Angélique : « Éduquer par le sport, c'est aussi casser les clichés. »Métier : éducatrice sportive

©Illustration Lisa Lugrin
Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 27 janvier 2021 à 14h47, mis à jour le 28 février 2021 à 13h17

  • À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, ÀBLOCK! s’associe à Femix’Sports, association pour la promotion du sport au féminin. Ensemble, nous avons choisi de mettre en lumière les métiers de la sphère sportive, ces métiers à féminiser d’urgence pour davantage d’équité et d’équilibre dans cet univers encore trop masculin. 10 métiers, 10 femmes, 10 témoignages.

 

« Depuis toute petite, je pratique le multisports, je suis une touche-à-tout, des sports individuels aux sports collectifs. Ensuite, j’ai fait pas mal de judo : je suis aujourd’hui ceinture noire.

Ma vie professionnelle s’est naturellement orientée vers la voie sportive parce que ça représentait un milieu dans lequel j’étais épanouie. C’est, d’ailleurs, grâce à une professeure d’EPS que je suis allée dans cette voie. Aujourd’hui, j’enseigne à mon tour le sport, mais en tant qu’éducatrice sportive ; une histoire de transmission !

Pour y parvenir, j’ai fait une licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, ndlr) et j’ai découvert que cela pouvait mener à d’autres métiers que simplement professeur d’EPS. C’est ce que j’avais choisi au départ, mais j’ai eu une opportunité pour travailler au sein de la collectivité de la communauté de communes des Coëvrons où j’habitais.

Pour être titulaire, j’ai donc passé le concours de la fonction publique territoriale, l’ETAPS (Éducateur territorial des Activités Physiques et Sportives, ndlr), devenant ainsi éducatrice sportive. J’y exerce depuis 2004.

Mon métier consiste à proposer des activités diverses, variées, auprès de publics ciblés comme les enfants, les adultes, les seniors… et même les détenus. Avant d’arriver en collectivité, j’ai moi-même initié le judo en maison d’arrêt.

De mon côté, désormais, je travaille auprès des enfants et plus spécifiquement avec les élèves du primaire, les 6/11 ans, après l’école, sur des séances d’une heure environ, ou pendant la période des vacances scolaires. Parfois, je peux travailler pour un public encore plus jeune, mais c’est surtout sur les accueils de loisirs.

Comme je travaille en milieu rural, l’objectif est que nous proposions, en tant qu’éducateurs sportifs – nous sommes plusieurs à exercer sur la collectivité – des activités dans des communes où il n’y a pas forcément de gymnases. Nous exerçons le plus souvent dans les salles des fêtes. Notre souhait est vraiment de promouvoir les activités physiques et sportives et donc de s’adapter aux différents lieux et publics.

En plus de cette partie-là, j’interviens au niveau des clubs sportifs de la collectivité – de foot, de roller – de manière à apporter un soutien aux encadrants qui sont, le plus souvent, bénévoles. Une denrée rare qu’il faut soutenir pour permettre la diffusion de l’activité sportive à tous : en tant qu’éducateur sportif, on est donc là pour les aider à la mise en place des séances, les soutenir et les guider, dans le but qu’ils soient capables, ensuite, de faire les séances par eux-mêmes.

Enfin, j’interviens aussi au niveau scolaire et en lien avec l’Éducation nationale pour proposer des activités assez spécifiques telles que le tir à l’arc ou le roller. Nous apportons nos connaissances techniques et le matériel pour exercer.

J’enseigne donc le tir à l’arc, le roller, les sports de raquettes, le hockey, les sports d’opposition. Cela permet aux enfants de découvrir un panel de sports possibles et ensuite de s’orienter vers un club sportif spécifique.

Ma philosophie du sport ? Que les enfants s’amusent à faire de l’activité sportive et qu’ils prennent confiance en eux. Quand je les vois chausser les rollers pour la première fois, je les encourage. S’ils s’éclatent et, qu’en plus, ils ont envie de continuer l’année d’après, ce n’est que du bonus !

Dans notre métier, je dirais que l’on est peut-être un peu plus « libres » que les professeurs d’EPS dans le sens où nous n’avons pas de programmes d’enseignements de l’Éducation nationale à suivre.

Pour exercer ce métier, il faut être quelqu’un de patient et, bien sûr, aimer les enfants si on s’engage sur cette tranche d’âge Avoir la fibre maternelle, ça peut être bien ! Je suis la seule femme, la seule éducatrice sportive au niveau de mon service des sports et je pense que c’est pas mal pour les enfants. Et puis, il faut savoir s’adapter car la situation peut être imprévisible avec des petits.

Un jour, j’ai eu un enfant très compliqué qui a quitté ma séance et j’étais seule à devoir superviser tout le groupe. Quand ça ne se passe pas bien, on n’est pas forcément formés à gérer des enfants aux comportements difficiles. Au lieu de rester sur un échec, je me suis dit qu’il fallait que je suive des formations, j’en ai suivi une sur l’autorité bienveillante. J’ai fait de même pour m’adapter aux publics d’élèves porteurs de handicaps. Il faut vraiment savoir s’adapter, c’est primordial.

Ce qui est chouette dans ce métier, c’est que les enfants nous rendent ce que l’on donne. Si on est patient, qu’on prend le temps avec eux, l’échange est formidable ! Et puis, c’est différent tous les jours. En tant qu’éducateur sportif, c’est aussi très gratifiant lorsqu’on les voit se défouler, s’amuser et progresser. Et comme je suis dans la collectivité depuis des années, c’est extra de voir les enfants devenir adultes. Et j’en ai même qui demandent à faire des stages avec moi pour apprendre le métier. Ça me rend très heureuse !

Ce métier permet aussi de leur offrir des règles de vivre ensemble, ce sont les fameuses valeurs du sport et la belle école de la vie ! C’est un métier qui tend à se féminiser et c’est une bonne chose. C’est parfois mieux d’être confrontés à des femmes quand on est une fille et qu’on a des soucis de filles. Pour ce qui est de l’égalité des sexes au sein même de mes séances de sport et de mes publics de plus petits, ça se passe bien, je propose en effet une foule d’activités différentes, aucun problème de stéréotypes ! Les enfants, filles ou garçons, peuvent s’essayer à tous types de sports.

En plus, je vais moi-même proposer davantage de jeux d’opposition que de cours de danse par exemple. J’en profite pour casser les clichés en provoquant un peu directement, je m’amuse, mais ça marche ! Je lance, par exemple, que les filles courent plus vite que les garçons parce que, parfois, ils entendent à l’extérieur que les garçons, c’est plus fort que les filles… Même s’ils savent qu’en grandissant la force physique entre les deux sera différente, ça leur permet de bien comprendre que les filles, tous comme les garçons, peuvent s’épanouir dans n’importe quel sport !

Pour motiver les jeunes troupes féminines, je dirais qu’il ne faut pas se mettre de barrières. Les femmes passent exactement le même concours que les hommes. Alors, si on a envie de faire ce métier, je ne vois pas ce qui pourrait arrêter les futures candidates ! »

 

  • Devenir Éducateur sportif:

 

En résumé, l’éducateur sportif est un professionnel du sport qui enseigne une ou des disciplines à des publics très variés, (hors temps scolaire). C’est un métier qui demande patience, pédagogie et sens des responsabilités.

Quelle formation ? Pour devenir éducateur sportif dans une collectivité territoriale, il faut passer le concours de l’ETAPS. Hors fonction publique, il faut obtenir un BPJEPS (brevet professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport), diplôme de niveau bac préparé au sein des Creps (centres de ressources, d’expertise et de performance sportives) ou au sein d’un CFA (centre de formation d’apprentis), dans le cadre d’un contrat d’apprentissage pour les 18-25 ans. Le BJPEPS éducateur sportif propose une vingtaine de mentions différentes. Pour certaines disciplines, le DEJEPS (diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), niveau bac +2, est parfois exigé comme par exemple pour l’enseignement et la pratique de la plongée, de l’escalade…

Pour en savoir + sur les emplois et métiers autour du sport, direction le site du ministère des Sports

Le témoignage d’Angélique a été recueilli dans le cadre de notre opération visant à féminiser les métiers du sport. En partenariat avec Femix’Sports, l’association qui accompagne le développement et la promotion du sport au féminin et en mixité.

Femix'Sports

Sur les réseaux sociaux, utilisez #SportFemininToujours et #PlusDeSportAuFeminin

 

©Illustration Lisa Lugrin
Pour aller plus loin...

Tous nos métiers du sport

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Il était une fois… le BMX féminin

Il était une fois le BMX… féminin

Ce week-end ont eu lieu les Championnats de France de BMX Freestyle Park à Montpellier. Si les filles étaient en piste, il leur aura fallu quelques années pour s’imposer dans le monde des rideurs. L’occasion pour ÀBLOCK! de mettre en lumière les pionnières de la discipline. Entrez dans la “race“ !

Lire plus »
Greta Andersen

Greta Andersen, la nageuse qui a failli se noyer aux JO

Elle a appris à nager sur le tard, ce qui ne l’a pas empêchée de marquer de son empreinte l’histoire de la natation mondiale. Greta Marie Andersen, bientôt 94 ans, a porté haut les couleurs du Danemark en bassins et en eau vive. Un parcours extraordinaire qui aurait pu connaître une issue dramatique lorsqu’elle manqua, de peu, se noyer lors des Jeux Olympiques de Londres, en 1948. Portrait d’une nageuse « à la coule ».

Lire plus »
Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. » Pierre Payssé

Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. »

Vous reprendrez bien un peu de foot ? Certes, l’Euro 2022 est bouclé, mais on reste ÀBLOCK! sur le sujet. Voilà plus d’un siècle que les femmes se sont invitées sur les terrains de football et, en cent ans, peu de choses ont changé. Ou presque. Malgré un coup de projecteur de plus en plus prononcé lors des grands rendez-vous internationaux, la réalité quotidienne des footballeuses reste complexe. Retour sur cette histoire mouvementée avec Laurence Prudhomme-Poncet, auteure de « Histoire du football féminin au XXe siècle ».

Lire plus »
Sasha DiGiulian

Sasha DiGiulian, la première de cordée qui donne de la “voie”

À tout juste 28 ans, l’Américaine est l’une des figures les plus célèbres du monde de l’escalade. Sasha DiGiulian gravit les montagnes à la force de ses bras et de son mental de roc. Icône de l’ascension, elle a pour ambition d’entraîner d’autres femmes dans sa cordée. Et ainsi de féminiser un milieu encore peu ouvert à la diversité.

Lire plus »
Marie Appriou « Le boomerang, c'est une histoire de famille. »

Marie Appriou : « Le boomerang, c’est une histoire de famille. »

Depuis près de vingt ans, son coeur fait boom. Marie Appriou, championne du monde de boomerang, s’apprête à remettre son titre en jeu. Ce 17 août, les championnats du monde débutent à Bordeaux. Et la Française compte bien prouver qu’elle est toujours une lanceuse de haut vol. Rencontre avec une nana qui n’a qu’une idée en tête : mettre son sport en lumière.

Lire plus »
Adrienne Bolland

Adrienne Bolland, l’intrépide étoile de l’aviation française

Elle était un drôle de phénomène, une casse-cou de l’aviation des Années folles. Il y a cent ans, le 1er avril 1921, en devenant la première femme à traverser la mythique Cordillère des Andes, à bord de son G3 Caudron, Adrienne Bolland a ouvert l’horizon à ses semblables, bien avant les grands noms célébrés de l’aviation : des hommes tels que Mermoz ou Saint-Exupéry. Récit d’une pionnière terriblement attachante.

Lire plus »
Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Elle fait partie de ces défricheuses qui ont contribué à populariser le rugby féminin. Annick Hayraud, multi-titrée en club et avec l’équipe de France de rugby à XV, n’a jamais cessé de militer. Manager général des Bleues depuis 2016, son mandat s’achève à la fin de l’année et elle espère, à l’avenir, plus de moyens pour développer et pérenniser la pratique. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023, la route sera longue !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le parcours 2023 du plus fameux road trip français à vélo et un zoom sur le handball avec l’Euro qui débute. Une Bleue du hand toujours en activité qui répond à notre questionnaire sportif et une autre qui retrace son parcours avec l’équipe de France, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
Maria Sakkari

Roland-Garros 2022 : qui gagnera sur terre battue ?

La 121e édition du tournoi de Roland-Garros est officiellement ouverte ! La grande favorite Iga Swiatek confirmera-t-elle les attentes ? Ou bien ses nombreuses concurrentes, dont Maria Sakkari sur notre photo, renverseront-elles la hiérarchie ? Série à sensation du côté de la Ville Lumière.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner