Sport en films Joue-la comme ces femmes !

India Spirit
Pour rester ÀBLOCK ! en ces temps statiques de confinement, voici une première recommandation culturelle pleine de peps avec une liste de 6 films qui dépotent sur les sportives. Pellicules péché mignon ou plus « serious game », il y a de quoi se forger un mental d’acier depuis son canapé !

Par Claire Bonnot

Publié le 26 avril 2020 à 11h27, mis à jour le 29 juin 2021 à 15h27

« Forte », une comédie qui tient bon la barre !

Prenez trois amis un peu paumés, une héroïne à la Bridget Jones et des cours de Pole Dance et le tour est joué  !

« Forte » suit les amis, les amours, les emmerdes d’une jeune femme avec vingt kilos en trop et pas hyper bien dans sa peau. Constamment « bonne pote », Nour (l’humoriste et actrice Melha Bedia, très attendrissante) enchaîne les vannes mais pas les prétendants…

À quoi va-t-elle se raccrocher ? À une barre de Pole Dance, en rencontrant une prof extravagante mais des plus encourageantes (un rôle sur mesure pour Valérie Lemercier). De quoi enfin accepter son corps !

Entre rire, tendresse et sujet de société, ce film français offre un visionnage feel-good assuré. 

Forte pole dance
  • Forte (2020) sur Amazon Prime Video – 1h35

« Joue-la comme Beckham », la comédie qui vise juste

Joue la comme Beckham

Jess (Parminder Nagra), une jeune anglaise d’origine indienne dont la sœur est en pleine préparation de son mariage ne jure, elle, que par… David Beckham, affiché en poster dans sa chambre.

Son rêve  ? Jouer au foot. Quand une footballeuse, Jules (Keira Knightley) perçoit son talent et lui propose d’intégrer son équipe, son objectif semble atteint. C’était sans compter sur sa famille, très à cheval sur les traditions et la juste place d’une femme dans la société.

Jules qui paraît venir d’une famille plus « moderne » récolte elle aussi les clichés sur la femme jouant à un « sport de mecs », sa mère se demandant même si elle n’est pas lesbienne. Sous ses airs de comédie romantique, ce film british léger a le mérite de poser nombre de questions sur la condition féminine via le sport.

  • « Joue-la comme Beckham » (2002) à (re)découvrir en vidéo – 1h52

« Lorena, la femme aux pieds légers », un documentaire inspirant

«  Je ne serais pas Lorena sans ma robe ». Courir sur des chemins de terre dans des paysages vertigineux avec pour seul équipement sportif un jupon et des sandales, c’est l’exploit à peine croyable d’une toute jeune mexicaine de 22 ans, Lorena Ramírez, championne de marathons et d’ultra-marathons dans son pays et en Europe.

Issue d’une famille mexicaine autochtone, elle vit dans un endroit reculé de Chihuahua s’occupant des animaux auprès de ses frères et sœurs. Cette vie à la dure qu’elle ne quitterait pour rien au monde lui a sans doute légué l’effort et l’endurance, autant que l’exemple de son père, champion, lui aussi.

Ce petit brin de femme réservée porte la détermination dans son regard et son silence. Mais certaines phrases font mouche  : «  Je ne pense pas porter ces baskets, ceux qui les portent sont toujours derrière moi. » Un sacré mental de winneuse  !

lorena
  •  « Lorena, la femme aux pieds légers » (2019) sur Netflix – 28 min

« Blue Crush », un teen-movie influent

Sable fin, palmiers et cocotiers… Des arguments idylliques dans notre quotidien de confinés. Alors, plongez sans tarder dans « Blue Crush », film des années 2000 sans prise de tête sur le milieu du surf et sa version féminine, en mode girl power !

Vous y suivrez la passion contrariée de Anne-Marie (Kate Bosworth), qui, après une blessure, a raccroché la planche et son rêve de surfer la fameuse et dangereuse vague de Pipeline de Hawaï. Mais le sport et l’adrénaline seront heureusement plus forts et la confiance reviendra…

À l’image d’un Point Break girly, ce film a motivé toute une génération de jeunes filles à surfer sur la vague  ! L’effet qu’ÀBLOCK ! veut déclencher…

  • « Blue Crush » (2002) sur Netflix – 1h50 min

« Battle of the Sexes », un biopic féministe

Jeu, set et match. Cette comédie sur le match de tennis de légende des années 1970 – et pourtant méconnu – entre la numéro 2 mondiale, Billie Jean King (Emma Stone), et le champion retraité, Bobby Riggs (Steve Carell), est un service gagnant !

L’événement bien nommé «  La bataille des sexes »  a marqué son époque et l’histoire en matière d’égalité hommes-femmes.

Le pitch ? Un vétéran du tennis, misogyne et provocateur, cherchant à retrouver sa popularité passée, propose une confrontation symbolique entre un « macho » – lui-même – et… une femme, la meilleure d’entre elles, Billie Jean King ! Son objectif ? Démontrer la supériorité du mâle…

Déjà fortement engagée dans la lutte pour l’égalité des salaires entre joueurs et joueuses, la tenniswoman va démontrer que les femmes sont toutes aussi captivantes à voir jouer car elles peuvent gagner contre un mec ! Et elle vise juste : le 20 septembre 1973, au Texas, elle remporte la partie et le respect des foules envers ses consœurs.

Un film sacrément « feel-good » à regarder avec attention pour noter les punchlines féministes !

battle of the sexes
  • « Battle of the Sexes » (2017) à voir ou revoir en vidéo – 2h01 min

« Une femme d’abord », un documentaire qui atteint sa cible

India Spirit

«  La place d’une femme est à la maison, pas sur un terrain de sport. Le sport est réservé aux hommes » énonce une voix masculine au tout début du film. En Inde, les inégalités entre hommes et femmes sont très marquées mais la jeune Deepika Kumari a réussi à prouver sa valeur sportive en enchaînant les médailles internationales.

Née pauvre dans le village indien de Ratu, elle a découvert le tir à l’arc comme une voie de sortie. Son talent est un «  miracle » pour ses coachs. En effet, un an après le début de sa formation, elle est championne du monde junior. Elle a 18 ans. Elle est ici filmée dans la période précédent les Jeux Olympiques de Rio 2016. Son objectif ? L’or, bien sûr.

Pas de happy end dans ce court-métrage mais une poignante leçon de vie d’une jeune femme incroyable qui veut inspirer toutes les filles : «  Le sport m’a appris une chose. N’abandonnez jamais. Dès qu’on abandonne, on perd. Tant qu’on continue de se battre, on finit par se dire… qu’on peut gagner ! »

  • « Une femme d’abord » (2018) sur Netflix – 39 min

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Elle est une des favorites incontestables de l’Open de Melbourne qui s’ouvre ce lundi en Australie. Ashleigh Barty n’a pas connu que des succès sur les courts, mais a toujours su rebondir. Celle qui trace sa route sans esbroufe est l’une des joueuses les plus talentueuses du moment. Portrait d’une drôle de fille devenue N°1 mondiale.

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
18 juillet 2021 Alice Modolo s'offre un record du monde d’apnée féminin

18 juillet 2021, Alice Modolo s’offre un record du monde d’apnée féminin

Dans l’eau claire et chaude des Bahamas, le 18 juillet 2021, la Française Alice Modolo a porté le record du monde d’apnée en poids constant bi-palmes à 95 mètres de profondeur. Un exploit réalisé dans le cadre de la célèbre compétition Vertical Blue, qui réunit les meilleures apnéistes mondiaux. Un record qui en appelle d’autres quand on connaît le mental de la championne.

Lire plus »
Fifty Fifty Sail

Fifty Fifty Sail, une régate solidaire pour aider les femmes à larguer les amarres

Mettre les voiles pour prouver que la femme a toute sa place dans le sport. C’est tout l’enjeu de cette chouette initiative qui a surgi dans la longue vue d’ÀBLOCK!. Cette régate 100% mixte fait la course contre les clichés et s’engage contre les violences faites aux femmes. Car le sport est un formidable outil de reconstruction pour se réapproprier son cœur et son corps. Embarquement immédiat au sein d’un enthousiaste et généreux équipage…

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Mathilde Gros

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis, une cycliste en piste pour Tokyo (Mathilde Gros sur notre photo), une tireuse qui vise juste, une handballeuse qui veut mettre le Japon en cage, les Jeux Olympiques décryptés, une nouvelle « question qui tue » et une initiative bien trempée… On est toujours ÀBLOCK! et c’est juste pour vous !

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Longtemps réfractaire à l’éducation physique, Senda Berenson s’est servie du sport pour renforcer sa constitution fragile. Devenue professeure de sport à Boston, elle s’est mise en tête d’y convertir ses élèves en les initiant à une discipline toute jeune, le basketball. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner