Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l'essentiel.»Passionnée d'activités outdoor, fondatrice de outtrip.fr, 33 ans

Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»
Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Publié le 09 juin 2022 à 10h59, mis à jour le 23 juin 2022 à 13h30

« Tout a commencé par un pétage de plombs. Mon profil était ce que l’on pourrait appeler un profil basique : j’ai fait une école de commerce et j’ai bossé, par la suite, dans de grandes entreprises à Paris. Aux alentours de la trentaine, j’ai eu besoin de faire une pause, de m’évader, de mettre ma vie sur « reset ». J’ai alors décidé de partir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle pendant un peu plus d’un mois.  

Ce n’était pas quelque chose qui m’était inconnu. Ma mère avait tenté l’aventure presque dix ans auparavant en partant du Puy-en-Velay. À l’époque, je m’étais dit : « Mais qu’est-ce qu’elle fait ?! ».  

J’étais stressée de la savoir seule sur la route, mais elle en était revenue avec des étoiles plein les yeux. Quelques années plus tard, nous en avions parcouru une petite portion ensemble durant une semaine. Nous avions recommencé, pour deux semaines cette fois, en 2017.

En 2018, lorsque je me suis lancée sans elle, je suis partie de Bayonne. J’ai parcouru pas mal d’étapes en solitaire mais j’ai également rencontré, à mon tour, plein de gens géniaux. Tout le monde était simple, l’état d’esprit était bienveillant, il n’y avait pas ces a priori auxquels on peut être confronté au quotidien par rapport à son métier, à la façon dont on s’habille…  

C’était une expérience dont j’attendais beaucoup et j’ai vécu un moment extraordinaire*. De retour chez moi, j’ai repris le cours de ma vie tout en ayant le sentiment, inconscient, que quelque chose avait commencé à s’amorcer.  

Et puis, au bout de deux-trois mois, re-pétage de plombs. La vie que je menais n’était pas celle dont j’avais envie. Je me suis rendu compte que j’avais besoin d’un accès direct à un terrain de jeu naturel, je voulais pouvoir me dire que, tous les jours, je pouvais me faire une rando, une perspective qui me semblait magique.  

Alors, en l’espace de deux semaines, j’ai quitté une vie stable et plutôt bien établie à Paris et je suis partie à Annecy.  

Cette ville, je rêvais de m’y installer, mais je n’y avais ni boulot, ni amis, ni famille. C’était un gros challenge, notamment financièrement, alors j’ai été contrainte de repartir sur des boulots dans un domaine que je connaissais bien, celui du marketing et de la communication.  

En parallèle de tout cela, j’avais une activité d’influenceuse. De ce côté-là, tout avait commencé en 2016-17. Je faisais partie d’un groupe de running sur Paris et, à l’époque, on nous avait dit de nous inscrire sur Instagram, de poster nos photos et de mettre des hashtags en nous expliquant que ça rapporterait des points.

Je n’y comprenais rien mais, lorsque, un peu plus tard, je me suis lancée dans la préparation de mon deuxième marathon, j’y ai trouvé un espace de communication très cool.  

Pour moi, cette page était une sorte de journal de bord collaboratif : je rencontrais, virtuellement, d’autres coureurs et on se motivait, on échangeait des conseils. Peu à peu, je m’étais prise au jeu et j’avais passé le cap de l’influence sans, pour autant, jamais avoir eu pour objectif d’en vivre, juste celui de partager ma passion.

Une fois installée à Annecy, j’étais régulièrement contactée par des gens qui me disaient : « C’est génial ce que tu fais mais, moi, je n’oserais pas » ou bien : « J’aimerais me mettre à ce sport mais j’ai peur, parce que je suis une nana et j’ai l’impression d’être nulle » voire : « J’ai demandé des conseils sur un forum de vélo de route et on s’est foutu de moi »…

Je me suis rapidement rendu compte que beaucoup de monde avait envie d’aller dehors, de pratiquer un sport X ou Y mais que l’image renvoyée par certains de ces pratiques les en empêchait.  

Je trouvais dommage que ces clichés soient un frein alors, en 2019, j’ai eu l’idée de créer un groupe de partage sur Facebook, « Outtrip », où il serait possible d’échanger en toute bienveillance, de demander des conseils, de se rencontrer pour faire en sorte que la pratique de l’outdoor soit plus accessible, plus inclusive. 

Progressivement, Outtrip a commencé à générer de l’intérêt auprès des consommateurs,  preuve qu’il y avait un besoin. Dans le même temps, j’ai été contactée par des marques, des concurrents. Le projet intéressait et les gens étaient curieux de savoir ce que j’allais en faire. 

Je me suis mise à réfléchir à un projet digital mais, le problème c’est que je n’avais pas les compétences pour le mener à bien. Et puis, au cours d’un week-end Outtrip, j’ai rencontré Alexandre Lesage. Nous avons échangé sur mes envies. Lui était développeur web et il s’est proposé de m’aider.  

J’ai vu ça comme un signe du destin et je me suis dit : « Tu as toutes les cartes en main, go ! ». La première version du site est née à l’été 2020.

©Anais Brebion

Notre idée, à travers Outtrip, était d’aider les gens à accéder plus simplement à la nature et, ce faisant, de les aider à se reconnecter à eux-mêmes et aux autres. Concrètement, il répondait à trois problématiques centrales 

La première était le manque d’informations car, randonnée mise à part, si l’envie te prend de faire du paddle ou si tu es de passage à Nantes et que tu veux courir mais que tu ne connais pas où, il faut s’accrocher pour trouver des réponses.  

La seconde problématique était de permettre à tout un chacun de rencontrer des gens avec qui pratiquer. Sur certains sports, il existe des groupes Facebook mais nous voulions offrir la possibilité aux visiteurs d’Outtrip d’entrer en contact les uns avec les autres soit pour échanger des conseils, soit pour partager des moments ensemble, voire pour être hébergé, emprunter du matériel.  

Enfin, dernière problématique, nous voulions casser l’image de certains sports outdoor tout en prenant garde de ne pas embarquer les gens sur n’importe quel terrain de jeu alors qu’ils n’en ont ni les compétences, ni l’équipement. 

Deux ans plus tard, nous avons désormais 2 500 personnes inscrites sur le site, 10 000 visites par mois et une communauté de 6 à 7 000 personnes sur les réseaux sociaux. Ça peut paraître anecdotique mais nous sommes contents parce que nous sommes arrivés là uniquement grâce à nos petits moyens et du bouche-à-oreille.  

Nous avons désormais un peu plus de 500 Outtrips à disposition. Nous sommes beaucoup plus représentés sur la région Auvergne-Rhône-Alpes car c’est là que nous sommes basés et que c’est un terrain de jeu assez riche mais tout cela évolue. Nous sommes actuellement en train de lancer notre appli, ce qui est un gros chantier.  

Tout est parti, pour nous, d’une communauté, de valeurs et je sais que, plus tard, je serai bien plus fière de ce projet s’il permet à des dizaines de personnes de s’éclater dehors et de revenir à l’essentiel que s’il nous rapportait des millions sans que ce soit d’aucune utilité. Alexandre et moi, nous avons une vision de passionnés. »  

* Camille Dubois-Leipp, « Le camino seule, enfin presque » (Talent éditions) 

  • Pour rejoindre la communauté, direction leur site Outtrip
  • Pour suivre les aventures de Camille et sa bande, c’est sur leur compte Facebook et Instagram

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Shaïnez El Haïmour « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Shaïnez El Haïmour : « Cette discipline, le karaté kyokushinkai, on y entre et on en sort plus. »

Troisième mondiale en karaté kyokushinkai, Shaïnez El Haïmour est la première Française à avoir remporté, fin 2019, la médaille de bronze au Championnat du Monde à Tokyo, au Japon. Également multiple championne d’Europe de la discipline, elle se raconte dans ce nouvel épisode du podcast Premier Crochet signé Audrey Largouët, revenant sur les événements qui lui ont permis de décrocher son titre mondial à travers son rapport à cette discipline qu’elle pratique depuis ses 6 ans.

Lire plus »

Cet été, si on courait pour la bonne cause ?

Depuis le 7 août et jusqu’au 7 septembre, la fondation Alice Milliat qui œuvre à la médiatisation du sport féminin, – lance la 5e édition de son Challenge Alice Milliat, une course connectée solidaire et gratuite pour valoriser le sport au féminin, sa médiatisation, sa pratique et l’égalité dans le milieu sportif. On y va ?

Lire plus »
Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
La question qui tue

Je veux faire du sport, mais les courbatures, c’est obligé ?

Y a des filles qui adoooorent les courbatures, parce que, disent-elles, plus ça fait mal, plus ça muscle. Mouais. Y en a d’autres pour qui c’est l’enfer et que ça dégoûte du sport. Si si. Mais, en vrai, les courbatures, ça fait partie du jeu ou bien… ? Réponse de notre coach, Nathalie Servais, qui sait de quoi elle parle (depuis le temps) !

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner