Anaïs : « Au roller derby, le corps prend cher, mais ce sport est fait pour moi. »Joueuse de roller derby, 25 ans, vidéaste

Anaïs Roller derby
Cette fille-là n’a jamais été très branchée sports collectifs. Pourtant lorsqu’elle découvre le roller derby, Anaïs se passionne illico pour cette discipline prenante et surprenante. Mais aussi engagée. En 2017, elle enfile ses patins et intègre une ligue à Lyon. Le début d’une belle aventure…

Propos recueillis par Lise Famelart

Publié le 01 mars 2021 à 10h05, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h18

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« J’ai toujours été très sportive : pendant des années, j’ai pratiqué l’athlétisme et ça me plaisait beaucoup. Par la suite, je me suis essayée à l’escrime. Après mes études, je me suis mise au Roller Derby… et c’est un sport que j’adore !

Durant l’université, j’ai vécu un moment à Montréal. Là-bas, j’entends parler pour la première fois de ce sport. C’est une discipline très développée en Amérique du Nord, mais à ce moment-là je n’ai pas les moyens de me payer une assurance privée.

Je sais qu’il y a des risques de se blesser et ça me coûterait trop cher si je devais me soigner. Mais l’idée est là !

©Blstrt

À mon retour en France, je continue mes études : en seconde année de master, je participe à un stage de recherche sur le terrain avec ma classe. On vit dans d’énormes dortoirs d’une trentaine de personnes, et c’est là que je réalise que le collectif peut être intéressant.

Après cette expérience, j’envisage pour la première fois un sport collectif. Au quotidien je streame sur Twitch, une plateforme qui permet de jouer à des jeux vidéo en direct et d’échanger avec les spectateurs.

Une spectatrice m’explique qu’elle fait elle-même du roller derby en France et j’entrevois de nouveau l’idée de pratiquer ce sport. Je me mets donc en quête d’un club dans ma ville, à Lyon.

©Vincent Micheletti

Le roller derby est organisé en saisons, et nous sommes en plein milieu de l’une d’elles lorsque je décide de contacter une équipe féminine. J’écris un long mail, où j’indique entre autres que je fais un mètre cinquante-cinq et que je pèse quarante-trois kilos, en espérant que cela ne pose pas de problème.

Elles me répondent en m’expliquant que tous les types de corps ont des avantages et des inconvénients sur la piste, et qu’il faut surtout être motivée !

J’intègre l’équipe en novembre 2017 et je passe mes minimum skills, un examen qui permet d’accéder aux compétitions, en juin 2018.

Dans le milieu, on dit que le roller derby est un sport “do it yourself” : tout est fait par les joueuses et pour les joueuses. C’est nous qui organisons les compétitions, on cuisine pour les rassemblements… ça a un côté associatif aussi.

Le roller derby pour certaines personnes, ça prend quasiment tout leur temps en dehors du travail, notamment quand elles ont des postes à responsabilité.

Et plus on s’implique, plus on progresse vite : avant la pandémie, j’avais deux entraînements par semaine, et je pratiquais aussi de mon côté en patinant en ville, dans des skateparks, pour être plus assurée sur mes patins.

©Vincent Micheletti

L’une des choses que j’aime dans ce sport, ce sont les gens : ça m’intéressait de rejoindre une discipline essentiellement féminine. À l’adolescence, je pratiquais l’escrime dans un cours où j’étais la seule fille.

Les garçons s’étaient mis au défi de me frapper les seins. J’avais demandé une protection pour la poitrine à mon coach qui m’avait répondu : “Pour quoi faire ? T’as pas de seins !”. J’ai tenu toute l’année, mais quand je rentrais chez moi après les entraînements, je souffrais vraiment.

C’est dommage parce que j’étais douée. J’aurais pu faire de la compétition, mais j’ai préféré arrêter, j’avais trop mal.

Aujourd’hui, j’aime bien l’idée d’être entourée de femmes. Même s’il y a des équipes mixtes dans ma ligue, mon équipe à moi, Les Bugneuses, est en non-mixité.

©Vincent Micheletti

Dans le roller derby, les joueuses ne sont pas toujours militantes, mais la plupart du temps elles sont au moins conscientisées. Il y a un esprit à respecter, on n’a pas le droit de faire des blagues oppressives par exemple. Ça fait du bien de faire du sport avec des gens avec qui on peut aussi discuter de tout.

Cela dit, tout le monde ne vient pas pour la même chose : il y en a beaucoup qui sont là uniquement pour le sport, d’autres parce qu’elles ont vu le film « Bliss » et que ça leur a donné envie d’essayer.

Mais, très vite, je suis impressionnée de voir à quel point les gens peuvent évoluer dans ce sport, même en n’étant pas très sportifs à la base. J’ai vu des personnes arriver sans savoir faire deux pas avec des patins et qui sont maintenant plus fortes que moi !

Qu’importe notre poids, notre morphologie, notre rapport au sport en général, on peut réussir avec de la motivation. Et surtout, il faut savoir que c’est un sport en pleine construction : il n’y a pas qu’une seule bonne manière de faire au roller derby !

©Alicia BK

On parle souvent de la peur de se blesser parce que c’est un sport de contact où on peut se rentrer dedans, c’est d’ailleurs ce qui est mis en avant dans « Bliss ». C’est vrai que la peur est là, au début. Mais dans mon cas, elle est partie très vite : on pratique dans un gymnase, c’est un cadre qu’on connaît bien, on s’habitue au sol…

L’apprentissage est tellement long qu’on ne nous laisse pas nous taper dessus au début. On a le droit de cogner seulement certaines zones du corps et seulement avec certaines parties de notre propre corps.

Au final, j’ai toujours des bleus, le corps prend cher, mais les grosses blessures comme les entorses, on se les fait surtout toute seule, quand on loupe un freinage par exemple.

©Blstrt

Lorsque je me rends à mon premier match, c’est l’enfer ! On joue contre Saint-Etienne, qui est une petite ligue donc les niveaux sont mélangés. Nous, on est une équipe plus débutante, et on se fait littéralement rouler dessus !

Deux de mes coéquipiers se mettent carrément à vomir juste avant d’entrer sur la piste. Mais les joueuses ne sont pas là pour nous cogner, elles comprennent à ce moment-là qu’elles ont l’avantage sur nous et jouent beaucoup sur les esquives pour marquer des points.

Moi, c’est mon premier match, je vois les gens bouger autour de moi, je suis complètement perdue ! C’est une expérience impressionnante, mais c’est positif : chaque match me permet de m’améliorer.

Le roller derby, c’est un sport qui, pour moi, est exigeant mais plaisant. Je ne suis pas très branchée collectif à la base, je n’ai pas l’habitude de fonctionner avec des gens et je peux ressortir ultra-frustrée de certains entraînements.

Dans ce sport, le seul matériel, c’est ton corps, il n’y a pas de ballon par exemple. Alors, quand l’autre est fatigué et que toi tu es à fond, ça peut générer des frustrations. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est un espace où je peux me défouler et être écoutée. C’est un peu l’ascenseur émotionnel !

©Blstrt

Aujourd’hui, c’est difficile, les restrictions liées à la crise sanitaire nous empêchent de nous entraîner. On ne peut plus pratiquer en salle et, avec le froid, la pluie et même la neige pendant un temps, c’est trop compliqué de s’entraîner dehors.

Durant le premier confinement, j’ai mis la situation à profit pour commencer à patiner dans la rue, ce que je n’osais pas faire avant. J’ai aussi fait beaucoup de renforcement musculaire, parfois en live sur Twitch.

Grâce à tout ça, en septembre, quand on a pu reprendre les entraînements, j’avais un bon niveau ! On se retrouvait en extérieur pour faire des entraînements autogérés.

Puis, l’hiver est arrivé, on a été obligées d’arrêter. Je n’ai pas eu l’énergie de reprendre le renforcement musculaire, j’ai eu un vrai coup de mou. Le roller derby me manque énormément. Je sais et je sens que j’ai trouvé le sport que je cherchais. Il est fait pour moi. »

Ouverture : Vincent Micheletti
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Global 6K for Water

6 km pour de l’eau, c’est oui !

L’accès à l’eau potable, partout, tout le temps, c’est l’ambition de l’ONG World Vision. Pour ça, la Global 6K for Water, soit les 6 km pour l’eau, reprend sa course à partir du 20 mai afin de financer des projets répondants à cet enjeu. Sensibiliser, bouger et changer le monde. Courez, maintenant !

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme oiseau qui prend son envol, deux basketteuses prêtent pour un rêve américain, une actrice nouvelle star du fitness (Kate Hudson sur notre photo), une combattante bientôt aux JO, le sport en question ou deux initiatives qui prennent leur pied, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Salomé Gilles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La semaine dernière, on fêtait les femmes. Et même si, sur ÀBLOCK!, le 8 mars, c’est toute l’année, on a fait fort : une ministre, deux sociologues, une arbitre, sans compter nos pratiquantes et championnes (comme l’aviatrice Salomé Gilles sur notre photo), les rencontres se sont succédé. Alors, on est aux anges, comme d’hab’. Allez, on vous partage tout !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo, le cœur en apnée

En avril, elle remportait la compétition internationale d’apnée qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte, battant à trois reprises le record de France en se propulsant en bi-palmes à 85, 87 et 89 mètres. L’apnésite française Alice Modolo est de nouveau dans la place pour le Championnat de France en eau libre, ce week-end.

Lire plus »
Ana Carrasco

Ana Carrasco, la motarde qui fait souffler un vent nouveau dans les paddocks

Première femme à remporter une course de moto dans un Grand Prix, Championne du monde de vitesse, la pilote espagnole est une forte tête, peu soucieuse de ce que l’on dit d’elle. Les clichés, les stéréotypes, elle les balaye d’un revers de main gantée, les yeux fixés sur l’horizon. Son moteur, c’est la moto. Alors, accélérons un peu. Elle n’a pas que ça à faire. Portrait express de celle qui n’a besoin de personne…en Kawasaki.

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »
Laura Flessel

Laura Flessel : 5 infos pour briller à l’épée

Celle que l’on surnomme “la Guêpe” pour sa vitesse d’exécution et la précision de ses coups a marqué l’histoire grâce à sa spécificité de toucher ses adversaires aux pieds mais surtout grâce à son palmarès plus qu’impressionnant. Laura Flessel a pris sa retraite sportive en 2012, s’est frottée brièvement à la politique en 2017 avec un passage éclair au ministère des Sports, et demeure toujours très appréciée du public. Retour sur les 5 grandes dates de sa carrière d’escrimeuse.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter