Affaire Sharni Pinfold

La fédé moto monte sur ses grands chevaux

Sharni Pinfold
“L’affaire“ Sharni Pinfold fait quelques vagues dans le monde des sports mécaniques. Après avoir annoncé qu’elle quittait les circuits pour cause de « misogynie » aggravée, la pilote australienne, vient d’être entendue par la Fédé Internationale de Motocyclisme (FIM).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Après la décision de Sharni Pinfold de jeter l’éponge, usée par le sexisme dans les paddocks, la FIM se dit « bouleversée par cette nouvelle et prend la déclaration de Mme Pinfold très au sérieux. »

La FIM et la Fédération australienne de moto se seraient ainsi associées pour « comprendre les faits qui ont conduit Sharni à un tel découragement », insistant sur le fait que « La FIM n’accepte aucune forme de discrimination envers nos motocyclistes, quel que soit leur sexe. »

 La directrice du CFM (Commission des Femmes dans le Motocyclisme), Nita Korhonen, rappelle de son côté : « Nous sommes une famille de motards, tout le monde est le bienvenu. Aucun commentaire ou acte inapproprié ou dérangeant ne sera toléré. Notre objectif est de soutenir tous les motards et de leur permettre de poursuivre leurs rêves et de maintenir leur motivation à un niveau élevé. La Commission des femmes à moto de la FIM, en collaboration avec la FIM et ses parties prenantes, continue à travailler dur pour améliorer l’égalité des sexes dans notre sport à tous les niveaux. »

©DR

Et Sharni Pinfold de remercier la fédé : «  Je suis reconnaissante à la FIM pour son soutien et pour les mesures qu’elle a prises, en mettant clairement l’accent sur l’égalité pour tous. C’est ce que nous défendons. »

Suite à l’émotion provoquée par ses propos et sa décision d’arrêter la compétition, le tout relayé sur les réseaux sociaux, la pilote semble aujourd’hui vouloir s’engager dans la bataille contre le sexisme : « En faisant l’expérience de ce que j’ai vécu au cours de mon parcours, mon souhait est de pouvoir contribuer à la prise de conscience du traitement irrespectueux et misogyne envers les femmes. J’espère vraiment pouvoir favoriser une amélioration tant nécessaire dans l’ensemble de l’industrie de la moto et dans tous les secteurs où les femmes sont traitées différemment.

Ce n’est pas seulement moi, il y a beaucoup d’autres femmes qui ont été mal traitées, et j’espère donc pouvoir donner aux autres les moyens de connaître l’importance et la valeur de l’estime de soi. Il serait facile pour moi de m’asseoir et de pointer du doigt les responsables, mais je pense que la véritable force est déterminée par la façon dont nous réagissons. Je ne suis pas ici pour être une victime, je suis ici pour défendre ce qui est juste et étendre ce message à toutes les femmes. »

©DR

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Tanya Naville

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une badiste qui nous a pris dans ses filets, une championne d’aviron qui ne nous cache rien, deux pionnières des Jeux Olympiques qui ont su briller dans l’eau et sur terre, une alpiniste engagée et ébouriffante (la preuve sur notre photo !) et une tenniswoman qui nous fait craquer…Régalez-vous !

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Yoshiro Mori

Yoshiro Mori, patron des JO de Tokyo : “Oups, pardon, je l’ai dit !”

Des “commentaires inappropriés”. C’est ainsi que le CIO (Comité international olympique) vient de qualifier les propos de Yoshiro Mori, 83 ans, président du Comité d’organisation des prochains Jeux olympiques. Celui qui fut également Premier ministre au Japon affirmait la semaine dernière que “les femmes parlaient trop pendant les réunions”. Aïe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin