Bessie ColemanLa « Queen Bess » des airs au sacré culot

Bessie Coleman
Les obstacles, elle les a toujours survolés. Née en 1892, dans le sud des Etats-Unis, Bessie Coleman a bravé les lois Jim Crow pour devenir la première aviatrice noire de l’Histoire. Portrait d’une voltigeuse audacieuse dont le souvenir perdure à travers les cieux.

Par Sophie Danger

Publié le 15 juin 2021 à 8h17, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h52

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle était une forte tête. Une personnalité hors norme à qui il était vain de vouloir imposer des règles, qui plus est lorsque ces dernières ne reposent sur d’autres justifications que la seule couleur de peau.

À force de courage et de persévérance, Elizabeth Coleman est parvenue à se jouer du destin tout tracé à laquelle on voulait la contraindre pour devenir, à 29 ans, la première pilote afro-américaine de l’Histoire.

Une épopée extraordinaire qui débute à la toute fin du 19e siècle, en 1892 plus exactement. Cette année-là, les Coleman, un couple mixte résidant à Atlanta, accueillent Elizabeth, leur dixième enfant.

Suzanne, la mère, est noire. Georges, le père, est métis – l’un de ses grands-parents est noir, les trois autres indiens -.

Pour eux, comme pour tous les Afro-américains, la vie est rude. La Géorgie, à l’instar des autres états du sud des États-Unis, est soumise aux lois Jim Crow. Dès sa naissance, la petite Bessie est confrontée à la ségrégation raciale.

Sa seule porte de salut pour échapper à l’avenir peu riant qui lui est promis ? Les études.

Déterminée, elle a 18 ans quand elle met le cap sur l’Oklahoma afin de suivre des cours à la Colored Agricultural and Normal University. Ses maigres économies ne lui permettront pas de suivre le cursus en son entier.

Après un an passé à Langston, Elizabeth Coleman réintègre le foyer familial et trouve un emploi dans une blanchisserie.

La parenthèse durera jusqu’en 1915. La jeune femme entre dans sa 23e année. Elle décide de faire, une nouvelle fois, ses bagages et rejoint deux de ses frères, Walter et John, à Chicago dans l’Illinois.

Elle y exerce comme manucure dans un barber shop. Très vite, le trio va être contraint de se séparer. La guerre fait rage sur le Vieux Continent et les États-Unis ont choisi de s’engager aux côtés de l’Entente.

Walter et John rejoignent les rangs de l’US Army et partent pour l’Europe. C’est à cette époque que Bessie Coleman se prend de passion pour l’aviation.

Fascinée par les récits des exploits des pilotes français et américains – et notamment ceux d’Eugene Bullard, premier pilote de chasse afro-américain – elle trouve, enfin, sa voie : elle sera, elle aussi, aviatrice.

Mais du rêve à la réalité, il y a, hélas, plus qu’un pas. Bessie Coleman est une femme et qui plus est, une femme noire. Autant de raisons pour que les écoles de pilotage lui ferment leurs portes.

Conseillée par l’un de ses clients, Robert Sengstacke Abbott, fondateur et éditeur du Chicago Defender, elle envisage sérieusement de s’exiler pour tenter sa chance ailleurs. Et cet ailleurs, ce sera la France.

Le 20 novembre 1920, Bessie Coleman embarque pour Paris et pose ses valises en Picardie. Sa formation, elle va la suivre dans la célèbre école des frères Caudron, au Crotoy.

Sept mois plus tard, elle décroche sa licence internationale de pilote. Une première pour une femme noire, une première également pour un Afro-américain, hommes et femmes confondus.

L’exploit de Bessie Coleman ne passe pas inaperçu. Le retour au pays est triomphal et la néo-aviatrice a les honneurs de la presse. Sa renommée grandit. Mais une réputation, si bonne soit-elle, ne suffit pas à vivre décemment.

La Chicagoane envisage de se produire en meeting. Il lui faut cependant parfaire ses talents de voltigeuse. Mais, une fois de plus, l’histoire se répète. Bessie est noire et les écoles de Chicago lui barrent la route.

Qu’à cela ne tienne, elle connaît désormais comment faire et s’offre un nouveau billet pour l’Europe.

Durant quelques mois, elle se forme aux côtés de pilotes chevronnés en France, mais aussi aux Pays-Bas et en Allemagne. À son retour aux Etats-Unis, en août 1922, sa popularité est intacte et elle commence à se produire dans des shows aériens.

Son parcours, difficile, lui a donné une idée : ouvrir une école de pilotage pour les jeunes Afro-américains. Elle doit, pour cela, amasser suffisamment d’argent pour s’offrir un appareil et trouver des locaux adéquats.

La situation se débloque en 1926. « Queen Bess », comme on la surnomme désormais, parvient à investir dans un Curtiss JN-4 acheté dans un surplus de l’armée américaine. C’est à son bord qu’elle va trouver la mort.

Engagée dans un spectacle à Jacksonville, elle embarque avec son mécanicien, William D. Wills, pour un vol de reconnaissance. Bessie Coleman, qui doit sauter en parachute le lendemain, veut analyser le terrain et ne prend pas la peine de s’attacher.

Très vite, son avion montre des signes de faiblesses. William D. Wills perd le contrôle. La jeune aviatrice est éjectée du cockpit et s’écrase quelques centaines de mètres plus bas. Elle a 34 ans et meurt sur le coup.

Mais son combat lui survit. En 1920, un peu plus de trois ans après sa disparition tragique, William J. Powell, propriétaire de nombreuses stations services à Chicago et pilote amateur, lui rend hommage en créant le Bessie Coleman Aero Club et la Bessie Coleman Flying School à Los Angeles, dans le but de promouvoir l’aviation auprès de la communauté afro-américaine.

D'autres épisodes de "Aviation : quand les filles s'envolent"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Iga Swiatek

Roland-Garros : les 6 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir si la polonaise Iga Swiatek (sur notre photo) va conserver son titre chez les dames, zoom sur les championnes de ces six dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts de Roland-Garros, le plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
Marie Patouillet la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Marie Patouillet, la para cycliste qui veut rouler sur l’or

Devenir sportive de haut niveau était son rêve d’enfant. Mais Marie Patouillet est née avec des malformations au pied et à la cheville. Son envie de sport la distance : elle n’y croit plus… Pourtant, en 2017, le vélo lui offre une percée fantastique dans le monde du sport de haut niveau. Une lancée dans le cyclisme fulgurante : vice-championne du monde en 2020 et double championne de France de paracyclisme dans sa catégorie. Portrait d’une fille qui tient la piste.

Lire plus »
une Grande Traversée VTT

De grandes traversées en VTT ? Ça roule !

Faire découvrir les régions en sillonnant, à vélo, les plus beaux sentiers du territoire, c’est l’ambition de la Fédération Française de Cyclisme. À partir du 22 mai, elle nous invite à rouler sur les itinéraires des Grandes Traversées VTT. En selle !

Lire plus »
Lénaïg Corson

Lénaïg Corson :« En rugby, certaines remarques sexistes sont affligeantes ! »

Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.

Lire plus »
Running

Le running virtuel, un sport bien réel

En hausse depuis la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, les courses virtuelles sont un phénomène bien réel ! Deux tendances : participer à une course en extérieur depuis son lieu de vie ou s’équiper d’un home-trainer simulant un parcours. Du sportif occasionnel au professionnel, le running virtuel fait de plus en plus d’adeptes pour ses bienfaits physiques et son côté fédérateur.

Lire plus »
Debi Thomas, 4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes

Debi Thomas, 4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes

Elle a su bousculer un ordre, jusqu’alors, bien établi. En décrochant la médaille de bronze en patinage artistique à Calgary, au Canada, en 1988, Debi Thomas est devenue, à 20 ans, la première athlète noire à grimper sur un podium lors des Jeux Olympiques d’hiver. Un tour de force extraordinaire de la part de l’Américaine qui attend, depuis plus de trente ans, celle qui prendra le relais.

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si « fit » que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Karolina Muchova

Karolina Muchova, c’est de la balle !

OK, elle vient de s’incliner face à Jennifer Brady, mais elle lui a donné du fil à retordre. Et nous, on l’aime bien cette tenniswoman, spécialiste des coups de théâtre. À l’Open d’Australie, Karolina Muchova, 27e mondiale au classement WTA, a réussi à mettre la N°1 mondiale, Ashleigh Barty, au tapis. Le monde du tennis est de plus en plus séduit par la Tchèque de 24 ans, elle qui s’est offert sa première demi-finale en Grand Chelem et sa deuxième victoire contre une joueuse du top 5. Portrait d’une fille qui nous a pris de court.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner