Slopestyle ? Cékoiça ?

Le Slopestyle ? Cékoiça ?
Si vous n'êtes ni un spectateur assidu des JO d'hiver ni un fin connaisseur d'épreuves de ski ou de snowboard, vous avez peu de chance de connaître ce mot ou plutôt cette discipline. Alors, c'est quoi, à votre avis, le slopestyle ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico "Coach Vocab".

Par Alexandre Hozé

Publié le 07 décembre 2021 à 18h33, mis à jour le 20 décembre 2021 à 16h47

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Slopestyle

Nom masculin
Discipline du ski ou du snowboard freestyle

Le slopestyle est un sport d’hiver pratiqué par des skieurs réalisant des figures et des sauts sur une piste composée de rampes, de sauts et d’obstacles. Le terme vient des mots anglais « slope » (« pente », « descente ») et « style » (« style »).

Discipline olympique, elle est notée sur la variété de ses figures et tout particulièrement « l’amplitude (propreté du décollage, contrôle de la trajectoire, qualité de l’atterrissage), l’originalité (fréquence de la figure, parcours emprunté en slopestyle) et la qualité de la figure (propreté du grab, position à l’atterrissage) « , selon le le site oympic.org.

Sa première apparition date des JO de Sotchi, en 2014, avec deux autres disciplines qui composent les épreuves « artistiques » de ski acrobatique et de snowboard, le halfpipe et le big air.

Amateurs de sensations fortes sur neige, vous ne pourrez pas ignorer cette compétition aux JO d’hiver, en février prochain. Entre sauts et figures, les athlètes font preuve d’une maîtrise et d’une créativité qui donnent des frissons.

La compétition de slopestyle fonctionne très simplement : cinq juges donnent chacun une note sur 100 suite au passage de l’athlète, avec un barème se concentrant sur la technique et le style.

Sur le parcours, les athlètes décollent sur des rails ou des bosses pour réussir plusieurs vrilles, saltos ou grabs.

Les bosses leur permettent notamment de décoller sur plusieurs mètres afin d’effectuer quelques front ou back flip. Ce type de figures est la plus difficile à réaliser, demandant une maîtrise complète en plus d’une coordination et d’un gainage de titan.

Mais un parcours de slopestyle ne s’arrête pas à des sauts. Les rampes (parfois des rails métalliques) sont là pour varier les plaisirs.

Le riders effectuent des slides sur la rampe. Sur cette dernière, il est pour le moins délicat d’effectuer des figures, la difficulté consistant à rester en équilibre tout en glissant. Mais, parvenus en bout de rail, les athlètes se servent de leur élan pour faire des 360…voire plus si affinités.

La tenante en titre olympique, Sarah Hoefflin

Le slopestyle est donc une discipline à ne pas louper lors des JO à venir (à partir du 4 février, à Pékin, en Chine), sans compter que la France y sera très bien représentée.

En effet, une jeune spécialiste marque déjà le ski freestyle de son empreinte : Tess Ledeux. À seulement 20 ans, elle détient deux médailles d’or aux championnats du monde, une en slopestyle et l’autre en big air. Ajoutez à cela deux victoires au général de la coupe du monde de ski freestyle, et une participation aux JO de 2018 à seulement…16 ans.

Un palmarès qui donne déjà le tournis, mais que Tess Ledeux a bien l’intention d’enrichir avec des médailles olympiques et ce, dès les JO 2022.

La finale de slopestyle aura lieu le 14 février, jour des riders amoureux de la peuf. Une date à cocher pour assister à coup sûr à du grand spectacle et, on l’espère, à une victoire française.

Qui parviendra à rafler le métal doré à la championne olympique en titre, la Suissesse Sarah Hoefflin ?

Une victoire de la championne française, Tess Ledeux, aux X Games de 2017, en Norvège.

  • Deux spécialistes françaises du slopestyle

Tess Ledeux, une des candidates à la médaille d’or olympique de la discipline, et Lucile Lefèvre, également membre de l’équipe de France, toutes les deux présentes aux JO de Pékin, en février.

La championne de ski et snowboardeuse française, Lucile Lefèvre.

Ouverture Sarah Hoefflin...©Facebook Sarah Hoefflin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Lolo Jones, la course à la revanche olympique

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du patinage version famille nombreuse, un geste sportif décrypté, une pionnière de la « ride », une obstinée olympique (Lolo Jones sur notre photo), une chronique bien sentie et une rencontre avec une pilote acharnée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

Le service à la cuillère ? Cékoiça ?

On ne l’emploie pas en cuisine mais sur les cours de tennis. Les pros de la balle jaune connaissent bien ce coup qui n’est pas des plus nobles mais qui a ses adeptes. Pour les néophytes, l’expression peut paraître un rien obscure. Alors, c’est quoi, à votre avis, le service à la cuillère ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Bgirl Kimie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une activiste que rien n’arrête, une danseuse new gen’ (BGirl Kimie sur notre photo), une cycliste tout sauf ordinaire, un retour sur l’histoire du tennis féminin et une compétition pour monter sur ses grands chevaux, voici le récap de la première semaine 2022 sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Un petit échauffement avec les Jo d'hiver ?

Un petit échauffement avant les JO d’hiver ?

Quand le monde des sports de glisse a les yeux rivés sur les JO d’hiver de Pékin qui commencent le 4 février, une autre compétition s’annonce dans la station de l’Alpe d’Huez. Les Championnats du Monde Open de Ski Augmenté se dérouleront du 28 au 30 janvier. Un apéritif gourmand avant le plat de résistance olympique.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Le 17 janvier, s’ouvre la première grande compétition de l’année, celle de l’Open d’Australie. L’occasion pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »
Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Pendant trois jours, du 24 au 26 juin prochain, le gratin du milieu équestre sera présent à Paris, face à la tour Eiffel. La 8e édition du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping, compétition de haut niveau, est très attendue.

Lire plus »
Myriam Nicole

Best-of 2021, la totale ÀBLOCK!

Avez-vous été ÀBLOCK! cette année ? Que s’est-il passé en 2021 dans nos colonnes ? Vous avez loupé quelque chose ? Attention, séance de rattrapage, voici donc le Best-of des Best-of de cette fin d’année. Enjoy !

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Best-of 2021, nos sportives ÀBLOCK!

Durant cette année, la deuxième depuis le lancement d’ÀBLOCK!, nos journalistes se sont penchées sur des sportives d’exception. Dans des portraits en profondeur (comme celui de la tenniswoman Bethanie Mattek-Sands sur notre photo), les parcours de ces championnes se révèlent et impressionnent. Retour sur les enquêtes ÀBLOCK! de l’année 2021.

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

En octobre dernier, à Chicago, la Kényane Brigid Kosgei pulvérisait le record du monde de marathon détenu depuis dix-huit ans par Paula Radcliffe. Avec un temps de 2 h 14 min 04 sec, elle enlevait 1 min et 21 sec au record de la Britannique. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Ronda Rousey

Ronda Rousey, une héroïne à la Zola dans le MMA

Première championne de l’histoire de l’UFC, celle qui a ouvert le MMA aux femmes a su donner les coups qu’il fallait pour toujours se relever dans une vie traversée par les drames. L’Américaine Ronda Rousey, cascadeuse et actrice dans des blockbusters hollywoodiens, a écrit le propre film de sa vie à la force de ses poings et de son mental d’acier. Une combattante hors norme et une pionnière du game !

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai tellement mal vécu ! »

Elle a connu à la fois l’envers et l’enfer du sport. Vice-championne d’Europe de plongeon en individuel, championne du monde par équipe, Laura Marino a mis des années à comprendre qu’elle ne rentrait pas, ou plus, dans le moule très formaté et parfois sclérosant de la compétition et du haut niveau. Une prise de conscience lente et douloureuse qui l’a conduite tout droit à la dépression. Avant qu’elle ne décide de tout plaquer. Rencontre avec une fille entre deux eaux, mais qui sait rebondir.

Lire plus »
Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l'échec ne l'emporte pas. Il faut y aller. »

Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l’échec ne l’emporte pas. Il faut y aller. »

Elle aime se définir comme une femme d’engagement. La Bretonne Dominique Carlac’h co-préside, du haut de son 1,84m, aux destinés du Medef. Elle est aussi cheffe d’entreprise et ex-sportive de haut niveau, championne de France au 400m. Le sport l’a nourrie, construite, presque façonnée. Mais il l’a aussi fragilisée, bouleversée. Entretien XXL avec une drôle de dame qui n’a plus peur de rien.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner