Rechercher

Anaïs Quemener : « Je suis à l’écoute de mon corps, je lui fais confiance, je m’adapte. »

Anais Quemener
En ce moment, je m'entraîne pour un cross. La vitesse, ce n’est pas ce que je préfère, mais peu importe, j‘exécute à la lettre le programme de mon père. C’est la clé. Parce qu’on est d’accord : si on ne fait que ce que l’on aime, on ne progresse pas.

Par Anaïs Quemener, championne de marathon*

Publié le 09 novembre 2023 à 15h04

Après les 10km de Rennes, le 21 octobre dernier, je suis partie me reposer l’espace d’une semaine, ce qui ne veut pas dire ranger mes baskets. Je cours tous les jours, c’est mon quotidien. Les seuls moments où je ne m’entraîne pas, c’est au retour de grandes courses comme les marathons, c’est alors le temps de la récup’ pendant deux ou trois jours. Il m’arrive aussi de prendre du repos lorsque je sens que j’en ai besoin : je suis à l’écoute de mon corps, je lui fais confiance, je m’adapte.

En ce moment, je me prépare pour mon prochain challenge : le Cross International Le Maine Libre, à Allonnes dans la Sarthe. Ce sera le dimanche 19 novembre et c’est un cross de sélection pour les championnats d’Europe de cross. Mes entraînements sont donc axés sur des formats plus courts et plus rapides que pour mes courses d’endurance. Je fais, comme d’habitude, quelques séances sur piste, au parc, sur route, mais j’y ajoute un travail en milieu vallonné, des montées, des descentes, ce qu’on appelle des petits casse-pattes.

On s’entraîne sur des 300m, des 400m, on privilégie la vitesse. Et, c’est vrai, ce n’est pas ce que je préfère, mais peu importe, j‘exécute à la lettre le programme de mon père. C’est la clé. Parce qu’on est d’accord : si on ne fait que ce que l’on aime, on ne progresse pas.

Le week-end prochain, je suis inscrite sur deux courses qui seront autant de répétitions générales avant le Cross d’Allones. La première est presque à domicile, à vingt minutes de chez moi, en Seine-Saint-Denis. Il s’agit de la Corrida d’Aulnay-Sous-Bois, un 10 km que je fais quasiment tous les ans avec les copains de mon club, La Meute.

Il fera office d’entraînement, c’est un parcours avec des côtes, ce sera donc parfait. J’y vais sans objectif, je le vois comme un exercice, mais aussi comme un plaisir, celui d’encourager certains membres du club qui feront là leur premier 10km ; d’autres qui feront aussi le 5km.

Le lendemain, rebelote, avec le cross de Marne et Gondoire en Seine-et-Marne. Une course de 6,8km soit un peu le même format que la sélection aux Europe et c’est l’idéal pour se réhabituer aux appuis. Parce que courir dans la boue, avec des chaussures à pointes, j’ai peu l’occasion de le faire, la période des cross s’étendant entre novembre/décembre et mars. J’y vais donc avec la forme du moment, là aussi pour m’entraîner grandeur nature, car comme le dit mon père : « Pour être bon en cross, il faut faire des cross ! » Soit.

Après, place au Cross d’Allones et, cette fois, en mode compet’. Objectif : être sélectionnée aux Europe. Et, pour l’instant, je ne suis pas stressée : une chose à la fois.

Allez, je vais courir, revenez me lire ici dans quinze jours, je vous raconterai tout !

* Anaïs Quemener est notre ambassadrice ÀBLOCK! Elle est aide-soignante et athlète, spécialiste des courses de fond. Atteinte d’un cancer du sein, elle trouvera dans le sport une thérapie, un outil de réparation. Le , elle devient championne de France de marathon en 2h40’36, après son titre de 2016. Le  au marathon de Paris, elle bat son record en 2h32’12, première Française à passer la ligne d’arrivée. Elle s’entraîne aujourd’hui à sa qualification à l’épreuve de marathon des Jeux Olympiques en 2024 et/ou 2028. 

Ouverture ©Salomon

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nita Korhonen

Nita Korhonen, en pole position pour féminiser la moto

Elle milite avec en ligne de mire la mixité dans son sport. Née quasiment sur l’asphalte d’un circuit, Nita Korhonen, motarde et fière de l’être, s’emploie à féminiser le milieu de la moto via ses fonctions au sein de la Fédération Internationale de Motorcyclisme (FIM). Portrait d’une incorrigible bikeuse.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Agathe Runs Bordeaux

Agathe : « La course m’a appris à ne plus fuir la difficulté. Je n’abandonne plus, je fonce ! »

Jamais elle n’aurait imaginé se sentir aussi bien dans ses baskets. Dans tous les sens du terme. Agathe est devenue addict à la course à pied après avoir commencé le running pour perdre ses kilos en trop. Aujourd’hui, elle s’offre des shoots d’adrénaline en multipliant les marathons. Une aventureuse profondément inspirante qui donne envie de parcourir le monde à grandes foulées pour mieux se réconcilier avec soi-même.

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

VTT : le cyclisme féminin prend le bon virage

La crise sanitaire est passée par là. Mais si le calendrier de la discipline sportive à deux roues a été sérieusement bousculé, il y a eu plus de peur que de mal pour l’avenir du cyclisme féminin. Les filles tiennent fermement le guidon et ne sont pas prêtes à le lâcher. État des lieux d’un secteur qui roule.

Lire plus »
rallye des gazelles

Sur les traces des Gazelles (Carnet de voyage 1)

Deux filles, leur bagnole et leur audace ! Embarquement immédiat avec Sandra et Anne sur les chemins du Rallye des Gazelles…2021.  Sur ÀBLOCK!, elle nous propose un carnet de voyage qui débute dès l’inscription. Car l’édition 2021 semble encore loin mais l’organisation est titanesque… La parole aux Gazelles !

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner