Delphine : « Après mon agression, le sport m’a permis de reprendre confiance en moi. »Responsable d’un service d’aide aux personnes handicapées, triathlète, 43 ans

Delphine : « Après mon agression, le sport m’a permis de reprendre confiance en moi. »
Triathlète à ses heures perdues ou plutôt gagnées sur des journées rythmées par des entraînements devenus nécessaires, Delphine Joutel a trouvé dans le sport un levier d’une confiance qu’elle n’a pas toujours eue. Ce dimanche 26 juin, elle sera au départ du Garmin Triathlon de Paris. One, two, Tri… C’est parti !

Propos recueillis par Julie Begon

Publié le 24 juin 2022 à 15h45

« Quand j’étais enfant, je ne faisais pas vraiment de sport. J’avais des problèmes de santé et j’étais même exemptée à l’école. Je n’avais pas de souffle alors la natation ou l’endurance, ce n’était pas envisageable.

Vers l’âge de 20 ans, en montant à Paris pour mes études à la Sorbonne et à l’Ecole du Louvre, j’ai commencé à en faire un peu. J’allais à la piscine ou je prenais quelques cours de fitness, mais ça restait occasionnel.

Et puis, en 2004, j’ai vécu un traumatisme. Une agression sexuelle, un viol par trois personnes qui m’a fait basculer dans la dépression. J’ai pris du poids, je sombrais.

Puis, un déclic, j’ai décidé de reprendre une activité physique pour m’alléger de ces kilos qui s’étaient accumulés en à peine un an -j’en avais quasiment pris trente-, mais aussi pour retrouver confiance en moi.

Le triathlon, c’est arrivée après, grâce à une rencontre, avec celui qui est devenu mon mari. Il pratique cette discipline depuis tout petit, mais j’ai mis du temps avant de le rejoindre et de m’y mettre vraiment. J’allais le voir en compétition, ça me donnait envie, mais j’avais la phobie de l’eau.

Le vélo et la course à pied, ça allait, j’avais de l’endurance grâce à la pratique du fitness, mais la natation c’était compliqué. Mon mari m’a aidée à appréhender le milieu aquatique et, de fil en aiguille, c’est devenu quelque chose qui m’a passionnée.

J’ai même écrit un blog, « Oh My Tri », pour raconter mon histoire avec le triathlon qui a commencé il y a un peu plus de dix ans maintenant, vers la trentaine.

Et voilà, maintenant on vit tous les deux de cette passion-là, on s’inscrit sur pas mal d’événements et j’ai de plus en plus envie de faire des longues distances, des formats plus grands et c’est génial parce qu’on peut vivre ça à deux.

C’est une routine au quotidien. Je suis passée d’une enfance avec zéro sport, à aujourd’hui où c’est tous les jours.

Attention, on adapte les entraînement, c’est pas toujours super intense, parfois c’est plus tranquille : des footings cools, des séances de vélo qui sont presque plus des balades que de vrais entraînements…

Pour vous donner une idée, je travaille à temps complet dans une entreprise de services à destination de personnes handicapées donc je m’entraîne le matin vers 5-6h, le soir après le boulot et à la pause déjeuner quand je le peux. Toujours avec le même plaisir.

C’est un moment pendant lequel je m’évade de mon travail, je pense à autre chose.

Pour le Triathlon de Paris, ce dimanche, je n’ai pas vraiment d’objectif perso. En fait, je viens de courir un triathlon, à Deauville, et j’en fait un autre aux Sables d’Olonne, le weekend prochain. Lui, ce sera mon objectif de l’année. Le parcours est très roulant et je vais enfin pouvoir sortir mon vélo de contre la montre !

Donc Paris, c’est vraiment pour me faire plaisir, faire un peu de reportage sur la course et aussi accompagner une débutante.

Je donne des cours et cette jeune femme avait participé à un stage de triathlon, il y a quelques années. Elle appréhende pas mal donc je vais l’accompagner. Je lui ai prodigué des conseils, je vais lui prêter une combinaison de natation et puis on verra une fois dans la course !

Pour revenir au coaching, j’organise des stages de triathlon, mais pour les personnes vraiment débutantes. C’est mon créneau parce que je me suis aperçue qu’il faut déjà un peu pratiquer le vélo, pareil pour la natation, quand on s’inscrit dans un club, c’est pas vraiment pour les novices. Moi, quand j’ai commencé, j’ai eu la chance d’avoir mon mari pour me guider, ce n’est pas le cas de tout le monde.

Beaucoup de personnes sont venues vers moi pour me dire : « J’aimerais bien me lancer mais j’ai très peur ». Elles avaient presque envie de cours particuliers…

Donc, de temps en temps, grâce à des partenaires qui me prêtaient des vélos et des combinaisons, j’ai organisé chez moi à Rouen des petites sessions autour d’un lac, où l’on pouvait s’entraîner sur les trois disciplines, se familiariser avec la nage en eaux libres aussi, qui est ce qui fait le plus peur généralement. Ça plaît bien, je crois.

C’était aussi l’occasion de leur montrer qu’en y allant petit à petit, tout est possible. J’ai commencé avec des formats « small » et, d’année en année, j’ai augmenté la cadence, aujourd’hui je participe à des Ironman (3,8 km de natation ; 180 km de vélo ; 42,195 km de course à pied).

La plupart de gens veulent tout de suite faire un Ironman en se disant « Oui, c’est accessible »… alors, oui, c’est accessible mais il faut y aller progressivement parce que le corps a besoin de s’adapter pour ne pas subir sa course et tout simplement prendre du plaisir.

Ces moments en groupe, en entraînement ou en compétition, c’est ce qui compte vraiment. Sinon, c’est vrai que le triathlon est un effort un peu solitaire, d’introspection… mais là, on partage tout.

J’adore accompagner les débutants parce qu’à travers leurs émotions j’ai l’impression de revivre ce que j’ai vécu moi.

C’est comme une fête, un moment où on se comprend, où on voit pourquoi on arrive à s’entraîner des heures et des heures, pour pouvoir profiter le jour J. Apprécier pleinement tous ensemble. Ça compte beaucoup ces instants de convivialité.

Ce mode de vie intense, il me fait du bien. Après mon agression, le sport m’a permis de reprendre confiance en moi, de me dire que je n’étais pas nulle, que j’étais capable de me dépasser. Au niveau du mental, ça a joué énormément.

Au quotidien, je suis très stressée et le sport m’aide de ce côté-là, même si ce n’est pas un entraînement de folie. Le simple fait de sortir, même marcher, ça m’apaise, ça me rééquilibre.

Aujourd’hui, j’ai 43 ans, avec l’âge les courses « sprint », sur des courtes distances, ça va trop vite, ça devient compliqué mais, à l’inverse, je m’améliore sur l’endurance et ça me donne envie de me lancer sur des efforts de très longue durée en triathlon, mais aussi en vélo ou en trail.

Pas forcément des compétitions officielles d’ailleurs, mais des périples que j’aimerais organiser moi-même.

J’adore ça, on découvre une foule de paysages différents. Cela devient un voyage et plus vraiment une course. »

  • Retrouvez les aventures sportives de Delphine Joutel sur son compte Instagram, @dedelfitfun

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Isabeau Courdurier : « Retrouver du plaisir en VTT m’a permis de sortir de mes comportements destructeurs. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du ski, du rugby, du VTT (Isabeau Courdurier sur notre photo), de la breakdance… Des héroïnes, des légendes, des championnes, la semaine a été riche encore une fois sur ÀBLOCK! Séance de rattrapage pour ne rien manquer du sport féminin qui fait bouger les lignes. Bonne lecture !

Lire plus »
zumba

Zumba, entrez dans la danse !

Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant – transpirer en s’éclatant – pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Lire plus »
Mélanie Briot

Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d’une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…

Lire plus »
Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une hip hop girl alsacienne, une fille montée sur roulettes, mais aussi deux championnes de natation, l’une d’antan à l’attitude trop sulfureuse, l’autre d’aujourd’hui qui a su revenir plus forte après une période douloureuse (Charlotte Bonnet sur notre photo), ou encore une lanceuse de disque qui ne nous cache rien… C’est dimanche, c’est best-of. Profitez !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner