus grands tournois (Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon et l’US Open) pour plaider une cause et non des moindres dans l’univers sportif : un prix égal pour les gagnants des tournois féminin et masculin de Wimbledon. Nouvelle victoire !  

En 2007, elle s’adjugera en effet un quatrième sacre en terre britannique et sera la première joueuse à empocher un prize money identique à son homologue masculin. Ça s’appelle faire carton plein. 

Ouverture Venus Williams ©Wikipedia

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Euro de natation 2022, les Tricolores vont faire des vagues !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le récap’ historique du mois d’août, une cycliste pleine d’espoir, une championne dans les nuages, un Euro dans l’eau, une Coupe du Monde sur la vague, neuf championnats d’Europe en un, le retour sur les femmes et la natation et un trail pour transpirer, c’est sur ÀBLOCK! cette semaine. À lire on the rocks.

Lire plus »
14 août 1982 Deux femmes en tête du Rallye du Brésil

14 août 1982, deux femmes en tête du Rallye du Brésil

La conduite et la direction sont leurs atouts. Depuis quatre jours, pilotes et copilotes sont lancés dans la 4e édition du Rallye du Brésil. L’arrivée de la course est plus attendue que jamais. D’autant plus quand, dans la première voiture, deux femmes sont à la manoeuvre, Michèle Mouton et Fabrizia Pons !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »
surf

Nouveaux sports aux JO, Tokyo surfe sur la nouvelle vague

Ce sera une première ! Le surf, le skateboard, l’escalade et le karaté seront, pour la première fois de l’Histoire, au programme des JO qui débutent le 23 juillet, à Tokyo, au Japon. Quatre nouveautés et un retour attendu, celui du softball, pour un rendez-vous olympique qui comptera, au total, 48 disciplines. Revue d’effectifs.

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo, le cœur en apnée

En avril, elle remportait la compétition internationale d’apnée qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte, battant à trois reprises le record de France en se propulsant en bi-palmes à 85, 87 et 89 mètres. L’apnésite française Alice Modolo est de nouveau dans la place pour le Championnat de France en eau libre, ce week-end.

Lire plus »
Marion Joffle

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une nageuse faite de glace (Marion Joffle sur notre photo), un légendaire dénicheur de sprinteuses au temps de la ségrégation, une super-granny du tennis, une étude sur le sport féminin et, en prime, une question qui tue et deux initiatives à pied et à la voile, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
Running

Le running virtuel, un sport bien réel

En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner