Coupe du Monde féminine de rugby 2022 La guerre des étoiles ovales

Coupe du Monde féminine de rugby à XV 2022, la guerre des étoiles ovales
C'est parti, la Coupe du Monde féminine de rugby à XV est lancée ! Jusqu'au 12 novembre, les meilleures équipes de la planète vont s'affronter sur les terres néo-zélandaises pour le Graal du ballon ovale. Et les Bleues qui ont gagné leur match d'ouverture samedi, en ont sous les crampons.

Par Alexandre Hozé

Publié le 09 octobre 2022 à 17h08, mis à jour le 13 avril 2023 à 16h25

Dans un pays lointain, très lointain, une bataille monumentale pour le titre de meilleure équipe de rugby au monde a commencé ce week-end. Une guerre des étoiles entre les meilleures rugbywomen de la planète sur les terres néo-zélandaises. 

Jusqu’au 12 novembre, date de l’affrontement final, les douze nations représentées pousseront derrière leurs représentantes. Et bien évidemment, les Bleues arrivent en force… 

Les trente-deux sélectionnées veulent passer un cap. Sur les huit éditions de la Coupe du Monde, le XV de France en a conclu six à la troisième place. C’est certes un bon résultat, mais un peu redondant.

Aujourd’hui, les filles du sélectionneur Thomas Darracq et de la manager générale Annick Hayraud n’ont d’yeux que pour l’or. 

©France Rugby

Mais elles ne sont pas les seules… Tenantes du titre, devant leur public, les All Blacks ne comptent pas abandonner le trophée. Depuis 1991 et la première édition du tournoi, ce dernier se sent comme à la maison en Nouvelle-Zélande. Cinq victoires en huit éditions, c’est un chouette ratio. 

Le XV de la Rose débarque en puissance également. Si elles ont récemment perdu leur reine, les joueuses anglaises trouveraient un peu de consolation avec une victoire le 12 novembre prochain. Pour beaucoup, ce sont elles les favorites. Actuellement sur une série de vingt-six victoires consécutives, les finalistes de la dernière Coupe du monde n’ont pas l’intention de s’arrêter là. 

La tâche sera donc rude pour les Bleues. Battre la Nouvelle-Zélande avec un ballon ovale, ce n’est déjà pas chose aisée. Et sur les quatre dernières années, l’Angleterre domine les débats lors du Tournoi des VI nations. 

©France Rugby

Et c’est sans compter sur l’Australie, le Canada ou encore les États-Unis qui restent de gros morceaux. 

Mais la force est également présente dans le clan français. Même en l’absence de la jeune retraitée internationale Lénaïg Corson, le groupe déborde de talent.

La démonstration en a été faite dans la nuit de vendredi à samedi, pour le premier match de la Coupe du Monde. Face à une vaillante mais inférieure équipe d’Afrique du Sud, les Françaises n’ont pas fait dans la dentelle : 40 à 5, la compétition commence bien. 

Guidé par une paire Laure Sansus (meilleure joueuse du dernier Tournoi des VI nations) – Caroline Drouin on fire, le XV de France a récité son rugby durant quatre-vingts minutes. De bon augure, d’autant plus que certaines cadres n’étaient pas sur la pelouse… 

Capitaine emblématique de la sélection française, Gaëlle Hermet a profité depuis le bord du terrain du spectacle proposé par ses coéquipières. Idem pour l’expérimentée Jessy Trémoulière, l’arrière désignée meilleure joueuse de la dernière décennie.

Le retour de ce duo parmi les titulaires a de quoi faire trembler les futures adversaires des Bleues… Et c’est un choc qui se profile à l’horizon : France-Angleterre, LA plus belle affiche du rugby à XV européen, filles et garçons confondus.

Les Anglaises, de leur côté, ont brillé face au Fidji, inscrivant quatre-vingt-quatre points. Ce match risque fortement de déterminer le classement final du groupe C. Ça vaut donc le coup d’être devant sa télé ! Prenez note : rendez-vous samedi 15 octobre à 9h sur TF1. 

Mais si une victoire face au XV de la Rose est importante, n’oublions pas que l’objectif final de nos Bleues est de gagner le 12 novembre prochain. 

Gaëlle Hermet bientôt en piste !

En 2011, guidés par le légendaire Thierry Dusautoir, les messieurs avaient échoué à un petit point du Graal face aux Néo-Zélandais. 

Onze ans plus tard, sur les mêmes terrains, l’équipe de France féminine compte bien effacer ces mauvais souvenirs en allant chercher la plus belle des étoiles. 

Que la force soit avec elles ! 

©France Rugby

Pour découvrir les 32 sélectionnées françaises, rendez-vous sur le site de France Rugby

Ouverture : ©France Rugby

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marie Leautey : « Ce tour du monde en courant, c’est un voyage que j’aurais aimé ne jamais terminer. »

Marie Leautey : « Ce tour du monde en courant, c’est un voyage que j’aurais aimé ne jamais terminer. »

Deux ans et demi à courir, plus de vingt-huit-mille kilomètres avalés sur quatre continents traversés. Marie Leautey a tout quitté pour vivre son rêve : expérimenter le monde comme seules six personnes avaient osé le faire avant elle. Une aventure unique qu’elle a voulu dédier aux femmes, mais aussi à celles qui souffrent en récoltant des fonds pour l’organisation humanitaire « Women for women ». Rencontre au pas de course.

Lire plus »
Jessy Trémoulière

Jessy Trémoulière : « Le rugby m’a fait grandir. »

Elle a à peine 30 ans, mais déjà une riche carrière derrière elle. L’Auvergnate Jessy Trémoulière, devenue une figure incontournable du paysage rugbystique international, vient d’être sacrée meilleure joueuse de la décennie, deux ans après avoir été élue meilleure joueuse du monde, rien que ça ! Rencontre avec une fille qui sait merveilleusement transformer l’essai.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
sport feminin

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Ces derniers jours auront été particulièrement ÀBLOCK! Pour l’opération Sport Féminin Toujours 2023, nous avons ajouté notre pierre à l’édifice. Expertes du sport féminin, témoignages de wonderwomen qui se sont relevées à force de détermination et de sueur, état des lieux de la présence du sport féminin dans les médias, c’était le thème de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner