Il était une fois le cyclisme…féminin

Il était une fois le cyclisme…féminin
L'histoire du cyclisme féminin est pavée de pionnières comme le sont les rues du Paris-Roubaix qui reprendra la route dans sa version féminine à partir du 16 avril. Car pour que nos rouleuses d’aujourd’hui puissent pédaler sans entrave, d’autres avant elles ont fait en sorte que le vélo se conjugue au féminin. Qui étaient ces filles audacieuses qui leur ont montré la voie ?

Par Clotilde Boudet

Publié le 05 avril 2022 à 6h00, mis à jour le 12 mai 2022 à 10h05

Dans l’histoire de l’émancipation des femmes, le vélo tient une place toute particulière. Le tout premier « club » de femmes à voir le jour en 1892 était un club de vélo : le « Coventry Lady Cyclists ». Qui a très vite connaît le succès et a donné naissance à nombre clubs de cyclisme dans le monde. Autant dire que dans l’univers du cyclisme, les pionnières ne manquent pas !

Les deux suffragettes américaines Amélia Bloomer et Elizabeth Stanton, par exemple, ont inventé le bloomer pour libérer les femmes de leurs jupons et corset. Cette espèce de culotte bouffante deviendra dès la fin du XIXe siècle, le costume officiel des clubs de cyclisme féminin.

©Manchester Cycle Club, 1895

En 1895, c’est en bloomer justement qu’Annie Cohen Kopchovsky dite Annie Londonberry enfourche son vélo et s’élance depuis Boston, aux États-Unis, sur sa bicyclette Columbia pour un périple de quinze mois.

Elle est la première femme à faire le tour du monde à vélo. Elle se serait lancée dans cette aventure à la suite d’un pari, pour prouver que les femmes valent tout autant que les hommes.

Annie Londonderry en 1895…

En Europe, impossible de ne pas parler de la Française Marie Amélie Le Gall, connue aussi sous les noms de Lisette de Quintin, Mademoiselle Lisette ou Lisette Marton. Considérée comme la championne du monde féminine de la discipline en 1896, la Bretonne deviendra la coqueluche du public qui s’amassera sur les routes à chacun de ses coups de pédale.

Une championne qui refusait de porter des robes et qui, en rencontrant un jeune ingénieur suisse féru de vélo, épousera à la fois l’homme et sa passion.

Marie Amélie Le Gall alias Lisette Marton, en 1896… ©Wikipedia Commons

Impossible également de ne pas parler de la cycliste professionnelle italienne Alfonsina Strada. Dès 1904, alors qu’elle n’a que 13 ans, elle participe à des compétitions nationales mixtes ou 100 % féminines. En 1924, elle devient la seule femme à avoir « officiellement » participé au Tour d’Italie sous le nom… d’Alfonsin !

Autre coureuse audacieuse : la Française Marie Marvingt. Après s’être vu refuser l’inscription au Tour de France, la cycliste s’élancera malgré tout, seule derrière le peloton masculin…

Alfonsina Strada, la diablesse en jupons…

Il faut attendre les années 50 pour que le cyclisme féminin commence enfin à être pris au sérieux. Les premiers Championnats du monde, sur route et sur piste, sont organisés en 1958. Coïncidence ou signe du destin, c’est cette année-là que naît Jeannie Longo.

Elle est une des premières femmes à avoir attiré l’attention des médias français sur le cyclisme professionnel féminin. Il faut dire que son palmarès est exceptionnel : 59 titres nationaux, 13 titres de championne du monde et un titre olympique !

Jeannie Longo…©Ludovic/DR

Cent-vingt-neuf ans après la création du « Coventry Lady Cyclists », le cyclisme féminin continue de pédaler vers la lumière… Le 2 octobre dernier, pour la première fois de l’histoire du vélo, des coureuses ont participé à la mythique course Paris-Roubaix. Une course qui reviendra pour sa deuxième édition le 16 avril prochain.

Et de donner le la à la version féminine du Tour de France. Créée en 1984 puis stoppée en 2009, il prendra de nouveau la route en juillet. Ça roule, donc, pour le cyclisme féminin qui mouille le maillot pour mettre en lumière la place des femmes dans le sport. En selle !

Ouverture ©Collection Jules Beau Photographie sportive Gallica/Bnf

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie-Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Il était une fois… le BMX féminin

Il était une fois le BMX… féminin

Ce week-end ont eu lieu les Championnats de France de BMX Freestyle Park à Montpellier. Si les filles étaient en piste, il leur aura fallu quelques années pour s’imposer dans le monde des rideurs. L’occasion pour ÀBLOCK! de mettre en lumière les pionnières de la discipline. Entrez dans la “race“ !

Lire plus »
Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier : « Je suis une athlète, certes, mais je suis aussi une femme, une sœur, une copine… il faut me prendre dans ma globalité. »

Lorsqu’elle lance le marteau, c’est avec une force aussi bien physique que mentale. Alexandra Tavernier, 28 ans au compteur, a un joli palmarès : médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, d’argent aux championnats d’Europe de Berlin en 2018, recordwoman de France avec un lancer de 75,38m. Pourtant, cette athlète sensible avoue sans détour les doutes, la dépression, le mal-être qui l’ont affaiblie. Aujourd’hui, elle est une autre et nous raconte. Échange percutant.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner