Journal d'une sportive (dé)confinée

De l'e-sport pour mon dernier week-end avant la sortie...

claire pola
Claire Pola, coach à Limoges, nous a fait partager chaque semaine durant le confinement ses journées actives entre quatre murs. Aujourd'hui, elle s'apprête à ressortir son vélo. Et nous offre un dernier témoignage pour la route.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

En attendant de retrouver la route, un brin de liberté, le goût des barres céréales englouties un peu trop tard (message à moi-même), la vue des limousines dans les champs, les odeurs de glycine,… on pédale à la maison et on relativise en se disant qu’on a déjà beaucoup !

J’ai tiré un trait sur les dossards cette année. Même si ce n’est pas mon moteur, ça été un peu dur à avaler mais il y a plus grave. Je conserve le plaisir de l’entraînement et le bonheur de reprendre bientôt les chemins de la liberté, la vraie.

claire pola

Durant le confinement, j’ai fait quelques découvertes, dont celle de l’e-sport qui désigne la pratique en ligne seul ou à plusieurs de jeux vidéo.

Alors, non pas que je sois une joueuse de FIFA ou de StarCraft. Je l’ai découvert à travers le vélo et plus particulièrement l’application Zwift et les entrainements de mon club de triathlon My Tribe Coaching.

En effet, avec les athlètes du club et les coachs, on se retrouve deux fois par semaine, sur le home-trainer, chacun derrière nos écrans et on roule ensemble sur différents circuits. Le concept est vraiment ludique, le temps passe plus vite et encore une fois, on conserve le lien.

claire pola

Dimanche, j’ai fait ma plus longue sortie, 3h30 avec l’ascension de l’Alpes Zwift aux côtés d’athlètes rencontrés à Lanzarote juste avant le confinement.

Cette fenêtre de récréation a fait oublier la météo qui a été très mauvaise ces derniers jours. Il a plu tous les jours du matin au soir avec des rafales de vent également omniprésentes.

Ce qui m’a obligée également à adapter mes lieux de tournage pour mes coaching à distance qui n’ont pas pu se dérouler sur la terrasse.

claire pola

Heureusement, le beau temps est revenu pour la dernière semaine du confinement, j’ai ressorti le home trainer, un avant-goût de cette reprise ! 

Aujourd’hui, après deux mois qui sont passés très vite, j’ai un peu l’impression de vivre un deuxième atterrissage et d’aller vers une destination inconnue. Ce défi du confinement est relevé mais la partie n’est pas terminée !

Prenez soin de vous et bougez… en toute liberté !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Jutta Kleinschmidt

Jutta Kleinschmidt, la folle du volant

C’était en 2001. Il y a vingt ans, Jutta Kleinschmidt mettait « à mâle » les sports mécaniques en inscrivant son nom au palmarès du Paris-Dakar. Première femme à remporter le plus célèbre des rallyes-raids du monde, elle continue, depuis, à militer pour la cause des femmes dans un domaine très masculin. Portrait d’une pionnière qui en a sous le capot.

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Johanne Defay

Johanne Defay : « À travers le surf, j’ai appris à me connaître. »

Un raz-de-marée. Cette fille-là emporte tout sur son passage ! Plus jeune championne d’Europe de surf de l’Histoire, Johanne Defay est devenue, grâce à ses performances sur le Pro Tour, la meilleure surfeuse française et rejoint ainsi l’élite mondiale. À bientôt 27 ans, la Réunionnaise, sélectionnée pour les JO de Tokyo, fait des vagues. Et on adore ça.

Lire plus »
sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin