Iliana Rupert et Marine Fauthoux Deux copines pour un "american dream"

Iliana Rupert et Marine Fauthoux
Deux amies d’enfance, deux basketteuses françaises, deux rêves américains. L’ailière du club de Bourges, Iliana Rupert, et la meneuse de l’ASVEL, Marine Fauthoux, ont été draftées le même jour pour rejoindre le championnat américain WNBA. C’était le 15 avril dernier et, depuis, elles ne touchent plus le parquet !

Par Valérie Domain (avec Manon Gimet)

Publié le 26 avril 2021 à 11h51, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h15

Elles ont commencé à pratiquer le basket ensemble. Main dans la main. Toutes les deux sont filles de basketteurs, rien d’étonnant alors à ce que, gamines, elles se soient rencontrées sur les parquets et non au parc de jeu.

À croire que, depuis, Iliana Rupert et Marine Fauthoux se partagent la même étoile. À 15 ans, elles intègrent l’équipe nationale de basket junior et décroche, en 2017, leur première médaille internationale, la plus belle : l’or à l’Euro des moins de 16 ans.

La majorité approche, les premiers contrats sont signés et, pour la première fois, les filles vont devoir faire l’une sans l’autre : Iliana Rupert rejoint le club de Bourges et sa fidèle coéquipière, Marine Fauthoux, celui de Tarbes.

Avant l’Euro 2019, les deux amies se retrouvent pour effectuer leur première campagne avec l’équipe de France professionnelle. L’une au centre de la France et l’autre aux pieds des Pyrénées ont réussi à se faire une place dans le groupe français et montent sur la deuxième marche du podium européen.

Iliana Rupert

Mais alors que Marine quitte Tarbes pour l’ASVEL, le club lyonnais, en 2020, Iliana Rupert a des envies d’ailleurs et entame les démarches afin d’être draftée (sélectionnée) pour le championnat américain WNBA (Women’s National Basketball Association), le pendant féminin de la NBA.

Le rêve américain semble à portée de panier ! Pourtant, sans la présence de Marine, ça manque de sel…et de sens. C’était sans compter cette bonne étoile commune…

Le 15 avril dernier, juste après avoir été élue – pour la 2e année consécutive – meilleure jeune joueuse de l’Euroleague et moins de 24 heures après avoir été sélectionnée dans le groupe des seize joueuses de l’équipe nationale pour préparer l’Euro en juin prochain, Iliana Rupert, est, sans surprise, draftée pour rejoindre le Nevada.

Marine Fauthoux est de la fête, sans s’imaginer un instant qu’elle aussi va être draftée : « Il y avait une soirée, une très petite soirée avec les restrictions sanitaires, qui était organisée pour Iliana parce qu’on savait qu’elle allait être draftée au premier tour, explique Marine Fauthoux sur France-Bleu. Elle m’avait gentiment invitée à vivre cette soirée avec elle. Une fois le premier tour passé, lors du deuxième tour, mon agent qui est aussi celui d’Iliana vient me voir et me dit : « Marine, Marine, tu vas être draftée ! ». Je n’étais pas venue pour ça, je ne m’y attendais pas, et là il me dit encore : « Regarde, regarde, bientôt New York qui va passer et tu vas être draftée »… Iliana était déjà en train de répondre à des journalistes américains, du coup on avait coupé le son de la télé, mais les images passaient sur le grand écran et là j’ai vu ma tête, et c’était écrit que New York m’avait draftée ! »

Invitées à rejoindre les parquets américains, elles marquent ainsi l’histoire du basket-ball : c’est la première fois que deux françaises sont draftées lors de la même soirée.

Iliana Rupert a été retenue au douzième rang par les Las Vegas Aces de la côte Ouest des États-Unis, finalistes de la WNBA la saison dernière. Elle y sera entraînée dès la saison prochaine par une légende de la NBA, Bill Laimbeer, deux bagues de champion en 1989 et 1990.

Mais ce sera après les Jeux Olympiques de Tokyo qu’elle devrait disputer avec l’équipe de France de Valérie Garnier, la sélectionneuse.

Marine Fauthoux, elle, a été sélectionnée au vingt-neuvième rang par le club de New York Liberty. Même si la franchise américaine souhaite la voir rejoindre les parquets de la côte Est cet été, elle devra attendre encore un peu.

La joueuse, qui n’avait pas envisagée si vite ce coup de pouce yankee, a d’autres projets et privilégie, pour l’heure, son travail avec l’équipe de France et au sein de son nouveau club : elle devrait en effet rejoindre le Basket Landes la saison prochaine.

Cette fois, encore, et même si le timing est légèrement différent, les deux copines poursuivent leur trajectoire commune. Elles ont 20 ans et rien ne semble pouvoir les séparer. Reste qu’entre New-York et le Nevada, il y a quelques 3 666 kilomètres de distance. Pas la porte à côté, en gros !

Mais, quoi qu’il arrive, elles pourront toujours se retrouver lorsqu’elles porteront les couleurs de l’équipe de France ou à une probable finale de WNBA.

Parce que, définitivement, l’histoire d’Iliana Rupert et de Marine Fauthoux, c’est un peu celle de sœurs jumelles nées sous le signe du basket…

D'autres épisodes de "Basketball : ces stars des parquets"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
sport de combat

Sports de combat, bien plus qu’un exutoire

Sur ring ou sur tatamis, on les confond souvent. Pourtant, entre la boxe anglaise, le judo, l’escrime en passant par la lutte ou le krav maga, il en existe de très différents. Et si certains les disent violents, ils peuvent aussi et surtout apporter des bénéfices inattendus. Décryptage.

Lire plus »
Marguerite Broquedis La Déesse du tennis trop vite éclipsée par la Divine Lenglen

Marguerite Broquedis, la Déesse du tennis trop vite éclipsée par la Divine Lenglen

Elle a régné sur le tennis hexagonal quelques années avant que Suzanne Lenglen ne rafle tout sur son passage. Tout comme « la Divine », Marguerite Broquedis a, elle aussi, marqué de son empreinte l’histoire de son sport. La « Déesse », sacrée deux fois en simple, Porte d’Auteuil, à une époque où les Internationaux de France étaient réservés aux seuls joueurs du cru, est également la première Française à avoir été sacrée olympique et ce, toutes disciplines confondues.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
200 nanas sur 200 km

200 nanas sur 200km, let’s go girls !

Un parcours de 200km à vélo destiné aux filles, c’est l’initiative inédite du jour ! Le top départ sera donné le 26 juin 2021. Le Club Audax Parisien allie le cyclisme et la région parisienne pour valoriser une pratique féminine de longue distance. En selle !

Lire plus »
Trophées FemixSports

Les Trophées Femix’Sports, 4e !

5 catégories pour 15 prix. L’asso Femix’Sports vient de lancer la quatrième édition de ses Trophées récompensant sportives, arbitres, bénévoles et fédés, autant de personnalités engagées dans le sport féminin. À vous de voter !

Lire plus »
Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Mandy François-Élie, reine de la piste handisport

Doublement médaillée – dont un sacre en or – lors des deux précédentes éditions des Jeux Paralympiques, la championne du 100 et 200 mètres va tout donner pour décrocher l’or aux Jeux paralympiques de Tokyo. Elle vient de commencer par le bronze, en décrochant la 3e place en finale du 200m. Et nous donne maintenant rendez-vous au 100m et relais 4x100m. Prêt, feu, partez, Mandy François-Élie est dans les starting-blocks.

Lire plus »
Tanya Naville

Des femmes, des films et des cimes

La montagne est inspirante et les femmes qui s’y frottent n’ont rien à lui envier. Le festival de films “Femmes en Montagne“ qui aura lieu en Haute-Savoie et en version digitale, s’apprête à mettre en avant, pour sa deuxième édition, des sommets conquis et filmés par des grimpeuses, des réalisatrices ou même des spectatrices.

Lire plus »
Chloé Trespeuch : « J’ai grandi dans l’idée que quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi avec l’idée que, quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

À Pékin, en février, elle décrochait une deuxième médaille olympique, l’argent, huit ans après le bronze qu’elle raflait, à 19 ans, à Sotchi. Dans le podcast « Extraterrien », signé Barthélémy Fendt, la snowboardeuse Chloé Trespeuch slalome entre des sujets aussi divers que son goût du défi et de l’adrénaline, sa sensibilité écologique, son régime végétarien ou encore sa préparation mentale. Conversation sans chichi avec une championne.

Lire plus »
Eva Yaneva : « Le sport m’a pris par la main et m’a relevée. »

Eva Yaneva : « Le sport m’a prise par la main et m’a relevée. »

Pétillante sportive aux boucles brunes et au sourire communicatif, la volleyeuse Eva Yaneva, championne, début avril, de la Coupe de France et membre de l’équipe nationale de Bulgarie, est une globe-trotteuse des parquets. Quand elle quittera le terrain, ce sera pour enseigner son art aux jeunes filles rêvant de parties de volley endiablées. La transmission de sa passion est en ligne de mire de son prochain service.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner