Stéphanie Loeuillette La pongiste qui adore se mettre à table

Stéphanie Loeuillette
Elle a encore du potentiel. Et elle espère le prouver lors de ces Championnats d’Europe de tennis de table qui débutent à Varsovie, en Pologne. Plus encore, Stéphanie Loeuillette, Championne de France en double dames en 2018 et vice-Championne de France en double mixtes, en 2019, se voit bien en haut de l’affiche aux JO de Tokyo. Portrait express d’une pongiste ultra concentrée sur ses objectifs.

Par Valérie Domain

Publié le 23 juin 2021 à 7h53, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h46

Elle ressemble à une gamine, mais lorsqu’elle saisit la raquette, elle devient une guerrière. Le tennis de table ne paye peut-être pas de mine, mais pour y performer, il faut être sacrément tactique, rapide, rigoureuse et agile.

Stéphanie Loeuillette le sait bien, elle qui s’entraîne depuis des années, près de 30 heures par semaine, pour devenir la reine de la table.

Celle qui fêtera ses 29 ans lors des JO de Tokyo (le 27 juillet) en a sous la raquette. Son palmarès* est copieux ; ça tombe bien, Stéphanie Loeuillette est gourmande.

Elle n’est certes pas la pongiste dont tout le monde parle (elle est 91e mondiale et sa copine de 16 ans, camarade de table de l’équipe de France, Prithika Pavade, lui vole souvent la vedette), mais nous, on la trouve ÀBLOCK!

Stéphanie Loeuillette avec Prithika Pavade

Sans doute, cette hargne à renvoyer la balle, ce sourire enfantin alors qu’elle aborde la trentaine, sa générosité en équipe. Et puis, ses trickshots contre des jouets et autres Playmobiles, chez elle, pendant le premier confinement, en mai 2020… irrésistible !

La pongiste saint-pierraise, d’Agglo d’Elbeuf pour être exacte, joueuse de l’ESPTT (Entente saint-pierreaise de tennis de table) s’amuse avec le ping-pong, mais pratique sérieusement le tennis de table.

Normande d’adoption (elle est née dans le Nord), elle découvre le tennis de table alors qu’elle a 8 ans, dans son école primaire du Havre.

Le jeu devient passion et elle intègre, à 12 ans, le Pôle Espoir du Centre d’entraînement régional, jusqu’à ses 17 ans. « C’était un groupe junior et senior, et c’est là que j’ai commencé à être professionnelle », explique-t-elle dans un journal normand.

Puis, elle rejoint l’antre des champions, l’INSEP (l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), où elle intègre l’équipe de France féminine.

Sa routine sportive n’a rien à envier à d’autres sports qui peuvent paraître moins physiques.

Lorsque Stéphanie Loeuillette ne s’entraîne pas à l’INSEP, elle commence ses journées par une séance énergétique et cardio (aérobie multiforme ou de vitesse), s’offre quelques heures de panier de balle sur sa table perso, en plein milieu de son salon (la déco fétiche du pongiste) avant d’attaquer le renforcement musculaire et s’il fait beau, hop ! un peu de jardinage, son activité préférée outdoor.

Ça c’est pour le côté people. Côté sportive pro, elle n’a qu’une ambition, un rêve qu’elle partage avec (quasiment) toutes les championnes de haut niveau : « L’objectif de ma carrière et ce qui me fait m’entraîner tous les jours, c’est d’aller aux jeux olympiques », dit-elle.

Stéphanie Loeuillette avec Quentin Robinot, son partenaire de double mixte

C’est bonnard car la France a décroché le pompon, cette année, une première dans l’histoire du tennis de table français : l’équipe féminine est qualifiée aux Jeux Olympiques suite à la défection de la Corée du Nord.

Et la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) l’a confirmé le 16 juin dernier : Stéphanie Loeuillette participera aux épreuves par équipes.

Alors, Steph’, on tient bon la raquette, ok ?

 

*Championne de France en double dames (2018)
Vice-Championne de France en double mixte (2019)
Vice-championne de France double dames seniors (2010, 2013, 2015, 2019)
Médaillée de bronze en double dames aux Championnats de France Seniors (2011, 2012)
Médaillée de bronze en double mixte aux Championnats de France Seniors (2020)

Championne de France en double Juniors (2010)
Médaille de bronze en simple aux championnats de France Juniors (2010)
Vice-championne d’Europe Juniors en double mixte (2009, 2010)
Médaille de bronze par équipes aux championnats d’Europe Juniors à Istanbul (2009)

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lis Hartel

Lis Hartel, la cavalière pour qui aucun obstacle n’était trop grand

Première cavalière médaillée aux Jeux Olympiques, la Danoise Lis Hartel était une dresseuse hors pair. Légende du monde équestre, elle a raflé plus d’une médaille alors même qu’elle luttait contre une poliomyélite. À cheval et en béquilles, ses combats sont encore aujourd’hui source d’inspiration. À l’heure où les meilleurs cavaliers se retrouvent au Longines Paris Eiffel Jumping, l’occasion est belle de rendre hommage à cette pionnière dotée d’une remarquable force mentale.

Lire plus »
Attention, excès de vitesse en pagailles dans les Alpes

Attention, excès de vitesse en pagaille dans les Alpes !

Cette semaine, la saison de ski de vitesse s’ouvre avec le Championnat du monde avant de laisser la place à la Coupe du Monde puis au Speed Masters. Sensations garanties dans la station de Vars qui accueillent les meilleurs skieurs de la planète jusqu’au 26 mars. Petit récap’ des festivités sur neige.

Lire plus »
Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une hip hop girl alsacienne, une fille montée sur roulettes, mais aussi deux championnes de natation, l’une d’antan à l’attitude trop sulfureuse, l’autre d’aujourd’hui qui a su revenir plus forte après une période douloureuse (Charlotte Bonnet sur notre photo), ou encore une lanceuse de disque qui ne nous cache rien… C’est dimanche, c’est best-of. Profitez !

Lire plus »
La question qui tue

Si le sport et moi, ça fait deux, c’est pas de ma faute, hein ?

À voir les sœurs Serena et Vénus Williams ou le duo père-fils Yannick et Joakim Noah, on est en droit de se demander si le sport n’est pas aussi une affaire de génétique ? Ni une ni deux, on a ouvert nos livres de science pour déterminer si on peut avoir des prédispositions sportives (ou non). Petit tour de la question en deux-trois mouvements !

Lire plus »
Amy Bond

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une Pole danseuse qui tient bon la barre (Amy Bond, notre photo), une arbitre et une apnéiste soumises à la question et qui ne nous cachent rien (ou presque), une étoile du parkour qui a la tête dure, mais aussi une légende de l’athlétisme mondial, une reine des tapis qui a pris la bonne vague et quelques initiatives pour être ÀBLOCK! ensemble, c’est bon, ça !

Lire plus »
Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Elle a mis un terme à sa carrière à l’issue des JO de Tokyo. Fanny Horta, vice-championne olympique de rugby à 7, en a terminé avec la compétition mais pas avec le terrain. Engagée dans la commission des athlètes pour Paris 2024, elle ambitionne, à l’avenir, d’accompagner, à son tour, des groupes sur le chemin de la performance et de la réalisation de soi. Rencontre avec une fille qui sort de la mêlée.

Lire plus »
Laurence Fischer 5 infos pour briller en karatégi

Laurence Fischer : 5 infos pour briller en karatégi

Elle a marqué les tatamis et œuvre aujourd’hui au sein du ministère des Affaires étrangères pour faire du sport un outil d’influence, de développement et de reconstruction. Une sportive combinant grand cœur et mental de guerrière, ça valait bien un retour en 5 infos sur la carrière d’une des plus grandes karatékas du monde.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner