JO 1948 Micheline Ostermeyer, celle qui fêtait ses médailles au piano

Micheline Ostermeyer
Triple médaillée en athlétisme aux Jeux de Londres, Micheline Ostermeyer ne pratiquait le sport que pour la divertir de ses cours de piano… À la fois sportive et virtuose, elle est l’une des figures françaises les plus atypiques des JO.

Publié le 17 mars 2021 à 17h04, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h18

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Londres, 1948. Des lunettes noires sur le nez, Micheline Ostermeyer, 26 printemps, s’avance d’un pas nonchalant sur la pelouse du stade olympique. Et casse la baraque. Par trois fois.

La championne française d’athlétisme réalisa, lors de ces JO, l’une de ses meilleures performances : le 30 juillet, elle remporta l’or en lancer de disque (discipline qu’elle n’avait découvert que quelques semaines plus tôt) avec un lancer à 41,92 m. Le 4 août, elle réitéra son exploit en lancer de poids, établissant, en prime, un record olympique. Et le 7 août, elle gagna la médaille de bronze en saut en hauteur (1,61 m).

Quand un journaliste lui demanda si elle s’était beaucoup entraînée pour réaliser des performances aussi admirables et quel était son secret, Micheline Ostermeyer répondit : « J’ai pratiqué l’athlétisme 5 heures par jour et le piano 5 heures par jour. »

Nièce du compositeur Luciano Paroche, la demoiselle était aussi douée en sport qu’en musique. Un héritage génétique ? Son père était adepte de gym suédoise et sa mère prof de piano. À 4 ans, elle posait déjà ses doigts sur l’ivoire et l’ébène. À 6 ans, elle présentait son premier récital.

Une femme d’exception, un petit génie qui s’amusait d’un rien et aimait fêter les succès en musique.

La veille de sa première victoire, dans le village olympique, Micheline Ostermeyer offrit un concert à ses compatriotes sur un vieux piano. C’est avec ce même instrument qu’elle fêta sa deuxième médaille d’or, en jouant du Ludwig van Beethoven.

Pour cette illustre concertiste, le sport était avant tout une distraction. Qui débuta pendant ses études au conservatoire et continua quand elle embrassa la carrière de musicienne professionnelle. La pratique sportive pour souffler entre deux notes.

« Je pratiquais le sport par plaisir, mais le piano a toujours été ma priorité », dira-t-elle en 1950 alors qu’elle arrête les compétitions sportives, après deux nouvelles médailles de bronze aux Championnats d’Europe d’athlétisme, en lancer du poids et sur 80 m haies.

Micheline Ostermeyer considérait que toutes ces disciplines nuisaient à sa réputation de concertiste. Tellement que, pendant plusieurs années, elle refusa de jouer les compositions de Franz Liszt, considérant ses œuvres comme… « trop sportives ».

Cette championne hors norme, qui recherchait la perfection dans tout ce qu’elle entreprenait, a ensuite été intégrée au projet “Olympiens pour la vie“ de WOA (Association mondiale des olympiens) qui consiste à entretenir la flamme au-delà des Jeux, à rendre hommage aux champions ayant apporté une contribution à la société et laissé un héritage au monde.

Victime d’une longue maladie, Micheline Ostermeyer a définitivement refermé ses partitions un 17 octobre 2001, à Bois-Guillaume, en Seine-Martime. Elle avait 78 ans.

Ouverture ©Olympique.org

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
8 aout pekin

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Hey, Psssst, Les JO commencent, non ? Retrouvez une semaine complète sur les Jeux Olympiques avec ÀBLOCK!. À la clé, une demi-fondeuse qui veut sa revanche à Tokyo, de nouveaux sports qui vont twister les Jeux, la petite histoire des symboles olympiques en sept chapitres. Mais aussi, la désormais célèbre question qui tue et une initiative féminine aussi sportive que dilettante. De la (bonne) lecture, messieurs dames !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »
Ronda Rousey

Ronda Rousey, une héroïne à la Zola dans le MMA

Première championne de l’histoire de l’UFC, celle qui a ouvert le MMA aux femmes a su donner les coups qu’il fallait pour toujours se relever dans une vie traversée par les drames. L’Américaine Ronda Rousey, cascadeuse et actrice dans des blockbusters hollywoodiens, a écrit le propre film de sa vie à la force de ses poings et de son mental d’acier. Une combattante hors norme et une pionnière du game !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner