Fiona : « Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »Aventurière, 22 ans, étudiante

« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »
À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Propos recueillis par Sophie Danger

Publié le 08 avril 2022 à 6h00, mis à jour le 18 avril 2022 à 11h28

« Je suis partie de Perpignan, le 4 mars, dernier avec l’ambition de parcourir une partie de l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Cette aventure, dans laquelle je me suis embarquée, va durer quatre mois. Elle comporte 108 étapes et doit me faire passer par pas mois de dix pays. Au moment où l’on se parle (le 23 mars dernier, Ndlr), je suis à La Gacilly, à côté de Redon en Bretagne.

Aujourd’hui, a été une très belle journée. Le soleil était au rendez-vous, ce qui fait que le moral est au beau fixe. À ce jour, j’ai déjà parcouru environ 1 500 kilomètres, les jambes tiennent et j’arrive à prendre un peu de temps pour moi, alors tout va bien.

Ce projet a commencé à mûrir dans mon esprit il y a environ trois ans. Je surfais sur LinkedIn lorsque j’ai vu passer un post de « The Sun Trip », une entreprise qui organise des voyages à vélos solaires sous forme de compétitions. Pendant quelques années, leur expédition phare partait de Lyon et se terminait à Canton, en Chine.

Ceux qui y participaient ralliaient les deux villes en deux mois, deux mois et demi. J’ai échangé avec les responsables mais, à cette époque, ça n’était pas compatible avec ma situation personnelle alors je suis passée à autre chose. Malgré tout, j’avais semé une petite graine dans ma tête, petite graine qui, quelques mois plus tard, allait germer.  

Par la suite, je suis partie pour un semestre d’étude à Taïwan. J’ai découvert d’autres cultures et tout cela m’a confortée dans mon envie de parcourir le monde. Quelques temps après, j’ai entendu parler des euro vélos, un réseau européen de routes cyclables. Moi qui avais cette envie de voyage à vélo solaire, je me suis dit que, s’il y avait des itinéraires étudiés pour, pourquoi ne pas me lancer ? Alors, j’ai commencé à me pencher dessus.

Mon idée était de faire une année de césure dans mes études. Pour que mon école accepte, il fallait présenter un projet. J’ai commencé à travailler dessus en octobre 2020 pour le soumettre aux personnes concernées en mars de l’année suivante.  

Mon idée initiale était de partir de la côte basque et de remonter l’Angleterre, l’Irlande et l’Ecosse jusqu’à la Norvège. Le souci, c’était le passage Ecosse-Norvège. Il ne pouvait se faire que par avion. J’ai cherché un moyen de terminer mon voyage autrement et, à force de recouper les euro vélos, j’ai trouvé une route qui m’emmenait jusqu’à Lyon où habite mon père, le point de chute idéal.

Cette première étape terminée, je me suis renseignée pour savoir à quel rythme parcourir ces 8 000 kilomètres. Des participants au Sun Trip m’ont expliqué qu’ils avalaient, en général, entre 70 et 170 kilomètres par jour. J’ai pensé que 100 kilomètres, au quotidien, six jours sur sept, était une moyenne à portée

Pour le reste, j’avais pas mal d’interrogations. Je savais que j’allais embarquer une tente pour pouvoir faire du bivouac si je ne trouvais pas à dormir chez l’habitant. En ce qui concerne la nourriture, il était évident que je croiserais forcément un supermarché ici ou là pour acheter ce dont j’avais besoin. J’ai découvert également qu’il existait de nombreux réseaux de communautés cyclistes, j’ai pensé que ça allait le faire.

J’ai pris contact avec une fille qui était partie seule à vélo pour faire le tour de France des initiatives locales. Je lui ai demandé si elle s’était sentie quelque fois en danger. Elle m’a répondu que non, qu’il fallait faire attention, comme d’habitude, mais que, sur la route, les gens avaient été d’autant plus gentils et bienveillants quelle était une femme. 

Son exemple m’a donné envie d’aller, à mon tour, à la rencontre d’initiatives en tout genre. La transition énergétique fait partie de mon projet professionnel qui est de devenir ingénieure en énergies renouvelables et en énergétique.

C’est un sujet sur lequel je travaille beaucoup et c’était l’occasion, au cours de ce voyage, de joindre l’utile à l’agréable en proposant, à mon école, un projet solide tout en me créant des centaines de contacts pour mon réseau professionnel et en en apprenant tous les jours sur ce qui se fait ici et là.  

Une fois les bases de mon parcours posées, il a fallu que je m’entraîne. J’avais l’habitude de faire du vélo mais, même si les mercredis après-midis VTT avec mes grands-parents étaient une tradition lorsque j’étais enfant, je pratiquais, depuis, principalement dans une perspective de transport, pour me déplacer à l’université, en ville.

J’ai commencé par des sorties de 30-40 kilomètres. Je voulais voir comment je me sentais, d’autant que j’avais acheté une selle en cuir qui, au départ, était dure comme du béton !

Petit à petit, j’ai augmenté les distances. Je suis passée à 50, 60, 70 kilomètres et là, les douleurs sont apparues, notamment au niveau des genoux. Début janvier, j’ai demandé à mon médecin de me prescrire des séances de kinésithérapie pour travailler plus encore mon renforcement musculaire global et stabiliser mes articulations.

Le grand départ était programmé pour le 4 mars 2022. J’étais à la fois heureuse de me lancer enfin et stressée au possible. Ce jour-là, il y avait de la tramontane, de face, et du dénivelé au programme. Les conditions n’étaient pas idéales et je me demandais si mon genou allait tenir. C’est en sortant de cette ville que je connais bien que j’ai senti que l’aventure commençait enfin.

À la fin de la journée, tout s’était bien passé. Et finalement, après quelques jours, je me suis rendu compte que j’avais fait 500 kilomètres à vélo et que j’étais passée de la mer Méditerranée à l’océan Atlantique en même pas une semaine. Je me suis dit « Ah oui, c’est toi qui a fait ça ! » et j’ai compris que l’on sous-estimait très souvent nos capacités car on ne les pousse jamais à leurs limites.

On a finalement beaucoup plus de ressources que ce que l’on pense. 

Après trois semaines, je suis arrivée en Bretagne. Jusqu’alors, ce qui me touche le plus, c’est la générosité des gens qui m’hébergent pour dormir. On ne se connaît pas et ils m’offrent une chambre, un repas, parfois même un casse-croûte pour le lendemain comme si je faisais partie de la famille. Je trouve ça absolument génial de pouvoir échanger aussi facilement.

Ce qui me marque également c’est cette impression que j’ai de les connaître alors que je les rencontre pour la première fois de ma vie. Je ne sais pas trop expliquer pourquoi mais c’est un peu comme si, au fur et à mesure des étapes, je créais une communauté autour de moi. 

Même si je suis partie depuis peu, je sens déjà que j’ai un peu changé. J’ai gagné en maturité et en lâcher prise : j’avance au fil de l’eau et je vois ce qui m’attend au bout de la route.

Il y a une certaine charge mentale car je gère, en même temps, les réseaux sociaux, les logements, les rencontres, les initiatives, mais ça m’apprend la patience. Je ne peux pas dire que ce début est idyllique car il y a toujours des petites galères ici et là mais, pour le moment, j’ai vécu plus de hauts que de bas.

Je ne sais pas encore si quelque chose me manque – à part une tablette de chocolat que je projette de m’acheter – il est encore trop tôt pour le dire. Je pense néanmoins qu’arriver en Angleterre sous peu va donner une autre signification à ce début de voyage.

Je vais expérimenter le changement de langue, le changement de côté pour rouler et je suis curieuse de voir ce que tout cela va donner. » 

  • Pour suivre Fiona dans ses aventures, lui proposer un hébergement, une initiative à découvrir ou échanger tout simplement, direction son site dédié The  Suncycling Odyssey 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Reality Winner

Reality Winner : l’espionne qui venait du sport

Avant le 3 juin 2017, date de son arrestation, cette blondinette balèze était surtout connue pour ses exploits de crossfiteuse. Ex-militaire dans l’US Air Force, employée des services secrets américains, Reality Winner purge une peine de 5 ans de prison pour avoir exfiltré des documents confidentiels. Portrait d’une lanceuse d’alerte qui, même emprisonnée, ne transige jamais avec sa routine sportive.

Lire plus »
Mélanie de Jesus dos Santos

Mélanie De Jesus Dos Santos, la discrète gymnaste qui nous en met plein la vue

Le bonheur ne tient parfois qu’à…une poutre. Mélanie De Jesus Dos Santos a été sacrée championne d’Europe à la poutre, fin avril, en Suisse. Elle enrichit ainsi un palmarès décoiffant : quadruple championne d’Europe de gym artistique et sept fois championne de France. La pimpante Martiniquaise, petit prodige de la gymnastique française, est aussi explosive que déterminée. Portrait d’une pépite prête à se challenger pour aller chercher le podium aux JO de Tokyo.

Lire plus »
violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner