Rechercher

Mondiaux d'athlétisme 2023 Le récap'

Alice Finot
It's over ! Les championnats du monde d'athlétisme 2023 se sont conclus ce dimanche 27 août. Si le niveau de la compétition a une fois de plus été époustouflant, on ne peut malheureusement pas en dire autant pour notre équipe de France... A moins d'un an des JO, l'athlétisme français est en crise.

Par Alexandre Hozé

Publié le 29 août 2023 à 8h44, mis à jour le 30 août 2023 à 11h38

Fin du tour de piste ! Après neuf jours de compétition, les 2187 athlètes présents à Budapest pour les championnats du monde d’athlétisme 2023 en ont fini… en attendant les Jeux Olympiques de Paris 2024 dans onze mois ! 

Parlons tout de suite du sujet qui fâche : une médaille. C’est le triste bilan qu’arbore l’équipe de France. Avant la dernière soirée du dimanche 27 août, aucune breloque n’était au compteur des Bleus. Alors merci et chapeau au relais 4*400 mètres masculin français pour leur magnifique deuxième place. 

Malgré tout, ça pique. La France, future hôte des JO, pointe à la vingt-septième place au classement des médailles, loin derrière les États-Unis, le Canada, l’Espagne ou la Jamaïque. En comptant les relais, c’est à seulement huit reprises qu’un ou des tricolores se sont retrouvés dans les huit premiers d’une épreuve, donc finalistes. 

Toute son expérience n’y a rien fait, Mélina Robert-Michon a échoué lors de la finale du lancer de disque.

Chez les femmes, seule Alice Finot s’est hissée à ce niveau. Attendue comme une des cadres de l’équipe de France, la demi-fondeuse a réalisé un très beau 3000 mètres steeple en finale, avec un dernier tour supersonique. À l’arrivée, elle est cinquième et améliore son record de France. 

Tout n’est pas à jeter pour les Bleues ! Nawal Meniker et Solène Gicquel se sont illustrées en qualifications du saut en hauteur en arrachant leurs tickets pour la finale. Pour sa première sélection chez les grands, l’heptathlonienne Auriana Lazraq-Khlass bat son record personnel et finit à une encourageante douzième place. 

De belles promesses pour l’avenir… 

Mais pour le reste, ces mondiaux ont été très délicats. Mélina Robert-Michon qui s’est qualifiée pour la finale du lancer de disque a terminé neuvième avec un lancé décevant de 63,59. Et ni Alexandra Tavernier ni Rénelle Lamote n’ont réussi à se hisser en finale. Idem pour les trois perchistes françaises, Margot Chevrier, Marie-Julie Bonnin et Ninon Chapelle qui n’ont pas passé le cap des qualifs. Clémence Beretta finit son vingt kilomètres marche à la seizième place, l’apprentissage continue pour la Vosgienne. 

Alice Finot est une des rares satisfactions côté français.

À l’exception du relais 4*400 mètres, les messieurs tricolores n’ont pas été au top non plus, à l’exception du jeune perchiste Thibaut Collet ou encore de Sasha Zhoya sur 110 mètres haies… 

Alors que les Jeux Olympiques sont plus proches que jamais, la remise en question est urgente pour l’athlétisme français. D’autant plus que le niveau international, lui, est loin de baisser, ces championnats du monde 2023 en attestent… 

La guerre USA – Jamaïque annoncée sur le sprint féminin a bien eu lieu. Après la victoire sur 100 mètres de la jeune américaine Sha’Carri Richardson, la Jamaïquaine Shericka Jackson lui a répondu sur 200 mètres avec un chrono canon (21 secondes et 41 centièmes), à seulement sept centièmes du record du monde. La troisième manche lors du relais 4*100 mètres a basculé en faveur des Etats-Unis. On a hâte de voir la suite de cet affrontement de haut vol ! 

La sprinteuse américaine Sha’Carri Richardson repart de Budapest avec deux médailles d’or autour du cou !

Autre performance notable, la Vénézuélienne Yulimer Rojas conserve sa couronne mondiale du triple saut pour la quatrième fois consécutive. C’est à son ultime essai que la championne a pris la tête du concours. 

En demi-fond, le duel annoncé entre Faith Kipyegon et la Néerlandaise Sifan Hassan a basculé du côté de la première. Sans égale, la Kényane réalise le doublé 1500 mètres – 5000 mètres. 

Il y a aussi eu une belle image au terme du concours de saut à la perche. À égalité, l’Américaine Katie Moon et l’Australienne Nina Kennedy se sont partagées la médaille d’or. 

L’histoire est belle pour les deux perchistes…

Bref, vous l’avez compris, ces championnats du monde d’athlétisme 2023 n’ont pas manqué d’animation. Mais bon, ça aurait été encore mieux avec notre équipe de France sur le devant de la scène… 

Quelles solutions pour changer cette mauvaise dynamique ? Le chantier paraît immense, et le temps manque cruellement à seulement onze petits mois des Jeux Olympiques 2024 de Paris. 

Une chose est sûre, il va falloir tout donner pour remonter la pente, être ÀBLOCK! quoi ! 

Auriana Lazraq-Khlass a apporté une très belle énergie à l’équipe de France pour ses premiers championnats du monde…©FFA

Ouverture : Alice Finot ©FFA

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »
Marit Bjørgen, la reine des neiges

Marit Bjørgen, la reine des neiges

Elle est tout simplement l’athlète la plus titrée de l’Histoire des Jeux Olympiques d’hiver et ce, tous sexes confondus. Avec quinze médailles, dont huit en or, la skieuse norvégienne Marit Bjørgen devance, sur le podium, ses compatriotes Ole Einar Bjørndalen et Bjørn Dæhlie. Retour sur le parcours d’une fondeuse d’exception.

Lire plus »
Clara Valinducq : « À la fédé d’aviron, on m’a tellement répété que j’étais nulle que j’ai fini par y croire. »

Clara Valinducq : « À la fédé d’aviron, on m’a tellement répété que j’étais nulle que j’ai fini par y croire. »

L’ex-championne d’Europe et championne de France d’aviron, Clara Valinducq, affirme avoir été victime, au sein de la fédération, de harcèlement moral jusqu’à tomber dans des troubles du comportement alimentaire sévères et dans la dépression. Aujourd’hui, elle dit vouloir tout raconter afin d’être « aidée » et de recommencer « à vivre ». Contacté par ÀBLOCK!, le directeur de la Fédération française d’aviron demande à l’auditionner pour éclaircir les faits.

Lire plus »
Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne de ski. »

Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne du monde de ski. »

Elle a marqué l’Histoire du ski. En à peine dix ans de carrière, Marielle Goitschel (au centre sur notre photo) a tout raflé. Multiple championne du monde et olympique, l’Avaline continue d’espérer qu’une skieuse française lui succède sur la plus haute marche du podium de géant et de slalom à l’heure où les meilleures de la planète dévalent les pistes de ces JO de Pékin. Conversation avec une légende.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner