Caroline Garcia la saison n'est pas finie…

Caroline Garcia, le rêve est en marche…
La finale de l'US Open lui échappe et alors ? Caroline Garcia vit une saison incroyable et nous, on aime les sportives qui en veulent et qui ne boudent pas leur plaisir sur les terrains. Et la joueuse de tennis française ne s'est épargnée aucun effort pour arriver au top. Portrait d'une fille tout court.

Par Alexandre Hozé

Publié le 09 septembre 2022 à 11h53, mis à jour le 08 novembre 2022 à 16h15

Qui a dit que le tennis français allait mal ? Alors certes, les messieurs ont connu des jours meilleurs. Mais chez les dames, le vent semble (enfin) tourner ! Pour la première fois depuis 2013 et la victoire de Marion Bartoli à Wimbledon, une Française fait partie du haut panier du circuit WTA.

Difficile de la louper ces derniers temps, on parle bien de Caroline Garcia. 

Cette saison 2022 est sans conteste sa meilleure depuis son arrivée dans la cour des grandes en 2011. Et pourtant, la tricolore n’a pas chômé depuis son arrivée sur les courts. 

Après des débuts raquette en main à ses 10 ans, elle progresse à son rythme sous l’œil de son père. Une fois décroché un titre de championne de France des 17-18 ans, elle s’attaque au circuit WTA. Mais encore une fois, sans se presser.

©Caroline Garcia/Facebook

L’apprentissage du haut niveau est loin d’être chose aisée. Mais Caroline Garcia n’est pas du genre à baisser les bras. Coacher par son père, elle adapte petit à petit son jeu aux exigences du tennis pro. Quelques premiers tours réussis lors des tournois du Grand Chelem, une entrée dans le top 100 mondial…

Les efforts paient, sa notoriété monte. Et les résultats vont rapidement suivre. 

En 2014, premier coup d’éclat pour la Française. Victoire sur le sol colombien lors du tournoi de Bogota. Ça y est, Caroline Garcia gagne. Et si la confirmation la saison suivante est plus délicate, qu’à cela ne tienne, la tricolore va assumer son nouveau statut : celui d’une joueuse qui regarde vers le haut et qui ne tremble devant personne.

©Caroline Garcia/Facebook

En 2016, ce sont deux titres qui tombent dans sa besace en simple. Mais la joueuse ne se cantonne pas à ça… Son style de jeu agressif est parfaitement adapté aux exigences du double. Son association avec Kristina Mladenovic va le confirmer. À domicile, devant un public parisien ravi d’avoir des Françaises à ce niveau, le duo remporte Roland-Garros. Ce n’est pas rien ! 

Et Caroline Garcia prend goût au succès. La saison suivante, toujours lors du tournoi Porte d’Auteuil, elle se hisse en quarts de finale en simple. Meilleur résultat pour elle dans une compétition de ce niveau.

Ça se voit au classement : le top 10 WTA compte une nouvelle membre. Sa huitième place mondiale va même lui permettre de briller lors du Masters, échouant aux portes de la finale. 

©Caroline Garcia/Facebook

Fin 2017, tout le monde en est persuadé : la France tient une pépite. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Malgré un passage dans le top 5 mondial, Caroline Garcia perd sa régularité. Et à ce niveau-là, ça ne pardonne pas.

Dix-neuvième mondiale fin 2018, elle ne va pas arrêter de chuter au classement pendant plus de trois ans. Mais tout n’est pas à jeter dans cette période. Notamment sa victoire en Fed Cup avec l’équipe de France. Au bout du suspense lors du double décisif, accompagnée par Kristina Mladenovic, Caroline Garcia s’offre une parenthèse dorée. Mais ses contre-performances en simple vont vite la ramener sur terre. 

Quelque chose ne va pas, il faut du renouveau pour permettre à la jeune prodige de retrouver le chemin du succès. Caroline Garcia en est d’ailleurs la première consciente et va se donner les moyens de casser cette dynamique. 

©Caroline Garcia/Facebook

L’association avec son père, c’est fini. Si Louis-Paul Garcia reste le premier supporter de sa fille, c’est à Bertrand Perret qu’incombe le coaching, désormais. Choix audacieux de la part de la joueuse. Mais ça paye ! 

Début 2022, Caroline Garcia est soixante-quatorzième mondiale. Et après un début de saison poussif, tout s’accélère. Comme en 2016, elle s’impose Porte d’Auteuil en double avec sa pote Kristina Mladenovic. 

Puis, lors du tournoi de Bad Homburg et de Varsovie, elle retrouve le succès. Depuis quelques semaines, la Française a encore augmenté son niveau de jeu. Et ça fait mal. 

©Caroline Garcia/Facebook

A Cincinnati, compétition de haut vol, elle se sort des qualifs pour aller chercher dans la foulée la victoire finale. Une première dans l’histoire du tournoi canadien ! Trois membres du top 10 n’ont rien pu faire face à une Caroline Garcia en état de grâce. Cette victoire lui fait prendre une autre dimension. 

La tricolore fait partie des favorites pour l’US Open. Et elle assume ! Personne n’arrive à lui voler un set. Même la jeune prodige américaine Coco Gauff échoue devant son public. Pour la première fois de sa carrière, Caroline Garcia est en demi-finales d’un tournoi du Grand Chelem. Hélas, le rêve se brise aux portes de la finale, balayée en deux sets, 6-3, 6-1.

Mais si elle n’a pas réussi à vaincre la cinquième joueuse mondiale, la Tunisienne Ons Jabeur, la Française peut se consoler avec une saison (déjà) historique : « C’est comme ça que je kiffe ma passion, a positivité Caroline Garcia lors de la conférence de presse qui a suivi la désillusion de cette demi-finale. Il y a encore plein de marge de progrès dans plein de domaines. C’est aussi beaucoup d’enthousiasme par rapport au futur. »

Rien n’est jamais terminé pour une fille ABLOCK! 

©FFT

  • Depuis l’écriture de cet article, Caroline Garcia a terminé sa saison en apothéose : elle a décroché, le 8 novembre 2022, le 11e titre de sa carrière en simple, en s’imposant au Masters WTA, au Texas. Elle devient, à 29 ans, la deuxième Française à remporter ce titre, dix-sept ans après la victoire d’Amélie Mauresmo.
Ouverture : FFT

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Wendie Renard, la capitaine qui ne perd pas le cap

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un retour sur les nombreuses sportives qui se sont illustrées en juillet, un regard « business » sur le football féminin, la découverte des Bleues de l’Euro Foot (dont Wendie Renard, la capitaine, sur notre photo), un trail pour la bonne cause, l’histoire des premières stars féminines du ballon rond, voilà le menu du Best-of ÀBLOCK! de la semaine.

Lire plus »
Gaétan Alibert : « Les femmes dans le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

Gaétan Alibert : « Les femmes et le baseball… ça a été compliqué, mais elles ont toujours été là. »

L’open de France de baseball féminin se jouait à Valenciennes la semaine dernière. Mais si on prolongeait le plaisir avec Gaétan Alibert ? Auteur passionné et passionnant d’une « Histoire populaire du baseball », il nous éclaire sur ce sport encore trop peu (re)connu en France, mais également sur quelques-unes de ses pionnières audacieuses. Et c’est de la balle !

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »

Hilary Knight, l’élève surdouée du hockey sur glace féminin

Meilleure buteuse dans l’histoire du Championnat du monde de hockey féminin, l’Américaine n’en est pas à son premier exploit sur des patins et pour ce qui est de la place des femmes dans le sport. Hilary Knight est une multi-championne olympique qui sait briser la glace quand il s’agit de faire avancer le jeu côté hockey féminin. Totalement ÀBLOCK!

Lire plus »
Sasha DiGiulian

Sasha DiGiulian, la première de cordée qui donne de la “voie”

À tout juste 28 ans, l’Américaine est l’une des figures les plus célèbres du monde de l’escalade. Sasha DiGiulian gravit les montagnes à la force de ses bras et de son mental de roc. Icône de l’ascension, elle a pour ambition d’entraîner d’autres femmes dans sa cordée. Et ainsi de féminiser un milieu encore peu ouvert à la diversité.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner