Iga Swiatek à Roland-GarrosUn air de déjà vu…

Iga Swiatek, un air de déjà vu…
Iga Swiatek marche sur l'eau du côté de la Porte d'Auteuil. Victorieuse face à Coco Gauff, la Polonaise a ainsi trouvé l'occasion d'instaurer un peu plus son règne sur le circuit WTA. À seulement 21 ans, elle semble suivre les traces de son idole, le roi de Roland-Garros, Rafa Nadal...

Par Alexandre Hozé

Publié le 03 juin 2022 à 10h15, mis à jour le 19 juin 2022 à 17h14

Des ascensions rapides, il y en eu dans le tennis. Rafael Nadal, Roger Federer, Martina Hingis… Point commun entre ces champions et championnes : leurs noms sont en bonne place dans l’histoire de la petite balle jaune. 

“Rafa”, par exemple, s’est construit un palmarès de roi : 21 tournois du Grand Chelem, dont 13 Roland-Garros (en attendant le quatorzième) ! La terre battue parisienne a plutôt bien réussi au Majorquin (doux euphémisme). 

Et toutes ses victoires ont inspiré bien du monde. Il faut dire que Rafael Nadal est sur le circuit depuis 2001… et le 31 mai de cette année-là, à Varsovie, Iga Swiatek venait au monde. La jeune Polonaise a grandi en suivant de près les exploits de son idole espagnole. 

Aujourd’hui, à Roland-Garros, elle foule la même terre battue. Et ce n’est pas la première fois !

Déjà en junior, Iga Swiatek se hissait jusqu’aux demi-finales de Roland-Garros 2018. Dans la foulée, elle remportait Wimbledon. En parallèle de ces tournois, la jeune fille se faisait les dents de lait sur le circuit senior. 

Mais, très vite, l’ambitieuse polonaise dit adieu à la petite souris. Dès 2019, elle se plonge à 100 % dans le circuit WTA. L’apprentissage commence pour la joueuse, avec des hauts et des bas. Mais le talent est là, aucun doute. 

Et quand Iga Swiatek débarque à Roland-Garros, ça se remarque ! À 17 ans, elle se hisse jusqu’en huitièmes de finale du tournoi du Grand Chelem. Par la même occasion, miss Swiatek s’installe dans le top 100 mondial. Ça commence bien.

L’Open de Melbourne 2020 est le tournoi de la confirmation pour Iga Swiatek. Elle est de nouveau en huitièmes de finale, la régularité paye pour la tenniswoman. Mais, sa performance australienne deviendra bien anecdotique quelques mois plus tard… 

Pourquoi ? La Polonaise va tout déchirer à Roland-Garros. Pourtant, elle débarque à Paris en quasi-inconnue. Si vous n’êtes pas un spécialiste du circuit féminin, Iga Swiatek, 19 piges, même pas dans le top 50, vous ne la voyez pas aller bien loin. 

Tout le monde a droit à l’erreur… Car si une poignée de polonais avaient parié sur la victoire finale d’Iga Swiatek, ils étaient bien les seuls ! En tout cas, la joueuse les a fait rêver lors de l’édition 2020. Et le reste du circuit avec ! 

Iga Swiatek ne va pas perdre un seul set de tout le tournoi (ça nous rappelle quelqu’un…). Et pas question de se griller ! En moyenne, elle passe une grosse heure sur le court par rencontre. Ce n’était pas l’année pour arriver en retard ! 

Simona Halep, Markéta Vondrousova, Martina Trevisan… Elles tombent toutes face à la puissance de la demoiselle qui épate. Et malgré toute sa volonté, Sofia Kenin ne fera pas exception en finale. Iga Swiatek rentre définitivement dans la cour des grands (et dans le top 20 par la même occasion). 

Maintenant, il faut assumer. Fini l’effet de surprise pour la jeune championne. Il faut retourner au charbon. En 2021, Iga Swiatek déçoit un peu, pas de nouvel exploit en tournoi du Grand Chelem (pour l’instant). 

Mais, c’est bien connu, les erreurs et les échecs font progresser. Iga Swiatek continue de s’améliorer. Son coup droit devient une arme destructrice. Elle gagne en expérience et s’impose de plus en plus sur le court comme la métronome des échanges. 

Au début de la saison 2022, la fusée polonaise est prête au décollage. Elle commence par une demi-finale à l’Open d’Australie. Swiatek est maintenant deuxième mondiale. Et quand Ashleigh Barty décide de se retirer du circuit, elle hérite du trône. La révolution attendra ! 

Cette année, Iga Swiatek est arrivée à Roland-Garros en grande favorite : elle reste sur 5 tournois remportés et 28 victoires consécutives. Et alors que toutes les autres têtes de série trébuchent Porte d’Auteuil, la championne enchaîne les victoires avec une aisance déconcertante. Seul Qinwen Zheng lui arrache un set, avant de s’incliner face à la furia polonaise. 

De retour en finale, Iga Swiatek était opposée à l’Américaine Cori alias « Coco » Gauff, ce samedi. En forme et à l’humeur bagarreuse, la N°1 n’a pas laissé passer cette occasion de se réapproprier la coupe Suzanne Lenglen (6-1,6-3). Deux victoires à Roland-Garros à seulement 21 ans, c’est un exploit “nadalesque”. 

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

MMA Grand Prix

Le MMA ouvre ses cages

En réel ou en virtuel, voici THE soirée inédite de sports de combat ! Le MMA Grand Prix lance sa 3e édition en présence de public et en live, ce jeudi. Devant l’écran ou dans les tribunes, à vos gants !

Lire plus »
Mathilde Lamolle

Mathilde Lamolle, la tireuse qui dégaine plus vite que son ombre

Elle était déjà de la partie aux Jeux de Rio, au Brésil, en 2016. Une première expérience olympique douloureuse pour Mathilde Lamolle, qui avait mis un terme prématurée à sa virée brésilienne lors des qualifications du tir à 25 mètres. Cinq ans plus tard, la donne a changé. Et la toute récente championne d’Europe de tir compte bien profiter des Jeux Olympiques de Tokyo pour enrichir son palmarès. Portrait d’une surdouée du pistolet.

Lire plus »
Audrey Cordon-Rajot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Audrey Cordon-Ragot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Elle est l’une de ces défricheuses qui viennent de s’élancer sur les routes de l’Hexagone pour y disputer la plus prestigieuse des courses cyclistes du monde : le Tour de France. Un rêve pour Audrey Cordon-Ragot, qui, après avoir participé à la première édition du Paris-Roubaix féminin, s’apprête, à 33 ans, à marquer un peu plus encore l’histoire de sa discipline.

Lire plus »
Juliette Willmann, la peuf cékoiça

La « peuf » ? Cékoiça ?

Les adeptes de ski et autres disciplines des pentes enneigées, connaissent bien ce terme. La peuf, celle qui leur procure frissons et sensations fortes… C’est quoi, à votre avis ? Les coachs, les sportifs et sportives ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, notre dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Elle est une ballerine hors du commun. Élevée dans le tulle et l’organza, entre entrechats et gracieuses révérences, elle quittera l’univers feutré du classique pour devenir la danseuse du rockeur anglais Peter Doherty pendant dix ans. Avant de créer la méthode Fit’Ballet qui démocratise la danse classique. Elle vient de publier son livre qui mêle histoire de vie et routine sportive dans la toute nouvelle collection ÀBLOCK!

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Reality Winner

Reality Winner : l’espionne qui venait du sport

Avant le 3 juin 2017, date de son arrestation, cette blondinette balèze était surtout connue pour ses exploits de crossfiteuse. Ex-militaire dans l’US Air Force, employée des services secrets américains, Reality Winner purge une peine de 5 ans de prison pour avoir exfiltré des documents confidentiels. Portrait d’une lanceuse d’alerte qui, même emprisonnée, ne transige jamais avec sa routine sportive.

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner