JO 1948 Micheline Ostermeyer, celle qui fêtait ses médailles au piano

Micheline Ostermeyer
Triple médaillée en athlétisme aux Jeux de Londres, Micheline Ostermeyer ne pratiquait le sport que pour la divertir de ses cours de piano… À la fois sportive et virtuose, elle est l’une des figures françaises les plus atypiques des JO.

Publié le 17 mars 2021 à 17h04, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h18

Londres, 1948. Des lunettes noires sur le nez, Micheline Ostermeyer, 26 printemps, s’avance d’un pas nonchalant sur la pelouse du stade olympique. Et casse la baraque. Par trois fois.

La championne française d’athlétisme réalisa, lors de ces JO, l’une de ses meilleures performances : le 30 juillet, elle remporta l’or en lancer de disque (discipline qu’elle n’avait découvert que quelques semaines plus tôt) avec un lancer à 41,92 m. Le 4 août, elle réitéra son exploit en lancer de poids, établissant, en prime, un record olympique. Et le 7 août, elle gagna la médaille de bronze en saut en hauteur (1,61 m).

Quand un journaliste lui demanda si elle s’était beaucoup entraînée pour réaliser des performances aussi admirables et quel était son secret, Micheline Ostermeyer répondit : « J’ai pratiqué l’athlétisme 5 heures par jour et le piano 5 heures par jour. »

Nièce du compositeur Luciano Paroche, la demoiselle était aussi douée en sport qu’en musique. Un héritage génétique ? Son père était adepte de gym suédoise et sa mère prof de piano. À 4 ans, elle posait déjà ses doigts sur l’ivoire et l’ébène. À 6 ans, elle présentait son premier récital.

Une femme d’exception, un petit génie qui s’amusait d’un rien et aimait fêter les succès en musique.

La veille de sa première victoire, dans le village olympique, Micheline Ostermeyer offrit un concert à ses compatriotes sur un vieux piano. C’est avec ce même instrument qu’elle fêta sa deuxième médaille d’or, en jouant du Ludwig van Beethoven.

Pour cette illustre concertiste, le sport était avant tout une distraction. Qui débuta pendant ses études au conservatoire et continua quand elle embrassa la carrière de musicienne professionnelle. La pratique sportive pour souffler entre deux notes.

« Je pratiquais le sport par plaisir, mais le piano a toujours été ma priorité », dira-t-elle en 1950 alors qu’elle arrête les compétitions sportives, après deux nouvelles médailles de bronze aux Championnats d’Europe d’athlétisme, en lancer du poids et sur 80 m haies.

Micheline Ostermeyer considérait que toutes ces disciplines nuisaient à sa réputation de concertiste. Tellement que, pendant plusieurs années, elle refusa de jouer les compositions de Franz Liszt, considérant ses œuvres comme… « trop sportives ».

Cette championne hors norme, qui recherchait la perfection dans tout ce qu’elle entreprenait, a ensuite été intégrée au projet “Olympiens pour la vie“ de WOA (Association mondiale des olympiens) qui consiste à entretenir la flamme au-delà des Jeux, à rendre hommage aux champions ayant apporté une contribution à la société et laissé un héritage au monde.

Victime d’une longue maladie, Micheline Ostermeyer a définitivement refermé ses partitions un 17 octobre 2001, à Bois-Guillaume, en Seine-Martime. Elle avait 78 ans.

Ouverture ©Olympique.org

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Ronda Rousey

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un photographe aux clichés détonants, une athlète aux rebonds imprévisibles, l’histoire des wonderwomen du MMA (dont Ronda Rousey sur notre photo) et la Question Qui Tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine.

Lire plus »
Il était une fois le MMA… féminin !

Il était une fois le MMA… féminin

Le MMA s’organise. Légalisé il y a deux ans en France, le ministère des Sports vient de confirmer son affiliation à la Fédération française de boxe. La deuxième édition des Championnats de France devrait avoir lieu à la fin de l’année et ses moyens renforcés. Une occasion en or pour cette discipline d’Arts Martiaux Mixtes de restaurer une réputation sulfureuse. Mais qui sont les premières combattantes à s’être battues pour avoir le droit d’entrer dans la cage ?

Lire plus »
Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
Photo...griffe, Antoine Bréard/Carissa Moore

Antoine Bréard : « Que je photographie une sportive ou un sportif ne change rien, le sport, c’est avant tout de l’émotion. »

ÀBLOCK! lance une série consacrée aux photographes de talent, pros ou amateurs, qui ont l’œil pour mettre en lumière les femmes dans le sport. Mais pas que…car le sport n’a pas sexe, c’est en tout cas ainsi qu’Antoine Bréard voit les choses. Journaliste et photographe, il balade son objectif sur tous les terrains de sport depuis maintenant une dizaine d’années. Il partage, avec ÀBLOCK!, 5 clichés qui lui ressemblent.

Lire plus »
Les triathlètes (re)débarquent à Paris !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une course d’orientation nouvelle génération, un triathlon en capitale (celui de Paris, le retour, sur notre photo), une pro de la ride, une volleyeuse qui nous bluffe et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un mix de course, natation et paysages, une flèche sur glace (Maame Biney sur notre photo), une artiste tatouée, une monumentale capitaine et une question qui tue, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
La question qui tue

C’est grave si j’arrête de m’entraîner quelque temps ?  

Envie de se la couler douce en vacances, blessé ou victime d’un gros coup de mou ? Rien à faire, le sport passe à la trappe. Et tu culpabilises. Parce que, forcément, ce sera dur de reprendre, tu vas perdre ton niveau (ou du muscle), tu vas grossir… Mais, en vrai, abandonner (un peu) sa routine sportive, c’est grave ou ça passe ?

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sophia Flörsch

24 Heures du Mans : les filles vont faire fumer l’asphalte !

Une (quasi) première dans l’histoire du sport automobile : un équipage 100 % féminin est sur la grille de départ de la mythique course d’endurance, en LMP2. Un seul précédent : le trio Lyn St. James, Desiré Wilson et Cathy Muller, en 1991, qui avaient finalement dû abandonner la course. Prouver que les femmes ont leur place dans le sport auto, trop souvent trusté par les hommes, est l’ambition clairement affichée par son sponsor, l’horloger Richard Mille. Entretien sans langue de bois avec sa directrice marketing, Amanda Mille.

Lire plus »
Il était une fois le hockey sur glace…féminin

Il était une fois le hockey sur glace…féminin

Même si l’équipe de France de hockey n’a (hélas !) pas été qualifiée pour les JO de Pékin à partir du 4 février, remisons nos drapeaux et prenons date sans rougir avec les dix équipes féminines du reste du monde qui vont s’affronter sur la glace. Car l’affiche est belle. Et ça valait bien un petit saut dans le passé, lorsque ces dames ont pu mettre la main sur la crosse.

Lire plus »
Kim Robitaille

Kim Robitaille : « Mon cœur de sportive bat pour le volley. »

Passeuse-philosophe de l’équipe canadienne féminine de volley-ball et des différents clubs européens dans lesquels elle officie depuis cinq ans, la québecoise Kim Robitaille joue au volley comme au jeu d’échecs. Tactique, réfléchie, adaptable, la sportive cosmopolite lance aussi la balle dans le champ des inégalités du sport féminin. Rencontre avec une nana qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle vaut.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner