23 bonnes nouvelles ÀBLOCK!...Pour bien commencer 2023

23 bonnes nouvelles ÀBLOCK! pour bien commencer 2023
2022, année des good news du côté de l'évolution du sport féminin ? Minute papillon, on a aussi connu du moins bien ! Mais, nous, ici on cultive le positivisme, on pointe ce qui va dans le bon sens, on met en lumière nos avancées et, en ce début 2023, on en a trouvé quelques-unes. Jugez plutôt !

Par Valérie Domain et Alexandre Hozé

Publié le 31 décembre 2022 à 8h30

  • Une valse de premières

 La cause ÀBLOCK! fait bouger les lignes ! L’inimaginable devient réalité grâce à des filles que rien n’effraie et qui entrent dans l’histoire. 

Prenez la ligue de baseball américaine. En avril 2022, pour la première fois, une femme a coaché lors d’un match de la saison régulière de la Major League Baseball. Il s’agit d’Alyssa Nakken.

Habituellement assistante des San Francisco Giants, elle a été appelée à la première base après que l’entraîneur habituel, Antoan Richardson, a été expulsé lors de la victoire des Giants sur les Padres de San Diego. Alyssa Nakken a ainsi défoncé les préjugés à grands coups de batte, devenant la première femme entraîneur à temps plein dans la MLB. 

Elle ne fut pas la seule à innover en 2022. Le 25 juin, l’arbitre de rugby Hollie Davidson a pris la tête d’un corps arbitral 100 % féminin pour diriger un match entre Italiens et Portugais. C’était également la première fois qu’une équipe disputant le Tournoi des Six Nations, l’Italie, était arbitrée par une femme : « Être la première femme à arbitrer une équipe masculine issue des Six Nations est un immense honneur et une réussite dont je suis fière », confiait miss Davidson.

Avec ses assistantes, l’Écossaise a écrit une nouvelle page dans l’histoire du ballon ovale. 

Hollie Davidson, l’arbitre qui siffle le début d’une nouvelle ère

Et le football a suivi cet exemple. La controversée Coupe du Monde masculine qui se déroulait au Qatar aura, paradoxalement, contribué à la cause ÀBLOCK!. Six arbitres féminines dont trois arbitres assistants faisaient partie des corps arbitraux (trente-six arbitres au total) avec, en première ligne, notre Stéphanie Frappart nationale.

Stéphanie Frappart qui a marqué l’histoire en officiant comme arbitre centrale du match Allemagne-Costa Rica (4-2) en phase de poule, au sein d’une équipe arbitrale entièrement féminine.

Sur tous les terrains, les filles changent les règles, mais elles commencent aussi à truster les classements comme celui des sportifs les mieux payés au monde selon Forbes. Ainsi, huit des sportives ont gagné au moins 10 millions de dollars en 2022, soit deux fois plus qu’il y a un an.

C’est aussi la première fois que plus de sept femmes atteignent ce seuil depuis l’apparition de ce classement, il y a quatorze ans. Quatre nouvelles championnes entrent dans le top en 2022 : la skieuse freestyle Eileen Gu et les joueuses de tennis Emma Raducanu, Iga Świątek et Coco Gauff.

Quant à notre joueuse de tennis française, Caroline Garcia, elle est présente à la 24e position, ex-aequo avec une autre tenniswoman, Garbiñe Muguruza.

Stéphanie Frappart, une main de fer, mais un sifflet de velours… ©FFF

  • Un dress code ÀBLOCK! 

Le droit au confort, c’est pour tous et aussi pour toutes ! Et trop souvent, le sujet du cycle menstruel des femmes a été esquivé et ignoré. Mais les filles passent à l’action. En Angleterre, par exemple, le vent a tourné et les lignes ont bougé. 

Pour le fameux tournoi du Grand Chelem de Wimbledon, les tenues blanches ne seront plus obligatoires pour les tenniswomen, comme cela était historiquement le cas. En football, à partir de la saison prochaine, l’équipe féminine de Manchester City laissera désormais les shorts blancs au placard, en accord avec le club et son équipementier Puma.

Idem pour l’équipe nationale anglaise. L’attaquante de l’équipe d’Angleterre, Beth Mead, avait soulevé la question durant l’Euro remporté par les Lionesses : « C’est très joli d’avoir une tenue toute blanche, mais parfois, ce n’est pas pratique quand on est dans cette période du mois. »

2 juillet 2005, Venus Williams remporte la plus longue finale féminine de Wimbledon…en blanc. ©Wikipedia

  • Les femmes attendues au volant

En 2023, le sport automobile se conjuguera au féminin. Le monde la Formule 1 l’a annoncé : la F1 Academy, catégorie réservée aux femmes, débutera dans quelques semaines. Pour commencer, ce seront quinze monoplaces qui feront chauffer la gomme durant vingt-et-une courses. La F1 Academy vise à « développer et à préparer les jeunes pilotes féminines vers des niveaux de compétition plus élevés, notamment vers les W Series, la Formule 3, la Formule 2 et la Formule 1 », explique-t-on à la FIA, la fédé internationale automobile.

« On n’a pas assez mis l’accent sur les femmes dans le sport, tout au long de l’histoire de la Formule 1, et on ne le fait pas assez maintenant. Et on ne met pas assez en valeur l’excellent travail qui s’y fait », a plaidé le pilote Lewis Hamilton.

De son côté, l’écurie Akkodis ASP lance un volant 100 % féminin avec la Matmut. Objectif : donner à deux femmes pilotes l’occasion de jouer les avant-postes dans le championnat de France de GT4.

Bref, ça commence à pas mal rouler pour les filles en automobile !

  • Le monde du rugby s’engage pour ses joueuses

Le succès de la Coupe du Monde féminine de rugby n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Chez World Rugby, c’est compris, il faut miser sur les filles !

L’instance mondiale s’est engagée, par la voix de son président Bill Beaumont, à travailler sur le sujet du sous-investissement historique dans le rugby féminin : « Nous pensons que cette Coupe du monde sera un catalyseur pour stimuler les investissements », avait-il affirmé avant le lancement de la Coupe en novembre dernier.

Le directeur général de World Rugby, Alan Gilpin, affirme lui aussi que des changements pour le rugby féminin devait être envisagés, mais durablement : « Il ne s’agit pas de jeter de l’argent dessus, il s’agit d‘investir aux bons endroits. » 

Alors, allons-y !

©France Rugby

  • La parole -et le corps- des sportives se libèrent

Les championnes le savent, le sport peut (et doit) se mettre au service de belles causes. Parmi elles, encourager les femmes à se faire entendre, évidemment. Et cela commence à faire son chemin, parfois hélas à leurs risques et périls.

Quand la championne afghane de cyclisme sur piste Fabira Hashimi monte sur la plus haute marche d’un podium en Suisse, elle n’hésite pas à évoquer la situation compliquée dans son pays avec le retour des talibans au pouvoir. Les athlètes iraniennes Elnaz Rebaki et Niloufar Mardani n’ont pas manqué elles non plus de témoigner de leur solidarité pour les manifestantes dans leur pays, « oubliant » de porter leur voile en public. 

Ces filles sont des exemples et poussent le monde du sport à s’engager. Ainsi, les footballeuses suédoises ont soutenu leurs « sœurs » iraniennes en portant un maillot « I’m playing for my girls in Iran » sur le terrain.

En Arabie Saoudite, là où seul le yoga semblait compatible avec une vie de femme, se développe la pole dance (à Riyad, au moins trois salles de sport proposent des cours) ; en Libye, elles montent sur les rings. Interdit là-bas pendant des années, la boxe attire de plus en plus d’amateurs et notamment des femmes.

Pour la première fois, un match de basket opposant les Marocaines aux Israéliennes s’est déroulé en juin, à Rabat. Signe d’apaisement entre les deux nations. Ou comment faire de la diplomatie via le sport…

  • Le sport féminin prend son élan

Les chiffres ne mentent pas : tous les feux sont au vert pour le sport féminin. Les compétitions 2022 ont affiché de superbes audiences. Du Tour de France Femmes à l’Euro de handball en passant par l’Euro de foot, les performances des sportives séduisent.

Les femmes devraient d’ailleurs dépasser les hommes en matière d’engagement sur les réseaux sociaux d’ici 2024. C’est ce que nous apprend la plateforme SponsorUnited dans sa dernière analyse du marché sportif. Côté contrats de sponsoring, ça s’envole aussi. Toujours selon la plateforme, le montant des contrats d’athlètes féminines a augmenté de 20 % par rapport à 2021. Les marques se positionnent en nombre sur ce créneau et leur engagement a progressé de 70 % au cours de l’année 2022.

Et ce n’est qu’un début… 

©Shutterstock

  • Une Ligue des Nations féminine débarque en 2023 

C’est officiel, les filles vont pouvoir s’essayer à la Ligue des Nations. Dès 2023, les meilleures équipes européennes de football féminin se disputeront ce nouveau trophée.

Le comité exécutif de l’UEFA a validé la création d’une Ligue des Nations féminine, nouvelle Ligue qui aura un impact sur les qualifications pour l’Euro 2025 et le Mondial 2027.

On attend les Bleues ÀBLOCK! crampons aux pieds. 

©UEFA

  • Des chaînes 100 % sport féminin

Ça bouge dans les médias audiovisuels ! Aux États-Unis comme en Belgique, deux chaînes 100 % sport féminin viennent d’être créées pour ne plus laisser (quasiment) aucun sport conjugué au féminin sur le carreau. 

De l’autre côté de l’Atlantique, Women’s Sport Network est ÀBLOCK! depuis novembre. Pour nos voisins belges, ce sont les abonnées de Telenet qui suivent les compétitions et performances de leurs championnes sur W-Sport. 

©Shutterstock

  • Le « Club des 300 » est ÀBLOCK! pour les JO 

À l’approche des Jeux Olympiques de Paris 2024, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) innove. Pour la première fois, un groupement de femmes occupant des fonctions dirigeantes s’est réuni pour créer le « Club des 300 ». 

Ce club vise à accompagner, notamment, les femmes aux fonctions dirigeantes dans les fédérations sportives. « Il faut savoir faire sa place et surtout savoir aller chercher les places parce qu’on ne nous déroule pas un tapis rouge », estime Isabelle Jouin, présidente de la Fédération française de hockey et marraine de la première promotion de ce club qui compte faire bouger les lignes dans les instances sportives.

  • Les footballeuses à l’honneur dans FIFA 23 

Quand on vous dit que la cause ÀBLOCK! est sur tous les terrains, y compris dans l’e-sport ! Tous les gamers et gameuses fans de foot qui se procureront FIFA 23 auront la possibilité de manier les meilleures joueuses de la planète.

Des célébrations personnelles, des styles de jeu et des déplacements propres à chaque joueuses, FIFA 23 a mis le paquet pour mettre en avant le football féminin. Kenza Dali, la milieu de terrain d’Aston Villa et de l’équipe de France, s’est réjouit de cette avancée qui « pourrait aider à changer les mentalités« .

Même sur les pelouses virtuelles, les filles vont assurer ! 

Kenza Dali…©FFF

  • Les sportives font parler leurs plumes 

Une collection dédiée aux sportives qui nous inspirent, c’est clairement une bonne nouvelle, non  ? Et si, en plus, il y a la touche ÀBLOCK!, ça déchire !

En 2022, la fitness girl Julie Pujols-Benoit, la danseuse classique Octavie Escure, la plongeuse de haut-vol Laura Marino et la handballeuse Cléopatre Darleux ont chacune mis leur plume à rude épreuve, mais ça en valait la peine.

Au croisement du témoignage et du guide, cette collection « ÀBLOCK! présente » est la première dédiée aux sportives. C’est la vie, non ?

  • Toutes et tous sous le même maillot 

En 2021, le Paris FC et VINCI avaient déjà donné une dimension supplémentaire à leur Vinci Cup en y intégrant les équipes féminines. Preuve que l’idée était excellente puisque les 3 et 4 septembre 2022, s’organisait la deuxième édition de ce tournoi de football mixte pour voir s’affronter les meilleures équipes issues des centres de formation de clubs professionnels. Filles ou garçons, peu importe quand on est fan de ballon rond !

À Meudon, le Vinci Mixed Cup a ainsi été remporté par l’équipe du Paris-Saint-Germain. Les U15 masculins et les U16 féminines ont soulevé la coupe ensemble. Un premier tournoi mixte de haut niveau qui met en avant les espoirs du football féminin, leur permettant par la même occasion d’être repérés par les recruteurs. Well done !

  • Marion Ortis entre dans l’histoire

En août 2022, le basket français mettait à l’honneur une arbitre devenue pionnière. Marion Ortis devenait en effet la première femme à arbitrer un match masculin en finale de la Betclic Elite.

« Il faut tout de suite montrer que l’on n’est pas là par hasard, et que si l’on arbitre à ce niveau-là, c’est qu’on le mérite. » Bien dit.

  • Les filles débarquent sur la Grande Boucle 

On n’a pas manqué d’en parler sur ÀBLOCK!, après de multiples tentatives plus ou moins heureuses, la première édition du tout nouveau Tour de France Femmes a eu lieu cet été. Une réussite, tant sur le plan sportif qu’au niveau des audiences (19,8 millions de téléspectateurs en moyenne sur France 3) et de l’accueil du public. Cent-neuf des cent-quarante-quatre coureuses ont conclu leur Tour de France au sommet de la mythique Super Planche des Belles Filles, le dimanche 31 juillet.

Et en « seulement » huit étapes, le spectacle a été assuré. « C’était un test, et c’est une base très solide sur laquelle le monde du cyclisme va pouvoir construire », confiait Laurent-Eric Le Lay, directeur des sports de France Télévisions, à l’issue de cette Grande Boucle inédite.

C’était tellement bien qu’on a qu’une hâte désormais… que la Grande Boucle 2023 commence ! 

©Thomas Maheux/A.S.O

  • Les supporters en veulent encore ! 

Les récentes très bonnes audiences du sport féminin le prouvent : oui, les performances féminines intéressent et oui, le sport féminin a un fort potentiel. D’ailleurs, le grand public en redemande ! Les amateurs de ces championnes se font de plus en plus nombreux et ne semblent pas rassasiés. 

Selon Médiamétrie, 55 % des Français.es déclarent suivre le sport féminin dans les médias. 72 % aimeraient en voir plus à la télévision.  Selon l’organisme de l’économie du sport, Sporsora, « Le sport féminin se trouve à un véritable tournant de son histoire. » De quoi espérer que les revenus générés par les athlètes, équipes et événements du sport féminin de haut niveau en France (encore considérablement limités par rapport à ceux de leurs homologues masculins), fassent un bond en avant à l’aube des Jeux Olympiques Paris 2024.

La vague ÀBLOCK! ne s’arrête plus  !

©Sporsora

  • Megan Rapinoe révolutionne le foot US

Grande victoire pour les footballeuses américaines ! Celle-ci n’a pas été remportée grâce à un nombre élevé de buts, mais grâce à la détermination et à la parole de la footeuse devenue iconique Megan Rapinoe et de ses coéquipières. 

La fédération américaine l’a annoncé : les salaires et les primes de l’équipe féminine des États-Unis seront égaux à ceux des hommes. Et en France ? « Si l’on veut l’égalité hommes-femmes dans les pratiques sportives olympiques, il faut que les sportives se lancent, qu’il y ait des Megan Rapinoe partout », analyse la docteure en histoire du sport Marion Philippe.

Qu’est-ce qu’on attend ? 

Megan Rapinoe… ©Wikimedia Commons

  • Les supporters de foot féminin cassent la barraque

Le football est le sport le plus populaire en Europe sans le moindre débat. Les footballeurs ont toujours soulevé les foules, et désormais, les filles le font aussi bien. 

Les records d’affluence dans les stades n’ont fait que grimper cette année pour le football féminin. Il y avait 87 192 personnes au stade de Wembley pour voir les Lionnes anglaises remporter la finale de l’Euro 2022 contre l’Allemagne.

Mais le point d’orgue fut le quart de finale retour de la Ligue des Champions femmes entre le Real Madrid et le FC Barcelone, le 30 mars : 91 553 spectateurs ont assisté à ce clásico dans les travées du Camp Nou de Barcelone, en Espagne, dont 70 000 tickets qui s’étaient vendus en quatre jours. 

Un record historique, messieurs dames !

Le dernier record datait du 10 juillet 1999, lors de la Coupe du monde féminine qui s’était tenue aux États-Unis où 90 125 personnes avaient ovationné les Américaines victorieuses face aux Chinoises.

  • Une nouvelle compet’ de cyclisme met les filles en lumière

Après le Tour de France, les cyclistes féminines ont aussi pu briller lors d’une autre compétition : la première édition de la Coupe de France élites femmes lancée en avril 2022. Une nouvelle compet’ ouverte à l’ensemble des équipes internationales et parrainée par la Française Des Jeux (FDJ) qui a débuté par le GP féminin de Chambéry. « Les équipes françaises de N1 sont également invitées par les organisateurs des huit manches. Elles peuvent ainsi se frotter aux meilleures équipes actuelles et participer au classement général », précisait la FFC.

Projet de la Fédération Française de Cyclisme, cette compétition se gagne au terme de huit journées d’épreuves réparties dans l’année. Pour 2022, elle s’est bouclée le 18 septembre par le GP d’Isbergues-Pas de Calais et c’est la Bréhannaise Marie Le Net (équipe FDJ-Suez-Futuroscope) qui a remporté la Coupe.

Marie Le Net

  • Un bar de Portland célèbre le sport féminin

Peu importe le territoire, la cause ÀBLOCK! est là ! À Portland, la plus grande ville de l’Oregon aux States, le bar The Sports Bra a fait sensation. Le principe de ce lieu ouvert par la chef, fan de sports féminins, Jenny Nguyen est simple : si vous désirez admirer les performances des meilleures athlètes du sport féminin tout en vous remplissant l’estomac, vous êtes au bon endroit !

Le slogan ? « We support women ! » La définition ? « Ce n’est pas un bar sportif pour femmes. C’est un bar pour les sports féminins », dixit Jenny Nguyen. Qui ajoute : « Si vous intervertissez le r et le a de bra, ça donne bar…» Bra en anglais ? Soutien-gorge, bien sûr ! 

  • Natalie Portman fait équipe

C’est officiel, l’équipe d’Angel City FC a fait ses débuts lors du tournoi américain de pré-saison du championnat féminin de football en avril 2022. 

La particularité de ce club ? Elle est à chercher parmi ses actionnaires ! De nombreuses stars d’Hollywood font en effet partie de ce projet footballistique, de Jennifer Garner à Eva Longoria, en passant par Jessica Chastain. 

Il faut dire que la fondatrice de cette équipe de Los Angeles a quelques contacts dans le milieu, puisqu’il s’agit de Natalie Portman. « En voyant mon fils idolâtrer des joueuses comme Megan Rapinoe et Alex Morgan, de la même manière qu’il l’avait fait avec Lionel Messi ou Karim Benzema, j’ai compris que la mise en lumière des athlètes féminines pouvait rapidement changer la culture », confiait l’actrice au Guardian.

Le club de foot Angel City FC compte plus de cent copropriétaires, dont les deux tiers sont des femmes.

  • Place aux entraîneures avec un grand E

Quarante-trois mesures pour favoriser l’accession des femmes au métier d’entraîneur, pas mal, non ? 

La Fédération des entraîneurs professionnels (FEP) de cinq sports collectifs (foot, basket, hand, rugby et volley) a lancé, en mars 2022, un plan pour professionnaliser le sport féminin. « On s’est emparé du sujet car l’idée n’est pas d’opposer les femmes et les hommes mais de changer les mentalités », explique Marion Pélissié, directrice générale de Tech XV en charge des coaches de rugby, dans le journal L’Équipe. 

L’objectif est clair : que le nombre de femmes à la tête d’un groupe augmente, et vite ! 

Valérie Garnier, ex-entraîneure de l’équipe tricolore de basket…©Garnier/FIBA

  • Un nouveau festival gratuit pour les sportives 

La première édition du Festival Sisters créé par Adidas a pris ses marques du 13 mars au 7 avril 2022 à Paris et sa région. Événement ÀBLOCK! comme on les aime, ce nouveau festival gratuit, dédié aux femmes, met le sport féminin à l’honneur pendant cinq semaines et principalement trois de ses disciplines : le training, le running et le football. 

De quoi permettre aux femmes de s’approprier l’espace public pour mieux sporter entre animations, films et conférences.

Vive la deuxième édition ! 

©Adidas

  • Naomi Osaka fait le biz

Tout le monde la connaît. Naomi Osaka, l’une des meilleures joueuses de tennis de la planète. Mais elle n’est pas qu’une ancienne numéro 1 mondial, la voilà entrepreneure à impact, plaçant un objectif social au premier plan de ses activités. En mai 2022, la Japonaise a en effet lancé sa propre agence inclusive de management sportif, Evolve. 

Pour Naomi Osaka, l’objectif est de permettre aux sportifs et sportives de se développer comme ils ou elles l’entendent, grâce à l’accompagnement de son agence axée sur « la philanthropie » et avec pour ambition de faire bouger les lignes en ce qui concerne notamment l’égalité des genres.

La joueuse souhaite ainsi devenir « pionnière pour supprimer des barrières qui existent encore dans le sport et dans la culture en général ».

©Wikipedia

Ouverture ©OL Reign

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

sport feminin

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Ces derniers jours auront été particulièrement ÀBLOCK! Pour l’opération Sport Féminin Toujours 2023, nous avons ajouté notre pierre à l’édifice. Expertes du sport féminin, témoignages de wonderwomen qui se sont relevées à force de détermination et de sueur, état des lieux de la présence du sport féminin dans les médias, c’était le thème de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une militante ÀBLOCK! depuis toujours, une Parisienne en short à paillettes, un défi qui fait des vagues, un nageur artistique qui se jette à l’eau (Benoit Beaufils sur notre photo) et un portrait en 5 infos sur une skieuse de tous les records, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un nageur artistique et une pilote moto confrontés tous les deux au sexisme, une boxeuse ambitieuse ou encore 5 infos clés sur l’une des meilleures judokates mondiales, Clarisse Agbegnenou (sur notre photo), c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la fille de tous les records

Mikaela Shiffrin, 5 infos sur la skieuse de tous les records

La queen de la glisse a encore frappé ! On ne parle pas de Lindsey Vonn, mais de sa cadette, Mikaela Shiffrin. Si leur talent est comparable, la plus jeune des deux est bien partie pour supplanter le palmarès de son aînée. Une skieuse américaine qui détrône Lindsey Vonn ? Ça mérite bien un 5 infos pour cerner le personnage…

Lire plus »
Clara Direz

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Cinq infos sur la nouvelle queen de la glisse, un Top des événements de l’année (avec la skieuse Clara Direz sur notre photo) une musher en pleine odyssée ou encore une puncheuse aux grands objectifs, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Charlotte Cagigos : « En hockey, si nous voulons performer, nous sommes contraintes de nous entraîner avec les garçons. »

Le Maxi Best-of ÀBLOCK! des dernières semaines

Fêtes de fin d’année ou pas, on est restés ÀBLOCK! Des récap’ de l’année 2022 comme s’il en pleuvait, des initiatives #ablockensemble, des questionnaires sportifs en vidéo, des paroles de photographe, des rencontres ébouriffantes… Voici le Maxi Best-of spécial rattrapage !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Hey, les kids, prêts à vous dépasser ?

Des warriors en culottes courtes. C’est ce que nous proposent les organisateurs de la Spartan Kids, première course compétitive organisée en France par Spartan Race, roi du parcours d’obstacles. Il faudra du courage pour venir à bout de l’épreuve qui se déroulera à Morzine, au creux des Alpes. Même pas peur !

Lire plus »
Mélanie Briot

Mélanie Briot : « Gérer une équipe de mecs et l’adrénaline pendant les courses… C’est sport ! »

Pionnière dans un monde de mecs. Seule femme dans le cyclisme à être devenue directrice sportive d’une équipe de Nationale 1, Dinan Sport Cycling, Mélanie est une passionnée de vélo depuis toujours. Vivre au plus près des courses cyclistes, voilà ce qui la motive à partir sur la route toute la sainte journée. Et elle pourrait bien entraîner d’autres filles à prendre ce virage nécessaire pour la féminisation des métiers du sport…

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Manon : « J’ai longtemps cru que certains sports étaient réservés aux mecs ! »

Sportive tous azimuts depuis toujours – de l’équitation au tennis en passant par la course à pied, Manon n’aurait cependant jamais pensé soulever de la fonte un jour. Dans son esprit, c’était du « sport de mecs ! ». La passion communicative de son copain lui a fait pousser la porte d’une salle de CrossFit et, depuis, elle se sent plus forte. Un joli parcours d’ouverture d’esprit et d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Arno leray

Arno Leray

« Originaire de Bretagne, je suis directeur artistique/graphiste depuis 2004, avec 5 ans passés en agence de communication entre Paris

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner