Journal d'une sportive confinée Donner mon premier cours d’aquagym sur la terre ferme ? Je l’ai fait !

claire pola
Jamais démotivée, toujours positive, notre coach de Limoges, Claire Pola, nous fait partager ses moments actifs. Poursuivons avec elle son petit journal d'une sportive confinée.

Publié le 28 avril 2020 à 11h48, mis à jour le 12 mai 2020 à 18h15

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Avec le confinement et la distanciation physique rendue obligatoire, je remarque que l’on devient très créatif pour conserver du lien social.

Responsables d’associations, professeurs et entrepreneurs se mettent en quatre afin de sauvegarder un peu d’activité et surtout afin de conserver du lien et cela donne de très beaux partages.

Par exemple, l’Atelier La Mascarade, situé dans les environs de Limoges, organise des sessions de théâtre à distance, des chanteurs connus et reconnus proposent des concerts depuis leur salon, les musiciens de l’Orchestre National de France ou encore de Limoges se produisent en visio…

Durant cette période, nous avons tous besoin de challenges pour donner du sens à nos vies confinées. Les jeunes et les ados s’en donnent à coeur joie.

C’est ainsi, que l’on peut voir fleurir sur les réseaux sociaux quantité de challenges sportifs dont le plus souvent des concours de gainage, ou bien culturel avec des concours de chant.

L’heure est donc à l’innovation. Et mon activité de coach sportif en bénéficie. Je cherche de nouvelles idées tout le temps pour parvenir à réinventer le sport entre quatre murs.

claire pola

Je me suis demandé par exemple comment je pouvais adapter et transférer des habiletés motrices aquatiques sur une activité terrestre à destination d’un public plutôt senior, celui que je retrouve d’habitude tous les lundis soir pour un cours d’Aquagym.

L’idée m’est alors venue de leur proposer un cours de gym douce en vidéo.

Banco  ! L’idée a été concrétisée et j’ai pu organiser un premier cours à distance. Cette séance a été un pur bonheur de détente et les messages de remerciements me donnent un max d’énergie !

Même si l’intégralité du groupe n’est pas encore connectée car Internet et les nouvelles technologies demeurent encore un frein, j’espère retrouver au fil des semaines de plus en plus de monde qui souhaite nager…à contre courant.

Car donner un cours aquatique sur la terre ferme, c’est pas banal ! 

claire pola

Allez, je termine par un petit message personnel. 

Ma nièce va fêter ses 3 ans dimanche. J’aurais dû passer le week-end chez ma sœur, à 350 kms pour fêter cet événement.

Pour autant, il était hors de question de ne pas fêter cela et de ne pas lui offrir de cadeau. Cette semaine, j’ai donc réfléchi et ai ajouté à ma liste de courses de « première nécessité » une carte d’anniversaire, des ballons, des feutres de couleurs, un jeu de bulles de savon, des barrettes pleines de strass et une jolie robe.

J’espère qu’elle recevra le colis à temps et que ses yeux brilleront en l’ouvrant. En attendant cela m’a fait chaud au cœur… et je trinquerai à son anniversaire dimanche. Parce qu’on peut être sportive et s’offrir un petit verre de temps à autres. Surtout, pour des occasions comme celles-ci. 

F36C72CD-B4C9-4E28-9E03-E1203B6442D1gimp

Prendre le temps de célébrer ces événements, permettent aussi d’accepter la situation et d’exprimer ses ressentis.

Je conseille d’écrire à ses proches ou des personnes que vous n’avez pas vues depuis longtemps pour laisser libre cours à vos émotions, qu’elles soient positives ou négatives.

D’autres événements, plus récurrents peuvent être mis en place comme le rituel d’une pause-café via la visio, la discussion autour d’un livre, d’un tableau, d’un film, d’une fleur et bien sûr quelques séances sportives…

En fait, il existe une multitude de sources d’évasion, à explorer depuis sa fenêtre.

Alors, ne vous laissez pas abattre, on se retrouve bientôt… 

Prenez soin de vous, et bougez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Gail Falkenberg

Gail Falkenberg, la super-granny du tennis

Elle en a sous le coude. Après une éclipse de plusieurs années, la joueuse de tennis américaine de 74 ans (oui, oui !), Gail Falkenberg, a rejoint les courts et disputé un match de premier tour sur le circuit pro. Rarissime. Ce qui fait la joie du milieu tennistique !

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Cecilia Berder

Le questionnaire sportif de… Cécilia Berder

Elle vient de remporter le Trophée Sabre 2021, épreuve de reprise de la compétition organisée par la Fédération française d’escrime. La Quimpéroise Cécilia Berder, Championne du monde 2018, qualifiée pour les JO de Tokyo, s’est soumise au Questionnaire de Proust version ÀBLOCK! Et ça donne ça…

Lire plus »
bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »
Kiki Caron

Christine Caron : « Être porte-drapeau aux JO a été un grand pas pour le sport féminin. »

Elle a marqué, de manière indélébile, les deux campagnes olympiques auxquelles elle a participé. Christine Caron dite Kiki Caron, 73 ans le 10 juillet prochain, s’est adjugée l’argent du 100 mètres dos aux JO de Tokyo en 1964 avant de bousculer les codes en devenant porte-drapeau de la délégation française à Mexico, quatre ans plus tard. Une première mondiale pour les Jeux Olympiques d’été. Rencontre avec une icône qui a fait bouger les lignes, et pas uniquement dans les bassins.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner