Jeux Olympiques L’heure est au serment olympique

Serment olympique
Il fait partie du protocole de la cérémonie d’ouverture. Ce 23 juillet, il sera, comme le veut la coutume, prononcé par un athlète du pays hôte des Jeux Olympiques. Mais quelle est l'histoire de ce moment si solennel ? Main sur le drapeau, à vos cordes vocales !

Par Manon Gimet

Publié le 22 juillet 2021 à 7h00

C’est un peu le pilier central des symboles des Jeux. Le serment olympique était déjà d’une grande importance aux Jeux de l’Antiquité : les athlètes prêtaient serment devant la statue de Zeus, affirmant ainsi leur origine grecque, juraient que leurs intentions étaient pures, qu’ils observeraient les règles et qu’ils lutteraient loyalement.

Les athlètes de l’ère moderne prêtent serment de la même façon, mais avec un texte écrit par Pierre de Coubertin. Et ils le font sur le drapeau olympique et non sur une offrande destinée à un dieu.

Le serment olympique tel qu’écrit par le fondateur des Jeux modernes a une double vocation : faire revivre une cérémonie de l’Antiquité et s’assurer que tous les participants respecteront les règles des JO.

« Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d’y participer dans un esprit chevaleresque, pour l’honneur de nos pays et pour la gloire du sport. »

S’il a été prononcé pour la première fois de son histoire en 1920 lors des Jeux Olympiques d’Anvers par un escrimeur belge, Victor Boin, au nom de tous les athlètes, il a évolué avec le temps. Ainsi, en 2000, à Sydney, en Australie, le serment inclut pour la première fois explicitement la notion de dopage.

Victor Boin, escrimeur belge, premier athlète à prononcer le serment olympique aux Jeux Olympiques d’Anvers de 1920

Ce serment a aussi évolué dans la façon de procéder. Faisons un petit bond dans le temps. 1972 : le serment olympique n’est plus seulement destiné à être lu par les athlètes, il est aussi prononcé par un juge au nom de tous les siens.

Juste après l’allumage de la flamme olympique, il prête serment : « Au nom de tous les juges et officiels, je promets que nous remplirons nos fonctions pendant ces Jeux Olympiques en toute impartialité, en respectant et suivant les règles qui les régissent, dans un esprit de sportivité. »

Trente ans plus tard, en 2012 lors des Jeux de Londres, c’est un entraîneur qui doit également être aux côtés d’un athlète et d’un juge lors de la cérémonie d’ouverture pour prêter serment.

Sarah Stevenson, médaillée d’or de taekwondo en 2008, lit le serment olympique des athlètes, en 2012.

Depuis les Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang en 2018, les serments des athlètes, des juges et des entraîneurs ne font qu’un afin de raccourcir la durée de la cérémonie.

Chaque représentant prononce : « Au nom des athlètes », « Au nom des juges », « Au nom des entraîneurs et officiels ». Et seul l’athlète déclame le serment.

Pour ces Jeux de Tokyo 2021, le serment olympique sera adapté pour promettre la cohésion et la non-discrimination, les mots “inclusion“ et “égalité“ ont ainsi été ajoutés :

« Nous promettons de prendre part à ces Jeux Olympiques en respectant et en suivant les règles, dans un esprit de fair-play, d’inclusion et d’égalité. Ensemble, nous sommes solidaires et nous nous engageons pour un sport sans dopage, sans tricherie et sans aucune forme de discrimination. Nous le faisons pour l’honneur de nos équipes, dans le respect des principes fondamentaux de l’Olympisme, et pour rendre le monde meilleur grâce au sport. »

À l’image du double porte-drapeaux inauguré cette année, la parité sera aussi de la partie avec l’introduction de deux athlètes, deux entraîneurs et deux juges, hommes et femmes, pour prononcer le serment…

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
Euro de natation 2022, les Tricolores vont faire des vagues !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le récap’ historique du mois d’août, une cycliste pleine d’espoir, une championne dans les nuages, un Euro dans l’eau, une Coupe du Monde sur la vague, neuf championnats d’Europe en un, le retour sur les femmes et la natation et un trail pour transpirer, c’est sur ÀBLOCK! cette semaine. À lire on the rocks.

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Elle est photographe et réalisatrice de documentaires. Son dernier film, « Bande de skateuses », est une épopée immersive sur l’explosion du skateboard féminin en France. Partie à la rencontre de plusieurs générations du milieu de la glisse sur bitume, Marion Desquenne en a rapporté un témoignage qui va au-delà de la simple pratique du skate et en dit long sur une société qui a encore du boulot en matière d’égalité des genres.

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner