Ninon : « Fille ou garçon, tout est dans la tête : on rentre tous sur le terrain pour gagner. »Joueuse de rugby, 26 ans, assistante commerciale

rugby feminin

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 20 mars 2020 à 16h08, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h38

«  Pourquoi le rugby ? Un peu le hasard et un peu la famille. Mon grand-père était l’un des créateurs et des dirigeants du club des Angles dans le Gard et mon père puis mon frère y ont joué.

Moi, je ne m’intéressais pas du tout au rugby quand j’étais jeune, j’en avais rien à faire, je faisais de la gym.

C’est quand j’ai eu à faire mon choix pour le lycée que je m’y suis mise : j’ai eu la possibilité de partir dans un lycée agricole, ce qui m’intéressait plus que la filière classique, et il y avait une option rugby.

Ça a été le coup de foudre. C’est classe une fille qui fait du rugby, ça donnait envie !

« Le rugby, ça apprend le respect mais aussi à se faire respecter, parce que ça en impose. »

Faire du rugby me donne le sentiment que je suis capable de tout. Ça donne confiance en soi, tu te dis «  Si je suis capable de faire ça, j’ai peur de rien ».

Ça apprend le respect mais aussi à se faire respecter, parce que ça en impose. Et puis c’est une véritable plateforme de lien social, ce sont des amis – filles ou garçons – avec qui tu partages des choses dures ; ça crée des relations fortes.

Après ma blessure au ligament croisé, je n’ai pas lâché le rugby parce que j’ai eu la chance que l’équipe me soutienne. On a une fameuse expression : «  Le rugby, c’est le ballon et les copains, mais quand il n’y a plus le ballon, il reste les copains. »

« Un beau plaquage et j’ai été acceptée dans l’équipe… »

L’entraînement, j’y vais pour m’amuser. Mais lors d’un match, on rentre tous sur le terrain pour gagner. Qu’on soit une fille ou un garçon, à ce moment-là, tout est dans la tête, il faut être combatif. Il faut avoir la rage !

J’ai joué avec des garçons pendant quatre ans, des vétérans, et j’étais la seule fille de l’équipe. Je jouais en loisir, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de compétition mais il y a quand même des matchs.

Lors de ma première saison avec les vétérans, j’ai réalisé un beau plaquage qui a été l’un des déclencheurs pour mon acceptation dans l’équipe.

J’ai repris cette année à Nîmes dans une équipe exclusivement féminine de Fédérale 1 et nous avons des matchs tous les week-ends. Même si c’est plus compétitif, je cherche avant tout à m’amuser, à me fatiguer et à être fière de moi  !

« C’est compliqué parfois d’aller boire des verres tous ensemble après l’entraînement ! »

En terme d’ouverture et de respect des équipes féminines, il y a encore beaucoup de progrès à faire.

Entre autres, concernant l’accès aux terrains ou aux vestiaires : on a rarement le terrain principal, on est surtout sur les annexes, et on doit le plus souvent attendre que les garçons aient pris leur douche pour y aller à notre tour !

C’est même compliqué, parfois, d’aller boire des verres tous ensemble après l’entraînement…

Mais les clubs font de plus en plus l’effort, c’est très lié à la volonté de l’équipe administrative.

En tout cas, la Coupe du monde féminine de rugby qui s’est jouée en France en 2017 a fait une belle publicité, ce qui a permis de booster le développement des équipes féminines. On avance. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Florence Arthaud

Florence Arthaud, cette insatiable louve des mers

Le 9 mars 2015, il y a tout juste six ans, l’aventurière perdait la vie dans un crash d’hélico. Avec elle, le mot marin s’était conjugué au féminin. À 33 ans, en 1990, l’intrépide à la crinière bouclée et au teint halé devenait la première femme à remporter la mythique Route du Rhum. Une entrée fracassante au sein du milieu testostéroné des « vieux » loups de mer. Une grande dame qui tracera la voie pour les autres navigatrices. Portrait-hommage d’une fille qui avait tant besoin de prendre le large…

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Wanda Noury « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Wanda Noury : « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Elle est l’une des pionnières du rugby féminin moderne. Wanda Noury a passé, une grande partie de sa vie, à promouvoir une discipline pour laquelle elle avait eu un coup de foudre. Tour à tour dirigeante, joueuse, arbitre, manager de l’équipe de France, membre du comité directeur de la FFR, elle continue à œuvrer, en coulisses, aux destinées de son sport de prédilection. Rencontre rafraîchissante avec une femme qui s’est toujours retrouvée au cœur de la mêlée.

Lire plus »
Catherine Destivelle 5 infos pour briller sur les sommets

Catherine Destivelle : 5 infos pour briller sur les sommets

Depuis la rentrée, elle écume les festivals littéraires comme elle grimpe, avec une heureuse frénésie. Catherine Destivelle, reine française de l’alpinisme, est aussi une éditrice passionnée. Le 20 octobre, elle publiait un nouvel ouvrage sur la montagne et s’apprête à en sortir un autre sur… les Piolets d’or. Pas de hasard, elle est la première femme à avoir décroché, l’an dernier, cette prestigieuse distinction. Zoom sur une légende des sommets, solide comme un roc, qui a toujours su tracer sa voie.

Lire plus »
Lucie Bertaud

Lucie Bertaud, jamais aussi libre que dans une cage

Voix rauque et débit de mitraillette, Lucie Bertaud est une passionnante pipelette. Cette figure de la boxe féminine française, aujourd’hui championne de MMA (arts martiaux mixtes), se raconte comme elle combat : sans triche et sans artifice. Sur le ring, dans une cage ou dans la vie, elle donne tout ce qu’elle a. Échanges percutants.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner