Rechercher

Mondiaux de ski alpin 2023 Le récap'

Mondiaux de ski alpin le récap' Tessa Worley
Après quatorze jours de glisse à très haute vitesse, les Championnats du monde de ski alpin se sont bouclés le 19 février à Courchevel-Méribel. Une compet' difficile pour nos Bleues, même si tout n'est pas à oublier. Bilan de ces mondiaux de la peuf.

Par Alexandre Hozé

Publié le 21 février 2023 à 8h51, mis à jour le 27 avril 2023 à 2h48

Ça y est, c’est fini… Les championnats du monde de ski alpin se sont conclus ce dimanche 19 février, au bout de deux semaines de glisse à très haute vitesse. C’était la quatrième fois que l’Hexagone accueillait cet événement planétaire, mais ce n’est pas cette édition que les amateurs de ski français vont le plus retenir. 

Rien à voir avec les conditions, la météo a été éblouissante, le « Roc de Fer » de Méribel et « L’Eclipse » de Courchevel étaient en parfaite condition, le niveau des rideurs et rideuses a également été époustouflant… Mais en termes de résultats pour l’équipe de France, la fête aurait pu être plus folle. 

Deux médailles à domicile, malgré tous les efforts fournis par nos athlètes tricolores, ça laisse un arrière-goût amer. Ça avait pourtant plutôt bien commencé lors du Combiné avec Laura Gauché. La Française est allée chercher une belle septième place, confirmant que les sommets du ski alpin ne sont plus si lointains pour elle.

Autre performance encourageante pour une skieuse française, la neuvième place de Coralie Frasse-Sombet lors du Géant ! Cette dernière a réalisé une de ses plus belles courses en carrière. 

Laura Gauché

Pour ces deux filles, ces mondiaux de Courchevel et Méribel ont été le théâtre de beaux accomplissements. Mais pour le reste des skieuses de l’équipe de France, ça a été plus compliqué… 

Romane Miradoli, pourtant en forme cette saison en Super-G, doit se contenter d’une modeste seizième place. Elle ne s’en cache pas, la tricolore voulait faire mieux, bien mieux… 

Idem pour le reste de l’équipe. Ni Nastasia Noens, ni Clara Direz, ni aucune autre bleue n’a réussi à transcender le public. Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai… 

On l’avait dit, ces championnats du monde de ski alpin étaient sans doute les derniers pour la grande Tessa Worley. Et si la retraite est bientôt là pour elle, son niveau n’en reste pas moins exceptionnel. De nombreux espoirs de médaille reposaient sur ses épaules. 

Romane Miradoli

Après une neuvième place frustrante en Super-G, « Tess » voulait frapper un grand coup sur son épreuve, le Géant. Son palmarès dans la discipline ? On vous l’a fait et refait, c’est une des meilleures. Et le 16 février, pour la première manche de cette épreuve, Tessa Worley le rappelle à tout le monde. 

Seule la fusée Mikaela Shiffrin va plus vite qu’elle lors du premier passage. Douze petits centièmes séparent les deux rivales. Et lors de la seconde manche, quand Tessa Worley dévale « Le Roc de Fer », les temps intermédiaires ne trompent pas. La Française est partie pour obtenir une médaille, et peut-être même du plus beau des métaux. 

Mais une erreur technique va refroidir un public chaud bouillant derrière sa skieuse. C’est la chute, la médaille s’envole. La déception est forte, d’autant plus qu’une troisième breloque pour la délégation française aurait permis de remplir l’objectif fixé. 

Rien ne semblait pouvoir empêcher Tessa Worley de grimper sur un énième podium international…

Au finish, le bilan de ces mondiaux reste assez décevant pour l’équipe de France. 

Mais n’oublions tout de même pas la performance hors-du-commun de l’enfant de Courchevel, Alexis Pinturault. À domicile, il est allé chercher un magnifique titre en Combiné le 7 février, agrémenté d’une médaille de bronze en Super-G deux jours plus tard. Une bien belle façon de sauver les meubles. 

Si les résultats français ont déçu, le niveau de la compét’ en est en grande partie responsable : ça a tracé sur les pistes alpines. Mikaela Shiffrin retourne aux Etats-Unis avec un titre en Géant et deux médailles d’argent en Super-G et en Slalom, les Italiennes Marta Bassino et Federica Brignone ont chacune obtenu un titre en Super-G et Combiné, les Suisses et les Norvégiennes ont trusté les podiums… 

©Championnats du Monde Courchevel Méribel 2023

Chez les garçons, comme attendu, c’est l’helvète Marco Odermatt qui a assuré, remportant deux titres en Descente et en Géant. Mention spéciale également pour le premier grec de l’histoire à finir sur un podium de ski alpin, AJ Ginnis avec une médaille d’argent en Slalom. 

Bref, davantage de médailles tricolores auraient ajouté du piment (et de la saveur) à ces championnats, mais on s’est déjà bien régalé pendant quatorze jours. Et pour nos Bleues, d’autres occasions de briller sur la piste internationale se présenteront, à commencer par cette fin de saison en Coupe du Monde, par exemple.

On le sait, elles seront toujours ÀBLOCK! skis aux pieds ! 

Ouverture : Tessa Worley ©meribel3vallees

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Attention, excès de vitesse en pagailles dans les Alpes

Attention, excès de vitesse en pagaille dans les Alpes !

Cette semaine, la saison de ski de vitesse s’ouvre avec le Championnat du monde avant de laisser la place à la Coupe du Monde puis au Speed Masters. Sensations garanties dans la station de Vars qui accueillent les meilleurs skieurs de la planète jusqu’au 26 mars. Petit récap’ des festivités sur neige.

Lire plus »
Oriane Bertone, la femme araignée qui a trouvé sa voie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le ballon rond qui ne s’arrête pas de tourner, un retour sur les Mondiaux d’athlétisme, une lettre sur un avenir ÀBLOCK! pour le sport de haut niveau, une demoiselle araignée (Oriane Bertone sur notre photo), un show toulousain avec les meilleures triathlètes et une navigatrice on ne peut plus ÀBLOCK!, c’est le meilleur de la semaine.

Lire plus »
Katie Schide, l'ultra-traileuse au sommet 

Katie Schide, l’ultra-traileuse au sommet 

L’Ultra-Trail du Mont Blanc, UTMB pour les initiés, a une nouvelle reine : Katie Schide. Déjà une des meilleures dans les courses extrêmes, l’Américaine a signé le plus beau succès de sa carrière, le 26 août dernier. Une victoire qui récompense les choix forts d’une championne ÀBLOCK!

Lire plus »
Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Garmin Triathlon Paris : nagez, pédalez, courez, mais libérez-vous !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une Ironwoman, une outsider qui rêve de faire bouger les lignes, des Bleues à la poursuite du sommet de l’Europe et un triathlon dans la Ville Lumière, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner