Confinement ou non, pas de repos pour le sportif !

gym-4336648_1920
Alors que la France a pris le top départ du déconfinement le 11 mai dernier, troquant l’enfermement obligatoire pour des échappées belles bien méritées, quid de l’évolution du comportement sportif des Français ? On vous dit tout...

Par Claire Bonnot

Publié le 28 mai 2020 à 11h38, mis à jour le 28 mai 2020 à 14h04

Le coronavirus a multiplié le nombre de sportifs dans les rues, soudain privés de leur liberté de souffler et de se dépenser à leur aise et limités par une réglementation en temps et en kilomètres. Adieu la tête vide, le dépassement, la performance  !

Le quotidien  ? Rester entre quatre murs, pour ceux qui pouvaient télé-travailler. Qu’à cela ne tienne, la pratique sportive a tenu bon et s’est mise, elle aussi, à l’heure digitale.

Les Français confinés, bien que chamboulés, n’ont en effet pas stoppés leur activité physique et ont fait dans la régularité : depuis la mise en place du confinement, 59 % des Français pratiquent une activité physique ou sportive chaque semaine contre 61 % des Français à la même période, en juin 2019. C’est ce qu’on appelle garder le cap !

La crise sanitaire, prétexte pour se dépenser…

24 % des Français confient avoir utilisé le sport comme prétexte pour sortir de chez eux durant le confinement, selon une enquête Ifop/Fitness Magazine de ce mois de mai 2020 sur « La pratique sportive des Français à l’ère du COVID-19 ».*

Si cet aveu ressemble peu à une motivation sans pareille pour l’effort physique, il s’accompagne d’une donnée intéressante quant aux effets de cette assignation à résidence forcée : depuis le déconfinement du 11 Mai, 12 % des Français affirment que leur pratique sportive a augmenté par rapport à leur pratique pré-confinement.

En sortant prendre l’air (prétexte évoqué pour 18 % des sondés quant à la question du sport comme prétexte pour prendre l’air en période de confinement), pourquoi ne pas faire ce petit footing parfois repoussé ou tout simplement marcher vivement pour un besoin évident de se dégourdir les pattes  ?

Surtout pour les confinés dans un logement de moins de 50 m2 (30 % des sondés) et les jeunes de moins de 25 ans (32 %), boules d’énergie à revendre !

chris-yang-pf05Oo83GqY-unsplash

Toujours la et les mêmes motivations pour le sport

«  La pandémie n’a pas entamé les attentes des Français en matière de sport : avec ou sans COVID-19, on se dépense pour rester en bonne santé, se défouler… et séduire ! », explique Jean-Philippe Dubrulle, Directeur d’études au pôle Opinion de l’Ifop.

Le sport reste ainsi une base essentielle dans la vie et le rythme des Français, tels que boire, dormir ou manger puisque 75 % d’entre eux répondent, très sainement, avoir pratiqué une activité physique depuis la mise en confinement, pour rester en bonne santé. 42 % – dont une majorité chez les 25-35 ans et les confinés dans moins de 50 m2 ou moins – plaident le soutien du sport pour se défouler et 25 % pour mincir, en particulier chez les femmes ou les personnes en surpoids.

Mais la ruée vers le sport annoncée n’a pas eu lieu malgré ce chamboulement de quotidien soudain… «  Ni le confinement dans un espace réduit, ni le temps libéré pour certains… ni même la prise de poids d’une majorité de la population n’ont poussé les Français à augmenter significativement leur activité sportive », résume le Directeur d’études de l’Ifop.

form-05sa3CUan9s-unsplashgimp

Objectifs de la période estivale ?

Cependant, la saison estivale approchant, la motivation reprend… Les principaux objectifs  ? Afficher une silhouette avantageuse, pour soi-même et pour les autres, sans oublier l’importance de garder la forme !

54 % des sondés sur une nouvelle routine post-confinement expriment le souhait d’être bien dans leur peau dans les endroits où l’on montre son corps, tandis que 29 % énoncent clairement la volonté d’être le plus séduisant possible en vue de l’été, jeunes de moins de 25 ans en tête (64 %) ! 53 % expliquent tout simplement vouloir être en forme pour les activités physiques des vacances d’été. 

344996-zwift_funisfast_05-32c79e-original-1581355805

Une nouvelle tendance indéniable : le suivi de cours en ligne !

Salles de sport fermées, temps de sorties limités, le confinement avait de quoi décourager les plus motivés. Et pourtant, l’offre sportive a muté à toute vitesse, élaborant des vidéos de cours en ligne sur YouTube, en Instagram Live, en Zoom…

Les plannings quotidiens des télé-travailleurs étaient soudainement rythmés par ce cours de yoga à 18h ou à l’heure du dej, ou encore ce live de « Booty Burn » de Sissy Mua, influenceuse star sur Instagram.

À chacun son rendez-vous sportif concocté sur mesure – et le plus souvent gratuit – pour le confinement par les influenceurs sportifs, les coachs professionnels, les sportifs de haut niveau, les marques et les salles de sport.

De quoi faire grimper leur notoriété (et leur nombre d’abonnés) et participer à l’atmosphère de soutien collectif !

action-athlete-effort-618612

À l’ère du déconfinement, comment se dessine la pratique sportive des Français  ? Selon l’étude Ifop pour Fitness Magazine : «  Dans les prochaines semaines, 14 % des Français ont l’intention de suivre des cours de sport, fitness ou musculation en ligne, 11 % de s’inscrire dans une salle de sport et 5 % de prendre un coach sportif. »

Le numérique a fait des adeptes, surtout avec les salles de sport fermées, mais l’envie de revenir aux cours collectifs est toujours là, malgré la distanciation sociale imposée et nécessaire.

Cette période de restrictions, sans révolutionner la pratique sportive des Français, a ouvert de nouvelles voies, comme suivre des cours en ligne mais aussi de nouvelles envies : prendre un coach en est une.

Le sport a de l’endurance  !

* L’enquête « La pratique sportive des Français à l’ère du COVID-19 » a été menée pour Fitness Magazine par l’Ifop auprès d’un échantillon de  1 012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 18 Mai 2020.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Greta Andersen

Best-of 2021 : les pionnières ÀBLOCK!

Pendant cette année 2021, ÀBLOCK! a rendu hommage à des championnes d’antan, pionnières dans leur discipline et dans le sport féminin tout court. Des filles qui ont fait bouger les lignes grâce à leur indépendance d’esprit, à leur force de volonté et à leur talent (comme la nageuse Greta Andersen sur notre photo). Retour sur les premières sportives à avoir été ÀBLOCK!

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
Manon Petit-Lenoir : « Sur mon snowboard, j’ai parfois une sacrée pression, mais j’en ai besoin ! »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des filles sur la glace, sur la neige et sur les plus hautes marches des podiums. Du hockey sur glace, du ski, du snowboard (avec Manon Petit-Lenoir sur notre photo) ou encore du short-track…Semaine glacée pour le lancement des JO de Beijing mais forcément brûlante quand on est ÀBLOCK!

Lire plus »
Une trappe ? Cékoiça ?

Une trappe ? Cékoiça ?

Le terme est connu des initiés de sports Co dont le hockey sur glace, mais si vous n’êtes pas un spécialiste, il est pour le moins compliqué de s’imaginer à quoi peut bien ressembler une trappe sur une patinoire. Alors, c’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Raymonde Cornou : « Lorsque j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Raymonde Cornou : « Quand j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Son histoire est pour le moins épique. Elle est la première Française à s’être alignée au départ du marathon de New York, l’une des pionnières des courses longues distances sur route en France. Raymonde Cornou a ouvert la voie à une époque où les femmes n’étaient pas autorisées à courir un marathon. Radiée à vie de la Fédération Française d’Athlétisme pour avoir bravé les interdits, rien ni personne n’a pu l’arrêter. Rencontre avec une athlète au caractère aussi acéré que les pointes de ses chaussures.

Lire plus »
sport feminin

Le sport féminin ? En pleine lucarne !

L’été dernier, les records d’audience de la Coupe du monde féminine de foot et quelques mois plus tôt du Championnat d’Europe de handball féminin à la télévision ont prouvé que le public se passionnait de plus en plus pour les compétitions féminines. Et les dernières études ne font que réaffirmer cette réelle tendance. Pour autant, les jeux ne sont pas faits. Décryptage.

Lire plus »
Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut « la femme la plus rapide du monde » était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Diane de Navacelle de Coubertin : « Coubertin n’était pas là pour faire un débat sur la place de la femme dans la société, pourtant c’est ce qu’on lui reproche. »

Elle est l’arrière-arrière-petite nièce du Baron Pierre de Coubertin. Diane de Navacelle de Coubertin, membre du bureau de l’association Familiale Pierre de Coubertin, a pour mission de s’assurer que l’idéal olympique imaginé par son glorieux aïeul continue à être respecté. Alors que nous venons de boucler les Jeux Olympiques d’hiver et juste avant que ne soient lancés les Jeux Paralympiques à Pékin, elle revient sur les rapports, parfois complexes, entretenus par le rénovateur des Jeux avec la femme sportive.

Lire plus »
Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Un Bunny Up ? Cékoiça ?

Le bunny up ou bunny hop, que l’on peut traduire par saut de lapin en français, est l’une des techniques phares de l’univers du VTT. Mais qu’est-ce que c’est ? Et en quoi ça consiste ? Les coachs ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner