Rechercher

Marion Salace : « Sport féminin : profitons de cette crise pour essayer toutes les solutions possibles. Et pourquoi pas… »

Marion Salace
Et si, ce que l'on appelle la blockchain était une des pistes à suivre pour aider les sportives et mieux mettre en lumière le sport au féminin ?

Par Marion Salace, ex-présidente de la Fondation Alice Milliat*

Publié le 01 février 2021 à 12h20, mis à jour le 19 mars 2021 à 15h20

« Le sport professionnel au féminin va mal. C’est dit ! Denis Masseglia, Président du CNOSF, a partagé sa grande inquiétude devant des sénateurs début novembre 2020. Sans aides de l’état, il n’est pas sûr que le sport au féminin continue d’exister. Ça aussi, c’est dit ! Existe-t-il une lueur d’espoir ?

Et pourquoi pas…

La blockchain*, cette technologie de stockage et de transmissions d’informations, transparente et sécurisée, qui existe depuis 2008, a séduit, année après année, plusieurs branches d’activité telles que la finance, l’assurance, la santé, … et continue de s’étendre très largement.

Le sport en fait partie. Cet outil assure une meilleure maîtrise (car sans intermédiaire) de la billetterie, de la gestion des fans, de la lutte anti-dopage (car les données sont infalsifiables), des partenariats, etc.

Certains acteurs du sport, avant COVID-19 commençaient à s’y intéresser de très près. Par exemple, les fédérations françaises de tennis et football étaient présentes lors de l’hackathon en avril 2019. La NBA et La Liga ont, quant à elles, fait leur entrée dans la blockchain en 2019.

Est-ce que la situation post COVID-19 va inciter l’ensemble du secteur à plonger dans la blockchain pour y trouver une planche de salut ?

Et pourquoi pas… utiliser la blockchain pour aider nos sportives professionnelles ?

Caroline Wozniacki, tenniswoman danoise, est la première athlète féminine à avoir franchi le pas. Elle s’est lancée (en partenariat avec la start-up GCOX) dans la blockchain en 2018. Les avantages de ce dispositif sont, semble-t-il, nombreux.

En effet, sur la base de leurs bons résultats, de leur bonne évolution dans leur carrière (car toutes ces données sont répertoriées sans possibilité de les manipuler), les sportives seront en lien avec leurs fans et aussi avec des interlocuteurs dont elles n’avaient pas accès auparavant.

Au regard de la transparence des informations communiquées, les joueuses qui manquent de médiatisation pourront ainsi être visibles auprès de sponsors, mécènes et personnes privées en dehors des sphères habituelles. Les levées de fond en direct seront une possibilité pour trouver d’autres sources de financement.

Cela s’annonce effectivement très prometteur. Profitons de cette crise pour essayer toutes les solutions possibles, dont celle-là.

Dans son plan d’aide annoncé le 18 novembre 2020, le gouvernement ne pourrait-il pas consacrer une enveloppe pour permettre à nos championnes d’intégrer la blockchain ? Celui-ci ne pourrait-il pas proposer un soutien à nos athlètes en les mettant en lien avec des start-up solides et sérieuses pour qu’elles puissent bénéficier d’un appui éclairé ? N’entre pas qui veut dans la blockchain, il faut des compétences précisent pour réussir.

Et puis une fois que le monde sportif professionnel féminin sera bien installé, il sera temps de mettre en place une blockchain pour le sport au féminin amateur.

Et pourquoi pas… »

 

*Marion Salace est l’ex-présidente de la Fondation Alice Milliat, première fondation européenne en faveur du sport féminin, et membre du board ÀBLOCK! 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Paty Audebert « Une fois sur la moto, je fais corps avec elle. »

Paty Audebert : « Une fois sur la moto, je fais corps avec elle. »

Pionnière des courses de motos féminines, championne de France à multiples reprises, Patricia Audebert alias “Paty“ a la moto dans la peau. Pilote passionnée et innée, la belle blonde n’a jamais eu froid aux yeux (bleus). À 66 ans, la voilà repartie sur la route mythique du Bol d’Or Classic, armée de son flegme légendaire.

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
Il était une fois l’aviron… féminin

Il était une fois l’aviron… féminin

Jusqu’au 5 juin, rameuses et rameurs s’affrontent sur l’Allier. Vichy accueille les championnats de France bateaux longs pendant trois journées de compet’. Une occasion en or de revenir sur l’histoire des femmes dans l’aviron. Une histoire qui a débuté par des canotières à la réputation sulfureuse…

Lire plus »
Mondiaux de para athlétisme 2024, l'heure du récap'

Mondiaux de para athlétisme 2024, l’heure du récap’

C’était l’une des dernières occasions de réviser ses gammes pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Du 17 au 25 mai dernier, le para-athlétisme a pris possession de Kobe au Japon. Une édition en petit comité pour les Français, beaucoup ayant fait l’impasse sur la compet’ pour mieux préparer les JO. Décryptage.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner