JO 1948 Micheline Ostermeyer, celle qui fêtait ses médailles au piano

Micheline Ostermeyer
Triple médaillée en athlétisme aux Jeux de Londres, Micheline Ostermeyer ne pratiquait le sport que pour la divertir de ses cours de piano… À la fois sportive et virtuose, elle est l’une des figures françaises les plus atypiques des JO.

Publié le 17 mars 2021 à 17h04, mis à jour le 22 septembre 2022 à 11h00

Londres, 1948. Des lunettes noires sur le nez, Micheline Ostermeyer, 26 printemps, s’avance d’un pas nonchalant sur la pelouse du stade olympique. Et casse la baraque. Par trois fois.

La championne française d’athlétisme réalisa, lors de ces JO, l’une de ses meilleures performances : le 30 juillet, elle remporta l’or en lancer de disque (discipline qu’elle n’avait découvert que quelques semaines plus tôt) avec un lancer à 41,92 m. Le 4 août, elle réitéra son exploit en lancer de poids, établissant, en prime, un record olympique. Et le 7 août, elle gagna la médaille de bronze en saut en hauteur (1,61 m).

Quand un journaliste lui demanda si elle s’était beaucoup entraînée pour réaliser des performances aussi admirables et quel était son secret, Micheline Ostermeyer répondit : « J’ai pratiqué l’athlétisme 5 heures par jour et le piano 5 heures par jour. »

Nièce du compositeur Luciano Paroche, la demoiselle était aussi douée en sport qu’en musique. Un héritage génétique ? Son père était adepte de gym suédoise et sa mère prof de piano. À 4 ans, elle posait déjà ses doigts sur l’ivoire et l’ébène. À 6 ans, elle présentait son premier récital.

Une femme d’exception, un petit génie qui s’amusait d’un rien et aimait fêter les succès en musique.

La veille de sa première victoire, dans le village olympique, Micheline Ostermeyer offrit un concert à ses compatriotes sur un vieux piano. C’est avec ce même instrument qu’elle fêta sa deuxième médaille d’or, en jouant du Ludwig van Beethoven.

Pour cette illustre concertiste, le sport était avant tout une distraction. Qui débuta pendant ses études au conservatoire et continua quand elle embrassa la carrière de musicienne professionnelle. La pratique sportive pour souffler entre deux notes.

« Je pratiquais le sport par plaisir, mais le piano a toujours été ma priorité », dira-t-elle en 1950 alors qu’elle arrête les compétitions sportives, après deux nouvelles médailles de bronze aux Championnats d’Europe d’athlétisme, en lancer du poids et sur 80 m haies.

Micheline Ostermeyer considérait que toutes ces disciplines nuisaient à sa réputation de concertiste. Tellement que, pendant plusieurs années, elle refusa de jouer les compositions de Franz Liszt, considérant ses œuvres comme… « trop sportives ».

Cette championne hors norme, qui recherchait la perfection dans tout ce qu’elle entreprenait, a ensuite été intégrée au projet “Olympiens pour la vie“ de WOA (Association mondiale des olympiens) qui consiste à entretenir la flamme au-delà des Jeux, à rendre hommage aux champions ayant apporté une contribution à la société et laissé un héritage au monde.

Victime d’une longue maladie, Micheline Ostermeyer a définitivement refermé ses partitions un 17 octobre 2001, à Bois-Guillaume, en Seine-Martime. Elle avait 78 ans.

Ouverture ©Olympique.org

D'autres épisodes de "Jeux Insolites"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie-Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du foot, du vélo, des histoires de sportives qui ont eu lieu en juillet… ÀBLOCK! est en mode éditions spéciales avec ses grands dossiers à l’occasion de l’Euro Foot, du Tour de France et des grands événements qui se sont déroulés l’été. Bonne lecture !

Lire plus »
Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Isabelle : « La danse, c’est une pulsion de vie ! »

Avec la danse dans le sang et dans la peau, Isabelle Boileau ne pouvait que traverser sa vie en entrechats. C’est ce qu’elle a fait en pratiquant, très jeune, en semi-pro, avant d’opérer un petit saut de ballerine pour aller enseigner la danse. La danse comme une douce thérapie entre sport et création. En piste !

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une femme oiseau qui prend son envol, deux basketteuses prêtent pour un rêve américain, une actrice nouvelle star du fitness (Kate Hudson sur notre photo), une combattante bientôt aux JO, le sport en question ou deux initiatives qui prennent leur pied, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Bethanie Mattek-Sands

Bethanie Mattek-Sands, le tennis (tatoué) dans la peau

On l’a vue rire, s’enflammer, se délecter de renvoyer la balle lors des doubles à Roland-Garros. Celle que l’on surnomme “America’s Tennis Rock Star“ est une joueuse aussi chatoyante que les tenues et les couleurs qu’elle porte sur les courts du monde entier. Pour Bethanie Mattek-Sands, la vie est un jeu, tout comme ses parties de tennis. Portrait d’une flamboyante sportive.

Lire plus »
Julie Allemand

Basket : ces Européennes qui s’offrent les States

Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner