Emeline Delanis« L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

Emeline Delanis
C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Par Sophie Danger

Publié le 22 avril 2021 à 18h07, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h17

Ton parcours sportif a commencé par la natation. Ton père est un ancien nageur et joueur de water polo et il a toujours voulu que tu saches nager mais, toi, tu n’aimais pas ça. Qu’est-ce qui te déplaisait dans la natation ?

La natation, c’est le sport que mon père avait pratiqué, ma tante et mes cousins aussi. En fait, c’était le sport qu’ils auraient voulu que je pratique. J’ai commencé aux bébés nageurs, j’avais 6 mois, et j’ai fait ça jusqu’à mes 12/13 ans.

J’aimais ça parce que j’en faisais avec ma cousine, ça nous permettait de nous voir et de faire du sport ensemble, mais c’est vrai que ça n’a jamais été vraiment mon sport, ça n’était pas pour moi.

Tu expliques avoir été jusqu’à te faire disqualifier durant un 50m brasse pour que ton entourage réalise que tu n’aimais pas spécialement la natation. C’était si difficile de faire comprendre à tes proches que tu ne voulais plus en faire ?

Oui, parce que c’était le sport qu’ils avaient toujours tous fait donc ils ne voyaient pas autre chose que la natation. Lorsque que j’ai fait exprès de me faire disqualifier c’était à la fois parce que je n’aimais pas ça, mais aussi pour pouvoir aller jouer dans le petit bain.

Quand j’allais à la piscine, je ne pensais qu’à jouer. Ce n’était en aucun cas pour faire de la compétition, ça me saoulait plus qu’autre chose !

Comment as-tu découvert l’athlétisme et comment as-tu convaincu tes parents de t’inscrire en club ?

J’ai surtout découvert l’athlétisme à l’école. J’aimais bien courir. Quand on jouait à chat, j’étais plutôt rapide, parfois même plus que les garçons et c’est ce qui m’a fait aimer la course à pied.

Dès que j’ai arrêté la piscine, j’ai fait de l’athlétisme. C’est venu en milieu d’année. J’ai dit à mes parents que je préférais courir et ils m’ont inscrit au club de Draveil.

Au début, tu fais de tout, mais je crois que tu aimes particulièrement le javelot et les haies. Il y a eu aussi la perche. Qu’est-ce qui te plaisait dans ces disciplines ?

J’aimais goûter à tout. Lorsque j’étais benjamine-minime, on touchait un peu à toutes les disciplines. À l’époque, j’avais une coach spécialiste du javelot et elle m’a vraiment fait aimer ça.

J’aimais ça parce que, en compétition, je voyais que j’y arrivais bien et ça m’encourageait. C’était le cas aussi pour les haies. Je me débrouillais plutôt bien et ça me donnait envie de continuer.

En fait, tu adoptes une discipline en fonction de tes résultats ? C’est elle qui vient à toi plutôt que l’inverse.

C’est ça. La natation, ça ne m’intéresse pas parce qu’en compétition, je n’étais pas forte. La course, j’ai toujours aimé ça parce que je me débrouillais bien.

Je m’étais d’ailleurs dit que, quand je pourrais faire du 400 mètres ou du 400 haies, je ne ferais que ça. Je ne voulais faire qu’un tour de piste.

Un tour de piste que tu vas allonger. Tu vas aussi te mettre au cross pour faire quelques compétitions pendant l’hiver même si, le long, ce n’est pas ce qui te plait…

Je n’ai jamais voulu faire du long. Courir longtemps, ça n’avait jamais été mon truc. Moi, ce que j’aimais, c’était la vitesse. On me faisait faire des cross pour préparer l’été et faire quelques compétitions l’hiver.

Quand t’es-tu mise réellement à apprécier les longues distances ?

C’est venu en 2015. En faisant du 800 mètres, j’ai découvert que j’étais plus à l’aise sur les distances plus longues. J’ai dit à ma coach que je voulais essayer le 1500 mètres.

Je faisais deux ou trois entraînements par semaine et, au lieu de faire une fois de la perche et une fois du demi-fond, je me suis dis que je n’allais faire que du demi-fond.

Le long, ça va devenir sérieux quand tu débarques aux Etats-Unis en 2016. Tu passes de 3 entraînements par semaines à 6 ou 7 et de 15km à 60 par semaine. Tu as eu un déclic ? Pourquoi ?

Le long, de manière vraiment intensive, c’est arrivé quand je suis partie faire mes études aux États-Unis. Ça a été très dur pour moi la première année. Le rythme était soutenu et je n’étais pas dans l’optique du sport de haut niveau.

Je faisais la fête tout le temps, je m’amusais et c’était compliqué de continuer à m’entraîner sérieusement et à faire des résultats. Lors de ma deuxième année là-bas, il y a des Hongroises, déjà athlètes de haut niveau, qui sont arrivées et ont amené de la compétition à l’entraînement.

Je me suis aperçue qu’en faisant les choses correctement, j’arrivais de mieux en mieux à les suivre. J’ai eu envie de m’entraîner plus et plus sérieusement. J’ai décidé de m’y mettre pour de bon et les résultats sont arrivés.

Encore une fois, c’est ton esprit de compétition qui guide tes choix…

C’est ça. C’est la compétition, la volonté de battre les Hongroises, d’être à leur niveau. Il y a aussi le fait que je voulais voyager avec l’équipe. Pour cela, il fallait être dans les huit meilleures.

Être dans les huit, c’était le minimum pour moi. Et puis, quand tu es dans ce groupe, c’est valorisant, on est mises en avant et, ça aussi, c’était important.

Tu as très vite renoncé à ton seul tour de piste puisque tu vas passer sur 5000 et même 10 000 mètres. Quand est-ce que tu t’es mise à réellement aimer le long ?

Je me suis faite à l’idée que mon tour de stade, ce n’était pas fait pour moi. Quand je suis arrivée aux Etats-Unis, j’étais coureuse de 800/1500m et mon coach m’a dit : “Tu verras, ta dernière année, tu feras du 10 000 et même du semi-marathon“.

Pour moi, faire un 3000 mètres n’était même pas imaginable lors de ma première année ! Puis, peu à peu, j’ai fait du 3000m, du 3000 steeple. Quand j’ai goûté au 5000m, je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup plus les longues distances. Lors de ma dernière année, j’ai essayé le 10 000m.

Là, j’ai compris que c’était une spécialité assez compliquée, qu’il fallait aussi avoir un bon mental parce qu’on passait à 25 tours. Tout est venu au fur-et-à-mesure, pareil pour le haut niveau. Jamais je n’y aurais pensé, c’est venu en 2017-2018.

Lorsque que tu es devenue championne de France espoir du 5000 et du 3000 steeple ?

Oui c’est ça. L’année d’après, j’ai fait les Jeux Méditerranéens puis les Europe sur cross et c’est là que j’ai eu le déclic.

2018, c’est aussi l’année où, lors d’une course, à Los Angeles, tu inscris un nouveau record de l’Essonne Senior sur 5000m, record qui tenait depuis 1986. C’est la 9e performance française tout temps chez les Espoirs. Ce record, tu vas l’améliorer encore quelques semaines plus tard. En tout, tu fais baisser ton chrono de référence de 30 secondes. Tu pensais progresser si vite ?

Non. Ce jour-là, quand j’ai tenté le 5000, je ne visais pas du tout ce temps-là. Ça faisait une semaine que je dormais plus, tellement j’étais stressée par cette course ! C’était vraiment une grosse surprise.

L’athlétisme, c’était juste un loisir pour moi, je n’aurais jamais pu imaginer tout ça. C’est arrivé peu à peu, au fil des ans.  Il y encore deux ou trois ans, je ne me serais jamais dit que je n’allais faire que de l’athlétisme pour essayer de me qualifier pour les Jeux Olympiques de 2024 !

Tu décroches ton premier titre chez les séniors, l’an passé. Tu participes aux Championnats de France élite et tu termines sur la 3e place du 5000m. Là aussi, c’était une surprise ?

Je ne visais pas le podium, je voulais juste me faire plaisir. Pendant ma préparation, j’étais partie à Font-Romeu et j’ai eu quelques problèmes aux cervicales. À part faire des footings tranquilles et enchaîner les kilomètres, je n’avais pas vraiment pu travailler sur piste.

Je n’avais fait que trois séances avant de faire les « Élites ». Cette course, je n’en attendais rien, c’était plus histoire de reprendre la compétition. Comme j’avais la chance de pouvoir y participer, je me suis dis que j’allais la faire et voir comment ça allait se passer.

Est-ce que tu sens que le regard que l’on porte sur toi commence à changer, qu’il y a plus d’intérêt des médias…

J’essaie de ne pas trop faire attention à ça, je préfère me focaliser sur moi-même. Je sais qu’il y a une génération très performante qui arrive derrière.

Tout le monde a sa place et il faut se battre pour être en équipe de France, ne jamais prendre les choses pour acquises.

Tu continues à partager ta vie entre les Etats-Unis et la France ou bien tu es revenue définitivement ?

J’ai fait le choix de revenir définitivement. J’avais le choix soit de rester là-bas et arrêter le sport, soit de revenir en France et me consacrer au sport. L’entreprise Sport To Be m’a offert un contrat d’insertion professionnelle.

Ils ont mis en place un poste pour que je puisse avoir un emploi et continuer à m’entraîner. Je suis chargée des relations presse, il y a un peu de commercial et du marketing. J’ai aussi une émission sur SportToBe TV, pour proposer des circuits de running…

Tu évoquais l’envie de te qualifier aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. Et Tokyo, c’est un objectif ou pas du tout ?

Je pense que c’est trop juste. Mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve et je ne ferme la porte à rien. Pour pouvoir me qualifier sur le 10 000, il y a une course ce week-end et deux autres courses possibles avant début juillet.

Paris est donc l’objectif ultime ?

Dans ma tête, c’est l’objectif. Je réfléchis encore si je veux monter un peu plus ou pas, me spécialiser peut-être plus sur la course sur route ou le marathon. Je vais voir ça avec mon coach. Peut-être l’année prochaine.

En tout cas, participer aux Jeux Olympiques en 2024 à Paris, c’est définitivement mon ambition ultime. C’est à côté de chez moi et ce serait vraiment le top !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Elizabeth Ryan

Elizabeth Ryan, sa Majesté de Wimbledon

Si elle n’a jamais brillé en simple, elle n’a laissé à personne d’autre le soin de rayonner sur le double. Elizabeth Ryan a dominé, sans partage, en duo à Wimbledon durant plus de soixante ans aux côtés, notamment, des Françaises Suzanne Lenglen et Simonne Mathieu. Avant de passer le relais à sa compatriote Billie Jean King.

Lire plus »
Laury Thilleman

Le top 10 des influenceuses sport sur Instagram

Depuis le confinement, elles n’ont jamais été autant suivies. Les sportives des réseaux sociaux, plus particulièrement sur Instagram, ont su convaincre les plus sédentaires de bouger. Petite liste (non exhaustive) de ces influenceuses qui nous poussent à sauter dans nos baskets. Et à aimer ça !

Lire plus »
Alizée Baron

Alizée Baron : « Je fais du skicross pour me dépasser et j’aime ce risque-là. »

Une impétueuse, toujours en quête d’adrénaline. Après une saison blanche pour cause de blessure au dos et malgré les conditions particulières liées, entre autres, à la situation sanitaire, Alizée Baron reprend du service en Coupe du monde de skicross. La skieuse d’Orcières-Merlette aborde cet hiver avec une envie décuplée. Sereine et déterminée. Rencontre avec une fille qui ne laisse pas de glace.

Lire plus »
Ingrid Graziani

Ingrid Graziani : « Le ring, ça apprend l’égalité, on est deux et le meilleur gagne. »

L’ex-championne du monde de savate boxe française n’a jamais eu peur de prendre des coups. La gagne, elle connaît. Du ring qu’elle a tâté dès l’âge de ses 16 ans au podium de Miss France qu’elle a foulé à 22. Son carburant ? Aller au bout de soi-même… quitte à sortir de son périmètre de sécurité et s’afficher dans une autre arène où la compétitivité est reine : les planches et le septième art. Échange punchy avec une jeune femme qui dégomme les préjugés.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman à la raquette magique (Su-Wei Hsieh sur notre photo), une Déesse des courts français, les 5 dernières killeuses de la terre battue, une skieuse qui plante le bâton avec maestria, une chronique d’actualité, une question qui tue, une initiative 100 % féminine à l’épée et les porte-drapeaux en lice pour les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Fanny Caspar

Fanny : « Quelques minutes sur des skis et c’est le bonheur infini… »

Le ski pour passion, la montagne comme inspiration, les femmes par conviction. Championne du monde junior et multi-championne de France de ski de bosses, membre de l’équipe de France de freestyle dès ses 15 ans, coach de l’équipe d’Australie, Fanny Caspar a eu plusieurs vies sur ses skis. Résiliente après deux genoux cassés et un arrêt brutal de sa carrière, la montagnarde partage désormais son expérience avec les autres femmes en les poussant à croire en elles via les sports de glisse. Témoignage survitaminé.

Lire plus »
Paola Calvo : « À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »

Paola Calvo : « À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »

La lutte comme outil d’émancipation. Dans son film « Luchadoras », tout juste récompensé d’un prix spécial aux Sportel Awards à Monaco, la réalisatrice vénézuélienne, Paola Calvo, filme des combattantes de ‘Lucha Libre’ dans l’une des villes les plus dangereuses au monde. Trois catcheuses pour qui monter sur un ring aide à rester femme. Interview d’une cinéaste engagée qui veut faire changer le monde.

Lire plus »
Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Née avec un handicap au pied et à la cheville, elle n’a aucune limite. Marie Patouillet, médaillée paralympique en cyclisme, a toujours été guidée par son amour du sport, son courage et sa détermination. Un dépassement de soi qui l’a menée sur la piste aux étoiles : celles des athlètes de haut niveau qui inspirent et font avancer bien des causes car cette fille-là roule pour les femmes et les athlètes handisport. Entretien.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner