Best-of 2020

Les exquises paroles de nos championnes

Pauline Ferrand-Prévot
Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  • Lucie Bertaud

lucie bertaud
©DR

 

Voix rauque et débit de mitraillette, Lucie Bertaud est une passionnante pipelette. Cette figure de la boxe féminine française, aujourd’hui championne de MMA (arts martiaux mixtes), se raconte comme elle combat : sans triche et sans artifice. Sur le ring, dans une cage ou dans la vie, elle donne tout ce qu’elle a. Échanges percutants.
« À 15 ans, j’ai été confrontée à plusieurs agressions de la part de groupes de petites nanas qui voulaient me dominer. J’avais un caractère fort, j’étais dans mon monde, un peu à part. Elles faisaient la loi et s’en sont prises à moi. Après plusieurs humiliations, je me suis dit : « Ça ne doit plus arriver ». Ma seule issue était d’apprendre à me défendre. Je me suis tournée vers la boxe thaïlandaise, ça a été un coup de cœur. Pour le sport en lui-même, mais aussi parce que les filles que je voyais dans la salle étaient capables de se battre avec les garçons, elles n’avaient pas peur. Je les admirais, je voulais être elles. »

Lire l’interview de Lucie Bertaud

  • Isabelle Autissier

Isabelle Autissier
©Galerie Jean-Denis Walter

 

Première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire, la navigatrice installée à la Rochelle, est aussi la présidente du WWF-France (ou Fonds Mondial pour la Nature). Depuis des années, elle met sa notoriété et ses convictions au service de l’écologie. Son regard sur la crise liée au Covid-19 est éclairant.
« Il faut bien se rendre compte que l’être humain a bouleversé 66 % de la terre et 40 % de la mer, ce ne sont pas quelques endroits à droite à gauche, mais les deux tiers de la planète ! Cette crise nous apprend qu’on n’est pas les rois de la piste ! Il y a bien entendu un paquet de gens qui diront qu’il ne faut pas ajouter de contraintes au redémarrage économique qui est essentiel, mais il faut une vision sur le long-terme, réfléchir au-delà de la finance. La vie, ce n’est pas seulement dans les 10 minutes qui viennent… Puisqu’on vit ce drame, faisons en sorte d’en tirer quelque chose de positif. »
Lire l’interview d’Isabelle Autissier
  • Louise Lenoble

louise lenoble slackline
©DR
Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse.
« La première fois qu’on va sur le fil, tout le monde pleure. Cette expérience-là, c’est l’esprit à l’état pur, c’est un miroir de l’âme. Si tu vas sur la sangle en étant triste ou fatigué, tu auras du mal à réussir. La corde, c’est un curseur émotionnel. Mais si tu parviens à prendre de la distance avec le mental, tu acquières une force extraordinaire. »

Lire l’interview de Louise Lenoble

  • Diane Marie-Hardy

diane marie hardy
©DR
Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen. Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.
« Les entraînements d’athlétisme, c’était compliqué au début, j’avais du mal à trouver mon rythme et je ne savais pas m’écouter. J’étais en mode « Il faut toujours en faire plus si on veut réussir ». Mon corps m’a souvent dit non. Tout était millimétré. Mes journées s’enchaînaient (…) Je ne me reposais presque jamais ! J’étais dans une logique de réussite totale. J’ai ensuite appris – suite à une blessure et une remise en question – qu’il était important de se dégager du temps pour se reposer. »

Lire l’interview de Diane Marie-Hardy

  • Charlotte Lembach

charlotte lembach
©DR

 

Elle dissimule son visage sous un masque, mais n’a pas sa langue dans sa cuirasse. Honnête, trop « carrée » à son goût, Charlotte l’escrimeuse a des mots qui font mouche. Lorsqu’elle sabre, c’est à fleuret moucheté. Mais ça a toujours le mérite d’être dit. Et bien dit.
« J’ai connu une période très compliquée à mes débuts. C’est l’amitié qui m’a aidée. Quelques-uns de mes amis sont arrivés dans le même pôle que moi, je n’étais plus toute seule. Leurs discours, leur soutien m’ont reboostée. Peu à peu, j’ai repris goût à l’entraînement. Je voyais les grandes s’entraîner, celles qui venaient d’être championnes du Monde et je me suis dit que c’était une chance d’être parmi elles. Je me suis mis une claque, j’ai accepté de me prendre des roustes, j’ai intégré l’idée qu’on est parfois moins fort, ça forge un caractère. Je me suis dit : « Vous allez voir, je vais vous défier et finir par vous battre ! »

Lire l’interview de Charlotte Lembach

  • Ingrid Graziani

Ingrid Graziani
©Stéphane Bouquet
L’ex-championne du monde de savate boxe française n’a jamais eu peur de prendre des coups. La gagne, elle connaît. Du ring qu’elle a tâté dès l’âge de ses 16 ans au podium de Miss France qu’elle a foulé à 22. Son carburant ? Aller au bout de soi-même… quitte à sortir de son périmètre de sécurité et s’afficher dans une autre arène où la compétitivité est reine : les planches et le septième art. Échange punchy avec une jeune femme qui dégomme les préjugés.
« Faire du sport, c’est mon mode de vie, ça me permet d’extérioriser mes émotions. La meilleure façon d’aller bien pour moi, c’est de mettre mes baskets et d’aller courir ou de taper dans un sac. Parfois, je n’en ai pas forcément envie, mais une fois que j’y suis, c’est comme une drogue, ça me met dans un mood génial, comme si j’étais un peu saoule. Et j’ai l’impression que le monde est à moi ! »

Lire l’interview d’Ingrid Graziani

  • Pauline Déroulède

Pauline Déroulède
©DR
Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.
« J’étais garée devant une boutique à Paris, assise sur mon scooter, et d’un coup le trou noir, j’avais valdingué trente mètres plus loin, fauchée par une voiture. Je me suis réveillée sur le bitume, une jambe arrachée. Mon premier réflexe a été de regarder mes doigts, je pensais au piano ! Ensuite, j’ai réalisé que j’étais touchée dans ma chair. Une sportive comme moi… j’ai tout de suite compris que ma vie n’allait plus être la même. Ça se bousculait dans ma tête et en même temps, c’était très clair, je me suis dit : « Ta vie d’avant, c’est fini. (…) Après ma première opération, j’étais shootée, je ne sais pas d’où ça venait, mais j’ai dit à ma copine : « Je veux faire les JO paralympiques. » Ça ne m’a jamais quittée. »

Lire l’interview de Pauline Déroulède

  • Framboise Labat

Framboise Labat
©DR
En 2017, elle fut la première Française à concourir aux CrossFit Games, la plus prestigieuse des compétitions de CrossFit, sorte de Championnats du monde qui a lieu aux États-Unis. Elle avait 60 ans. Framboise Labat nous bluffe par sa détermination et son courage. Une dure à cuire qui n’a jamais douté de ses capacités. Aujourd’hui encore, elle envoie du lourd !
« Plus le rêve est grand, plus il est facile à réaliser. Comme il est grand, tu dois mettre tout ce que tu as pour le réaliser, envoyer la boite et les clous comme on dit. Comme il est grand, tu ne peux pas faire les choses à moitié, et ça te tire vers le haut, ça t’amène à ajuster tes actions par rapport à ton objectif. Je devais donc être mieux suivie, super disciplinée, encore plus déterminée. Je me suis visualisée des milliers de fois avec des gens autour de moi, où l’on m’annonce que je suis qualifiée. Je me voyais croiser le regard de mon coach, être heureuse, porter le t-shirt avec mon nom. Mais le feu ne prend que si tu mets du carburant. Je me suis donc entraînée très durs, 2 à 3 heures le matin et pareil le soir. J’en voulais tellement ! »

Lire l’interview de Framboise Labat

  • Margaux Hubeny

Margaux Hubeny
©DR
Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !
« Je suis partie de rien. J’ai tout appris par moi-même sans avoir suivi de cours ni de stage de pilotage. Au début du championnat personne ne misait sur moi, j’étais une des seules à n’avoir jamais fait de course. J’avais zéro bagage. On me disait même que c’était dangereux de commencer la compétition comme ça, on m’a un peu critiqué. Donc c’est une belle victoire puisque personne ne croyait en moi ! Il n’y a pas du tout de sentiment de peur, mais de liberté. En fait, il n’y a que sur la piste que je me sens libre, que je me sens vivre ! C’est ma moto et moi. »

Lire l’interview de Margaux Hubeny

  • Pauline Ferrand-Prévot

Pauline Ferrand Prevot
©Bartek Wolinski/Red Bull
À 28 ans, la cycliste quintuple Championne du monde, toutes disciplines confondues, marque de son empreinte l’histoire de ce sport devenu une passion dévorante. Celle qui incarne la relève de la mythique Jeannie Longo, ne lâche jamais le guidon, même après un coup dur. Son carburant ? L’amour du vélo. Tout simplement.
« Je n’ai jamais vécu la différence homme-femme comme un problème. Je fais du vélo, mais je n’ai pas l’impression d’être sous-considérée sous prétexte que je suis une femme. Et je ne me reconnais pas tellement dans la revendication de quelque chose qui devrait nous être donné, je suis plutôt du genre à aller le chercher moi-même. Il me semble que se victimiser ne fait qu’amplifier la situation, en pointant – et donc quelque part en plaçant – les athlètes féminines dans une position de faiblesse. On compare souvent le cyclisme féminin et son homologue masculin, mais pour moi, ça n’a rien à voir ! On ne pourra pas physiquement rivaliser avec la puissance masculine, on ne développera jamais les mêmes watts, et alors ? C’est OK, il faut faire de nos différences notre force. Je crois que c’est simplement la prise en compte à part égale de nos différences qui importe. »

Lire l’interview de Pauline Ferrand-Prévot

  • Charlotte Consorti

Charlotte Consorti
©DR
Triple championne du monde de Kitesurf, recordwoman de vitesse de la discipline, cette star de la glisse ne fait pas de vagues, mais elle est une référence dans l’univers des sports extrêmes. Acharnée, tenace, toujours en quête d’exploits, elle n’a qu’un but : battre son propre record !
« Le kite m’a appris qu’il ne faut jamais laisser tomber. Je suis quelqu’un qui persévère toujours. Le record, je l’ai raté deux fois mais la troisième était la bonne. Parfois, en compétition je me retrouve loin dans le classement, mais je ne lâche rien. Une fois, j’ai réussi à décrocher la première place au tout dernier moment alors que j’étais loin derrière ! En général, dans tout ce que je fais, je me dis que je peux y arriver. Parce qu’on trouve toujours une solution pour parvenir à ce qu’on veut vraiment. »

Lire l’interview de Charlotte Consorti

  • Nouria Newman

Nouria Newman
©Erik Boomer / Red Bull
Baroudeuse kayakiste, elle maîtrise haut la main les rapides les plus dingues de la planète. À 28 ans, cette championne du monde de slalom en équipe et triple championne du monde de kayak extrême se fait désormais la main et la malle en kayak d’expédition aux conditions extrêmes. Accro à l’adrénaline, elle ne lâche jamais la pagaie. Un vent de fraîcheur sans langue de bois !
« Le kayak extrême, c’est un peu comme le ski en free ride. Tu fais des descentes de passages difficiles, des descentes des grosses chutes et des compétitions où il faut aller le plus vite possible sur des sections de rivières dures ou d’autres où tu pars en même temps que d’autres kayakistes et où tous les coups sont permis façon hockey-sur-glace. Pour moi, c’est une activité où tu es seule face à toi même, ta prise de décision est vraiment en jeu. Une fois que tu t’engages dans un rapide, il faut le faire pour toi ! (…) Ça prend énormément d’énergie de dépasser ses peurs et ses doutes, de bien se concentrer et d’être dans le moment présent. C’est pareil dans une compétition de slalom pour une finale de championnat du monde : c’est maintenant qu’il faut être bon ! »

Lire l’interview de Nouria Newman

  • Alice Modolo

Alice Modolo
©DR
Sous l’eau, elle respire. Vice-championne du monde d’apnée, championne de France, Alice Modolo vient de signer son retour dans les profondeurs en remportant la Coupe d’Europe en poids constant monopalme. Singulière et attachante, cette sirène qui se défend d’être « illuminée » ne laisse personne lui dicter sa vie, même si c’est de la folie. Rencontre avec une apnéiste qui ne manque pas de souffle.
« Plus j’évolue, plus je suis différente sur terre. Plus j’assume ce que je suis, plus j’ai confiance en ce que je mets en place. Petite fille, je ne voulais pas qu’on m’empêche de rêver, cette enfant en moi, elle veut continuer à rêver. J’entretiens cette flamme, je parle à cette petite au fond de moi. Tout le temps. J’ai une vie en dehors, j’ai aussi construit une carrière de dentiste, et j’aimerais vouloir enseigner l’apnée… Je n’ai pas de doute sur l’après, pas de soucis quant à l’avenir. Les choses se mettent en place, le puzzle s’assemble. Je prends des raccourcis, je sors des chemins battus et la vie suit. »

Lire l’interview d’Alice Modolo

  • Juju FitCats

JujuFitcats
©DR/JujuFitcats
Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon. Conversation avec un « petit chat » pas si “fit” que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.
« Je ne courais pas pour les bonnes raisons et la musculation a été une évidence : les filles n’étaient pas maigres, elles étaient musclées. J’avais 21 ans et dans l’idée de participer à une compétition de culturisme. J’ai rencontré un coach et on a préparé la compétition pour l’année d’après, modèle bikini. Ce qui voulait dire huit mois de prise de masse puis quatre mois de “sèche” pour sculpter mon corps. Ça me motivait de faire tout ça, rien à voir avec l’anorexie, au contraire, ça a été la fin de mon combat. Je me disais : « Je suis maître de moi-même, je contrôle mon corps, c’est moi qui décide. » J’étais devenue plus forte. Après la compétition- que j’ai gagnée d’ailleurs, mon idée était de revenir à un poids normal, comme la touche finale pour mettre fin à l’anorexie. »

Lire l’interview de Juju FitCats

  • Jeanne Collonge

Jeanne Collonge
©Facebook Jeanne Collonge
Huit ans après son sacre, la triathlète a retrouvé sa couronne de Championne de France. À 33 ans, Jeanne Collonge est une forcenée. Dans l’eau, sur un vélo ou à pied, elle conjugue les bonheurs sportifs par tous les temps. Rencontre avec une fille qui donne tout.
« L’Ironman, c’est la distance reine. C’est vraiment très dur, mais j’adore ! (…) C’est tellement long qu’on passe par des émotions qu’on ne peut pas ressentir sur des courses courtes. Il faut savoir gérer les hauts, mais surtout les bas quand on se dit qu’on souffre trop pour continuer. On doit alors trouver des solutions, des ressources, pour remonter à la surface.Ce sont des petits bouts de vie. C’est si fort de franchir la ligne d’arrivée, ça veut dire qu’on est allée au bout de soi-même, ça révèle une force mentale qu’on ne soupçonne pas. Parfois, on se dit : « Mais, c’est pas possible, comment j’ai pu faire ça ? » On ne s’en serait jamais cru capable. »

Lire l’interview de Jeanne Collonge

  • Cécilia Berder

Cecilia Berder
©DR
La gagne chevillée au corps, la fougueuse multi-championne de France et vice-championne du monde d’escrime, manie pourtant le sabre comme un félin tournant autour de sa proie, avec stratégie, élégance et explosivité. Quand la sabreuse Cécilia Berder part à l’assaut, c’est une leçon de vie qui la fait grandir un peu plus chaque jour. En piste pour une démonstration de passion !
« J’ai un esprit guerrier ancré en moi ! Mais c’est à double tranchant, c’est bien d’avoir la fougue, mais il faut quand même l’équilibrer car l’escrime reste un sport très stratégique. Foncer la tête la première sans regarder, sans réfléchir, c’est pas une bonne tactique. J’ai souvent perdu des compétitions comme ça. Pourtant, ma force, c’est que même si je tombe, je me relève toujours et mes adversaires savent que je vais m’accrocher. Je donnerais ma vie pour ça ! De plus en plus, en vieillissant, j’essaye d’apporter de la stratégie à mon jeu… »

Lire l’interview de Cécilia Berder

  • Lénaïg Corson

Lénaïg Corson
©Facebook Lénaïg Corson/DR
Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.
« Évidemment, à mes débuts, j’ai subi ce genre de remarques : « Ce n’est pas un sport de filles », « Votre place n’est pas là », mais, à un moment, il faut juste fermer les écoutilles, peu importe ce que les gens peuvent penser de mon sport, je m’y sens bien, épanouie et ça me convient. Pourquoi je n’aurais pas le droit de le pratiquer ? Parce que je suis une femme ? Moi, ce que je dis, c’est : « Regardez d’abord un match avant de juger ! ». Il y a eu dernièrement une grosse polémique autour de plusieurs joueuses du club ASM Romagnat qui ont attrapé la Covid-19. Le genre de remarques qu’elles ont reçues ? « C’est normal, c’est un sport de lesbiennes… » Voilà où on est en 2020, c’est affligeant ! »

Lire l’interview de Lénaïg Corson

  • Magalie Pottier

Magalie Pottier
©DR
Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.
« Je n’ai  jamais eu à faire à des commentaires au sujet de ma pratique féminine peut-être parce que j’avais la protection de mes frères… ou tout simplement parce que je dégageais une confiance en moi et une légitimité ! Je trouve qu’évoluer dans un milieu « de mecs » tire vers le haut. La plupart du temps, les garçons encouragent les filles et peuvent devenir des modèles, des exemples. Moi, je suis totalement pour ce partage d’expériences et de vie en fait. Le respect est primordial dans le sport, ça permet de profiter à fond de la vie et d’avancer ! »

Lire l’interview de Magalie Pottier

  • Mélissa Plaza

Melissa Plaza
©DR
Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.
« Ce sport était, pour moi, un exutoire, une passion fondatrice, mais aussi et surtout, salvatrice. Il m’a sauvée d’un contexte familial toxique et, lorsqu’à 8 ans, pleine de certitudes, j’avance que je veux devenir footballeuse professionnelle, il n’y a pas une seconde où je n’envisage pas sérieusement cette option. C’était une époque où, pour une fille, pratiquer le football restait une passion incongrue. J’étais une espèce d’immondice dans ce milieu-là car il n’y avait jamais de petites filles autour de moi, j’étais toujours la seule à jouer au foot avec les garçons. »

Lire l’interview de Mélissa Plaza

  • Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane
©DR
La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.
« Quand on est combattante, il y a quelque chose de l’ordre du dépassement, d’une bataille contre soi-même. Mes entraîneurs m’ont toujours dit que j’avais la hargne, l’envie, et j’ai entretenu ça. Dans les sports de combat, le travail mental est primordial, mais plus encore dans le karaté (…). Et puis il y a un code moral auquel j’adhère : le courage, le respect des règles et des consignes du maître, le sensei. »

Lire l’interview de Sophia Bouderbane

Ouverture Pauline Ferrand-Prévot...©Jean François Muguet
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Maria Sharapova

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une lutteuse qui ne lâche rien, deux femmes dans une auto, un 5 infos pour briller au revers avec une championne dénommée Maria (Sharapova, notre photo), la fameuse question qui tue et une initiative qui a toutes les cordes à son arc, c’est la séance de rattrapage sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Steffi Graf : 5 infos pour briller au filet

Alors que la finale dames de Roland-Garros se joue ce samedi, ÀBLOCK! a décidé de rendre hommage à une sacrée nana du tennis. 22 titres du Grand Chelem, 5 en Masters et l’or olympique, c’est tout simplement une légende vivante. L’ancienne joueuse de tennis, Steffi Graf, reste dans les plus belles archives des courts. Dans le sport comme dans l’humanitaire, elle a trouvé sa place. Retour sur une love-story entre une joueuse et sa raquette en 5 infos.

Lire plus »
Maria Sharapova

Maria Sharapova, 5 infos pour briller au revers

Sur les terrains, au début des années 2000, la joueuse de tennis russe a rapidement marqué les esprits par sa détermination acharnée et son talent affirmé. Dotée d’un tempérament de feu, avec la raquette ou en entreprenariat, Maria Sharapova a conquis les courts et les cœurs. Malgré les soupçons de dopage, même après sa retraite sportive. Retour en 5 infos sur une icône qui a porté haut les couleurs de son pays.

Lire plus »
La question qui tue fitness

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman à la raquette magique (Su-Wei Hsieh sur notre photo), une Déesse des courts français, les 5 dernières killeuses de la terre battue, une skieuse qui plante le bâton avec maestria, une chronique d’actualité, une question qui tue, une initiative 100 % féminine à l’épée et les porte-drapeaux en lice pour les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »

Paris tire à l’arc !

Si les Jeux Olympiques de cet été arrivent à grands pas, les tireurs ciblent encore leur billet pour Tokyo. La Fédération Française de Tir à l’Arc organise un tout dernier tournoi de qualification pour les Jeux, suivi d’une étape de la Coupe du Monde. Armez vos arcs !

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Aliya Luty

Un master d’Escrime 100 % féminin ? Touché !

Un tout premier Master d’Escrime 100 % féminin, c’est ce que propose la station-village de Vaujany, dans les Alpes. En collaboration avec le club d’Escrime Parmentier de Grenoble, elle organise un événement pour que les meilleures épéistes de France et du monde s’affrontent. À vos marques !

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Simone Biles

Quand Simone Biles s’envole…

Son retour à la compet’ est un feu d’artifices. Deux ans après les Mondiaux et ses 5 médailles, Simone Biles a encore fait parler d’elle en réalisant un saut inédit dans un cadre officiel. C’était le week-end dernier lors de l’U.S Classic et elle a, elle-même, du mal à y croire !

Lire plus »
FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Becky Hammon

Becky Hammon : la basketteuse qui s’offre une révolution de parquet

« Big shot Becky » est dans la place ! À 43 ans, Becky Hammon vient d’entrer dans l’histoire du basket nord-américain en devenant, le 30 décembre dernier, la première femme à coacher une équipe lors d’un match officiel de NBA. Malgré la défaite de son équipe des Spurs face aux Lakers, la double championne WNBA continue à marquer les parquets de son empreinte. Récit d’une fille qui sait prendre la balle au bond.

Lire plus »
Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter