Rechercher

Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »
Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Par Sophie Danger

Publié le 14 juillet 2022 à 16h30

Pour mieux comprendre pourquoi le sport est inégalitaire entre hommes et femmes, notamment le football, vous expliquez que c’est parce que les femmes ont, depuis le début, été mises à l’écart du sport. Elles ont réussi peu à peu à s’imposer dans les stades mais on leur a longtemps fermé la porte du professionnalisme. Or, qui dit pratique amateur dit niveau physique et technique moindre, donc moins d’attractivité pour le public, les sponsors, les médias. On a la sensation que, dès l’avènement du sport féminin, les dés ont été pipés pour les sportives.

Est-ce que le football féminin aurait pu connaître le même développement que le football masculin, il n’est pas possible de le dire. Mais, ce que l’on a pu constater c’est que le football féminin est apparu dès le début du jeu puisque le premier match date de 1881.

En France, il y a eu un championnat féminin entre 1919 et 1932 mais, par la suite, la discipline a en effet connu une grosse traversée du désert.

En Angleterre, on va interdire les terrains aux femmes, en Allemagne aussi, au Brésil, elles seront écartées du football pour raisons médicales. En France, il n’y a pas eu d’interdiction mais plutôt une pression morale.

Il faudra attendre la fin des années 60 pour voir les femmes rejouer au football avec, notamment, la première Coupe du monde, officieuse, organisée en 1971, la première, officielle, vingt ans plus tard.

©FCMetz

Lorsqu’on évoque les inégalités entre les sexes, cela recouvre une palette assez vaste mais la plus criante reste l’inégalité salariale. C’est au nom de ces inégalités salariales que certaines footballeuses se sont récemment mises en grève : les Australiennes ont refusé de prendre part à la Coupe du monde 2015, deux ans plus tard, c’est au tour des Danoises de boycotter l’Euro et, en 2019, la Suédoise Ada Hegerberg, premier ballon d’or féminin, dit non au Mondial pour cette même raison. Comment ces revendications ont-elles été accueillies ?

Si vous regardez les sondages qui ont trait aux inégalités en France, l’inégalité entre hommes et femmes est l’une des moins bien acceptée.

C’est une revendication plutôt bien accueillie, mais néanmoins pas toujours correctement expliquée ni comprise. Il est en effet tout à fait normal que les « internationaux » – hommes et femmes – revendiquent les mêmes choses en matière d’égalité des primes, mais il ne faut pas confondre ce discours avec celui qui concerne les différences salariales entre hommes et femmes dans les clubs.

Là, c’est un problème complètement différent, on n’évolue pas dans le même monde économique : en France, par exemple, le chiffre d’affaires des vingt clubs de L1 est de 2 milliards, 20 à 30 millions pour les douze équipes de D1.

Le football féminin fonctionne mieux à l’international qu’au national…

Oui, il faut faire la part des choses entre le football international et le football des ligues nationales.

Le football international féminin a pris son élan et, à l’avenir, ça devrait continuer à bien fonctionner. Il y a en effet du monde dans les stades – en 2019, plus d’1 milliard de personnes ont vu au moins une minute de la Coupe du monde, ce qui est loin d’être négligeable car c’est 3 à 4 milliards pour la Coupe du monde masculine – et ça devrait, par la suite, engranger de plus en plus de recettes.

Prenez l’exemple, à ce titre, du budget 2014-2018 de la FIFA. Durant cette période, 95 % des droits télé provenaient de la Coupe du monde masculine de 2018. En 2019, les revenus de la FIFA ont augmenté de 40 % et il est fort possible que ce soit dû aussi à l’impact de la Coupe du monde féminine de 2019 qui a eu lieu en France.

D’un point de vue économique, il y a donc une croissance à ce niveau-là. Pour ce qui concerne les stades de D1, on est néanmoins encore très loin de ce succès !

©FF Issy

Comment expliquer que cette fameuse Coupe du monde 2019, souvent présentée comme un tournant dans l’histoire du football féminin, n’ait pas eu de répercussions sur la scène nationale, en France notamment ?

Le football international féminin fonctionne bien et on aurait effectivement pu penser, qu’après 2019, il y aurait des retombées économiques en France.

Il se trouve que, même si la Covid n’a pas arrangé les choses, il continue à y avoir très peu de monde dans les stades. L’affluence moyenne est inférieure à 1 000 spectateurs en D1 et en ce qui concerne les budgets, ça n’a pas démarré.

Quand on parle de rendez-vous internationaux, le succès est là parce qu’ils rassemblent les meilleures joueuses de tous les pays et le niveau est assez élevé.

Pour ce qui est du Championnat de France, il y a de gros écarts entre les équipes. D’un côté, vous avez Lyon et le PSG mais il y a aussi des formations qui n’ont pas forcément un gros niveau.

C’est pour cela que dire que les femmes, en championnat, doivent gagner autant que les hommes, c’est mettre la charrue avant les bœufs.

La première étape à franchir pour le football féminin, c’est d’assurer la formation, de permettre à toutes les jeunes filles de pouvoir jouer, ce qui n’est pas toujours le cas.

Il y aussi beaucoup à faire au niveau des infrastructures. La deuxième étape, c’est la professionnalisation et la troisième, la médiatisation.

Les lionnes de l’OL…©Damien GL/OL

Est-ce que cette situation est la même pour tous les pays, notamment les pays européens ?

Ce qui est intéressant à étudier, c’est ce qui s’est passé en Angleterre où se déroule l’Euro cette année.

En 2016, la fédération anglaise féminine a engagé tout un tas de réformes. Le championnat a été complètement restructuré, professionnalisé. Il y a eu création d’une Ligue, indépendante de la Fédération, et c’est elle qui gère le championnat, négocie les contrats.

Les Anglais ont repris l’idée de payer les internationales anglaises afin qu’elles restent jouer dans leur pays, il existe un plafond salarial, un quota pour les joueuses étrangères…

Parallèlement, les droits TV ont été renégociés à environ 8 millions d’euros par saison. À titre de comparaison, en France, c’est 1,2 million d’euros, 3 en Espagne et un peu plus de 2 en Allemagne.

L’objectif était de vendre au mieux le championnat et de doubler les affluences dans les stades, à savoir, de passer de 1 000 à 2 000, ce qui est assez modeste.

©Wikipedia

Est-ce que ce sont les seuls à avoir professionnalisé leur championnat ?

Non. En Italie, en Espagne, les championnats vont aussi être professionnalisés. En ce qui concerne la France, on n’a pas encore une idée précise de la façon dont va évoluer le foot féminin.

En France, les joueuses, pas toutes, doivent se contenter d’un contrat fédéral ?

Le contrat fédéral, pour le moment, il est le même pour celui qui tond la pelouse que pour la footballeuse.

Si le championnat était professionnel, les joueuses auraient une convention collective spécifique et pourraient négocier des minimums salariaux, des conditions de licenciement particulières…

Je n’ai pas d’entrées à la Fédération mais je n’ai pas l’impression qu’il y ait une volonté de professionnaliser le championnat français alors que c’est fait un peu partout maintenant.

Ceci étant, ce n’est pas pour cela que les joueuses sont moins payées parce que, paradoxalement, c’est le championnat français qui paye le plus en Europe, il paye même plus qu’aux Etats-Unis.

Combien gagnent les meilleures joueuses qui évoluent en France ?

Les principales joueuses du PSG gagnent plus de 400 000 euros par an. Il faut préciser qu’il existe des inégalités salariales entre hommes et femmes, mais il en existe aussi entre les joueuses.

Parmi elles, certaines doivent toucher le Smic. Ça vaut aussi pour les hommes. On a tendance à se concentrer sur les très gros salaires alors que le salaire médian en L1 doit tourner autour de 45 à 50 000 euros par mois brut.

Cela signifie qu’il y a 50 % de joueurs qui touchent plus et 50 % qui touchent moins. Ceci étant, on peut dire qu’aujourd’hui, le salaire moyen d’une joueuse en France est à peu près le salaire moyen d’un footballeur dans les années 70.

Pour que l’écart diminue, il faut du temps, le football masculin ne s’est pas, lui non plus, développé du jour au lendemain mais, comme il a connu une croissance énorme depuis les années 90, on a tendance à les comparer alors que les histoires sont un peu différentes.

Est-ce qu’il possible de voir cet écart se réduire à l’avenir ?

Si les footballeurs gagnent autant c’est parce que l’économie du football fonctionne de telle façon que tout l’argent généré va globalement au footballeur et non aux propriétaires des clubs car les clubs ne font pas de profits.

Pour que le football féminin arrive à ce stade, il faut générer beaucoup plus de revenus. Les tournois internationaux sont, à ce titre, des vitrines qui permettent de susciter des vocations, de mettre la pression sur les clubs pour accueillir les jeunes filles mais, parfois, il n’y a pas assez de terrains, les vestiaires sont limites…

Il y a beaucoup de choses à faire, mais tout cela est complémentaire.

Luc Arrondel

Peut-on espérer que l’Euro féminin qui se joue actuellement en Angleterre, continue à faire évoluer la situation des footballeuses ?

Si vous formez plus de footballeuses, que vous les formez mieux, vous aurez plus d’équipes compétitives.

Tout cela va contribuer à améliorer le championnat, à le rendre plus visible, plus vendable.

Je pense que le football international féminin a gagné son pari : les audiences sont fortes, le niveau des équipes est très très bon, il commence à y avoir des retombées commerciales.

Mais il faut essayer de profiter de ces succès pour essayer de développer les clubs où il reste encore beaucoup à faire.

  • « Comme les garçons ? L’économie du football féminin », Luc Arrondel et Richard Duhautois, édition Rue D’ulm Eds
Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »
 Maïva Hamadouche : « J’ai pris la boxe comme une bouée de sauvetage. »

 Maïva Hamadouche : « J’ai pris la boxe comme une bouée de sauvetage. »

Elle a poussé la porte d’une salle de boxe par hasard et, depuis, elle n’a plus quitté le ring. Maïva Hamadouche, 24 combats pro à son actif, 22 victoires dont 18 par K-O., a trouvé sa voie. Après un passage en équipe de France pour les JO de Tokyo, l’Albigeoise de 33 ans s’est fixé un objectif majeur pour 2023 : reprendre sa ceinture mondiale en super-plumes. Rencontre avec une fille qui a du punch.

Lire plus »
Le sport feminin

La laborieuse ascension du sport au féminin

Le sport féminin est-il en danger ? Malgré les efforts faits depuis une trentaine d’années pour plus d’égalité en matière de pratique sportive, la situation n’évolue que doucement. La pandémie de Covid-19 n’a pas arrangé les choses. Ce serait même tout le contraire.
Décryptage avec Carole Gomez, directrice de recherche en géopolitique du sport à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et autrice d’un rapport intitulé : « Sport mondialisé : les défis de la gouvernance ».

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner