Allyson Felix Dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?

Allyson Felix Allyson Felix, dernier tour de piste pour une athlète toujours dans la course ?
Elle pourrait rejoindre Carl Lewis au panthéon olympique. À 35 ans, Allyson Felix dispute, à Tokyo, les cinquièmes (et sans doute derniers) Jeux Olympiques de sa carrière. Alignée sur 400 mètres en individuel et 4x400 en relais, la sprinteuse californienne, neuf médailles à son actif dont six en or, pourrait, en cas de nouveau podium, égaler le record de son illustre compatriote avec dix médailles. Portait d’une sprinteuse à la pointe de son art.

Par Sophie Danger

Publié le 27 juillet 2021 à 10h37, mis à jour le 26 août 2022 à 18h23

Ce devrait être son dernier tour de piste. Olympique, du moins. À 35 ans, Allyson Felix dispute, à Tokyo, les cinquièmes et ultimes Jeux de son extraordinaire carrière.

Alignée sur 400 mètres en individuel et en relais du 4×400, la Californienne pourrait, à cette occasion, enrichir une collection de médailles qui compte, à ce jour, 6 ors et 3 argents.

Un parcours quasi-sans-faute qui débute à Athènes en 2004. Quatre ans seulement que la jeune Américaine, fille d’un père pasteur, d’origine créole, et d’une mère institutrice, s’est découvert un penchant pour l’athlétisme.

Sa constitution fluette, son physique longiligne auraient pu faire d’elle une potentielle sauteuse en hauteur, mais la demoiselle préfère s’essayer au sprint. Va donc pour la vitesse. Et force est de constater qu’elle est douée.

En 2001, elle devient championne du monde des moins de 18 ans sur ligne droite. Moins de deux ans plus tard, elle s’invite sans bruit sur la scène nationale en remportant le 200 mètres des Championnats américains indoor.

À quelques encablures du coup d’envoi des Jeux grecs, elle frappe une fois de plus un grand coup en devenant championne des États-Unis du 200 mètres.

Allyson Felix, tout juste majeure, est invitée à se joindre à la Team US en partance pour l’Europe. Elle ne fera pas le voyage pour rien.

Qualifiée pour la finale du demi-tour de piste, elle livre une solide bataille contre Veronica Campbell. Elle terminera deuxième, à 13 centièmes de la Jamaïcaine, et s’offrira, au passage, le record du monde junior de la spécialité détenu, depuis vingt-quatre ans, par la Russe Natalya Bochina.

Le duo se retrouvera, une Olympiade plus tard, à Pékin. Même distance, mêmes têtes d’affiche, même résultat. La revanche se jouera sur le 4×400 mètres.

Deuxième relayeuse, la désormais double vice-championne olympique du 200 mètres se charge de remettre les USA dans le sens de la marche après avoir remonté les Jamaïcaines et les Russes.

Un tour de piste ultra maitrisé qui la propulsera tout droit sur la plus haute marche du podium du relais. Et de trois pour l’élégante sprinteuse !

Il faudra attendre Londres en 2012 pour qu’elle savoure, enfin, son premier titre en individuel. Meilleure performeuse mondiale de la saison sur 200 mètres avec un chrono de 21’’69 réalisé à Eugene (Oregon – USA) fin juin, Allyson Felix fait figure de favorite sur la distance.

Un statut qui la galvanise. Intraitable en série, elle survole les demies avant de se présenter en finale. Dernier passage, nouvelle formalité. Seule engagée à descendre sous les 22 secondes, elle met la concurrence au pas et s’impose devant la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser et sa compatriote Carmelia Jeter.

Allyson Felix réitère la performance sur le 4×100 mètres, record du monde à la clé, et le 4×400 mètres.

Triple lauréate, elle rejoint dans les annales l’Australienne Betty Cuthbert, seule athlète, avant elle, à s’être couverte d’or sur les trois distances du sprint, performance qui remontait à Tokyo en 1964.

Allyson Felix a définitivement pris goût aux honneurs. En 2016, elle aborde les Jeux de Rio avec des ambitions dantesques : un doublé 200-400 mètres plus les relais soit quatre médailles de plus à se mettre dans la poche. Il n’en sera, hélas, rien.

Diminuée par une blessure à la cheville, elle échoue à se qualifier pour le demi-tour de piste lors des Trials US. Reste le 400 brésilien pour se consoler. Alignée au couloir 4 en finale, Allyson Felix se hisse aux avant-postes à la sortie du dernier virage.

Au coude-à-coude avec Shaunae Miller, elle s’apprête à franchir la ligne en tête lorsque la Bahaméenne décide de plonger. Une fin de course inédite qui la prive d’un doublé royal pour 7 centièmes de seconde. Revancharde, elle s’adjugera l’or du 4×100 et du 4×400.

Avec un total de neuf médailles, Allyson Felix devient la première athlète de L’histoire à remporter six titres olympiques et rejoint, dans la légende, la Jamaïcaine Merlene Ottey, jusqu’alors athlète féminine la plus récompensée des Jeux Olympiques.

 

La parenthèse brésilienne refermée, la route vers Tokyo se profile à l’horizon et l’Américaine veut en être. Quatre années à patienter devenues cinq en raison de la pandémie de covid-19 qu’elle mettra à profit pour donner naissance à une petite fille et militer contre les politiques post-maternité inacceptables des sponsors et, en premier lieu, du sien : Nike.

Une olympiade devenue croisade sans pour autant occulter ses ambitions sportives. Non retenue sur 200 mètres, elle disputera le 400 mètres au Japon et s’alignera également sur le 4×400.

Deux nouvelles occasions de briller pour Allyson Felix qui pourrait alors prendre place au côté de son compatriote Carl Lewis, deuxième athlète le plus titré de tous les temps avec 10 médailles, juste derrière le Finlandais Paavo Nurmi qui en a décroché 12. Allez, encore 400m, Allyson…

  • Allyson Felix a réussi son pari et rejoint Carl Lewis parmi les légendes de l’athlétisme : en bronze sur le 400m et en or sur le 4x400m des JO de Tokyo, elle compte désormais 11 médailles à son palmarès.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le Beach Handball : sea, sport and sun...

Le Beach Handball : sea, sport and sun…

Sous le soleil, exactement… Du 1er au 3 juillet, la ville de Lacanau accueille le tournoi international de Beach Handball. Entre exploits sportifs et spectacle à ciel ouvert, c’est la deuxième édition de ce Lacanau Beach Handball Xperience qui se tient en bord de mer. De quoi découvrir un sport méconnu et pour le moins original.

Lire plus »
Kenza Dali, la surprise à répétition

Kenza Dali, la surprise à répétition

Les Bleues sont prêtes à aller au charbon pour ramener la coupe à la maison. Avec en première ligne, Kenza Dali. Habituée à déjouer les pronostics, la milieu de terrain veut valider un come-back renversant de la plus belle des manières.

Lire plus »
Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Pendant trois jours, du 24 au 26 juin prochain, le gratin du milieu équestre sera présent à Paris, face à la tour Eiffel. La 8e édition du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping, compétition de haut niveau, est très attendue.

Lire plus »
Gail Falkenberg

Gail Falkenberg, la super-granny du tennis

Elle en a sous le coude. Après une éclipse de plusieurs années, la joueuse de tennis américaine de 74 ans (oui, oui !), Gail Falkenberg, a rejoint les courts et disputé un match de premier tour sur le circuit pro. Rarissime. Ce qui fait la joie du milieu tennistique !

Lire plus »
Melvine Malard, d’attaque pour l’Euro

Melvine Malard, d’attaque pour l’Euro

Tout droit venue de la Réunion, la carrière de Melvine Malard s’envole lorsqu’elle débarque en métropole. L’OL, mais aussi l’équipe de France, l’attaquante enchaîne les buts et remporte un Soulier d’Or. L’Euro ? Elle est prête. Portrait d’une joueuse partageuse.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner