Rechercher

Justine Pedemonte : « Je tire toujours la leçon de mes erreurs. »

Justine Pedemonte Kids
La dernière fois, je vous avais raconté ma course sur le circuit du Mans qui approchait... Eh bien ça y est, c'est fait ! Le week-end dernier, c'était le grand moment. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la compét' fût riche en rebondissements...

Par Justine Pedemonte, pilote moto, 17 ans au compteur

Publié le 16 avril 2024 à 19h50

Après mes derniers essais sur ma nouvelle moto, j’arrivais en confiance au Mans. Je ne visais pas la victoire, j’étais vraiment là pour progresser et jauger mon niveau à côté des autres pilotes. Je vais vous raconter mon week-end de course… Et il n’a pas très bien commencé ! Les essais libres de vendredi matin se sont faits sous la pluie, je n’ai même pas réalisé un tour, je suis tombée après une erreur de ma part. Pas la meilleure façon d’entamer la compét’ ! 

La deuxième séance d’essais libres avait ensuite lieu l’après-midi, cette fois par temps sec. L’objectif à ce moment-là était avant tout de reprendre confiance en moi et en la moto tour après tour, sans chercher à suivre un autre motard. J’avais vraiment envie de rouler seule, de me relever à ma manière en quelque sorte ! Ça a plutôt bien marché, la séance s’est bien déroulée, on était content avec la team. On a pu bien travailler et faire quelques réglages sur la moto. 

Ensuite, le samedi matin, troisième séance essais libres, toujours par temps sec. J’étais vraiment en confiance, bien sur la moto, j’avais des pneus neufs donc j’accrochais bien sur la piste… Mais je suis retombée ! J’ai fait ce qu’on appelle un high side, c’est-à-dire que l’arrière de ma moto a glissé puis raccroché, et ça m’a expulsé de la moto. Plus de peur que de mal, mais bon, juste avant les qualifications, c’est pas top !  

Au début, je n’ai même pas compris ma chute ! Normalement, on le sent un peu venir, mais là, je n’avais eu aucune alerte. Donc, la première chose qu’on a fait après ça, c’est de récupérer les données de la moto, pour analyser la chute. Grâce à ça, on s’est rendu compte que la moto était un peu trop « dure » pour moi et on a fait un réglage pour les qualifications. Mais, avec l’analyse, j’ai compris l’erreur que j’avais fait, j’en ai tiré la leçon, comme toujours, et une fois le débrief terminé, on est complètement passé à autre chose. Je suis allée manger, faire une sieste… Je ne pouvais pas vraiment oublier la chute car j’avais mal partout, mais en tout cas je suis repartie de zéro pour la suite ! 

Samedi après-midi, place aux qualifs ! Dès le deuxième tour, je fais l’effort d’aller vite dans le virage où j’étais tombée pour ne pas avoir de frein tout au long de la séance, et ça se passe plutôt bien ! Finalement, je finis avec le quatorzième chrono en étant encore une fois seule, sans prendre de roue (c’est-à-dire suivre un autre pilote, Ndlr).

Après ma chute lors de la dernière séance, j’avais tout de même perdu un peu de confiance, donc j’étais contente de ma perf. J’ai bien amélioré mes chronos de la matinée, j’ai rebondi comme il le fallait. Les chutes,  j’ai toujours réussi à m’en remettre !  

Le dimanche matin, première course ! La piste était trempée, mais il ne pleuvait plus. Le circuit a séché petit à petit. Je suis partie quatorzième.

Au début, j’étais un peu seule dans la course, j’ai mis un peu de temps à me mettre en route, j’avais encore mes deux chutes un peu en tête. Mais j’ai fini par rattraper le pilote devant moi, qui était celui avec qui je me battais l’année dernière en 300, Cyprien. Je commence par le doubler, je me sens vraiment bien, mais il parvient à me doubler à son tour ! En étant ensemble, on a imprégné un rythme rapide, on a rattrapé et doublé d’autres pilotes… Au final, j’ai terminé à la onzième place, avec surtout le sixième meilleur temps au tour de toute la course ! Cyprien a lui fait le septième meilleur chrono au tour. 

Je n’avais pas l’impression d’aller si vite, je faisais vraiment ce que je savais faire, je n’étais pas à l’agonie ! J’étais bien à l’aise et motivée par le fait d’avoir un groupe juste devant moi, en ligne de mire. Quand mon équipe m’a montré mes chronos, j’étais tout de même un peu surprise d’être allée aussi vite ! 

C’est une course vraiment positive en fin de compte. J’ai réussi à rejoindre le groupe devant moi, à doubler, à faire un beau chrono… 

Ensuite, le dimanche après-midi, c’était le moment de la seconde course. On était un peu perturbés avant le départ, car on ne savait pas trop comment s’adapter aux conditions météo. Je suis allée voir les 300 sur la grille de départ, tout le monde était en pneus pluie. Mais en fin de compte, l’averse s’est arrêtée, ce qui fait que les chronos n’étaient pas fous, les pneus n’étant pas adaptés aux conditions. 

Avec mon équipe, on décide de choisir les pneus slick, pour temps sec. Le tour d’échauffement commence, et au bout de deux virages, averse. À ce moment, c’était vraiment la guerre, ne serait-ce que pour finir le tour sans tomber ! J’y arrive quand même, et mes mécanos changent mes pneus au dernier moment, juste avant le départ. À ce moment, j’étais en confiance, j’avais les bons pneus, j’étais encore dans le mood de la première course… Il ne me restait plus qu’à tout donner ! 

Je pars de nouveau quatorzième et c’est la bagarre sous la pluie pendant toute la course. Au final, je finis à la huitième place, j’ai pas mal doublé. D’ailleurs, ça peut être un piège d’enchaîner les dépassements de la sorte, surtout sous la pluie ! En doublant, on est de plus en plus en confiance et notre attention peut se relâcher ! Dans ces conditions météo, ça ne pardonne pas généralement.

Donc, lors de la course, à chaque fois que je doublais, je me parlais dans mon casque. Je me disais : « Ça c’est fait, mais reste bien vigilante, ce n’est pas fini, reste concentrée… ». À la fin de course, j’étais plus fatiguée mentalement que physiquement ! 

Mes deux courses se sont donc bien passées, mais si je devais choisir, je dirais que c’est à la première que j’ai le plus performé. J’ai eu ce déclic d’avoir vraiment confiance en moi pendant la course, j’ai rattrapé les pilotes devant moi en étant seule, j’ai réussi à avoir un très gros rythme… Lors de la seconde course, j’ai doublé, mais j’étais dans mes standards au niveau des chronos. 

Le week-end est positif, j’ai fait de bons chronos, j’ai réussi à surmonter des difficultés et à progresser tout au long du week-end. Maintenant, j’ai hâte d’être à Lédenon dans deux semaines, sur mon circuit préféré. C’est là que j’ai eu ma première victoire en Super Sport 300. C’est une piste vraiment pas commode, il y a pas mal de dénivelés, de virages à l’aveugle… Quand je roule dessus, j’ai l’impression d’être dans un manège, c’est les mêmes sensations qu’un grand huit ! Et en plus, le circuit me réussit, j’étais à un dixième de seconde du record au tour en 300. 

Comme pour Le Mans, j’y vais dans l’optique de ne pas être déçue et de progresser tout au long du week-end. Je vous raconterai comment ça s’est passé dans deux semaines ! See you soon ! 

*Justine Pedemonte a 17 ans et est pilote moto, engagée en championnat de France de Superbike (FSBK), Championnat de France SuperSport 300. Après avoir remporté plusieurs podiums, elle a terminé en octobre 2023, vice-championne de France. Vous pouvez la suivre sur son compte Instagram @justinepedemonte 

Ouverture ©️Justine Pedemonte

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Laetitia Blot

Laetitia Blot : « Je veux que les femmes puissent se dire : elle, elle fait un sport de combat et elle est féminine. »

Elle est montée sur ressorts, elle déborde d’énergie. Laetitia Blot est un phénomène. Après avoir collectionné les titres en judo, en lutte et en sambo, la Française de 37 ans s’est lancée dans le MMA (Mixed Martial Arts). Victorieuse de son premier combat en octobre dernier, elle s’apprête désormais à affronter Marie Loiseau, ce 8 avril, dans le cadre du MMA Grand Prix. Rencontre avec une fille qui s’amuse à mettre « les poings » sur les « i ».

Lire plus »
La question qui tue : Summer body

Je suis gourmande et je veux un summer body, je fais comment ?

Le summer body…tout un programme ! Mais y a-t-il un seul body ? Celui dicté par les normes commerciales et sociétales ? Ou celui qu’on souhaite à son image ? Bref, ici, le summer body, c’est celui qui se montre sans complexe sur la plage. Et pour ça, la plupart du temps, on essaye de le délester de quelques kilos. Alors, ok, essayons de répondre, une fois pour toutes, à cette interrogation qui vise à faire du corps et de la gourmandise des ennemis. La réponse de notre coach, Nathalie Servais*.

Lire plus »
Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »
Marie-Antoinette Katoto, droit au but

Marie-Antoinette Katoto, droit au but

« Une tueuse devant les buts », selon ses coéquipières. Et c’était le cas lors du premier match de l’équipe de France ce 10 juillet contre l’Italie. Marie-Antoinette Katoto qui compte plus de cent buts à son actif a fait le job. Pour l’attaquante du PSG qui avait souffert de ne pas avoir été retenue en sélection pour la dernière Coupe du Monde en 2019, l’Euro sonne comme une revanche.

Lire plus »
Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Incontournable du paysage tennistique, arbitre féminine française la plus gradée avec le badge d’argent en 2014 puis le badge d’or en 2017, Aurélie Tourte, qui a fait ses classes dans le circuit féminin, a aussi réussi à se faire sa place sur la terre battue au masculin en étant la première femme à accéder à cette chaise. Portrait d’une fille qui parcourt le monde pour l’amour de la balle jaune.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner