Rechercher

Marine FauthouxLa basketteuse qui mène bien son jeu

Marine Fauthoux, la basketteuse qui mène bien son jeu
Elle représente l’avenir du basket français. Tout juste auréolée d’une nouvelle Coupe de France avec Basket Landes, Marine Fauthoux a enfilé le maillot bleu pour une nouvelle campagne continentale, l'EuroBasket qui a débuté le 15 juin en Israël et en Slovénie. L’année de la consécration pour la Paloise ?

Par Timéo Gomes

Publié le 20 juin 2023 à 12h29

Qui pour reprendre le flambeau de Céline Dumerc ? Alors que la vice-championne olympique 2012 a annoncé se retirer des parquets après plus de vingt années de carrière, tout porte à croire que c’est à Marine Fauthoux, 22 ans au compteur, que reviendra la lourde tâche de lui succéder en équipe de France. Il faut dire que la Paloise maîtrise son sujet depuis longtemps.

Fille de Fréderic Fauthoux, un ancien basketteur, elle débute à l’âge de 6 ans et a pour elle, depuis toujours, le talent et la précocité. Et pas seulement. Marine Fauthoux, c’est le genre de joueuse de basket qui sait tout faire : à la fois finir en force proche du panier, avec des floaters toute en finesse, mais aussi à longue (très longue) distance.

En somme, l’archétype de l’équipière dotée de toute la panoplie nécessaire pour faire tourner en rond n’importe quelle défense ! Si on ajoute à cela une qualité de vision de jeu et de passe impressionnante, on obtient le prototype parfait de la meneuse de jeu polyvalente.

Il faudra néanmoins attendre 2019 pour que Marine Fauthoux se révèle totalement. Après avoir été désignée meilleure espoir de la ligue féminine à l’issue de sa première saison pro avec Tarbes, son deuxième exercice en terre gascogne la propulse sur le devant de la scène.

Puis, la voilà élue meilleure passeuse de l’équipe, troisième meilleure scoreuse et troisième meilleure rebondeuse,  très rare pour une meneuse d’1,74m ! Marine Fauthoux s’impose, à seulement 18 ans, comme une pièce maîtresse de l’effectif tarbais, un diamant brut qu’il faut encore polir mais autour duquel une équipe peut construire son avenir.

La suite, c’est à l’ASVEL qu’elle va l’écrire. Prometteuse sur le papier, son arrivée dans la grosse écurie du basket français – écurie lyonnaise présidée par la légende Tony Parker – ne va se passer comme elle l’espérait. Trop tôt probablement, trop grand peut-être.

Pour sa première participation à l’EuroLeague, Marine Fauthoux se contente de 4,3 points de moyenne, bien loin de sa dizaine habituelle. Même passe difficile en Championnat avec des statistiques divisées par deux. Conséquence logique : le rôle qui lui était échu diminue au fur et à mesure et, en fin de saison, l’ASVEL choisit de la prêter à Basket-Landes pour les deux années à venir.

Contre toute attente, cet échange sera son salut. De retour dans son Sud-Ouest natal, le fief familial, le petit prodige, tout juste auréolé d’une médaille de bronze avec les Bleues aux Jeux Olympiques de Tokyo, au Japon, évolue désormais aux côtés de sa mentor, Céline Dumerc herself, svp ! De quoi faire le plein de confiance.

Les mois passant, elle retrouve ses standards et devient une pièce maîtresse de l’équipe, aux côtés de la suédoise Regan Magarity. Un retour au sommet qui s’illustre notamment par un double succès en Coupe de France dont un décroché face… à l’ASVEL, ce même ASVEL qui a annoncé, en avril dernier, son retour dans ses rangs.

Un retour au bercail très attendu par les responsables lyonnais qui devront néanmoins patienter encore quelques semaines. Avant de retrouver ses anciennes coéquipières, Marine Fauthoux a une campagne européenne à mener avec l’équipe de France avec, au bout de cet EuroBasket, peut-être le premier titre continental des Bleues depuis 2009…

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Wanda Noury « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Wanda Noury : « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Elle est l’une des pionnières du rugby féminin moderne. Wanda Noury a passé, une grande partie de sa vie, à promouvoir une discipline pour laquelle elle avait eu un coup de foudre. Tour à tour dirigeante, joueuse, arbitre, manager de l’équipe de France, membre du comité directeur de la FFR, elle continue à œuvrer, en coulisses, aux destinées de son sport de prédilection. Rencontre rafraîchissante avec une femme qui s’est toujours retrouvée au cœur de la mêlée.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner