Anaïs : « Au roller derby, le corps prend cher, mais ce sport est fait pour moi. »Joueuse de roller derby, 25 ans, vidéaste

Anaïs Roller derby
Cette fille-là n’a jamais été très branchée sports collectifs. Pourtant lorsqu’elle découvre le roller derby, Anaïs se passionne illico pour cette discipline prenante et surprenante. Mais aussi engagée. En 2017, elle enfile ses patins et intègre une ligue à Lyon. Le début d’une belle aventure…

Propos recueillis par Lise Famelart

Publié le 01 mars 2021 à 10h05, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h18

« J’ai toujours été très sportive : pendant des années, j’ai pratiqué l’athlétisme et ça me plaisait beaucoup. Par la suite, je me suis essayée à l’escrime. Après mes études, je me suis mise au Roller Derby… et c’est un sport que j’adore !

Durant l’université, j’ai vécu un moment à Montréal. Là-bas, j’entends parler pour la première fois de ce sport. C’est une discipline très développée en Amérique du Nord, mais à ce moment-là je n’ai pas les moyens de me payer une assurance privée.

Je sais qu’il y a des risques de se blesser et ça me coûterait trop cher si je devais me soigner. Mais l’idée est là !

©Blstrt

À mon retour en France, je continue mes études : en seconde année de master, je participe à un stage de recherche sur le terrain avec ma classe. On vit dans d’énormes dortoirs d’une trentaine de personnes, et c’est là que je réalise que le collectif peut être intéressant.

Après cette expérience, j’envisage pour la première fois un sport collectif. Au quotidien je streame sur Twitch, une plateforme qui permet de jouer à des jeux vidéo en direct et d’échanger avec les spectateurs.

Une spectatrice m’explique qu’elle fait elle-même du roller derby en France et j’entrevois de nouveau l’idée de pratiquer ce sport. Je me mets donc en quête d’un club dans ma ville, à Lyon.

©Vincent Micheletti

Le roller derby est organisé en saisons, et nous sommes en plein milieu de l’une d’elles lorsque je décide de contacter une équipe féminine. J’écris un long mail, où j’indique entre autres que je fais un mètre cinquante-cinq et que je pèse quarante-trois kilos, en espérant que cela ne pose pas de problème.

Elles me répondent en m’expliquant que tous les types de corps ont des avantages et des inconvénients sur la piste, et qu’il faut surtout être motivée !

J’intègre l’équipe en novembre 2017 et je passe mes minimum skills, un examen qui permet d’accéder aux compétitions, en juin 2018.

Dans le milieu, on dit que le roller derby est un sport “do it yourself” : tout est fait par les joueuses et pour les joueuses. C’est nous qui organisons les compétitions, on cuisine pour les rassemblements… ça a un côté associatif aussi.

Le roller derby pour certaines personnes, ça prend quasiment tout leur temps en dehors du travail, notamment quand elles ont des postes à responsabilité.

Et plus on s’implique, plus on progresse vite : avant la pandémie, j’avais deux entraînements par semaine, et je pratiquais aussi de mon côté en patinant en ville, dans des skateparks, pour être plus assurée sur mes patins.

©Vincent Micheletti

L’une des choses que j’aime dans ce sport, ce sont les gens : ça m’intéressait de rejoindre une discipline essentiellement féminine. À l’adolescence, je pratiquais l’escrime dans un cours où j’étais la seule fille.

Les garçons s’étaient mis au défi de me frapper les seins. J’avais demandé une protection pour la poitrine à mon coach qui m’avait répondu : “Pour quoi faire ? T’as pas de seins !”. J’ai tenu toute l’année, mais quand je rentrais chez moi après les entraînements, je souffrais vraiment.

C’est dommage parce que j’étais douée. J’aurais pu faire de la compétition, mais j’ai préféré arrêter, j’avais trop mal.

Aujourd’hui, j’aime bien l’idée d’être entourée de femmes. Même s’il y a des équipes mixtes dans ma ligue, mon équipe à moi, Les Bugneuses, est en non-mixité.

©Vincent Micheletti

Dans le roller derby, les joueuses ne sont pas toujours militantes, mais la plupart du temps elles sont au moins conscientisées. Il y a un esprit à respecter, on n’a pas le droit de faire des blagues oppressives par exemple. Ça fait du bien de faire du sport avec des gens avec qui on peut aussi discuter de tout.

Cela dit, tout le monde ne vient pas pour la même chose : il y en a beaucoup qui sont là uniquement pour le sport, d’autres parce qu’elles ont vu le film « Bliss » et que ça leur a donné envie d’essayer.

Mais, très vite, je suis impressionnée de voir à quel point les gens peuvent évoluer dans ce sport, même en n’étant pas très sportifs à la base. J’ai vu des personnes arriver sans savoir faire deux pas avec des patins et qui sont maintenant plus fortes que moi !

Qu’importe notre poids, notre morphologie, notre rapport au sport en général, on peut réussir avec de la motivation. Et surtout, il faut savoir que c’est un sport en pleine construction : il n’y a pas qu’une seule bonne manière de faire au roller derby !

©Alicia BK

On parle souvent de la peur de se blesser parce que c’est un sport de contact où on peut se rentrer dedans, c’est d’ailleurs ce qui est mis en avant dans « Bliss ». C’est vrai que la peur est là, au début. Mais dans mon cas, elle est partie très vite : on pratique dans un gymnase, c’est un cadre qu’on connaît bien, on s’habitue au sol…

L’apprentissage est tellement long qu’on ne nous laisse pas nous taper dessus au début. On a le droit de cogner seulement certaines zones du corps et seulement avec certaines parties de notre propre corps.

Au final, j’ai toujours des bleus, le corps prend cher, mais les grosses blessures comme les entorses, on se les fait surtout toute seule, quand on loupe un freinage par exemple.

©Blstrt

Lorsque je me rends à mon premier match, c’est l’enfer ! On joue contre Saint-Etienne, qui est une petite ligue donc les niveaux sont mélangés. Nous, on est une équipe plus débutante, et on se fait littéralement rouler dessus !

Deux de mes coéquipiers se mettent carrément à vomir juste avant d’entrer sur la piste. Mais les joueuses ne sont pas là pour nous cogner, elles comprennent à ce moment-là qu’elles ont l’avantage sur nous et jouent beaucoup sur les esquives pour marquer des points.

Moi, c’est mon premier match, je vois les gens bouger autour de moi, je suis complètement perdue ! C’est une expérience impressionnante, mais c’est positif : chaque match me permet de m’améliorer.

Le roller derby, c’est un sport qui, pour moi, est exigeant mais plaisant. Je ne suis pas très branchée collectif à la base, je n’ai pas l’habitude de fonctionner avec des gens et je peux ressortir ultra-frustrée de certains entraînements.

Dans ce sport, le seul matériel, c’est ton corps, il n’y a pas de ballon par exemple. Alors, quand l’autre est fatigué et que toi tu es à fond, ça peut générer des frustrations. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est un espace où je peux me défouler et être écoutée. C’est un peu l’ascenseur émotionnel !

©Blstrt

Aujourd’hui, c’est difficile, les restrictions liées à la crise sanitaire nous empêchent de nous entraîner. On ne peut plus pratiquer en salle et, avec le froid, la pluie et même la neige pendant un temps, c’est trop compliqué de s’entraîner dehors.

Durant le premier confinement, j’ai mis la situation à profit pour commencer à patiner dans la rue, ce que je n’osais pas faire avant. J’ai aussi fait beaucoup de renforcement musculaire, parfois en live sur Twitch.

Grâce à tout ça, en septembre, quand on a pu reprendre les entraînements, j’avais un bon niveau ! On se retrouvait en extérieur pour faire des entraînements autogérés.

Puis, l’hiver est arrivé, on a été obligées d’arrêter. Je n’ai pas eu l’énergie de reprendre le renforcement musculaire, j’ai eu un vrai coup de mou. Le roller derby me manque énormément. Je sais et je sens que j’ai trouvé le sport que je cherchais. Il est fait pour moi. »

Ouverture : Vincent Micheletti

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Si on bouclait la (grande) boucle ? Alors que le premier Tour de France Femmes vient de s’achever, place à celle qui a été la seule, en 1908, lorsque les femmes n’étaient pas autorisées à participer au Tour de France, à s’engager sur cette course avec les hommes. Marie Marvingt se passera de permission pour prendre le départ de la plus renommée des compétitions cyclistes. L’Auvergnate, 33 ans, fera partie des trente-sept coureurs à venir à bout des cinq-mille kilomètres du parcours. Sans que son nom ne soit inscrit au palmarès.

Lire plus »
Best-of 2021

Best-of 2021 : nos championnes ÀBLOCK!

Tout au long de cette année, une foule de championnes fortes et inspirantes (comme Sarah Lezito sur notre photo) se sont relayées dans les colonnes d’ÀBLOCK!. Ces filles rencontrées au fil des jours sont toutes admirables, elles nous ont chamboulé.e.s, intrigué.e.s, bluffé.e.s. Mais puisqu’il fallait vous en offrir un florilège, nous en avons choisi quelques-unes représentant la diversité du sport féminin. Retour sur 12 mois de confidences exquises qui valent de l’or.

Lire plus »
Eva Yaneva : « Le sport m’a pris par la main et m’a relevée. »

Eva Yaneva : « Le sport m’a prise par la main et m’a relevée. »

Pétillante sportive aux boucles brunes et au sourire communicatif, la volleyeuse Eva Yaneva, championne, début avril, de la Coupe de France et membre de l’équipe nationale de Bulgarie, est une globe-trotteuse des parquets. Quand elle quittera le terrain, ce sera pour enseigner son art aux jeunes filles rêvant de parties de volley endiablées. La transmission de sa passion est en ligne de mire de son prochain service.

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Chloé Trespeuch : « J’ai grandi dans l’idée que quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

Chloé Trespeuch : « J’ai grandi avec l’idée que, quand on a un objectif, il faut se battre pour aller le chercher. »

À Pékin, en février, elle décrochait une deuxième médaille olympique, l’argent, huit ans après le bronze qu’elle raflait, à 19 ans, à Sotchi. Dans le podcast « Extraterrien », signé Barthélémy Fendt, la snowboardeuse Chloé Trespeuch slalome entre des sujets aussi divers que son goût du défi et de l’adrénaline, sa sensibilité écologique, son régime végétarien ou encore sa préparation mentale. Conversation sans chichi avec une championne.

Lire plus »
Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner