Rechercher

Stéphanie Loeuillette La pongiste qui adore se mettre à table

Stéphanie Loeuillette
Elle a encore du potentiel. Et elle espère le prouver lors de ces Championnats d’Europe de tennis de table qui débutent à Varsovie, en Pologne. Plus encore, Stéphanie Loeuillette, Championne de France en double dames en 2018 et vice-Championne de France en double mixtes, en 2019, se voit bien en haut de l’affiche aux JO de Tokyo. Portrait express d’une pongiste ultra concentrée sur ses objectifs.

Par Valérie Domain

Publié le 23 juin 2021 à 7h53, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h46

Elle ressemble à une gamine, mais lorsqu’elle saisit la raquette, elle devient une guerrière. Le tennis de table ne paye peut-être pas de mine, mais pour y performer, il faut être sacrément tactique, rapide, rigoureuse et agile.

Stéphanie Loeuillette le sait bien, elle qui s’entraîne depuis des années, près de 30 heures par semaine, pour devenir la reine de la table.

Celle qui fêtera ses 29 ans lors des JO de Tokyo (le 27 juillet) en a sous la raquette. Son palmarès* est copieux ; ça tombe bien, Stéphanie Loeuillette est gourmande.

Elle n’est certes pas la pongiste dont tout le monde parle (elle est 91e mondiale et sa copine de 16 ans, camarade de table de l’équipe de France, Prithika Pavade, lui vole souvent la vedette), mais nous, on la trouve ÀBLOCK!

Stéphanie Loeuillette avec Prithika Pavade

Sans doute, cette hargne à renvoyer la balle, ce sourire enfantin alors qu’elle aborde la trentaine, sa générosité en équipe. Et puis, ses trickshots contre des jouets et autres Playmobiles, chez elle, pendant le premier confinement, en mai 2020… irrésistible !

La pongiste saint-pierraise, d’Agglo d’Elbeuf pour être exacte, joueuse de l’ESPTT (Entente saint-pierreaise de tennis de table) s’amuse avec le ping-pong, mais pratique sérieusement le tennis de table.

Normande d’adoption (elle est née dans le Nord), elle découvre le tennis de table alors qu’elle a 8 ans, dans son école primaire du Havre.

Le jeu devient passion et elle intègre, à 12 ans, le Pôle Espoir du Centre d’entraînement régional, jusqu’à ses 17 ans. « C’était un groupe junior et senior, et c’est là que j’ai commencé à être professionnelle », explique-t-elle dans un journal normand.

Puis, elle rejoint l’antre des champions, l’INSEP (l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), où elle intègre l’équipe de France féminine.

Sa routine sportive n’a rien à envier à d’autres sports qui peuvent paraître moins physiques.

Lorsque Stéphanie Loeuillette ne s’entraîne pas à l’INSEP, elle commence ses journées par une séance énergétique et cardio (aérobie multiforme ou de vitesse), s’offre quelques heures de panier de balle sur sa table perso, en plein milieu de son salon (la déco fétiche du pongiste) avant d’attaquer le renforcement musculaire et s’il fait beau, hop ! un peu de jardinage, son activité préférée outdoor.

Ça c’est pour le côté people. Côté sportive pro, elle n’a qu’une ambition, un rêve qu’elle partage avec (quasiment) toutes les championnes de haut niveau : « L’objectif de ma carrière et ce qui me fait m’entraîner tous les jours, c’est d’aller aux jeux olympiques », dit-elle.

Stéphanie Loeuillette avec Quentin Robinot, son partenaire de double mixte

C’est bonnard car la France a décroché le pompon, cette année, une première dans l’histoire du tennis de table français : l’équipe féminine est qualifiée aux Jeux Olympiques suite à la défection de la Corée du Nord.

Et la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) l’a confirmé le 16 juin dernier : Stéphanie Loeuillette participera aux épreuves par équipes.

Alors, Steph’, on tient bon la raquette, ok ?

 

*Championne de France en double dames (2018)
Vice-Championne de France en double mixte (2019)
Vice-championne de France double dames seniors (2010, 2013, 2015, 2019)
Médaillée de bronze en double dames aux Championnats de France Seniors (2011, 2012)
Médaillée de bronze en double mixte aux Championnats de France Seniors (2020)

Championne de France en double Juniors (2010)
Médaille de bronze en simple aux championnats de France Juniors (2010)
Vice-championne d’Europe Juniors en double mixte (2009, 2010)
Médaille de bronze par équipes aux championnats d’Europe Juniors à Istanbul (2009)

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner