Rechercher

Lolo Jones La course à la revanche olympique

Lolo Jones, la course à la revanche olympique
Elle a déjà été de trois campagnes. Alignée sur 100 mètres haies à Pékin et Londres, engagée en bobsleigh à deux à Sotchi, Lolo Jones a désormais les Jeux d’hiver en ligne de mire à partir du 4 février. L’Américaine de 39 ans espère y décrocher une médaille qui se refuse obstinément à elle depuis quatorze ans.

Par Sophie Danger

Publié le 13 janvier 2022 à 10h24, mis à jour le 10 février 2022 à 17h08

Elle pourrait disputer, à Pékin, les quatrièmes Jeux Olympiques de sa carrière, les deuxièmes sur neige.

À 39 ans, Lolo Jones est l’une des – très – rares athlètes à pouvoir se targuer d’avoir participé à la plus grande compétition du monde et dans sa version estivale, et dans sa version hivernale.

La native de Des Moines (Iowa, USA), actuellement en quête d’une place dans l’équipe américaine de bobsleigh, a en effet tenté, par deux fois déjà, de décrocher le titre suprême en qualité non de pousseuse mais… de hurdleuse !

©Lolo Jones

C’est à Bâton-Rouge, à l’université d’état de Louisiane, que l’épopée prend forme. Nous sommes au début des années 2000 et Lolo, qui n’est encore que Lori Jones, y a posé ses bagages après une enfance chaotique.

Trimballée entre une mère dévouée mais qui peine à subvenir aux besoins de ses cinq enfants et un père abonné à la case prison, la jeune femme a connu la misère, la rue et les familles d’accueil.

Son salut, elle le doit en grande partie à ses talents d’athlète. Repérée au collège, elle se rêve, depuis, en sportive professionnelle.

©Lolo Jones

Les championnats universitaires vont lui offrir une première occasion de briller. Sacrée sur 100 mètres haies en 2002, elle décroche, dans la foulée, le titre indoor en 2003 et en 2004.

Des performances remarquées mais pas suffisantes, malheureusement, pour valider son billet pour les Jeux Olympiques d’Athènes, en Grèce. Déçue, Lolo Jones s’accroche.

Quatre ans plus tard, l’heure de la revanche a sonné. Victorieuse des championnats du monde indoor, titrée lors des championnats US disputés à Eugene (Oregon, USA), elle débarque à Pékin, en Chine, avec un statut de favorite à défendre.

©Lolo Jones

Intraitable en série, elle met la concurrence à distance lors des demies en remportant la mise en 12’’43, meilleure performance mondiale de l’année et record personnel à la clé.

L’explication finale qui s’annonce semble devoir n’être qu’une simple formalité pour Lolo Jones. Du moins jusqu’à la neuvième et avant-dernière haie. L’Américaine, alors en tête, heurte une latte.

Déséquilibrée, elle laisse filer la concurrence et, à l’or promis, doit finalement se contenter d’une septième et avant-dernière place. La douche froide pour l’athlète de l’Iowa qui s’apprête à vivre quatre années compliquées.

©Lolo Jones

Victime de stress post traumatique, diminuée par des blessures, Lolo Jones s’accroche et bataille pour être de la partie à Londres, en Grande-Bretagne.

Championne du monde du 60 mètres haies pour la deuxième fois de sa carrière en 2010, elle remporte son cinquième titre national sur 100 haies en 2012 et s’assure une place aux Jeux britanniques.

Une virée européenne qui, une fois encore, va lui échapper. Deuxième temps des séries (12’’68), la néo trentenaire passe, de peu, à côté de la catastrophe en demie.

Surclassée par l’Australienne Sally Pearson en finale, elle échouera finalement au pied du podium, devancée de 10 centièmes, pour le bronze, par sa compatriote Kellie Wells.

©Lolo Jones

L’échec de trop pour la populaire hurdleuse à qui l’on reproche, dans le même temps, son physique avantageux et son palmarès famélique, le premier étant, selon ses détracteurs, outrageusement mis en avant à la seule fin de masquer le second.

Le coup de grâce pour Lolo Jones qui, de dépit, délaisse les pointes pour s’aventurer en terres inconnues, celles du bobsleigh où, casque vissé sur la tête, elle pourra, pense-t-elle, avancer masquée.

Devenue pousseuse-freineuse, elle s’illustre d’emblée sur le circuit Coupe du monde avec une deuxième place à Lake Placid (USA) trois mois seulement après avoir refermé le décevant chapitre londonien.

Sacrée à l’issue de l’épreuve par équipe aux Mondiaux de Saint Moritz (Suisse) début 2013, elle est retenue pour les Jeux de Sotchi, en Russie, où elle termine 11e en bob à deux.

©Lolo Jones

Lolo Jones prend date. Sa revanche, elle la prendra à Pyeongchang. Un souhait qui se révèlera finalement n’être qu’un vœu pieux.

Laissée sur la touche pour la Corée du Sud, elle hésite alors à reprendre du service sur les haies pour les Jeux de Tokyo 2021, mais la pandémie de covid-19 viendra, là aussi, contrarier ses plans.

Pas suffisant, néanmoins, pour la contraindre à renoncer à ses ambitions olympiques. À presque 40 ans, l’endurante américaine, passée spécialiste dans l’art de revenir de nulle part, est en effet loin d’avoir dit son dernier mot.

©Lolo Jones

Sacrée championne du monde de bob à deux avec sa néo-compatriote Kaillie Humphries en février dernier, la Louisianaise lorgne désormais sur… Pékin !

Quatorze ans après son échec retentissant sur les haies, Lolo Jones y voit là une occasion unique et ô combien symbolique de boucler la boucle en décrochant, enfin, dans la capitale chinoise, ces lauriers olympiques après lesquels elle n’a de cesse de courir, que ce soit sur le tartan et sur les pistes glacées, depuis bientôt deux décennies.

Ouverture ©Lolo Jones

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Elle est sauveteuse en mer et au-delà. Stéphanie Barneix accompagnée de cinq autres waterwomen rallient actuellement Monaco et Athènes en paddleboard. Un échauffement avant le défi Cap Optimist, qui se déroulera entre le Pérou et la Polynésie Française en janvier 2023. Un défi à la seule force des bras pour soutenir les personnes atteintes de cancer.

Lire plus »
Une course de folie pour une runneuse pas ordinaire

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footeuse qui fait voyager le foot féminin français, une adepte d’ultra-trail qui a le cœur sur la main (Isabelle sur notre photo), une biathlète qui veut tout rafler, une militaire qui excelle sur tous les terrains ou encore une nouvelle Question qui tue pour mieux bouger, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! et c’est juste pour vous !

Lire plus »
Perrine Laffont, 5 infos pour briller sur les cimes

Perrine Laffont, 5 infos pour briller sur les bosses enneigées

Une belle glissade qui n’en finit pas. Au lendemain de son sacre sur l’épreuve simple, elle a remporté, ce dimanche, le parallèle, son deuxième titre mondial des bosses en 24h lors des Mondiaux de Bakuriani. Perrine Laffont devient à 24 ans la skieuse la plus titrée de l’histoire des Mondiaux. Zoom sur la carrière d’une skieuse qui sait si bien rouler sa bosse.

Lire plus »
Tessa Worley

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Quelques idées pour entretenir sa culture du sport féminin, un trail nocturne et enneigé, des descentes à 250 km/h, une délégation olympique française qu’on espère bientôt en or aux JO de Beijing 2022 (dont Tessa Worley sur notre photo), le retour de notre fameuse « question qui tue », une rugbywoman qui défonce les préjugés et une athlète qui les prend de vitesse, c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine. Enjoy !

Lire plus »
Jeux de Beijing 2022 Les pionnières des JO d'hiverMarielle et Christine Goitsche

Jeux de Beijing 2022 : les pionnières des JO d’hiver

Les Jeux Olympiques de Pékin sont maintenant à porté de skis. En attendant le 4 février, ÀBLOCK! vous propose de (re)plonger dans l’histoire féminine des JO d’hiver. Retour sur 6 pionnières olympiques (dont les soeurs Goitschel sur notre photo) qui ont fait de la neige et la glace leurs podiums.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner