Rechercher

Slopestyle ? Cékoiça ?

Le Slopestyle ? Cékoiça ?
Si vous n'êtes ni un spectateur assidu des JO d'hiver ni un fin connaisseur d'épreuves de ski ou de snowboard, vous avez peu de chance de connaître ce mot ou plutôt cette discipline. Alors, c'est quoi, à votre avis, le slopestyle ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico "Coach Vocab".

Par Alexandre Hozé

Publié le 07 décembre 2021 à 18h33, mis à jour le 20 décembre 2021 à 16h47

Slopestyle

Nom masculin
Discipline du ski ou du snowboard freestyle

Le slopestyle est un sport d’hiver pratiqué par des skieurs réalisant des figures et des sauts sur une piste composée de rampes, de sauts et d’obstacles. Le terme vient des mots anglais « slope » (« pente », « descente ») et « style » (« style »).

Discipline olympique, elle est notée sur la variété de ses figures et tout particulièrement « l’amplitude (propreté du décollage, contrôle de la trajectoire, qualité de l’atterrissage), l’originalité (fréquence de la figure, parcours emprunté en slopestyle) et la qualité de la figure (propreté du grab, position à l’atterrissage) « , selon le le site oympic.org.

Sa première apparition date des JO de Sotchi, en 2014, avec deux autres disciplines qui composent les épreuves « artistiques » de ski acrobatique et de snowboard, le halfpipe et le big air.

Amateurs de sensations fortes sur neige, vous ne pourrez pas ignorer cette compétition aux JO d’hiver, en février prochain. Entre sauts et figures, les athlètes font preuve d’une maîtrise et d’une créativité qui donnent des frissons.

La compétition de slopestyle fonctionne très simplement : cinq juges donnent chacun une note sur 100 suite au passage de l’athlète, avec un barème se concentrant sur la technique et le style.

Sur le parcours, les athlètes décollent sur des rails ou des bosses pour réussir plusieurs vrilles, saltos ou grabs.

Les bosses leur permettent notamment de décoller sur plusieurs mètres afin d’effectuer quelques front ou back flip. Ce type de figures est la plus difficile à réaliser, demandant une maîtrise complète en plus d’une coordination et d’un gainage de titan.

Mais un parcours de slopestyle ne s’arrête pas à des sauts. Les rampes (parfois des rails métalliques) sont là pour varier les plaisirs.

Le riders effectuent des slides sur la rampe. Sur cette dernière, il est pour le moins délicat d’effectuer des figures, la difficulté consistant à rester en équilibre tout en glissant. Mais, parvenus en bout de rail, les athlètes se servent de leur élan pour faire des 360…voire plus si affinités.

La tenante en titre olympique, Sarah Hoefflin

Le slopestyle est donc une discipline à ne pas louper lors des JO à venir (à partir du 4 février, à Pékin, en Chine), sans compter que la France y sera très bien représentée.

En effet, une jeune spécialiste marque déjà le ski freestyle de son empreinte : Tess Ledeux. À seulement 20 ans, elle détient deux médailles d’or aux championnats du monde, une en slopestyle et l’autre en big air. Ajoutez à cela deux victoires au général de la coupe du monde de ski freestyle, et une participation aux JO de 2018 à seulement…16 ans.

Un palmarès qui donne déjà le tournis, mais que Tess Ledeux a bien l’intention d’enrichir avec des médailles olympiques et ce, dès les JO 2022.

La finale de slopestyle aura lieu le 14 février, jour des riders amoureux de la peuf. Une date à cocher pour assister à coup sûr à du grand spectacle et, on l’espère, à une victoire française.

Qui parviendra à rafler le métal doré à la championne olympique en titre, la Suissesse Sarah Hoefflin ?

Une victoire de la championne française, Tess Ledeux, aux X Games de 2017, en Norvège.

  • Deux spécialistes françaises du slopestyle

Tess Ledeux, une des candidates à la médaille d’or olympique de la discipline, et Lucile Lefèvre, également membre de l’équipe de France, toutes les deux présentes aux JO de Pékin, en février.

La championne de ski et snowboardeuse française, Lucile Lefèvre.

Ouverture Sarah Hoefflin...©Facebook Sarah Hoefflin

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner