Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Confinement ou non, pas de repos pour le sportif !

gym-4336648_1920
Alors que la France a pris le top départ du déconfinement le 11 mai dernier, troquant l’enfermement obligatoire pour des échappées belles bien méritées, quid de l’évolution du comportement sportif des Français ? On vous dit tout...

Par Claire Bonnot

Le coronavirus a multiplié le nombre de sportifs dans les rues, soudain privés de leur liberté de souffler et de se dépenser à leur aise et limités par une réglementation en temps et en kilomètres. Adieu la tête vide, le dépassement, la performance  !

Le quotidien  ? Rester entre quatre murs, pour ceux qui pouvaient télé-travailler. Qu’à cela ne tienne, la pratique sportive a tenu bon et s’est mise, elle aussi, à l’heure digitale.

Les Français confinés, bien que chamboulés, n’ont en effet pas stoppés leur activité physique et ont fait dans la régularité : depuis la mise en place du confinement, 59 % des Français pratiquent une activité physique ou sportive chaque semaine contre 61 % des Français à la même période, en juin 2019. C’est ce qu’on appelle garder le cap !

La crise sanitaire, prétexte pour se dépenser…

24 % des Français confient avoir utilisé le sport comme prétexte pour sortir de chez eux durant le confinement, selon une enquête Ifop/Fitness Magazine de ce mois de mai 2020 sur « La pratique sportive des Français à l’ère du COVID-19 ».*

Si cet aveu ressemble peu à une motivation sans pareille pour l’effort physique, il s’accompagne d’une donnée intéressante quant aux effets de cette assignation à résidence forcée : depuis le déconfinement du 11 Mai, 12 % des Français affirment que leur pratique sportive a augmenté par rapport à leur pratique pré-confinement.

En sortant prendre l’air (prétexte évoqué pour 18 % des sondés quant à la question du sport comme prétexte pour prendre l’air en période de confinement), pourquoi ne pas faire ce petit footing parfois repoussé ou tout simplement marcher vivement pour un besoin évident de se dégourdir les pattes  ?

Surtout pour les confinés dans un logement de moins de 50 m2 (30 % des sondés) et les jeunes de moins de 25 ans (32 %), boules d’énergie à revendre !

chris-yang-pf05Oo83GqY-unsplash

Toujours la et les mêmes motivations pour le sport

«  La pandémie n’a pas entamé les attentes des Français en matière de sport : avec ou sans COVID-19, on se dépense pour rester en bonne santé, se défouler… et séduire ! », explique Jean-Philippe Dubrulle, Directeur d’études au pôle Opinion de l’Ifop.

Le sport reste ainsi une base essentielle dans la vie et le rythme des Français, tels que boire, dormir ou manger puisque 75 % d’entre eux répondent, très sainement, avoir pratiqué une activité physique depuis la mise en confinement, pour rester en bonne santé. 42 % – dont une majorité chez les 25-35 ans et les confinés dans moins de 50 m2 ou moins – plaident le soutien du sport pour se défouler et 25 % pour mincir, en particulier chez les femmes ou les personnes en surpoids.

Mais la ruée vers le sport annoncée n’a pas eu lieu malgré ce chamboulement de quotidien soudain… «  Ni le confinement dans un espace réduit, ni le temps libéré pour certains… ni même la prise de poids d’une majorité de la population n’ont poussé les Français à augmenter significativement leur activité sportive », résume le Directeur d’études de l’Ifop.

form-05sa3CUan9s-unsplashgimp

Objectifs de la période estivale ?

Cependant, la saison estivale approchant, la motivation reprend… Les principaux objectifs  ? Afficher une silhouette avantageuse, pour soi-même et pour les autres, sans oublier l’importance de garder la forme !

54 % des sondés sur une nouvelle routine post-confinement expriment le souhait d’être bien dans leur peau dans les endroits où l’on montre son corps, tandis que 29 % énoncent clairement la volonté d’être le plus séduisant possible en vue de l’été, jeunes de moins de 25 ans en tête (64 %) ! 53 % expliquent tout simplement vouloir être en forme pour les activités physiques des vacances d’été. 

344996-zwift_funisfast_05-32c79e-original-1581355805

Une nouvelle tendance indéniable : le suivi de cours en ligne !

Salles de sport fermées, temps de sorties limités, le confinement avait de quoi décourager les plus motivés. Et pourtant, l’offre sportive a muté à toute vitesse, élaborant des vidéos de cours en ligne sur YouTube, en Instagram Live, en Zoom…

Les plannings quotidiens des télé-travailleurs étaient soudainement rythmés par ce cours de yoga à 18h ou à l’heure du dej, ou encore ce live de « Booty Burn » de Sissy Mua, influenceuse star sur Instagram.

À chacun son rendez-vous sportif concocté sur mesure – et le plus souvent gratuit – pour le confinement par les influenceurs sportifs, les coachs professionnels, les sportifs de haut niveau, les marques et les salles de sport.

De quoi faire grimper leur notoriété (et leur nombre d’abonnés) et participer à l’atmosphère de soutien collectif !

action-athlete-effort-618612

À l’ère du déconfinement, comment se dessine la pratique sportive des Français  ? Selon l’étude Ifop pour Fitness Magazine : «  Dans les prochaines semaines, 14 % des Français ont l’intention de suivre des cours de sport, fitness ou musculation en ligne, 11 % de s’inscrire dans une salle de sport et 5 % de prendre un coach sportif. »

Le numérique a fait des adeptes, surtout avec les salles de sport fermées, mais l’envie de revenir aux cours collectifs est toujours là, malgré la distanciation sociale imposée et nécessaire.

Cette période de restrictions, sans révolutionner la pratique sportive des Français, a ouvert de nouvelles voies, comme suivre des cours en ligne mais aussi de nouvelles envies : prendre un coach en est une.

Le sport a de l’endurance  !

* L’enquête « La pratique sportive des Français à l’ère du COVID-19 » a été menée pour Fitness Magazine par l’Ifop auprès d’un échantillon de  1 012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 18 Mai 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »
Louise Lenoble

Highline : Louise Lenoble, en recherche d’adrénaline

La highline est sa vie, l’air son élément. À l’occasion du Tour de France, de passage au Mont-Dore, la reine de la slack, se lance un nouveau défi. Avec ses camarades de vide, Louise Lenoble va marcher sur la deuxième plus longue ligne de France, à deux-cents mètres au-dessus de la ville. On lève les yeux ?

Lire plus »
sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Andrina la sirène

« Je nage en sirène… et c’est du sport ! »

Voisine de l’Océan Atlantique, l’apprentie comédienne et modèle s’est un jour réveillée dans un corps et un mental de… sirène. Fascinée par le monde magique de ces créatures ondulantes, elle a fait de son rêve une réalité en devenant sirène professionnelle. Une féérie qui se travaille !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : « L’apnée m’a permis de devenir moi, pleine et entière. »

Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.

Lire plus »
Foot marocain

Maroc : la révolution du football féminin aura-t-elle lieu ?

Une avancée majeure, une priorité. C’est en tout cas le message que la Fédération Royale Marocaine de Football entend faire passer en signant des accords visant à booster le foot féminin dans son pays. Elle vient en effet d’entériner un contrat-objectifs avec les différents acteurs de la discipline. Preuve de l’intérêt grandissant que porte le pays à son développement. Et de son ambition à la faire entrer dans un Nouveau Monde. Explications.

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si “fit” que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »