Zumba, entrez dans la danse !

zumba
Une tornade, un raz de marée. Cette discipline venue de Colombie a su trouver le combo gagnant - transpirer en s’éclatant - pour séduire des femmes qui veulent bouger sans pour autant avoir l’impression de faire du sport. Reportage au pays de cette danse devenue trendy.

Par Claire Bonnot

Publié le 03 février 2020 à 15h20, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h45

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Envie de se sculpter une silhouette de déesse tout en ayant la sensation de s’éclater comme sur le dance floor des samedis soir  ? Vous l’avez rêvé, il l’a fait. Qui ? Alberto Beto Perez, un chorégraphe colombien qui a appris quelques mouvements à une certaine Shakira. En 2001, la Zumba Fitness prenait d’assaut les États-Unis, depuis Miami, et allait déferler sur le monde comme la nouvelle religion sportive à pratiquer. Son secret ? Elle permet de rester en forme et promet de… s’amuser. Comme quoi, il ne faut pas toujours souffrir pour être belle. 

Avoir le rythme dans la peau

Quand Beto Perez a inventé la Zumba, tout est parti d’un oubli de musique en plein cours d’aérobic. Ni une ni deux, il adopte le système  B : fouiller dans son sac à dos et dénicher quelques vieilles cassettes. Il démarre ainsi son cours au son de ses musiques préférées : le merengue et la salsa. Résultat : les fitgirls ont adoré se déhancher dans une ambiance décontractée sans se douter que le corps travaillait, en plus d’exulter. La Zumba était née.

zumba

Un sport inédit aux accents latinos

C’était à l’aube des années  2000 et aujourd’hui ce sont quinze millions d’adeptes qui ont fleuri à travers le monde dans près de deux cents pays et plus de deux-cent-mille lieux de cours. Un succès devenu phénomène que son fondateur analyse simplement : « Le monde du fitness manquait d’amusement et d’énergie. C’est ce que j’ai insufflé dans la Zumba, ça a fait tilt. Le fait que ça brûle des calories est un bonus. »

Mais que fait-on réellement dans un cours de Zumba Fitness  ?  Des cours de danse sportive « qui vous redonnent une santé de fer » clame-t-on sur le site officiel. Plutôt engageant. Le mode d’emploi est simple   : des exercices « sans contraintes » mêlent des mouvements de fitness à des chorégraphies de danses simples. Le tout sur des musiques latinos enivrantes qui sentent bon l’été. Jeunes et moins jeunes, tous peuvent s’essayer à ce sport festif. Et c’est aussi ce qui en fait son succès.

Si on se donne à fond, le retour sur investissement est plutôt conséquent : haute dépense calorique garantie (entre 500 et 1 000  calories brûlées par heure), tonification des muscles, endurance cardio-vasculaire accrue, regain d’énergie et bien-être physique et mental. Un véritable exutoire 100 % efficace.

zumba

Une marque trendy qui crée un style de vie

Zumba Fitness est, comme le précise son créateur, « une marque mondiale axée sur un mode de vie qui combine fitness, divertissement et culture dans des mouvements de danse-fitness enivrants ». Parce que la maxime bien connue «  un esprit sain dans un corps sain » résume ce que doit être le sport pour l’être humain, l’entreprise de Beto Perez a fondé un empire dédié au bien-être. C’est ainsi que les cours, dispensés par des instructeurs certifiés par licences, s’adaptent à chaque âge – Zumba kids, Zumba gold – et chaque projet – Zumba Toning pour le renforcement musculaire ou encore l’Aqua Zumba pour plus de douceur.

Côté business, ça marche fort. Les produits dérivés sont nombreux et permettent d’adopter la parfaite « Zumba attitude » : de la super poudre protéinée vegan à base de plantes, Zumba Shake Shake Shake® aux vêtements et accessoires made in Zumba en passant par les jeux vidéo ou les DVD. Autant dire que les pas de Beto Perez valent de l’or.

Même les stars l’ont compris : «  Les artistes nous recherchent parce qu’ils veulent que leurs musiques soient jouées dans nos cours pour toucher de nouveaux marchés, explique le chorégraphe. Nous avons travaillé avec des artistes tels que Pitbull, Lil Jon, Shaggy ou encore Shakira. Ils savent que s’ils sortent une musique avec nous, il y aura instantanément 15 millions de personnes qui l’entendront et voudront danser sur leurs chansons encore et encore.  » Alors, en piste  ? 

Beto Perez : « La Zumba, c’est de l’exercice déguisé »

Beto Perez

Pour son créateur colombien, la Zumba est bien plus qu’une série de chorégraphies sportives. Rencontre entre deux pas de danse.  

L’aventure « Zumba » a commencé alors que vous aviez oublié votre musique pour l’un de vos cours d’aérobic…

Effectivement, et plutôt que d’annuler mon cours, j’ai fait un mix de plusieurs sons en fonction de ce que j’avais sous la main, c’est-à-dire des cassettes que j’avais dans mon sac, à commencer par la salsa latino et le merengue traditionnel.

Je n’ai rien dit à mes élèves, j’ai simplement expliqué que j’avais conçu un nouveau programme et qu’on allait l’essayer. À la fin du cours, tout le monde a quitté la salle avec le sourire. J’ai alors réalisé que ce serait un vrai succès si les gens s’amusaient au lieu de seulement transpirer!

Le lendemain, mes élèves m’ont demandé de faire le « nouveau programme » et ils sont revenus tous les jours avec des amis. En 1999, quand mes cours ont commencé à être bondés, j’ai décidé de faire le grand saut et de partir aux États-Unis. J’étais obsédé par la ville de Miami. Sa grande diversité et sa culture aux influences latinos en faisaient pour moi la ville la plus « épicée » d’Amérique. J’y ai rencontré mes associés – Alberto Perlman et Alberto Aghion – et nous avons créé Zumba Fitness en 2001.

Pour vous, la Zumba est-elle seulement de la danse ou un nouveau sport  ?

Un peu des deux. Mais je ne la réduirais pas à de la danse sportive, c’est plus que ça. Quand une personne fait de la Zumba, elle ne va pas seulement observer un changement sur le plan corporel, mais aussi mental, c’est une discipline qui développe l’estime de soi et la confiance en soi. Ce n’est pas commun de voir des gens aussi happés par un programme de fitness. Certains ont même des tattoos permanents à l’effigie de Zumba Fitness. 

Vous attendiez-vous à un succès aussi colossal à l’international ?

Non, je ne pouvais pas l’imaginer. Ma seule ambition était d’apporter de la joie. La Zumba a toujours été et sera toujours faite pour tout le monde, même pour ceux qui ne prennent pas de cours de gym habituellement. Nous voulons juste les encourager à bouger et à s’amuser, sans objectif de performance. Mais pour autant, presque sans en avoir l’air, la Zumba aide aussi à perdre du poids ou à lutter contre la dépression. C’est en quelque sorte de «  l’exercice déguisé  ». Plus de quinze millions de personnes prennent un cours de Zumba chaque semaine et le succès pour moi, il est là : savoir que j’améliore la vie de tous ces gens grâce à la joie de vivre que procure cette danse sportive.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lauriane Lamperim

Le questionnaire sportif de…Lauriane Lamperim

Sept fois championne de France et multi-médaillée internationale en tumbling, Lauriane Lamperim s’est offert une deuxième vie de sportive après avoir subi une grave blessure sur les tapis. C’est aujourd’hui sur l’eau qu’elle glisse. Elle a pris le temps de remplir notre petit questionnaire entre deux vagues.

Lire plus »
Hamburger sport la question qui tue

J’ai fait une heure de sport, je peux m’offrir un gros menu burger ?

Ah, cette chouette impression du travail accompli, cette satisfaction d’avoir tout donné ! Puis, ce besoin impérieux de récompense. Et la récompense, on va pas se le cacher, c’est souvent dans l’assiette qu’on va la chercher. Mais est-ce bien raisonnable de se jeter sur tout ce qui n’est pas light, même si on s’est bougé pendant une heure ? La réponse éclairée de notre coach, Nathalie Servais. Lisez plutôt avant de dévorer !

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Renelle Lamotte

Rénelle Lamote, l’athlète qui fond sur Tokyo pour oublier Rio

Il y a cinq ans, au Brésil, Rénelle Lamote voyait ses ambitions olympiques réduites à néant dès les séries. Après une lente et douloureuse reconstruction, la demi-fondeuse francilienne est parvenue à renouer avec son meilleur niveau. À quelques jours de son entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, la double vice-championne d’Europe du 800 mètres veut rivaliser avec le gratin mondial.

Lire plus »
Marguerite Broquedis

Marguerite Broquedis, la Déesse du tennis trop vite éclipsée par la Divine Lenglen

Elle a régné sur le tennis hexagonal quelques années avant que Suzanne Lenglen ne rafle tout sur son passage. Tout comme « la Divine », Marguerite Broquedis a, elle aussi, marqué de son empreinte l’histoire de son sport. La « Déesse », sacrée deux fois en simple, Porte d’Auteuil, à une époque où les Internationaux de France étaient réservés aux seuls joueurs du cru, est également la première Française à avoir été sacrée olympique et ce, toutes disciplines confondues.

Lire plus »
JUJITSUFFRAGETTES

Les Jujitsuffragettes ou quand le self-defense devint une arme féministe

Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
crossfit Laurene

Ces sportives qui revendiquent le « No Limit »

Boxe, CrossFit, ultra-trail ou encore rugby, aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à truster des sports habituellement chargés en testostérone. Se battre, s’abîmer, se dépasser… ces pratiquantes et championnes n’ont peur de rien. Surtout si ça fait « mâle ».

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner