Rechercher

Euro féminin 2022 Le récap' en 5 étapes

Euro féminin 2022, le récap en 5 étapes
On y était presque ! À un chouia de l'emporter, pas vrai ? Cet Euro 2022 n'était que les prémices pour des joueuses talentueuses et déterminées à tout rafler sur leur passage. Le plafond de verre des quarts de finale n'existe plus pour l'équipe de France de foot qui reviendra en force. Petit résumé de la compet'.

Par Alexandre Hozé

Publié le 02 août 2022 à 13h13, mis à jour le 02 août 2022 à 15h04

1. Un départ à cent à l’heure 

Cinq buts en une mi-temps pour commencer une compétition de ce niveau, c’est loin d’être banal ! Et les Italiennes ne semblaient pas être les plus fragiles en défense (c’est de culture). Mais rien à faire, les Bleues de Corinne Diacre se sont déchaînées pour l’ouverture de leur Euro. 

Un pressing suffoquant, une variété offensive qui a donné le torticolis à la Squadra Azzura, des joueuses au top physiquement et techniquement, mais aussi une efficacité et un opportunisme millimétrés devant le but, la composition d’une copie presque parfaite ! 

Delphine Cascarino s’est offert l’un des plus beaux buts de la compétition, Wendie Renard a multiplié les relances audacieuses, Kadidiatou Diani a fait vivre un cauchemar à la latérale italienne… Mais la véritable héroïne de cette rencontre pour l’Equipe de France, c’est sans conteste la milieu de terrain Grace Geyoro. 

Plus connue pour son sens de la passe que pour ses qualités de buteuse, la Parisienne inscrit un triplé pour lancer son Euro. Au centre du jeu des Bleues, elle marche sur l’eau pendant le match. 

Avec ce résultat, l’équipe de France acte tout haut ce que toutes les autres nations craignaient : il va falloir compter sur elle pour jouer le sacre final. 

2. Direction les quarts ! 

Les deux autres matchs de poule seront moins reluisants pour les Françaises. Si la qualification en quarts de finale est acquise dès le second match, la manière n’est pas aussi glorieuse qu’au premier. 

Face à des Belges dépassées dans tous les secteurs, les Bleues manquent d’efficacité. Le doute est même apparu après l’égalisation surprise d’adversaires tenaces. Et si la victoire a finalement bien été assurée, les Françaises savent qu’elles peuvent faire mieux. 

La qualification est donc validée, mais un goût amer persiste. Marie-Antoinette Katoto, attaquante star de l’équipe, sort sur blessure. Et le verdict est lourd : huit mois d’arrêt pour la Parisienne. 

La rencontre face à l’Islande permet d’avaler la nouvelle tout en donnant sa chance aux remplaçantes habituelles. Le match nul concédé au bout de douze minutes de temps additionnels reste anecdotique, l’équipe de France conclut la phase de poules en tête de son groupe. 

Place maintenant aux matchs à élimination directe ! 

©Tim Guigon/FFF

3. Gros choc face aux tenantes du titre 

Dès le début des phases finales, les Néerlandaises se dressent sur la route des Bleues. Finalistes de la Coupe du Monde 2019, vainqueurs de l’Euro 2017… C’est un sacré morceau orange pour les protégées de Corinne Diacre ! 

Mais les Françaises sont concentrées et l’absence de cadres pour les Pays-Bas fait trop mal. L’équipe de France domine la rencontre de la tête et des épaules. Trente-trois tirs français contre seulement neuf néerlandais. Une seule frappe cadrée pour les Oranges. 

Mais la redoutable efficacité dont avait fait preuve les Bleues en début de compétition n’est pas au rendez-vous. Les tentatives s’enchaînent mais rien n’y fait. Quatre-vingt-dix minutes n’y suffisent pas, les vingt-deux actrices de la rencontre nous offrent trente minutes de stress supplémentaires. 

C’est finalement sur penalty que la délivrance arrive. Wendie Renard laisse la place à la jeune Eve Périsset qui ne tremble pas. 1-0, le score ne bougera plus. 

Après une (très) longue attente, l’équipe de France va participer au dernier carré d’une compétition internationale. 

©Tim Guigon/FFF

4. À ça de l’exploit… 

En football, les demi-finales Allemagne-France sont toujours quelque chose. Séville en 1982, la revanche à Marseille en 2016… 

De 1995 à 2013, les Allemandes enchaînent six victoires européennes. Et elles veulent revenir sur le devant de la scène. 

Les Françaises vont devoir élever leur niveau de jeu pour répondre à la Mannschaft. Jusqu’au bout, les tricolores ont cru à l’exploit.

Après l’ouverture du score de la géante allemande Alexandre Popp, les Bleues réagissent dans la foulée dans le sillage d’une Kadidiatou Diani en feu. 

Mais à un petit quart d’heure de la fin, Alexandra Popp frappe de nouveau. Et cette fois, la réaction française ne suffit pas à revenir au score. Le déception est forte pour l’équipe de France, mais lors de cette demi-finale, l’équipe la plus dominante a gagné. 

Une fois de plus, la citation du footballeur anglais Gary Lineker se vérifie :  « Le football est un sport inventé par les Anglais qui se joue à onze et où les Allemands gagnent à la fin. » Mais cette fois, les Anglaises ont gardé la coupe à la maison. 

Et contrairement aux dernières compétitions, les Françaises sortent la tête haute et ont pris rendez-vous pour les années à venir. 

Kadidiatou Diani…©FFF

5. À très vite… 

L’objectif fixé a été atteint. La malédiction des quarts de finale n’existe plus. Noël le Graët a donc confirmé son envie de conserver Corinne Diacre à la tête des Bleues jusqu’en 2024 et les Jeux Olympiques parisiens. 

Avant ça, le mondial se déroulera en 2023. Et, dans les deux cas, la France aura son pass de nation prétendante à la victoire. 

Cet Euro a confirmé la montée en puissance de jeunes attaquantes inspirées et talentueuses. Avec cette compétition, l’expérience grandit. Le message est on ne peut plus clair pour le monde du foot féminin. 

L’équipe de France compte bien gagner sa première étoile. 

Ouverture ©Tim Guigon/FFF

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Iga Swiatek

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Les 7 dernières « queen » de Roland-Garros, celles qui peuvent prétendre au sacre sur terre battue cette année, le portrait d’une gardienne de la petite balle jaune, une légende de la Porte d’Auteuil et une Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. À vos raquettes !

Lire plus »
Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Sport Féminin Toujours 2023, ces expertes qui nous éclairent

Elles en ont fait une vocation. Chercher, analyser, décrypter, combattre, ces spécialistes ont toutes le même objectif : faire bouger les lignes en matière de sport féminin. En cette semaine de Sport Féminin Toujours qui milite pour une plus grande visibilité des championnes, l’occasion était trop belle de les mettre elles aussi en valeur. Nous les avons rencontrées et elles ne pratiquent pas la langue de bois !

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »
Clara Direz, la skieuse qui s'envole

Clara Direz, la skieuse qui s’envole

Elle a la glisse dans le sang. Depuis ses jeunes débuts, la skieuse savoyarde trace sur les pistes. Peu importe les blessures, Clara Direz est toujours revenue, la hargne aux skis. Pour les championnats du monde de Méribel et Courchevel, sa détermination est plus grande encore.

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Jeux Olympiques 7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »
Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. » Pierre Payssé

Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. »

Vous reprendrez bien un peu de foot ? Certes, l’Euro 2022 est bouclé, mais on reste ÀBLOCK! sur le sujet. Voilà plus d’un siècle que les femmes se sont invitées sur les terrains de football et, en cent ans, peu de choses ont changé. Ou presque. Malgré un coup de projecteur de plus en plus prononcé lors des grands rendez-vous internationaux, la réalité quotidienne des footballeuses reste complexe. Retour sur cette histoire mouvementée avec Laurence Prudhomme-Poncet, auteure de « Histoire du football féminin au XXe siècle ».

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner