Stéphanie Loeuillette La pongiste qui adore se mettre à table

Stéphanie Loeuillette
Elle a encore du potentiel. Et elle espère le prouver lors de ces Championnats d’Europe de tennis de table qui débutent à Varsovie, en Pologne. Plus encore, Stéphanie Loeuillette, Championne de France en double dames en 2018 et vice-Championne de France en double mixtes, en 2019, se voit bien en haut de l’affiche aux JO de Tokyo. Portrait express d’une pongiste ultra concentrée sur ses objectifs.

Par Valérie Domain

Publié le 23 juin 2021 à 7h53, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h46

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle ressemble à une gamine, mais lorsqu’elle saisit la raquette, elle devient une guerrière. Le tennis de table ne paye peut-être pas de mine, mais pour y performer, il faut être sacrément tactique, rapide, rigoureuse et agile.

Stéphanie Loeuillette le sait bien, elle qui s’entraîne depuis des années, près de 30 heures par semaine, pour devenir la reine de la table.

Celle qui fêtera ses 29 ans lors des JO de Tokyo (le 27 juillet) en a sous la raquette. Son palmarès* est copieux ; ça tombe bien, Stéphanie Loeuillette est gourmande.

Elle n’est certes pas la pongiste dont tout le monde parle (elle est 91e mondiale et sa copine de 16 ans, camarade de table de l’équipe de France, Prithika Pavade, lui vole souvent la vedette), mais nous, on la trouve ÀBLOCK!

Stéphanie Loeuillette avec Prithika Pavade

Sans doute, cette hargne à renvoyer la balle, ce sourire enfantin alors qu’elle aborde la trentaine, sa générosité en équipe. Et puis, ses trickshots contre des jouets et autres Playmobiles, chez elle, pendant le premier confinement, en mai 2020… irrésistible !

La pongiste saint-pierraise, d’Agglo d’Elbeuf pour être exacte, joueuse de l’ESPTT (Entente saint-pierreaise de tennis de table) s’amuse avec le ping-pong, mais pratique sérieusement le tennis de table.

Normande d’adoption (elle est née dans le Nord), elle découvre le tennis de table alors qu’elle a 8 ans, dans son école primaire du Havre.

Le jeu devient passion et elle intègre, à 12 ans, le Pôle Espoir du Centre d’entraînement régional, jusqu’à ses 17 ans. « C’était un groupe junior et senior, et c’est là que j’ai commencé à être professionnelle », explique-t-elle dans un journal normand.

Puis, elle rejoint l’antre des champions, l’INSEP (l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), où elle intègre l’équipe de France féminine.

Sa routine sportive n’a rien à envier à d’autres sports qui peuvent paraître moins physiques.

Lorsque Stéphanie Loeuillette ne s’entraîne pas à l’INSEP, elle commence ses journées par une séance énergétique et cardio (aérobie multiforme ou de vitesse), s’offre quelques heures de panier de balle sur sa table perso, en plein milieu de son salon (la déco fétiche du pongiste) avant d’attaquer le renforcement musculaire et s’il fait beau, hop ! un peu de jardinage, son activité préférée outdoor.

Ça c’est pour le côté people. Côté sportive pro, elle n’a qu’une ambition, un rêve qu’elle partage avec (quasiment) toutes les championnes de haut niveau : « L’objectif de ma carrière et ce qui me fait m’entraîner tous les jours, c’est d’aller aux jeux olympiques », dit-elle.

Stéphanie Loeuillette avec Quentin Robinot, son partenaire de double mixte

C’est bonnard car la France a décroché le pompon, cette année, une première dans l’histoire du tennis de table français : l’équipe féminine est qualifiée aux Jeux Olympiques suite à la défection de la Corée du Nord.

Et la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) l’a confirmé le 16 juin dernier : Stéphanie Loeuillette participera aux épreuves par équipes.

Alors, Steph’, on tient bon la raquette, ok ?

 

*Championne de France en double dames (2018)
Vice-Championne de France en double mixte (2019)
Vice-championne de France double dames seniors (2010, 2013, 2015, 2019)
Médaillée de bronze en double dames aux Championnats de France Seniors (2011, 2012)
Médaillée de bronze en double mixte aux Championnats de France Seniors (2020)

Championne de France en double Juniors (2010)
Médaille de bronze en simple aux championnats de France Juniors (2010)
Vice-championne d’Europe Juniors en double mixte (2009, 2010)
Médaille de bronze par équipes aux championnats d’Europe Juniors à Istanbul (2009)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Femmes en montagne

La montagne, les femmes, tout un festival !

Devenir le premier festival français de films sur les femmes en montagne, c’est fait ! Et c’est l’association « On n’est pas que des collants » qui nous donne, pour sa deuxième édition, rendez-vous en novembre, à Annecy, pour des soirées ciné au plus haut des sommets ! Mais avant, ferventes montagnardes, n’oubliez pas votre caméra…

Lire plus »
Martine Rolland

Martine Rolland : « Je suis une alpiniste avant d’être une femme. »

Elle fut la première femme guide de haute montagne en Europe. L’alpinisme, pour elle, c’est avant tout une histoire d’amour. Celle qui la lie à son mari, Jean-Jacques, qui l’a initiée à la montagne et l’a soutenue lorsqu’elle a voulu faire de sa passion son métier. Martine Rolland est une pionnière discrète, étonnante et captivante. Elle se raconte dans un livre* et sur ÀBLOCK!

Lire plus »
yoga

Yoga : le Top 10 du parfait yogi

Applis relaxantes, podcasts ressourçants, cours en ligne boostants, bouquins inspirants, ÀBLOCK! a sélectionné tout ce qu’il faut pour passer une Journée Mondiale du Yoga en 100 % yogi ce dimanche 21 juin. On active le mode « Namasté » !

Lire plus »
Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »

Pendant le confinement, le fitness a la cote

Malgré les nombreux échanges houleux sur les réseaux sociaux concernant le running (on peut continuer à courir ou pas ?), ce ne serait là qu’une tempête dans un verre d’eau. Selon un sondage, la course à pied est loin d’être l’activité la plus prisée par les Français en période de confinement.

Lire plus »

Foot au féminin : le Real Madrid donne le coup d’envoi !

Il était temps ! Après plus d’un siècle d’existence le Real crée sa première équipe féminine professionnelle. Ce mercredi 1er juillet, le club madrilène a officialisé la nouvelle. Les joueuses fouleront pour la première fois les pelouses à la prochaine saison, lors du championnat espagnol.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner