Jeux OlympiquesDe 1896 à aujourd'hui, quand l’hymne olympique résonne...

Jeux Olympiques hymne
Il est sans doute le plus ancien des symboles olympiques des temps modernes. Lors des cérémonies d’ouverture, une musique est adoptée : l’hymne olympique. Vieille de plus de 120 ans, voici son histoire.

Par Manon Gimet

Publié le 16 juillet 2021 à 7h00, mis à jour le 19 juillet 2021 à 16h47

Elle fait pleinement partie du protocole olympique. L’hymne est le plus ancien symbole des Jeux Olympiques.

Datant de 1896, pour les premiers Jeux d’Athènes, deux ans après la création du CIO (Comité International Olympique) par Pierre de Coubertin, il a été écrit par le compositeur grec, Spýros Samáras.

Le compositeur Spyros Samaras

Un peu d’histoire ? Devant 80 000 personnes, dans le stade olympique d’Athènes en 1896, le compositeur grec voit son œuvre jouée par un orchestre et 250 choristes. Un moment digne de la grandeur des Jeux Olympiques.

« Cette imposante formation symphonique sut toucher si profondément l’âme des spectateurs que tous, du roi au citoyen le plus modeste, voulurent réécouter ce chant. Le morceau fut donc rejoué », explique Ioannis Chrissafis, un gymnaste et dirigeant du sport grec de l’époque.

L’hymne n’est pas simplement une composition musicale, c’est aussi un chant. Le poète grec Kostis Palamas prête sa plume pour accompagner l’œuvre de Spýros Samáras et marquer la différence entre les Jeux Antiques et les Jeux Modernes. Tous deux figurent alors parmi les plus grands artistes grecs de la fin du XIXe siècle.

« Esprit antique et éternel, créateur auguste,

De la beauté, de la grandeur et de la vérité

Descends ici, parais, brille comme l’éclair,

Dans la gloire de la terre et de ton ciel.

 

Dans la course et la lutte et le poids

Des nobles jeux éclaire l’élan

Prépare la couronne

Faite de la branche immortelle,

Et donne au corps la force

De l’acier et la dignité.

 

Les campagnes, les monts,

Les mers brillent autour de toi,

Comme un grand temple fait

De pourpre et de blancheur,

Et dans le temple ici accourent tous les peuples

Esprit antique et éternel »

(paroles traduites en français)

L’hymne olympique chanté en langue grecque

Caractère bien spécial des cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques, l’hymne est repris pour des concours d’art entre les Jeux de Stockholm en 1912 et ceux de Londres en 1948.

Pourtant, pendant plus de 60 ans, depuis le XXe siècle, l’original de Samáras et Palamas disparaît du programme… soit c’est l’œuvre d’un compositeur local qui est entendue, soit c’est l’hymne national du pays hôte.

Tokyo, 1958, une décision est prise à l’unanimité par les membres du CIO : l’hymne olympique originel sera rejoué lors des cérémonies d’ouverture des Jeux et devient l’hymne olympique officiel.

Après les Jeux d’hiver de Squaw Valley (États-Unis) en 1960, il retentit de nouveau dans le stade olympique de Rome pour les Jeux d’été, la même année, mais cette fois-ci avec des paroles en italien.

Depuis, il est définitivement intégré dans le protocole olympique. Il est joué après le défilé des athlètes et l’ouverture officielle prononcée par le chef d’État du pays accueillant.

Interprété de différentes manières, l’hymne peut être traduit dans les langues des pays hôtes, amélioré par un orchestre ou une chorale.

Il s’agit d’un des moments les plus émouvants lors des cérémonies d’ouverture des JO… Ne sonne-t-il pas le début du rêve olympique pour les athlètes ?

 

L’hymne Olympique joué par l’Harmonie de Grenoble

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Caroline Garcia, la saison n'est pas finie…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un triathlon interactif, deux Ultra-Trails à couper le souffle, une tenniswoman qui est de retour au top (Caroline Garcia sur notre photo), une militaire à la force spéciale, une pionnière du ballon ovale et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. En attendant la prochaine…

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

Marie-Amélie Le Fur, une vie (sportive) à cent à l’heure

La présidente du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) était très attendue pour ces Jeux Paralympiques de Tokyo, ses derniers. La reine française du saut en longueur et ambassadrice du handisport n’a pas démérité et a remporté sa neuvième médaille paralympique, venant couronner une carrière exemplaire.

Lire plus »
Colette Besson, la tornade de Mexico

Colette Besson, la tornade de Mexico

Personne ne misait sur elle. Colette Besson a pourtant mis le monde à ses pieds lors des Jeux de Mexico en 1968. Engagée sur 400 mètres, la protégée d’Yves Durand Saint-Omer s’est offert, en finale, une dernière ligne droite d’anthologie pour aller décrocher les lauriers olympiques. Portrait d’une athlète qui ne manque pas d’air.

Lire plus »
Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Si on bouclait la (grande) boucle ? Alors que le premier Tour de France Femmes vient de s’achever, place à celle qui a été la seule, en 1908, lorsque les femmes n’étaient pas autorisées à participer au Tour de France, à s’engager sur cette course avec les hommes. Marie Marvingt se passera de permission pour prendre le départ de la plus renommée des compétitions cyclistes. L’Auvergnate, 33 ans, fera partie des trente-sept coureurs à venir à bout des cinq-mille kilomètres du parcours. Sans que son nom ne soit inscrit au palmarès.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner