Rechercher

Aurélie Delattre : « La course de chiens de traîneaux ? Un coup de foudre ! »Musher, vétérinaire, gérante de séjours en Laponie, 33 ans

Aurélie Delattre, « Ce qui m'éclate dans la compét', c'est le dépassement de soi. »
Tout comme son compagnon, elle s'est élancée ce week-end pour une nouvelle Grande Odyssée. La musher française Aurélie Delattre, tenante du titre de la catégorie Limited, a toujours le même objectif  : gagner, en mettant le plaisir de ses chiens au coeur de l'aventure. Rencontre avec une reine des neiges.

Propos recueillis par Alexandre Hozé

Publié le 08 janvier 2023 à 18h03, mis à jour le 09 janvier 2023 à 16h02

« Depuis mon enfance, j’ai toujours beaucoup aimé le sport. La compétition, c’était surtout en équitation. Saut d’obstacles, concours complet… J’avais déjà un rapport fort à l’animal, mais ça ne m’empêchait pas de toucher à d’autres disciplines : volley, badminton, natation…

Cette attirance pour le sport ne vient pas de ma famille, sinon j’aurais sans doute fait beaucoup plus de compétition, voire du haut-niveau. Mais malgré ça, je n’ai jamais lâché la pratique sportive. 

Quand j’étais jeune, le sport me procurait surtout du plaisir quand je progressais, quand j’allais de l’avant. La compétition permet bien sûr de se comparer aux autres mais, moi, c’est surtout dans le dépassement de soi que je m’éclate. 

J’ai découvert la course de chiens de traîneaux lorsque je suis devenue vétérinaire. Les sports alpins m’ont toujours beaucoup plu et les animaux en plus, c’était parfait ! Donc au final, cette discipline collait très bien avec mes centres d’intérêts.

Puis, la véritable découverte de ce sport s’est faite sur la Grande Odyssée, en tant que membre de l’équipe vétérinaire. Je me doutais que ça allait me plaire, mais pas à ce point. Ça a vraiment été le coup de foudre ! J’y ai fait mes débuts sur le tard, mais ça n’a pas été un problème. Pour commencer, j’ai collaboré avec Rémy Coste, un musher français. On a développé nos attelages ensemble. 

Mon expertise plus théorique sur la santé des chiens, combinée à ses connaissances pratiques de la course nous ont permis de progresser rapidement. Normalement, cet échange aurait seulement dû durer quelques mois, mais finalement, je suis restée vivre avec Rémy en Laponie…La vie, quoi.

Aujourd’hui, on a chacun notre attelage, mais on travaille en commun. On accueille des touristes à qui l’on propose de découvrir le traîneau, de faire du cheval… Ça nous permet de financer notre passion. 

Aurélie Delattre et Rémy Coste en Laponie, entourés de leurs chiens.

Tout n’a pas toujours été simple. Deux attelages, ça fait beaucoup de chiens et nous voulions vraiment que ces derniers soient bien avec nous. Nous avons donc hésité à ne garder qu’un seul attelage, et puis nous avons tenté le coup. Ça nous a permis de vraiment nous concentrer sur l’éducation de nos chiens et sur nos relations avec eux.

Nos attelages ne fonctionnent pas réellement comme des meutes, il n’y a pas de hiérarchie. Chaque chien a un rapport particulier avec nous. Et ces relations se resserrent encore davantage en compétition. 

Avec Rémy, nous avons décidé de mettre le plaisir du chien au coeur de ce que nous faisons. Le chien court parce qu’il aime ça, et il faut que ça reste ainsi. Si nos chiens ne couraient pas pour eux, ils pourraient perdre l’envie. Et nous aussi.

Pour en revenir à mes débuts en course de chiens de traîneaux, c’était en 2019 sur la Grande Odyssée. J’avais choisi de concourir dans la catégorie Open, donc avec une équipe de douze chiens, dont huit qui courent chaque jour. Je me souviens qu’on m’avait dit que c’était de la folie ! 

J’ai fait pareil l’année suivante. Le but était d’apprendre, de me perfectionner, pour les descentes par exemple. Il y a très peu de reliefs en Laponie, donc rien à voir avec les Alpes. Mais, malgré tout, je m’en sortais bien ! 

Et à partir de l’année dernière, l’objectif était vraiment de gagner. J’ai alors changé de catégorie pour ne pas concurrencer Rémy  ! Je suis passée en Limited (une équipe de neuf chiens, dont cinq ou six courent tous les jours), Rémy continue de tout gagner en Open. Nous n’étions pas prêts à nous affronter. 

Le fonctionnement d’une journée de compétition est assez simple mais il ne faut pas se tromper : on décide chaque jour des chiens qui vont courir ensemble. Même principe qu’une équipe de foot. En revanche, une fois qu’on est parti, on doit rester avec cet attelage jusqu’à la fin du parcours du jour. Si un de mes chiens se blesse, je le monte dans le traîneau et je boucle la journée avec le nombre de chiens restant. 

Pour limiter les risques de blessures, nous avons développé des séances d’ostéopathie spécifiques. Pour traiter, prévenir, détecter de potentielles anomalies et ainsi ne pas faire courir un chien diminué. 

Ma formation de vétérinaire ostéopathe m’a forcément sensibilisée à ce genre de soins. Et aujourd’hui, c’est l’ensemble de notre discipline qui suit le mouvement. Encore une fois, la combinaison entre la théorie des vétérinaires et la pratique des mushers nous a vraiment permis de beaucoup progresser.

Au cours de la Grande Odyssée, il faut composer avec la fatigue qui s’accumule. C’est pour ça qu’on s’entoure d’handlers (les « chevilles ouvrières » de l’attelage, Ndlr). Chaque musher a le droit à deux handlers qui vont l’aider entre les étapes. 

Nos handlers nous ressemblent, si j’ose dire : l’une a suivi la même formation de vétérinaire ostéopathe que moi ; l’autre connaît bien les chiens, elle est venue passer du temps chez nous… Cette aide est essentielle.

D’ailleurs, toute cette partie sur l’accompagnement des chiens, c’est le plus important pour moi. Si je devais choisir entre être musher ou handler, je préférerais le dernier. J’adore la compétition, mais encore une fois, pour moi, c’est vraiment la relation avec l’animal qui prime. On en demande tellement à nos chiens, ils doivent grimper des pistes de ski, faire plus de quarante kilomètres par jour, l’entraînement et l’alimentation sont très poussés… On sait ce qu’on doit à nos chiens.

L’an dernier, le début de la Grande Odyssée a été compliqué, ma principale concurrente était plus rapide que moi. Je me souviens : je mets plusieurs jours à rentrer dans la compét’, à bien me concentrer et à me faire confiance. Le passage d’un terrain très plat en Laponie à celui des Alpes joue dans cette latence. Mais en fin de compte, une fois les trois premiers jours passés, alors que ma concurrente et ses chiens sont fatigués, nous montons en puissance, nous progressons vite. Et je gagne ! 

Cette année, la préparation en Laponie s’est idéalement déroulée, on a eu de la neige. Nous avons pu préparer les longues distances que nous devrons affronter. Mais on est arrivés tardivement en France, on est un peu dans le flou concernant la qualité ou le manque de neige dans les Alpes. Il y a un risque que les chiens soient perturbés par tout ça.

Pour autant, je suis confiante, j’ai un très bon attelage, Rémy aussi. L’objectif, c’est de gagner tous les deux, comme l’année dernière ! J’y crois, même si j’ai de gros concurrents dans ma catégorie. On va être trois ou quatre attelages à se battre pour le podium, ça va être très intéressant et ça promet du spectacle !

Après ? On aimerait bien participer à des courses en Amérique du Nord. C’est une organisation compliquée, avec le voyage, l’entraînement sur place, etc. Mais c’est vraiment une idée qui nous trotte dans la tête. 

On a beaucoup gagné en Europe, donc on veut se frotter maintenant aux Nord-Américains qui sont très bons. Des Français qui vont faire des courses là-bas, ce serait sans doute une première ! 

Pour découvrir le quotidien d’Aurélie Delattre et Rémy Coste en Laponie, rendez-vous sur leur site.

Ouverture : Collection personnelle Aurélie Delattre

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Kids

À la puberté, faut limiter le sport oui ou non ?

Le sport, quand on est parents d’un ado, c’est un peu « Je t’aime, moi non plus ». Qu’il pratique une activité sportive, évidemment… mais pas trop quand même. « Pense aussi à l’école » ! Et puis, il paraît que le sport et la puberté ne font pas bon ménage. Il paraît…

Lire plus »
De la Régionale à la Division 1... Quand une petite équipe de foot devient grande Laurie Teinturier

De la Régionale à la Division 1 ou quand une petite équipe de foot devient grande…

En septembre, celles que l’on appelle les « Chouettes » vont s’envoler vers les sommets. Le petit club d’Issy-les-Moulineaux, GPSO 92 Issy, sera à l’affiche d’une rencontre de Division 1 Arkema de football féminin face à Le Havre AC. Une première depuis 2014 où après avoir concouru avec les meilleures équipes de France, le club avait été relégué jusqu’en division régionale. Récit d’une ascension compliquée, mais victorieuse, pour rejoindre l’élite.

Lire plus »
Myriam Nicole

Best-of 2021, la totale ÀBLOCK!

Avez-vous été ÀBLOCK! cette année ? Que s’est-il passé en 2021 dans nos colonnes ? Vous avez loupé quelque chose ? Attention, séance de rattrapage, voici donc le Best-of des Best-of de cette fin d’année. Enjoy !

Lire plus »
Nita Korhonen

Nita Korhonen : « Le monde de la moto s’ouvre, mais le cas “Sharni Pinfold“ prouve qu’il y a encore du boulot. »

“L’affaire“ Sharni Pinfold a fait l’effet d’un réveil d’après-cuite pour les motards. Une pilote qui se retire de la compet’ pour cause de misogynie, ça plombe les paddocks. La FIM (Fédération Internationale de Moto) a rapidement réagi, déplorant cette décision et rappelant que le monde de la moto devait être bienveillant. Rencontre avec Nita Korhonen, la directrice de la Commission FIM “Femmes et Motocyclisme“.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une enquête sur la bigorexie ou quand trop de sport tue le sport, une joueuse de hand passée à la moulinette, une experte de l’évolution du sport féminin qui parle sans langue de bois, un Top littéraire pour bouger en 2023, des témoignages de filles pour qui le sport, c’est la vie (comme la motarde Lil’Viber sur notre photo)… Régalez-vous !

Lire plus »
Corse coach vocab

Une Corse ? Cékoiça ?

Ça a un peu à voir avec l’île de Beauté, mais davantage encore avec le plongeon. Mais aucun lien avec l’univers de la natation. Alors, c’est quoi ? Une technique de défense en volley-ball ! Les joueurs, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Juliana Buhring

Le Top 10 des livres pour attaquer l’été ÀBLOCK!

La tête et les jambes, ça vous dit ? Le sport, certes, c’est là pour bouger, mais aussi pour nourrir l’esprit. La preuve en 10 ouvrages (comme celui de Juliana Buhring sur notre photo) à dévorer cet été, entre deux séances d’activité physique ou sur son transat, au choix. Et sans que ça nous fasse suer !

Lire plus »
Laura Gauché, l'étoile bleue qui grimpe…

Laura Gauché, l’étoile bleue qui grimpe…

Atteindre des sommets, c’est ce qui l’a toujours fait vibrer. Depuis plusieurs années, skis aux pieds, Laura Gauché glisse vers un avenir glorieux. Les Championnats du Monde de ski alpin qui viennent de s’ouvrir à Courchevel-Méribel sont un jeu de pistes extra pour une enfant de la région.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner