Marion Salace : « Sport féminin : profitons de cette crise pour essayer toutes les solutions possibles. Et pourquoi pas… »

Marion Salace
Et si, ce que l'on appelle la blockchain était une des pistes à suivre pour aider les sportives et mieux mettre en lumière le sport au féminin ?

Par Marion Salace, ex-présidente de la Fondation Alice Milliat*

Publié le 01 février 2021 à 12h20, mis à jour le 19 mars 2021 à 15h20

« Le sport professionnel au féminin va mal. C’est dit ! Denis Masseglia, Président du CNOSF, a partagé sa grande inquiétude devant des sénateurs début novembre 2020. Sans aides de l’état, il n’est pas sûr que le sport au féminin continue d’exister. Ça aussi, c’est dit ! Existe-t-il une lueur d’espoir ?

Et pourquoi pas…

La blockchain*, cette technologie de stockage et de transmissions d’informations, transparente et sécurisée, qui existe depuis 2008, a séduit, année après année, plusieurs branches d’activité telles que la finance, l’assurance, la santé, … et continue de s’étendre très largement.

Le sport en fait partie. Cet outil assure une meilleure maîtrise (car sans intermédiaire) de la billetterie, de la gestion des fans, de la lutte anti-dopage (car les données sont infalsifiables), des partenariats, etc.

Certains acteurs du sport, avant COVID-19 commençaient à s’y intéresser de très près. Par exemple, les fédérations françaises de tennis et football étaient présentes lors de l’hackathon en avril 2019. La NBA et La Liga ont, quant à elles, fait leur entrée dans la blockchain en 2019.

Est-ce que la situation post COVID-19 va inciter l’ensemble du secteur à plonger dans la blockchain pour y trouver une planche de salut ?

Et pourquoi pas… utiliser la blockchain pour aider nos sportives professionnelles ?

Caroline Wozniacki, tenniswoman danoise, est la première athlète féminine à avoir franchi le pas. Elle s’est lancée (en partenariat avec la start-up GCOX) dans la blockchain en 2018. Les avantages de ce dispositif sont, semble-t-il, nombreux.

En effet, sur la base de leurs bons résultats, de leur bonne évolution dans leur carrière (car toutes ces données sont répertoriées sans possibilité de les manipuler), les sportives seront en lien avec leurs fans et aussi avec des interlocuteurs dont elles n’avaient pas accès auparavant.

Au regard de la transparence des informations communiquées, les joueuses qui manquent de médiatisation pourront ainsi être visibles auprès de sponsors, mécènes et personnes privées en dehors des sphères habituelles. Les levées de fond en direct seront une possibilité pour trouver d’autres sources de financement.

Cela s’annonce effectivement très prometteur. Profitons de cette crise pour essayer toutes les solutions possibles, dont celle-là.

Dans son plan d’aide annoncé le 18 novembre 2020, le gouvernement ne pourrait-il pas consacrer une enveloppe pour permettre à nos championnes d’intégrer la blockchain ? Celui-ci ne pourrait-il pas proposer un soutien à nos athlètes en les mettant en lien avec des start-up solides et sérieuses pour qu’elles puissent bénéficier d’un appui éclairé ? N’entre pas qui veut dans la blockchain, il faut des compétences précisent pour réussir.

Et puis une fois que le monde sportif professionnel féminin sera bien installé, il sera temps de mettre en place une blockchain pour le sport au féminin amateur.

Et pourquoi pas… »

 

*Marion Salace est l’ex-présidente de la Fondation Alice Milliat, première fondation européenne en faveur du sport féminin, et membre du board ÀBLOCK! 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Sarah Thomas

Sarah Thomas, Girl Power au Super Bowl

Plus de vingt ans déjà qu’elle joue du sifflet sur les terrains de football américain. Ce dimanche 7 février, Sarah Thomas est entrée dans l’Histoire de la discipline en devenant, à 47 ans, la première femme à arbitrer un Super Bowl. Portrait d’une fille devenue “the first“ sans jamais l’espérer.

Lire plus »
 Lilou Ruel : "Il faut donner confiance aux filles, leur dire qu'elles peuvent devenir hyper forte en parkour." 

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des filles qui partent à l’assaut du désert péruvien, une jeune gardienne qui connaît sa première compétition internationale, une championne qui vise les sommets (Lilou Ruel sur notre photo) et une pionnière sifflet en bouche ? C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine, bonne lecture !

Lire plus »
6 juillet 2018, des cyclistes amatrices font le Tour de France un jour avant les hommes

6 juillet 2018, des filles donnent des Elles au vélo sur le Tour de France

Elles sont Treize, treize coureuses cyclistes de l’association « Donnons des Elles au vélo » qui veulent prouver que le cyclisme féminin mérite qu’on se batte pour lui. Ce 6 juillet 2018, c’est la quatrième année consécutive qu’elles prennent le départ pour la Grande Boucle un jour avant les hommes. L’objectif ? Obtenir une meilleure visibilité pour les femmes dans le cyclisme et faire en sorte qu’elles puissent avoir, un jour, leur petite reine.

Lire plus »
Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Marion Joffle

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une nageuse faite de glace (Marion Joffle sur notre photo), un légendaire dénicheur de sprinteuses au temps de la ségrégation, une super-granny du tennis, une étude sur le sport féminin et, en prime, une question qui tue et deux initiatives à pied et à la voile, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Hazal Nehir, folle de toits

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une acrobate de la street (Hazal Nehir sur notre photo), une batteuse d’exception, du paddle pour la bonne cause, une marathonienne aux souliers d’or ou encore une arbitre qui ouvre la voie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner