Laurence Fischer5 infos pour briller en karatégi

Laurence Fischer 5 infos pour briller en karatégi
Elle a marqué les tatamis et œuvre aujourd’hui au sein du ministère des Affaires étrangères pour faire du sport un outil d'influence, de développement et de reconstruction. Une sportive combinant grand cœur et mental de guerrière, ça valait bien un retour en 5 infos sur la carrière d’une des plus grandes karatékas du monde.

Publié le 09 novembre 2021 à 9h00, mis à jour le 24 novembre 2021 à 17h52

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1. Débuter entourée d’hommes

Elle a 12 ans lorsqu’elle pose pour la première fois ses pieds sur un tatamis. Son père, amoureux de karaté, l’encourage.  « J’étais timide et introvertie. Il m’a dit : tente à nouveau ce sport, ce sera bon pour toi », racontera-t-elle.

Il aura raison. Trois ans plus tard, en 1993, elle devient championne de France junior. Son père, dès lors, ne cessera de l’accompagner sur toutes ses compétitions.

Très vite, Laurence Fischer se fait un nom, entraînée par des pros qui croient en elle, tout autant que son père, notamment les champions Laurent Saïdane et Claude Pétinella. « M’entraîner avec des hommes, dira-t-elle, ce fut extraordinaire pour progresser. »

En 1996, elle intègre le circuit professionnel et gagne son premier championnat de France senior. Sa carrière est lancée. En 1998, elle décroche son premier titre mondial

1998, Laurence Fischer décroche son premier titre mondial

2. Mixer performances sportives et hautes études

En 2003, elle a 30 ans et décide de retourner sur les bancs de l’école. Après avoir remporté deux titres mondiaux et quatre titres européens en individuel, elle est l’une des karatékas les plus douées de sa génération. Une carrière qui, pourtant, ne paye pas, au sens littéral du terme.

Laurence Fischer a besoin d’apprendre un métier et entre alors en école de commerce, à l’ESSEC (École Supérieures des Sciences Économiques et Commerciales), dont elle sort diplômée Grande École « master of science in management » ainsi que de la chaire internationale de marketing sportif.

« C’est un vrai sujet pour les athlètes : le double projet, explique-t-elle. Nous avons des capacités en tant que sportifs car nous sommes travailleurs et savons nous fixer des objectifs. Il faut faire confiance aux sportifs. Leur donner les moyens de réaliser ce double projet. »

©Peace and Sport

3. Combattre et exceller avant de raccrocher

Laurence Fischer met un terme à sa carrière internationale de la meilleure des façons. Si, depuis onze ans, elle fait partie des meilleures karatékas, s’imposant en France, en Europe et dans le reste du monde, elle commence à penser à l’après.

2006 sera son ultime année de championne avant de quitter les dojos. Elle remporte toutes les compétitions majeures de la saison : Open de Paris, championnats de France, championnats d’Europe et championnats du monde. Abonnée à l’or, Laurence Fischer laisse derrière elle une carrière flamboyante.

2006, l’ultime combat victorieux de Laurence Fischer

4. S’engager contre les violences faites aux femmes

Déterminée et engagée, Laurence Fischer participe, dès 2003, à ses premières missions humanitaires aux côtés de Play International, une ONG qui s’investit pour faire du sport un levier d’éducation et de changement social.

Onze ans plus tard, elle collabore avec la fondation Panzi, au Congo, pour permettre aux femmes victimes de viols de guerre de pratiquer le karaté comme outil de résilience.

En 2014, retraitée depuis sept ans, elle fonde, l’association « Fight For Dignity » qui a pour objectif d’accompagner toutes les femmes vulnérables par la pratique du karaté.

Elle met en place un programme sportif et social adapté aux femmes victimes de violences : « À Saint-Denis, je voyais des femmes éteintes, anxieuses, à leur arrivée, explique-t-elle à Ouest-France. Je les ai vues se transformer. Je me souviens des progrès d’une dame, victime de violences conjugales pendant douze ans. Elle est devenue plus équilibrée, a réussi à divorcer, à reprendre son boulot… C’est gigantesque. »

Laurence Fischer est également une des ambassadrices de l’ONG « Peace and Sport ».

5. Devenir ambassadrice officielle pour le sport

Depuis deux ans, Laurence Fischer multiplie les combats en dehors des tatamis : elle a été nommée ambassadrice du sport au ministère des Affaires étrangères.

Un poste officiel qui lui permet de faire rayonner le sport partout dans le monde, le sport comme outil diplomatique et de paix. « Lorsqu’on est athlète, dit-elle, on représente la France à l’étranger. On est diplomate. On porte les valeurs du sport et on est porté par elles. Le sport est un langage universel, un outil de « soft-power » et d’influence internationale. La France dispose d’un réseau diplomatique puissant. Mon rôle est de faire en sorte que le sport soit utilisé par ce réseau, via des référents sport dans chaque pays. Que le sport contribue à faire rayonner la France, partout dans le monde. »

Rien d’étonnant, dès lors, à ce que la championne participe à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024. Son sport n’y sera pourtant pas représenté. Voilà donc qui est Laurence Fischer : sportive avant d’être karatéka…

©Crédit Agricole
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Le skating ? Cékoiça ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une entraîneuse déterminée, un peu de vocabulaire pour les pistes enneigées, un entretien à cœur ouvert avec une présidente de haut niveau, une dingue de kayak en polo et une course organisée par la RATP, c’est le meilleur d’ABLOCK! cette semaine. Profitez !

Lire plus »
Prenez le métro… au pas de course !

Prenez le métro… au pas de course !

Ce jeudi, le RATP Running Challenge a été lancé, revenant bousculer nos habitudes. Et ce sera, chaque mois, une course entre deux métros ou RER qui sera organisée pour dérouiller un peu les jambes des citadins. Objectif ? Sensibiliser à la pratique quotidienne d’une demi-heure de sport.

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le skating ? Cékoiça ?

On ne parle pas ici de skateboard, mais de sport de glisse. Les amateurs de ski de fond comprennent ce terme, mais les novices moins. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des neiges, une sirène trop grande pour entrer dans un moule (Laura Marino sur notre photo), une danseuse sur glace devenue présidente, un festival en altitude et une compétition à haut rythme, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture.

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Tanya Naville

Des femmes, des films et des cimes

La montagne est inspirante et les femmes qui s’y frottent n’ont rien à lui envier. Le festival de films “Femmes en Montagne“ qui aura lieu en Haute-Savoie et en version digitale, s’apprête à mettre en avant, pour sa deuxième édition, des sommets conquis et filmés par des grimpeuses, des réalisatrices ou même des spectatrices.

Lire plus »
Il était une fois le skateboard…féminin

Il était une fois le skateboard…féminin

Aujourd’hui, si le monde du skate doit compter sur les filles, elles aussi présentes aux Jeux Olympiques où la discipline a fait son entrée, quelques pionnières ont ouvert la voie pour leur permettre d’être sous les feux de la rampe. Petite histoire du skateboard conjugué au féminin.

Lire plus »
Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Des warriors en culottes courtes. C’est ce que nous proposent les organisateurs de la Spartan Kids, première course compétitive organisée en France par Spartan Race, roi du parcours d’obstacles. Il faudra du courage pour venir à bout de l’épreuve qui se déroulera à Morzine, au creux des Alpes. Même pas peur !

Lire plus »
Une course écolo, ça vous tente ?

Une course écolo, ça vous tente ?

Comment allier la découverte et le respect de la nature française à la bonne ambiance du sport ? Maud et Frédéric relèvent le défi en organisant la première édition du Trail de France. On vous dit tout.

Lire plus »
L'épaulé-jeté ? Cékoiça ?

L’épaulé-jeté ? Cékoiça ?

Les pratiquant.e.s d’haltérophilie et de CrossFit le connaissent bien. Mais, pour les néophytes, ce mouvement est difficile à imaginer. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Déborah Ferrand

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un questionnaire sportif de haut vol avec une parachutiste joyeusement perchée (Déborah Ferrand sur notre photo), une rencontre avec les reines du bobsleigh français Margot Boch et Carla Sénéchal, deux filles pas si givrées que ça, l’histoire du tennis de table conjugué au féminin ou une expression de coach décryptée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Régalez-vous !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

La question qui tue

En sport, la récup, c’est obligé ?

On les adore ces séances où on pète la forme, où tous les exercices nous semblent easy, où on se dépasse en mode “même pas mal“. Forcément, ça donne envie de recommencer. Vite, trop vite. Et c’est là que la récupération joue son rôle. Pas convaincu ? Lis plutôt la réponse de notre coach, Nathalie Servais !

Lire plus »
Alpinisme

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Émilie le Fur

Émilie Le Fur : « Les sports mécaniques font partie du monde d’avant, il faut les repenser…»

Après plus de dix ans à évoluer en F1, moto et rallye, Émilie Le Fur a choisi d’emprunter une voie plus verte. La triple Championne d’Europe Xterra, ancienne ingénieure piste et essais des pilotes Sébastien Loeb ou encore Sébastien Ogier, s’est reconvertie dans l’alimentation durable et milite pour une pratique sportive plus écologique. Rencontre avec une fille nature.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner