Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu'on veut, nous, c'est se dépasser ! »Fans de rallyes automobiles, product manager et UX Designer, 29 et 33 ans

Course Trophée Rose des sable
Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 10 juin 2021 à 8h51, mis à jour le 09 juillet 2021 à 12h49

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« L’aventure, c’est l’ADN de notre amitié. Nous nous sommes rencontrées en Birmanie alors que nous faisions un road-trip autour du monde en sac à dos avec nos copains respectifs. C’était en 2016. Quatre ans après, on se retrouve embarquées à deux dans cette aventure d’un rallye féminin, le Trophée Roses des Sables qu’on prépare pour un départ en octobre prochain ! »

Entre-temps, il y a eu toute la construction d’une amitié. Emmanuelle avait envie de vivre une expérience de dépassement de soi sur le plan sportif et associatif quand Jeanne avait la même idée dans un coin de sa tête, mais formulée différemment : un besoin de sortir de sa zone de confort.

« On s’entendait super bien et je me disais qu’avec cette affinité, je pourrais concrétiser avec elle un projet de sororité. J’avais vu un reportage sur cette course à la télé et ce côté 100 % féminin, en équipe… »

Jeanne a alors tout de suite pensé à Emmanuelle. Qui a dit oui : « J’avais appris à la connaître, c’était la coéquipière parfaite ! »

Pourquoi la course de rallye ? Emmanuelle a toujours été plutôt sportive, du basket à la boxe anglaise, mais n’avait jamais touché à un volant de voiture de course auto.

Petite fille, elle était souvent sur le banc : « J’étais la plus jeune, pas très grande et très mince, il fallait que je joue des coudes et que je fasse ma place ».

La boxe a débuté à la trentaine, avec l’envie de faire des sports plus engageants au niveau de la discipline et puissants sur le plan du mental : « Je cherchais des sports qui me permettaient de sortir de ma zone de confort, j’avais besoin – et sûrement en tant que femme – de me prouver quelque chose à moi-même ».

De son côté, Jeanne avait bien essayé, enfant, le cirque, l’équitation, la gym… pour finalement choisir le taekwondo puis la boxe, mais la course automobile, encore rien à l’horizon… « Je cherchais un sport un peu masculin. Plus jeune, j’étais très garçon manqué, j’avais un grand frère qui me poussait en ce sens ! Les « sports de filles », c’était hors de question pour moi. Étant très timide par nature, le fait de parvenir à m’en sortir sur le terrain des garçons m’a donnée beaucoup de force et de fierté. »

Ces deux filles-là se sont donc retrouvées sur la même route : celle qui bouscule, vous entraîne vers des terrains insoupçonnés. Le sport comme vecteur d’aventures, le sport pour dépasser le « Réservé aux hommes ». L’automobile, le rallye, les grands espaces.

Les voilà donc qui se piquent de participer au Trophée Roses des Sables, de se confronter au désert marocain. c’est dur ? Tant mieux !

Les copines se lancent dans ce qu’elles appellent « l’aventure d’une vie » : elles se préparent à être deux nanas qui pourront raconter qu’elles l’ont fait, qu’elles ont concouru lors de la 20e édition d’une course de rallye solidaire, 100 % féminin, d’environ 8 jours porte à porte, de la France au Maroc, en passant par l’Espagne.

« Ça fait plus d’un an qu’on est dans les préparatifs, racontent-elles. En fait, l’aventure a déjà commencé : il a fallu trouver des sponsors, participer à des événements pour faire connaître la course, trouver une formation de pilotage pour savoir maîtriser un 4×4, se mettre à la course d’orientation… »

Au programme ? Des week-ends de formation avec les organisateurs qui apprennent aux « Roses » le B.A.B.A pour ce genre de rallyes et une autre formation pour avoir les bases de la conduite automobile dans le désert.

Côté orientation ? « On mise sur la débrouillardise ». Emmanuelle sait qu’elle peut compter sur Jeanne pour la navigation et Jeanne sur Emmanuelle pour la conduite. Une team ÀBLOCK!

Le terrain ? Des dunes rocailleuses et désertiques, explorées le jour, avec une épreuve de nuit.

Leurs challenges perso ? Emmanuelle mise sur le « défi psychologique » que peut procurer ce genre de sport : « On va être crevées mais pas de la même manière que si on courait un marathon. On sera dans une voiture, on va donc moins éprouver notre corps. C’est plus un challenge sur le plan du mental pour moi : comment savoir garder le cap et prendre la bonne décision pendant la course d’orientation. Le défi c’est de savoir gérer cette incertitude et de se faire confiance ! »

Pour Jeanne, physique et mental sont combinés dans cette course à l’aventure : « La conduite en 4×4, c’est déjà une mise en difficulté en soi parce qu’on va s’embourber dans les dunes, tout comme la course d’orientation, on n’a pas l’habitude. Et sinon, sur le plan personnel, c’est toute cette démarche de construction d’un projet qui nous servira toujours dans la vie : c’est hyper engageant, un véritable ascenseur émotionnel. On sera fières d’avoir participé à un tel projet et d’avoir bouclé la course ! »

Et côté solidaire ? « La course est très médiatisée. On soutient l’Association Ruban Rose qui lutte contre le cancer du sein en faisant une photo dans le désert avec nos T-shirt roses pour Octobre rose, mois de la course. »

Leur objectif ? « Finir premières, évidemment ! Il y a environ 150 équipages tout de même… Notre état d’esprit ? On est à fond !».

Ce que Jeanne et Emmanuelle diraient à toutes les filles qui ont peur de prendre la route ? « Gooooo ! Faut y aller ! Mettez le pied sur l’accélérateur et un, deux, trois… partez ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elles aussi sont inspirantes...

Laurie Phaï

Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »

C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Lire plus »
Marie-Laurence

Marie-Laurence : « En retrouvant le terrain du sport, j’ai retrouvé comme une lumière en moi… »

Marie-Laurence est totalement ÀBLOCK ! sur le sport depuis le plus jeune âge. Avec lui, elle a trouvé sa bouée de sauvetage, un moyen de canaliser son énergie. Mais c’est avec le football américain qu’elle a définitivement plaqué au sol tous ses conditionnements de vie : maintenant, le sport est un pur plaisir dans lequel elle s’engage à fond, comme une professionnelle. Elle souhaite passer le ballon aux plus jeunes, filles comme garçons : le sport peut changer des vies !

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Angélique : « En entrant à l’armée, je suis devenue accro au sport. »

Une warrior, une Amazone, Wonder Woman en chair et en os. Angélique Chetaneau est infirmière militaire et championne de courses d’obstacles, les Spartan Race, qui sont un peu les douze travaux d’Hercule à l’ère moderne. Sa puissance, elle se la forge à coup d’entraînements solides et surtout d’un mental d’acier. Angélique a trouvé comment être invincible.

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Nelia Barbosa

Nélia Barbosa : « Après mon amputation, tout ce qui m’intéressait était de savoir si je pourrais encore faire du bateau. »

Elle n’a jamais rien lâché. Atteinte d’une tumeur puis amputée du pied, Nélia Barbosa, passionnée de canoë-kayak, aurait pu abandonner sa vie de sportive. C’était mal la connaître. La voilà aujourd’hui athlète accomplie de paracanoë, tout juste médaillée d’argent à Tokyo sur 200m KL3. Nous l’avions rencontrée en mars dernier, en pleine préparation de ces Jeux Paralympiques. Elle raconte comment le sport est devenu sa thérapie.

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Martine Rolland

Martine Rolland : « Je suis une alpiniste avant d’être une femme. »

Elle fut la première femme guide de haute montagne en Europe. L’alpinisme, pour elle, c’est avant tout une histoire d’amour. Celle qui la lie à son mari, Jean-Jacques, qui l’a initiée à la montagne et l’a soutenue lorsqu’elle a voulu faire de sa passion son métier. Martine Rolland est une pionnière discrète, étonnante et captivante. Elle se raconte dans un livre* et sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Émilie le Fur

Émilie Le Fur : « Les sports mécaniques font partie du monde d’avant, il faut les repenser…»

Après plus de dix ans à évoluer en F1, moto et rallye, Émilie Le Fur a choisi d’emprunter une voie plus verte. La triple Championne d’Europe Xterra, ancienne ingénieure piste et essais des pilotes Sébastien Loeb ou encore Sébastien Ogier, s’est reconvertie dans l’alimentation durable et milite pour une pratique sportive plus écologique. Rencontre avec une fille nature.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Johanne Defay

Johanne Defay : « À travers le surf, j’ai appris à me connaître. »

Un raz-de-marée. Cette fille-là emporte tout sur son passage ! Plus jeune championne d’Europe de surf de l’Histoire, Johanne Defay est devenue, grâce à ses performances sur le Pro Tour, la meilleure surfeuse française et rejoint ainsi l’élite mondiale. À bientôt 27 ans, la Réunionnaise, sélectionnée pour les JO de Tokyo, fait des vagues. Et on adore ça.

Lire plus »
Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
La question qui tue

Une brassière, ça serre trop, j’peux pas juste mettre un sous-tif ?

Oh, ça va, avouons-le, on a toutes rêvé de faire du sport à poil sous le t-shirt ! Tellement plus confort de pas avoir un truc qui compresse la poitrine et vous scie la peau du dos ! Oui, mais non. La question qui tue, du coup, c’est : « Une brassière, c’est obligé ? Si je mettais plutôt un bon vieux soutien-gorge ? » Euh…la réponse de notre coach Nathalie Servais. Ça vaut mieux.

Lire plus »
Maria Sharapova

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une lutteuse qui ne lâche rien, deux femmes dans une auto, un 5 infos pour briller au revers avec une championne dénommée Maria (Sharapova, notre photo), la fameuse question qui tue et une initiative qui a toutes les cordes à son arc, c’est la séance de rattrapage sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Julia Clair

Julia Clair : « Dans le saut à ski, ce qui me drive, c’est le plaisir de voler »

Elle pratique une discipline spectaculaire avec un flegme qui force le respect. Julia Clair, 26 ans, détient le record français de saut à ski féminin. Voler, rêve des humains depuis la nuit des temps, est sa spécialité, son atout, presque inné. Espérant décrocher une médaille aux prochains JO 2022, elle souhaite faire s’envoler la renommée de cette discipline féminine, trop peu médiatisée. Prenons le tremplin avec elle…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner