Rechercher

« Je nage en sirène… et c’est du sport ! »Stéphanie alias Andrina la sirène, 35 ans

Andrina la sirène
Voisine de l’Océan Atlantique, l’apprentie comédienne et modèle s’est un jour réveillée dans un corps et un mental de… sirène. Fascinée par le monde magique de ces créatures ondulantes, elle a fait de son rêve une réalité en devenant sirène professionnelle. Une féérie qui se travaille !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 16 septembre 2020 à 12h50, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h59

« La natation n’a pas été un jeu d’enfant pour moi, bien au contraire ! Petite, j’ai vécu une expérience qui m’a traumatisée : mon chien s’est noyé dans la piscine familiale à une période où je commençais tout juste à apprendre à nager.

Comme nous habitions à côté de l’Océan Atlantique, mes parents tenaient à ce que je sache nager, alors je m’y suis mise, même si j’étais tétanisée par les profondeurs…

 Vers l’âge de 17-18 ans, je faisais du théâtre ainsi que des photos en tant que modèle amateur, j’avais l’habitude de me costumer. J’ai eu envie de m’essayer au personnage de la sirène et j’ai recherché un costume.

J’ai alors rencontré une jeune Toulousaine, Aurore, qui créait des nageoires en tissu. Avec elle, j’ai découvert l’activité du « mermaiding », l’art de nager comme une sirène (de l’anglais mermaid, pour sirène, ndlr). Ça m’a donné l’idée de proposer des animations – séances photos, jeux dans l’eau – en tant que sirène professionnelle.

Andrina la sirène
©Océarium du Croisic

En 2015, quand j’ai commencé ce métier, il n’était pas très répandu, surtout en France. C’est une tendance qui vient des États-Unis et la première sirène pro au monde, la référence mondiale, c’est l’Australienne Hannah Fraser. Puis, très vite, j’ai entendu parler de Claire La Sirène, la première sirène professionnelle de France. Je l’ai contactée et je suis allée la voir nager en aquarium. Je ne pensais pas qu’un jour j’aurais le courage de faire la même chose !

C’est l’Océarium du Croisic qui m’a, le premier, fait confiance. C’était il y a quatre ans, lorsqu’ils ont eu un bassin approprié, avec des raies du Pacifique. Je n’avais jamais fait une telle performance, eux non plus, on s’est lancé !

Andrina la sirène
©MissiGraphie

Si c’est un spectacle, c’est aussi du sport ! Je me produis pendant dix minutes dans un aquarium au milieu des raies et je dois enchaîner plusieurs apnées – entre 45 secondes et 1 minute – en privilégiant les mouvements lents, plus jolis esthétiquement.

Je n’ai pas de pince-nez, de bouchons d’oreilles, de lunettes, rien pour m’aider à respirer. Je dois aussi faire attention à ne pas toucher les raies car elles ont un dard venimeux sur la queue. L’eau peut être froide et mon costume est assez lourd.

Je plonge avec un costume d’une dizaine de kilos créé par Richard Van Loot « The Mermad Tails » qui fait un travail sublime. J’ai une nageoire d’écailles en tissu et un soutien-gorge, tous deux recouverts de silicone ainsi qu’une monopalme intérieure en silicone. Sans oublier les quatre kilos de plomb cachés dans mon costume pour me lester et rester bien en place sous l’eau.

Andrina la sirène
©Anthony Taugeron

C’est une activité qui demande de l’entraînement et de la discipline : je vais entre deux et trois fois par semaine en salle de sport pour faire du cardio et de la musculation. Je m’entraîne en piscine, je prends des cours d’apnée, j’apprends à maîtriser les mouvements d’ondulations. Pour ça, j’ai pris un coach en apnée qui s’est aussi spécialisé dans ces cours pour sirènes professionnelles, Jean-Luc Casares. J’ai aussi prévu de passer mon baptême de plongée et le niveau scaphandrier.

C’est vraiment un rêve d’enfant qui se réalise, ce côté princesse de la sirène ! Toute mon enfance, j’ai rêvé devant Ariel, La Petite Sirène, le film Splash avec Daryl Hannah… Je n’aurai jamais cru cela possible.

Quand je nage en sirène, j’ai une grande sensation de liberté et d’apaisement. Je suis dans ma bulle !

Andrina la sirène
©Jean-Luc Casares

On se prend parfois des réflexions du style « Mais tu as quel âge ? ». Les gens ne voient pas le côté sportif de cette activité. Je reprends une phrase de Walt Disney pour motiver les passionnées à se jeter à l’eau : « Si tu peux le rêver, tu peux le faire ! »

Il faut oser quand on est passionné, peu importe ce qu’on pense de toi. Et puis, il y a aussi des hommes qui s’y mettent. Il existe un concours de Mister Triton… Alors, quoi ? »

Pour suivre les aventures d’Andrina, rendez-vous sur son site et sur son compte Instagram @andrinalasirene

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Il était une fois le rugby…féminin

Il était une fois le rugby… féminin

Pas facile encore aujourd’hui d’être joueuse de rugby tant ce sport ne correspond en rien aux stéréotypes féminins. Pourtant, il y a eu des pionnières qui ont su transformer l’essai. Et les filles d’aujourd’hui prennent la balle au bond avec maestria. Petite histoire express du ballon ovale en mode demoiselle.

Lire plus »
Audrey Cordon-Rajot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Audrey Cordon-Ragot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Elle est l’une de ces défricheuses qui viennent de s’élancer sur les routes de l’Hexagone pour y disputer la plus prestigieuse des courses cyclistes du monde : le Tour de France. Un rêve pour Audrey Cordon-Ragot, qui, après avoir participé à la première édition du Paris-Roubaix féminin, s’apprête, à 33 ans, à marquer un peu plus encore l’histoire de sa discipline.

Lire plus »
Agathe Bessard

Agathe Bessard : « En skeleton, t’as pas le choix, il faut foncer ! »

Une fusée qui glisse comme elle respire, un sang-froid et une concentration inébranlables… Celle qui aime se surnommer « Fast & Curious » a une longueur d’avance : pionnière dans le skeleton féminin français, médaillée de bronze aux JO de La Jeunesse 2016, vice-championne d’Europe junior par deux fois et au bout du tunnel (de glace) : les JO d’hiver 2022. Rencontre tout schuss avec une reine de la luge.

Lire plus »
Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
Quand tu fais l'Ironman, tu oublies la douleur, tu ne gardes que les bons moments. 

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme de fer, une experte du maillot de bain, une course spartiate, une autre pour la planète, une pionnière du rugby, une nouvelle question qui tue… découvrez le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner