Sur les traces des GazellesCarnet de voyage N°1

rallye des gazelles
Deux filles, leur bagnole et leur audace ! Embarquement immédiat avec Sandra et Anne sur les chemins du Rallye des Gazelles...2021.  Sur ÀBLOCK!, elle nous propose un carnet de voyage qui débute dès l'inscription. Car l'édition 2021 semble encore loin mais l'organisation est titanesque... La parole aux Gazelles !

Publié le 29 janvier 2020 à 17h40, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h46

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

On n’est pas les seules ! On est même plusieurs binômes à se lancer dans l’aventure du Rallye des Gazelles en Normandie. Il a suffi d’un message sur Facebook dans « Le Souk des Gazelles » pour dénicher plusieurs équipages très sympas et à divers niveaux de préparation.

Un apéro, un samedi….

Plutôt que de discuter par internet, nous avons décidé de nous découvrir autour d’un apéro un samedi soir. Un excellent moment de partage et de rigolade !

Nous nous sommes retrouvées à six filles : deux gazelles qui ont déjà l’expérience du rallye, une qui part en 2020, et trois qui partent en 2021 ou 2022.

Toutes concèdent que la recherche des sponsors est une épreuve avant ce Rallye des Gazelles. Mais toutes sont unanimes sur le fait que ce rallye est une véritable expérience et aventure humaine à vivre !

Des questions en pagaille 

Nous avons une foule de questions sur la vie de tous les jours. Comment fera-t-on pour joindre la famille si les téléphones portables sont interdits ?

Comment fait-on pour se doucher ? Est-ce que l’eau est comptée ? Comment on s’organise quand on arrive au bivouac, car apparemment, nous n’avons qu’une heure pour donner la voiture aux mécaniciens ? Comment fait-on avec son binôme si un jour le ton et la pression montent  ?

D’autres questions aussi sur la voiture. Faut-il l’acheter ou la louer ? Si on la loue, est-ce qu’il faut choisir une entreprise qui sera présente sur le rallye ? Comment se déroule l’acheminement jusqu’au Maroc ? Le bateau ?

Des cartes, encore des cartes !

Anne-Sophie, super-sympa et prévoyante, nous montre à quoi ressemblent les cartes que l’on utilisera : « Pensez à prendre du scotch ! vous aurez peut-être besoin de naviguer sur plusieurs cartes dans la même journée ! »

Elle est entourée de cartes, seule sa tête émerge ! « Le soir, vous tracez les points, ce sont vos balises ».

Très vite, on comprend que dans cette aventure, on vit balises, on pense balises, on réfléchit balises… « En fait c’est une sorte de cache-cache de la balise ?  » Et oui, c’est exactement cela !

« Prenez des pinces à linge aussi. Beaucoup de pinces à linges ! » Pour accrocher les cartes, les stylos etc…

J’ai essayé de prendre des notes, mais après quelques verres, c’est un peu illisible. En revanche, nous nous sommes promis de rester en contact, de nous entraider, et surtout de nous revoir en avril quand le rallye 2020 sera passé !

De nouvelles amies… c’est déjà un peu le Rallye !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Louise Lenoble

Highline : Louise Lenoble, en recherche d’adrénaline

La highline est sa vie, l’air son élément. À l’occasion du Tour de France, de passage au Mont-Dore, la reine de la slack, se lance un nouveau défi. Avec ses camarades de vide, Louise Lenoble va marcher sur la deuxième plus longue ligne de France, à deux-cents mètres au-dessus de la ville. On lève les yeux ?

Lire plus »
Hamburger sport la question qui tue

J’ai fait une heure de sport, je peux m’offrir un gros menu burger ?

Ah, cette chouette impression du travail accompli, cette satisfaction d’avoir tout donné ! Puis, ce besoin impérieux de récompense. Et la récompense, on va pas se le cacher, c’est souvent dans l’assiette qu’on va la chercher. Mais est-ce bien raisonnable de se jeter sur tout ce qui n’est pas light, même si on s’est bougé pendant une heure ? La réponse éclairée de notre coach, Nathalie Servais. Lisez plutôt avant de dévorer !

Lire plus »
Colette Besson, la tornade de Mexico

Colette Besson, la tornade de Mexico

Personne ne misait sur elle. Colette Besson a pourtant mis le monde à ses pieds lors des Jeux de Mexico en 1968. Engagée sur 400 mètres, la protégée d’Yves Durand Saint-Omer s’est offert, en finale, une dernière ligne droite d’anthologie pour aller décrocher les lauriers olympiques. Portrait d’une athlète qui ne manque pas d’air.

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémisses lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Iga Swiatek

Roland-Garros : les 6 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir si la polonaise Iga Swiatek (sur notre photo) va conserver son titre chez les dames, zoom sur les championnes de ces six dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts de Roland-Garros, le plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner