Émeline : « Le foot américain, ce n’est pas seulement physique, c’est mental et tactique. »Joueuse de football américain semi-pro, 28 ans, ingénieure-architecte

Émeline Dodard : « Le foot américain, ce n’est pas seulement physique, c’est mental et tactique. »
Le terrain du sport féminin, Émeline Dodard le connaît bien depuis qu’elle s’est jetée dans l’aventure du football américain. Passionnée par ce jeu tactique, elle met son esprit d’ingénieure au service de son poste d’attaquante. Et donne de la voix pour le médiatiser. Témoignage d’une fille aussi audacieuse que coriace.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 27 septembre 2021 à 18h00, mis à jour le 16 décembre 2021 à 17h37

« Je pratiquais le rugby et c’est lorsque j’ai fait une année d’études au Canada dans mon cursus d’ingénieur-architecte que j’ai découvert le football américain. J’avais très envie de tester un sport US. Et après un cuisant échec au hockey -face à des enfants de 3 ans !-, j’ai opté pour le football américain. Mais en regardant les matchs, je ne comprenais rien…

On m’en a expliqué les règles et c’est ça qui m’a intriguée : ce n’était pas seulement un sport physique, mais un sport mental, tactique. J’ai trouvé une équipe féminine et je n’ai pas quitté le terrain. J’avais 22 ans.

Du primaire au lycée, j’ai fait du badminton, je suis allée jusqu’aux Championnats de France. Dans mon école d’architecture, j’ai aussi été coach de badminton mais le terrain me manquait…

Mes potes d’école d’ingé m’ont alors parlé de la super ambiance de l’équipe de rugby. Je me suis dit : pourquoi pas un sport d’équipe ?

Très vite, je me suis sentie mieux intégrée dans mon école d’ingénieur. Et c’est au cours de l’année d’échange que j’ai découvert le football américain. Ça a vite détrôné le rugby : je n’aimais pas le fait de devoir toujours plaquer les adversaires quant au football américain, tu peux choisir une position. Ça correspond à mes aptitudes sportives et à ce que j’aime.

Moi, je suis receveur dans l’équipe. C’est comme les ailiers au rugby, je suis en attaque. Mon but est de catcher le ballon lancé par le quarterback, de courir très vite pour aller scorer, marquer. Il faut savoir se détacher de la défense, être explosive et rapide.

Aujourd’hui, je suis depuis quatre ans dans l’équipe féminine des Dragons de Paris, un club associatif avec des équipes masculines et une équipe féminine.

Avant le Covid, j’avais été approchée par une équipe américaine et je vais pouvoir y partir normalement en février 2022.

Entre-temps, j’ai eu la possibilité – avec ma copine qui partira aussi aux États-Unis avec moi dans l’équipe des Utah Falconz, une ligue semi-pro qui cherche à devenir professionnelle- de partir en Suède rejoindre une équipe féminine amateur.

C’était vraiment une bonne opportunité parce que, là-bas, ils ont beaucoup d’équipes féminines et plusieurs séries. Ça permet de jouer souvent, de se confronter et donc de progresser. En France, on n’a qu’une seule division.

©Hans Cullberg

Il faut savoir que, dans le monde, seuls les États-Unis ont un circuit professionnel pour les équipes féminines, la NWSL (National Women’s Soccer League), et semi-pros au Canada. En France ou en Suède, nous ne sommes pas professionnelles, mais seulement défrayées.

Je dois me débrouiller pour me nourrir et vivre au quotidien. C’est tout un investissement. Et même aux États-Unis, où le circuit pro existe pour les femmes, les Américains croient encore que les filles ne jouent pas…En revanche, ils connaissent l’Extrême Football League où les joueuses sont en lingerie !

La médiatisation doit vraiment aider à faire avancer les choses pour que les sportives puissent accéder à un circuit professionnel et avoir une possibilité d’en faire leur métier.

Mon rêve sportif serait de devenir pro, bien sûr. Mais pour l’instant, c’est encore compliqué d’aller aux États-Unis rien que pour faire une partie de saison, alors…

Pendant six mois, je vais être défrayée pour tous les coûts sportifs et avoir un appartement, mais pas d’argent qui rentre pour le quotidien. Ce sera de la débrouille !

Moi, clairement j’ai deux vies. Je fais ma journée comme archi et, au plus tôt, soit 19h/20h, je file à la salle de sport pour m’entraîner avec mon coach sportif.

C’est comme si j’avais deux boulots mais le sport n’est pas payé. J’ai même des frais supplémentaires. Mais si je veux progresser, je n’ai pas le choix.

C’est vraiment devenu plus qu’une passion. J’ai quatre entraînements de musculation par semaine et je fais aussi de l’athlétisme pour progresser en vitesse, sans compter les entraînements de football américain le weekend.

Et puis, il faut compter aussi le temps d’apprentissage de la partie purement stratégique : on est vraiment comme à l’école, avec les tableaux noirs, on apprend la théorie.

Avant un match, je suis toujours un peu stressée parce que tout repose sur la cohésion d’équipe. Il faut savoir jouer ensemble. Mais dès qu’on est parties dans la première action, j’oublie tout et chaque action est très rapide, c’est un sport très explosif, je me lance, je ne réfléchis pas. Quand j’ai le ballon, je fais mon job !

Il y a toujours beaucoup d’émotion parce qu’on s’encourage toutes sur le terrain, c’est motivant. Et puis, c’est incroyable comme il peut y avoir des revirements de situation et, ça, c’est vraiment lié au mental de l’équipe.

On a eu un match terrible dans lequel on a perdu avec un score catastrophique. Deux semaines après, devant 120 000 personnes, on n’était pas chez nous, à domicile, on replonge en début de match… Eh bien, on s’est regroupées, on a communiqué, on a décidé d’oublier la défaite précédente et de repartir à zéro. Et on a marqué. Les adversaires ont juste égalisé avant la fin du match…

Toutes les joueuses de même niveau ont les mêmes compétences. Ce qui change tout, c’est cet esprit de battante !

Ce que j’aime dans ce sport, c’est qu’il faut se gérer soi-même et aider ses coéquipières, pratiquer l’entraide. Quand j’ai débuté en sport, je faisais du badminton, un sport individuel donc au début je restais de mon côté, je craignais un peu l’esprit sport Co et puis j’étais très compétitive en mode solo !

La seule fois où j’ai connu un sport collectif, c’était le foot avec les garçons à l’école et je n’ai jamais été bien intégrée donc je n’avais pas une super image des sports d’équipe.

On s’entraîne aussi avec les garçons juniors en football américain. Au début, tu sens qu’ils ne veulent pas jouer contre toi ou qu’ils se disent qu’ils vont forcément te battre.

C’est vrai que, souvent, ils courent plus vite mais, nous les filles, on est plus tactiques, plus explosives, on analyse mieux le jeu. À ce moment-là, comme ils sont compétitifs et si tu les bats, ça les intéresse de jouer avec toi.

Quand je me suis mise au football américain, je n’ai pas du tout eu à faire face à des préjugés du style : « C’est un sport de mecs et de bourrins ». C’est plutôt l’inverse même ! Quand j’en parle, on me dit « Waouh ! Tu as le casque et les épaulettes ? ».

Les gens sont très curieux. Et puis, au foot américain, c’est assez drôle de constater que chaque fille garde son look et son attitude – ultra-féminine ou pas – sous « l’armure » casque-épaulettes.

Certaines sont en mode guerrière et d’autres super maquillées quand elles enlèvent leur casque.

J’ai fait du rugby en école d’ingénieur et, pour moi, ça n’a pas été une expérience concluante. En découvrant le football américain, j’ai constaté que c’était là deux univers très différents même si ce sont deux sports qui semblent avoir beaucoup de points communs.

Au foot américain, par exemple, on a toutes des positions différentes, ce qui fait qu’il y a plusieurs types de morphologies sur le terrain. Ce sport demande des compétences physiques différentes.

Aussi, on vient de métiers et de milieux différents. Au football américain, il y a un tel besoin de variétés que tu trouves forcément ta place !

Le football américain m’a permis de m’affirmer dans mon travail. Grâce à l’apprentissage des matchs en équipe, quand je travaille en groupe, j’accepte d’entendre les idées des autres, je ne prends pas mal les remarques et je sais m’exprimer clairement. Je sais aussi retourner l’issue de situations qui paraissaient insolvables, un peu comme lors de matchs qui ont mal commencé…

J’arrive à repartir à zéro : je me dis que « ça ne peut pas être pire », je retrouve mon calme et, généralement, je parviens à obtenir ce que je veux.

Comme lors d’un match, il faut savoir prendre du recul sur les situations et garder son sang-froid. Au boulot, j’ai réussi à obtenir gain de cause sur un gros dossier alors que la situation était bloquée.

©Marcus Vilson

Dans ce milieu, quand tu es une jeune femme, on peut avoir l’impression qu’il est facile de te mener en bateau mais je dis ce que j’ai à dire et c’est grâce à ma formation sportive. Comme disent certains de mes collègues : « Toi, si tu viens en réunion avec ton casque, tu vas rembarrer tout le monde » !

Et puis aussi, quand tu es quasiment sportive à plein temps, tu deviens hyper organisée. Du coup, je fonce au boulot aussi, je mets les bouchées doubles et j’entraîne tout le monde dans ce rythme !

C’est une expérience incroyable aussi parce que tu voyages à travers le monde, tu rencontres un tas d’autres personnes. On grandit beaucoup plus vite en côtoyant d’autres mentalités. Ça te permet de prendre du recul sur toutes les situations.

Pour les futures générations de femmes qui joueront au football américain, ce qui permettra de faire avancer les choses, c’est la médiatisation. Une médiatisation qui séduira plus de sponsors, donc de l’argent pour professionnaliser le sport au féminin.

J’essaye d’y contribuer à ma petite échelle en utilisant les réseaux sociaux et notre nouvelle chaîne YouTube avec ma copine Sophie. Parce que personne, et surtout pas les filles, ne sait que le football américain déclinée au féminin existe et partout dans le monde ! »

 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Marine : « À vélo, je n’ai peur de rien. »

Elle n’était jamais montée sur un vélo. Jusqu’à il y a quatre ans. Une révélation. En 2021, après un périple initiatique sur deux roues en Nouvelle-Zélande, Marine Gualino se frottait à la Race Across France, une course d’ultra cyclisme. Témoignage d’une nana qui avale des kilomètres jusqu’à plus soif.

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »
Tassia : « J’ai tout de suite été douée en kayak, ça aide beaucoup à l’aimer ! »

Tassia : « Le kayak polo est un sport plus beau que brutal. »

Kayak-poloïste, quésaco ? Tassia Konstantinidis, la vingtaine énergique, est de cette espèce trop méconnue : une athlète de kayak-polo, discipline du kayak qui a porté l’équipe française féminine en championnat national, européen et mondial jusqu’au Graal : la première marche du podium des Championnats d’Europe 2021. Avec, à son bord, cette jeunette de l’équipe senior. Témoignage d’une sportive de haut niveau qui tient bon la pagaie.

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Lauriane Lamperim

Lauriane Lamperim : « Après ma blessure, j’étais presque devenue une autre… »

Elle aimait jouer les acrobates. Tellement qu’elle fut 7 fois championne de France et multi-médaillée internationale en tumbling. Avant de se blesser grièvement. Et de faire son come-back. Mais la flamme n’était plus là. Aujourd’hui, Lauriane Lamperim a quitté le saut pour la vague. Désormais surfeuse, elle profite d’une autre vie de sportive. Rencontre avec une fille qui a su rebondir.

Lire plus »
Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère »

Aurélie Groizeleau : « Être arbitre, ça endurcit le caractère. »

Elle est sur tous les fronts. Aurélie Groizeleau, 32 ans, manie le sifflet aussi bien sur les terrains internationaux que lors des rencontres de ProD2. Professionnelle depuis le mois de septembre, la Rochelaise pourrait, sous peu, relever un nouveau challenge : arbitrer des matches lors de la Coupe du monde féminine de rugby l’an prochain en Nouvelle-Zélande. Portrait d’une battante qui refuse de rester sur la touche.

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Fanny Horta : « Depuis les Jeux, j’ai coupé avec le rugby, j’en avais besoin. »

Elle a mis un terme à sa carrière à l’issue des JO de Tokyo. Fanny Horta, vice-championne olympique de rugby à 7, en a terminé avec la compétition mais pas avec le terrain. Engagée dans la commission des athlètes pour Paris 2024, elle ambitionne, à l’avenir, d’accompagner, à son tour, des groupes sur le chemin de la performance et de la réalisation de soi. Rencontre avec une fille qui sort de la mêlée.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »

JO 1928 : Lina Radke, l’athlète trop « disgracieuse » pour courir

Elle s’appelait Karoline Radke-Batschauer dite Lina Radke. Pionnière de l’athlétisme, cette Allemande qui courait comme un lièvre fut la première médaillée d’or olympique au 800m, mais aussi la dernière jusqu’en…1960. Après sa victoire, l’épreuve fut tout bonnement supprimée. Miss Radke avait manqué de grâce en franchissant la ligne d’arrivée…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner