Rechercher

MMADans la cage aux lionnes

MMA
Ça s’appelle le MMA et c’est l’assurance…d’un spectacle explosif. Acronyme de Mixed Martial Arts, ce sport de combat, conceptualisé il y a vingt-cinq ans, a très vite enflammé le monde. Légalisé il y a un an en France, il compte, chez nous, environ 50 000 pratiquants dont 25 % de filles. Ce 8 avril, le MMA Grand Prix sera diffusé en live mondial avec 12 “warriors“ dont 2 femmes. L’occasion de mettre en avant la discipline et quelques-unes de ses combattantes acharnées.

Par Valérie Domain

Publié le 07 avril 2021 à 18h09, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h20

Ce 8 avril, le MMA français fait son grand show. L’organisation indépendante française MMAGP, comprenez Mixed Arts Martials Grand Prix, organise son événement annuel.

Au sein de l’octogone dénommé « la cage » combattront 11 Français et Françaises et 1 Finlandais prêt.e.s à en découdre. Dans ce sport de combat qui associe plusieurs disciplines martiales comme la boxe, le judo, la lutte, le jiu-jitsu, le karaté ou encore le muay-thaï, le vainqueur est désigné par K.-O., soumission, abandon ou blessure.

Un sport qui permet coups de pieds, poings, genoux et coudes, ainsi que coups au sol, étranglements ou encore clés… Autant dire que le spectacle est plutôt bluffant.

Parmi ces “soldats“ made in France qui, dixit les organisateurs, « permettront aux spectateurs d’apprécier le très haut niveau de ce vivier », deux combattantes se préparent pour le corps à corps : l’ex-championne de France et championne d’Europe de judo, mais aussi championne de lutte, Laëtitia Blot, la première Française à combattre officiellement en MMA sur le sol français, et sa challenger, ceinture noire de taekwondo, Marie Loiseau.

La France, c’est vrai, s’est rapidement mise au MMA. Le 24 juin 2019, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, annonçait sur Twitter son intention de légaliser sa pratique en janvier 2020. Dont acte.

Pour autant, le MMA fut placé sous l’égide de la Fédération française de boxe, en charge de la structuration et du développement de la discipline sur le territoire.

Fin 2020, le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) autorisait la diffusion de combats à la télévision, imposant toutefois des conditions strictes : des diffusions ou rediffusions à horaires tardifs pour éloigner les enfants et des commentateurs devant prévenir des dangers de la pratique. Le MMA, pourtant, n’est pas jugé plus dangereux que la boxe anglaise…

Depuis sa légalisation, début 2020, ce sport à la réputation sulfureuse et en quête de respectabilité, multiplie les campagnes de com’ dans le but d’attirer toujours davantage d’adeptes. Ce qui fonctionne plutôt pas mal.

Aujourd’hui, en France, on recense plus de 240 clubs et environ 50 000 pratiquants, dont 25% de femmes. Selon les organisateurs, la France est classée parmi les cinq premiers pays au monde pour la vente de jeux vidéo de MMA et parmi les dix premiers pays au monde pour le trafic internet vers les portails MMA.

En 2021, rien qu’en ce qui concerne l’UFC, près de 300 événements de sports de combat seront diffusés en direct pour arriver à près de 400 émissions autour de la pratique.

Ces 3 dernières années, le MMA est ainsi devenu le sport de combat le plus populaire au monde, nous dit la puissante UFC qui domine l’univers MMA, devant une autre organisation mondiale, également américaine, le Bellator MMA- dont on connait la championne Lucie Bertaud, Française star de l’écurie Bellator.

Ces deux frères ennemis représentent la discipline au niveau mondial.

Côté filles, c’est une ligue de kick-boxing, Strikeforce, aux États-Unis, qui fut la première à organiser des combats féminins de MMA, en 1985. Ligue rachetée par l’UFC qui fit de sa première combattante, en février 2013, une star : l’Américaine Ronda Rousey, première championne de l’UFC en WMMA (Woman Mixed Martial Arts).

En 2012, pour contrer l’UFC, une autre organisation de MMA féminin a vu le jour aux States, L’Invicta Fighting Championships (Invicta FC). Elle accueille des pratiquantes et organise des combats uniquement féminins dans cinq catégories de poids différents, du poids atome (de 44 à 48 kg) au poids léger (de 66 à 70 kg).

Ronda Rousey, première grande star du MMA, de l’écurie UFC

En France, le MMA féminin est encore très peu connu et souvent pratiqué par des ex-championnes ou férues d’arts martiaux, passées d’abord par la boxe ou le judo. Un événement, comme celui du Grand Prix, est là aussi pour les mettre en lumière.

Même si un seul combat français sur les six au programme sera conjugué au féminin, ça vaut le coup d’entrer dans la cage avec elles.

  • MMA Grand Prix, le 8 avril, combats à huit clos filmés et diffusés en direct, à partir de 19h, en pay per view sur www.mmagrandprix.com, au prix de 8,99 euros.

D'autres épisodes de "MMA, des combattantes en cage"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

L’athlète juive qui rejoignit les rangs allemands aux Jeux de 36

Best-of 2023, nos portraits les plus marquants

Tout au long de l’année 2023, nous sommes partis à la découverte de parcours hors du commun, de ces parcours qui nous inspirent, le maître-mot d’ÀBLOCK! Si on en (re)découvrait quelques-uns comme celui, sur notre photo, de l’escrimeuse sulfureuse Hélène Mayer ?

Lire plus »
Oriane Bertone, la femme araignée qui a trouvé sa voie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le ballon rond qui ne s’arrête pas de tourner, un retour sur les Mondiaux d’athlétisme, une lettre sur un avenir ÀBLOCK! pour le sport de haut niveau, une demoiselle araignée (Oriane Bertone sur notre photo), un show toulousain avec les meilleures triathlètes et une navigatrice on ne peut plus ÀBLOCK!, c’est le meilleur de la semaine.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
L'épaulé-jeté ? Cékoiça ?

L’épaulé-jeté ? Cékoiça ?

Les pratiquant.e.s d’haltérophilie et de CrossFit le connaissent bien. Mais, pour les néophytes, ce mouvement est difficile à imaginer. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Magalie Pottier

Magalie Pottier : « En BMX, l’inégalité des primes, ça me rend dingue ! »

Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.

Lire plus »
Iga Swiatek

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Les 7 dernières « queen » de Roland-Garros, celles qui peuvent prétendre au sacre sur terre battue cette année, le portrait d’une gardienne de la petite balle jaune, une légende de la Porte d’Auteuil et une Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. À vos raquettes !

Lire plus »
David Rochefort « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

David Rochefort : « Monica Seles ne voulait qu’une chose, être la meilleure. »

C’était il y a tout juste trente ans. Le 30 avril 1993, Monica Seles est victime d’une agression au couteau alors qu’elle dispute un match de tennis en Allemagne. Le coupable s’appelle Günter Parche, chômeur de l’ex-RDA, amoureux fou de Steffi Graf, grande rivale de la jeune Serbe. Un évènement dramatique dont David Rochefort s’est emparé pour écrire « Le prix fort », roman passionnant dans lequel il reconstitue les faits qui ont amené à cette journée dramatique.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner