Championnats du monde de Sprint et de ParacanoëAux rames, citoyens !

Championnats du monde de Sprint et de Paracanoë : aux rames, citoyens !
À partir d'aujourd'hui et pendant cinq jours, douze athlètes défendront sur l'eau les couleurs françaises. Lors des championnats du monde de canoë-kayak, les objectifs sont limpides pour les tricolores : la finale ou rien ! Une exigence pour pagayer loin, jusqu'aux JO 2024...

Par Alexandre Hozé

Publié le 03 août 2022 à 12h04, mis à jour le 03 août 2022 à 18h14

Tic, tac, tic, tac… Le décompte pour Paris 2024 est bel et bien lancé ! Pour tous les athlètes tricolores, l’objectif est clair et net : il faut arriver à 200 % pour ces Jeux Olympiques à domicile. 

Après l’Euro de football féminin, le Tour de France Femmes et les mondiaux d’athlétisme, il est temps de se rafraîchir. Place aux championnats du monde de Sprint et de Paracanoë ! Du 3 au 7 août, dans la ville canadienne d’Halifax, la délégation française débarque une foule d’ambitions chevillées au canoë. 

Dans des courses à neuf participants, le plus rapide remporte le tout. Et le choix des représentants de l’Hexagone a été exigeant : « Tous les athlètes sélectionnés visent la qualification en finale, assène François During, directeur adjoint de la performance en charge du Sprint. Et une fois que l’on fait partie des neuf meilleurs, tout est possible ! Top 6, podium et plus encore. » 

Des critères de haut niveau, mais les moyens suivent. L’envol pour le Canada a été tardif pour l’équipe de France. Atterrissage seulement cinq jours avant les premières courses ! Mais c’est pour la bonne cause. 

Les douze athlètes ont participé à un stage de préparation à Temple-sur-Lot. Deux groupes de travail, avec les douze qualifiés pour les épreuves de Sprint et les trois handiathlètes pour le paracanoë. 

Et ce rendez-vous pourrait bien faire pencher la balance pour nos champions et championnes : « Nous avons fait le choix d’arriver le plus tard possible au Canada, explique Eric Le Leuch, directeur de la performance en charge du Paracanoë. Une décision logique car le centre de Temple-sur-Lot est excellent pour une préparation de la sorte. Nous avons à disposition des parcours de compétition, des salles de musculation et même de récupération depuis peu. Et l’accueil est irréprochable. » 

À l’heure de l’ouverture des championnats du monde, la confiance règne pour les tricolores sur l’eau canadienne. 

Les filles sont ambitieuses, en particulier Manon Hostens. En descente ou en Sprint, la demoiselle joue les premiers rôles et cumule les succès.

Engagée sur le 500 mètres en individuel et en duo avec Léa Jamelot, la native de Roubaix veut continuer sa moisson et porte de grands espoirs de breloques. « Manon Hostens est particulièrement en forme, confirme François During. Elle fait partie des favorites en individuel. Et avec Léa Jamelot, si elles arrivent en forme le jour J, ça peut faire très mal. » 

Attention également à Vanina Paoletti. Sur son kayak, la jeune femme avale les 200 mètres comme une championne et compte bien confirmer ses progrès cette semaine.

En canoë, Axelle Renard et Eugénie Dorange comptent bien tirer leur épingle de l’eau, en duo comme en individuel pour la seconde. 

En paracanoë, rebelote, une fille vise le Graal. Nélia Barbosa ne semble jamais rassasiée quand il s’agit de médailles (particulièrement les dorées). Amputée de la partie inférieure de sa jambe droite à 18 ans, elle a continué sa vie au fil de l’eau coûte que coûte.

Médaillée d’argent aux Jeux Paralympiques de Tokyo, elle fait face à une féroce concurrence. Mais, cette fois, une nouvelle stratégie pourrait bien faire la différence. 

Nélia Barbosa, une chance de médaille solide en paracanoë

« La préparation physique était notre point faible par rapport aux concurrentes de Nélia Barbosa, analyse Eric Le Leuch. Donc, cette saison, nous avons recruté une spécialiste dans ce domaine pour maximiser nos chances de victoires. Et maintenant, nous allons voir les résultats. » 

Une première échéance avant LE rendez-vous le plus important de la carrière de la championne. Comme pour ses camarades de la rame, ces championnats du monde servent de répétition générale avant les Jeux Olympiques et Paralympiques parisiens de 2024. 

« Paris 2024 est évidemment en tête, confirme François During. Mais il ne faut quand même pas prendre les mondiaux à la légère, de bons résultats seront nos billets pour les JO. » 

La délégation française débarque donc concentrée aux championnats du monde de Sprint et de Paracanoë.

Des médailles et titres mondiaux sont une occasion en or d’entamer avec brio la course à l’or olympique… 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Margot Boch et Carla Sénéchal

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Le bobsleigh féminin n’est pas médiatisé, on a bien l’intention de le mettre en lumière ! »

Surnommées les « sœurs jumelles » du bobsleigh féminin français, Margot Boch et Carla Sénéchal glissent à pleine vitesse vers leurs rêves de qualification aux JO de Pékin, en 2022. La vingtaine mature, la passion embarquée dans leur engin, la pilote et la pousseuse ravivent enfin une discipline féminine glacée depuis dix ans. Un beau virage pour la visibilité du sport féminin !

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Clara Matéo, à fond les ballons

Clara Matéo, à fond les ballons

Here we go ! L’Euro de foot féminin vient de commencer. Les Bleues sont en ordre de marche et la sélectionneuse Corinne Diacre peut compter sur les services de la jeune prodige Clara Matéo. Portrait d’une attaquante qui a faim de titres et de buts.

Lire plus »

Nathalie Péchalat, sous la glace, le feu !

À tout juste 36 ans, l’ancienne championne de danse sur glace, rechausse les patins et enfile une tenue inédite, celle de grande patronne de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG). Une femme à ce poste ? Une première ! Portrait d’une fonceuse.

Lire plus »
Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Longtemps réfractaire à l’éducation physique, Senda Berenson s’est servie du sport pour renforcer sa constitution fragile. Devenue professeure de sport à Boston, elle s’est mise en tête d’y convertir ses élèves en les initiant à une discipline toute jeune, le basketball. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner