Manon Petit-Lenoir  « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »
Elle a su rider son snowboard jusqu’aux JO de Pékin. À tout juste 23 ans et après une foule de podiums en championnats de France, Coupes du monde et Jeux Olympiques de la jeunesse, la haute-savoyarde d’origine, Manon Petit-Lenoir, est une fonceuse qui glisse à l’adrénaline et a su se relever d’une (très) mauvaise chute pour reprendre le flambeau du sport de (très) haut niveau. Conversation avec une fille qui planche tous les jours pour gagner.

Par Claire Bonnot

Publié le 02 février 2022 à 9h44, mis à jour le 20 février 2022 à 10h44

Quand tu as appris ta sélection pour les JO d’hiver de Pékin, tu as écrit un émouvant billet sur tes réseaux sociaux. C’était un rêve lointain pour toi d’accéder à la compétition olympique ? 

Je savais depuis un an environ que ça pourrait le faire car je n’ai réalisé que des Top10 sur les coupes du monde l’an dernier – ma meilleure saison en coupe du monde. Mais il y a quatre ans, si on m’avait dit que je pouvais aller aux Jeux Olympiques, je n’y aurais pas cru… Je ne me suis donc pas battue pour rien.

J’ai le sentiment d’un accomplissement. Ça a boosté ma confiance en moi, ça veut dire : « Je suis dans le match ! ». 

En effet, il y a quatre ans, gros coup dur : tu te fracture les vertèbres… 

Tout a commencé par un problème aux genoux en novembre 2017. En début de saison, pour les qualifications des JO de Pyeongchang, j’ai pas mal galéré, j’avais des énormes douleurs, je n’avais pas été très bien soignée. 

J’ai vu les Jeux s’éloigner, ce qui m’a rendu hyper triste. J’ai donc eu un regain d’énergie pour la suite des compétitions internationales : je me suis donnée à 100 %  entre entraînements à fond et soins avec des spécialistes. Je suis revenue avec la médaille de bronze en Coupe du monde, c’était en mars 2018. 

Mais j’ai chuté, un mois plus tard, lors de la dernière compétition de la saison. C’était le dernier run avant les vacances, la finale des Championnats de France. Dans un virage, je me suis retrouvée très serrée entre une copine et le filet. Je me suis accrochée dans le filet et mes pieds sont passés derrière ma tête… 

Je ne me suis pas rendu compte tout de suite de la douleur et de la gravité de ma chute. J’ai fait huit heures de bus pour rentrer chez moi, j’ai conduit. Le lendemain, je n’arrivais plus trop à bouger et ma mère m’a emmenée aux urgences. Ils ont halluciné ! 

Au bout de quatre jours, j’ai appris que j’avais quatre fractures au niveau du dos. Ils m’ont mis un corset des pieds à la tête avec interdiction de l’enlever. Ça a duré plus de trois mois à dormir dans un fauteuil, à devoir être aidée et tenue à la tête pour prendre ma douche… Mais on oublie vite, finalement ! 

Un coup d’arrêt dans ton ascension, cet accident… 

J’étais vraiment en train de me reconstruire après mes problèmes de genoux, j’avais développé une bonne base de confiance. Ce crash a été un coup dur, mais à aucun moment je me suis dit « Je vais arrêter ». 

Pourtant, les médecins n’avaient que deux options : m’opérer et je ne pourrais plus jamais faire de snowboard. Ou tenter le corset et je ne pourrais plus faire de sport qu’en loisir. 

En fait, je suis repartie de zéro. Physiquement, c’était dur : déjà que je ne suis pas méga épaisse, j’ai perdu dix kilos, donc il fallait retrouver toute la condition physique pour être au niveau. Et psychologiquement, boire au biberon ne donne pas vraiment la pêche ! 

Comment as-tu géré tout ça, mentalement ? 

Je crois que ce mental à toute épreuve, c’est un peu inné. En tout cas, pour moi. Depuis le plus jeune âge, je n’abandonne rien. J’aime aller au bout des choses. Cette blessure a forgé mon mental, bien sûr, mais j’étais déjà solide. 

Ça t’est venu comment cette passion du snowboard ? Tu débutes à l’âge de 8 ans… 

Comme je viens de Haute-Savoie, j’étais sur des skis dès l’âge de 1 an et demi, je savais tout juste marcher. J’ai fait du ski pendant longtemps. C’est quand j’ai vu mon frère faire du snowboardcross que je me suis dit : « Ça a l’air trop cool, j’ai trop envie de faire ça ! ». 

Ma mère m’a demandé de passer toutes mes flèches en ski et, après, je me suis lancée dans le snowboardcross vers l’âge de 7-8 ans. 

Qu’est-ce que tu ressentais lorsque tu glissais sur ton snow ? 

Au départ, je l’ai vraiment pris comme un loisir. Je rigolais avec les copains. J’avais mon frère à mes côtés, il n’y avait que des garçons dans le groupe d’ailleurs, ça m’a pas mal aidée pour m’améliorer ! 

Puis, j’ai débuté la compétition assez vite. C’était mon truc. Je suis très compétitive depuis toujours. 

Tu es donc une casse-cou depuis toujours… Parce que rider aussi vite sur de la neige et des bosses demande un certain sang-froid, non ? 

Oh oui, je suis ultra casse-cou. Je m’étais même fait virer du club de foot parce que j’allais trop au combat ! 

Tu n’as jamais peur ? 

Quand je suis sur mon snow, je ne pense qu’à la piste, au module d’après et à l’intensité que je vais devoir mettre. Mais, bien sûr, il m’arrive encore maintenant d’avoir une sacrée pression selon les parcours ! Je crois que j’en ai besoin. C’est une adrénaline. 

Tu préfères quoi dans ce sport ? 

J’adore la vitesse ! 

À 14 ans, tu intègres l’équipe de France jeune de snowboardcross, ça s’est fait comment ? 

J’étais en troisième et c’était la première fois qu’ouvrait à Chamonix une classe où on pouvait pratiquer du sport de haut niveau et, en même temps, passer le brevet. On avait école le matin et l’après-midi, et le reste du temps était consacré au sport. 

Ça a clairement été un tremplin pour moi. C’est à partir de là que je me suis dit : « C’est trop cool, j’aime ça ». Et puis, j’avais fait une saison avec des super bons résultats. Après ça, je suis rentrée en seconde à la Fédération française de ski. 

Ensuite, c’est la déferlante de médailles… 

J’ai fait trois médailles aux mondiaux junior – deux médaille d’or et une médaille de bronze, j’ai gagné le général des coupes d’Europe ce qui m’a offert ma place en Coupe du monde et j’ai aussi été championne olympique jeune en 2016 aux JO de la jeunesse à Lillehammer. 

C’est quoi ton truc à toi en snowboardcross ? 

Je suis assez rapide sur la ligne de start. Mais, mon point faible, c’est la glisse. Je ne suis pas ultra lourde donc j’ai du mal à rester à plat et à emmagasiner beaucoup de vitesse. 

Ça se passe comment un run dans une compétition de snowboardcross ? 

On part à quatre. On a entre 20 et 50 mètres de ligne de start avec plein de petits mouvements de terrain. Ça monte, ça descend, il y a des sauts. Après, on a entre 1 min et 1,30 min de parcours avec virages, grosses montagnes de neige – « des rollers » -, des sauts et plein de modules différents. Avec tout ça, il faut être la plus rapide possible.

Moi, ce que je préfère, ce sont les petits modules, mais aussi quand c’est technique, c’est-à-dire avec de la neige très dure. Il faut bien appuyer ! 

Alors, tu t’entraînes comment pour être cette reine des neiges ? 

On se prépare surtout à devoir tout encaisser sur toute la saison et se faire le moins mal possible quand on tombe pour éviter les blessures. L’entraînement est quotidien avec beaucoup de musculation, de sports différents – vélo, muscu, course à pied. 

C’est important pour toi de faire du sport outdoor, au coeur de la nature ? 

Ah oui, l’air pur c’est très important pour moi. Et puis, avec le haut niveau, j’ai la chance de glisser dans des endroits magnifiques : je suis allée en camp d’entraînement en Laponie. On en prend plein les yeux ! 

Qu’est-ce que ce sport et le haut niveau t’apportent dans ta vie perso ? 

J’ai l’impression que le sport de haut niveau te remet tout le temps en question. J’ai plus pleuré que rigolé, je dois dire, mais les moments de bonheur sont décuplés dans le sport de haut niveau vu la difficulté.

Ce parcours m’aide à avoir de la rigueur pour ma vie d’après : je vois que j’aime faire les choses jusqu’au bout et que je trouve toujours des moyens pour arriver à faire ce que je veux. 

C’est un sport suffisamment ouvert aux femmes selon toi ? 

Moi, quand j’ai commencé, j’ai vraiment galéré à trouver du matériel adapté : il n’y avait pas de chaussures à ma taille, par exemple. Et je pense que ça a été un frein pendant des années pour les filles.

Dans mon club de snowboard, j’étais la plus jeune des filles. Elles sont arrivées ensuite. Avoir été confrontée aux garçons m’a aidée à me challenger et à avoir de l’ambition. Et si problèmes, j’avais mon grand frère dans l’équipe, personne ne pouvait m’embêter ! 

Comment sens-tu que tu vas performer sur un run ?

Je pense que c’est un mélange de force du mental et de passion. J’ai pu reprendre le snowboard après ma blessure grâce à ma ténacité pour revenir au top niveau – les médecins ne croyaient même pas cela possible !

J’ai aussi la chance d’être soutenue par ma famille, même si ma mère ne regarde plus trop les courses. J’ai un coach mental qui me suit depuis 2018 et qui m’a beaucoup aidée pendant la période de ma blessure.

Aujourd’hui, je relativise plus facilement et je profite à fond !

Des rêves sportifs, t’en a encore beaucoup ? Les JO ?

En ce moment, c’est la médaille olympique, oui, je vis pour ça. J’espère pouvoir m’y exprimer comme j’ai su le faire auparavant en compet’, je veux me donner à 100 %.

La suite ? Qui sait, mais je n’arrêterai le sport que le jour où je serai devenue vraiment nulle.

C’est quoi ton rêve d’après ?

Je n’abandonnerai pas le sport dans ma vie d’après, mais je ne voudrais pas travailler dans le sport. Je viens de terminer mon DUT en techniques de commercialisation adaptées au sport de haut niveau.

Je prends une année pour me consacrer à la préparation olympique et, après, j’aimerais reprendre d’autres études. J’ai toujours voulu être infirmière, mais ça va être difficile de combiner ça avec le haut niveau. Je m’oriente donc plutôt vers une licence de psychologie.

Mais, pour l’instant, je suis à fond dans le sport. Tant que ça marche, je continue !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Madge Syers

Madge Syers, la première Lady du patinage artistique

Les Championnats du monde de patinage se déroulent cette semaine à Stockholm, en Suède. L’occasion d’être ÀBLOCK! sur la glace et de rendre hommage à la première femme médaillée d’or olympique en patinage artistique, la Britannique Madge Syers. Une lady qui a marqué de sa grâce et de sa détermination l’histoire de cet art sportif de la glisse et n’a pas hésité à tracer son sillon moderne dans un petit monde dominé par les hommes. Son talent et son esprit de pionnière ont brisé la glace pour des générations de sportives.

Lire plus »

Sport et Coronavirus : le vrai du faux

On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
surf

Nouveaux sports aux JO, Tokyo surfe sur la nouvelle vague

Ce sera une première ! Le surf, le skateboard, l’escalade et le karaté seront, pour la première fois de l’Histoire, au programme des JO qui débutent le 23 juillet, à Tokyo, au Japon. Quatre nouveautés et un retour attendu, celui du softball, pour un rendez-vous olympique qui comptera, au total, 48 disciplines. Revue d’effectifs.

Lire plus »
Nouria Newman

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du ballon ovale, une femme en coque toujours dans l’extrême (Nouria Newman sur notre photo), une autre faite d’or et de voile, une sprinteuse aux médailles olympiques, une aviatrice avec de multiples records ou encore une pépite prête à s’envoler aux agrès, à Tokyo. Et, en prime, une question qui tue et deux initiatives entre mers et montagnes, c’est sur ÀBLOCK! et nulle part ailleurs !

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner