Rechercher

Mary-Ambre Moluh L’ambitieuse petite sirène tricolore

Mary-Ambre Moluh, l’ambitieuse petite sirène tricolore
Depuis toute petite, Mary-Ambre Moluh se sent comme un poisson dans l’eau. Parmi les meilleures dans toutes les catégories dans lesquelles elle a concouru, la nageuse de 18 ans plonge désormais dans le bassin des grandes et elle ne manque pas de souffle !

Par Quentin Haton

Publié le 07 avril 2024 à 18h37

Mary-Ambre Moluh est de ces nageuses qui portent en elles le murmure des vagues et l’ambition des grands fonds. Née dans l’effervescence de Créteil, cette Cristolienne pure souche trouve dans les bassins de l’USC Natation non seulement une seconde maison mais aussi une vocation.

L’apprentissage de la natation, initié pour apaiser les inquiétudes maternelles face aux étés grecs en bord de mer, est rapidement devenu le terrain d’une révélation. Celle d’une aptitude pour la glisse, un talent inné pour fendre l’eau avec une aisance déconcertante. 

©FFNatation

Dès l’enfance, alors que les jours s’écoulent entre l’école et les entraînements, une flamme s’allume au fond de son cœur. Repérée par un coach visionnaire qui a su voir une pro au-delà des éclaboussures d’une petite fille de CE1, elle commence à nourrir une envie, celle de se dépasser, de transformer chaque coup de bras en une quête de perfection.

La transition vers le sport-étude au collège Victor Hugo n’est que la confirmation d’un engagement total pour la compétition, où les premiers succès départementaux et régionaux attisent sa soif de victoire. 

©FFNatation/Stéphane Kempinaire

L’adolescence de Mary-Ambre n’est pas faite de distractions ordinaires. Au lieu de cela, elle passe ses soirées devant les replays des compétitions, non pas pour se replonger dans l’adrénaline de ses propres courses, mais pour étudier la manière dont ses aînés gèrent le tumulte émotionnel et médiatique de l’après-compétition.

Maxime Grousset et Yohann Ndoye Brouard, figures emblématiques de la natation tricolore, deviennent ses modèles, non seulement pour leurs prouesses dans l’eau mais aussi pour leur éloquence devant les caméras. Elle observe, elle apprend, et elle excelle, tant dans les bassins que dans l’art délicat de l’interview, maniant avec une maturité impressionnante le verbe et la nage. 

Cristolienne avant tout, elle puise dans l’énergie de sa ville la force de persévérer. Les bords de Marne, le centre commercial Créteil Soleil, sont autant de refuges où elle recharge ses batteries, entourée de ses amis, avant de replonger dans le grand bain des compétitions.

©FFNatation/Stéphane Kempinaire

La rencontre avec Théo Amable marque le début d’une ère nouvelle. Spécialisée en dos et en nage libre, elle se hisse au rang des compétitrices d’exception. Mary-Ambre brise le record de France junior au 50 m nage libre à seulement 13 ans, un exploit qui annonce déjà la couleur de sa détermination sans faille. Dunkerque, en 2019, est le théâtre de son éclatante affirmation, où elle se pare d’or et d’argent. Ainsi sont posées les premières lignes d’un palmarès promis à l’excellence. 

Mais c’est à Rome, lors du championnat d’Europe juniors 2021, qu’elle atteint pour la première fois les sommets. La Française y décroche une médaille d’argent au 100 m dos qui reste gravée dans sa mémoire comme un souvenir précieux.

Ces moments de gloire, loin de la plonger dans l’autosatisfaction, ne font que renforcer son désir de conquête, de repousser toujours plus loin les limites de son potentiel. 

©FFNatation

Sa consécration au championnat de France 2022 sur 50 m dos, où elle devance Analia Pigrée, ne fait que confirmer son ascension fulgurante. Qualifiée pour les championnats du monde en petit bassin à Melbourne, elle voit déjà au-delà, animée par le rêve suprême : les Jeux olympiques de Paris en 2024.

Pourtant, derrière son sourire se cache une insatisfaction chronique, un moteur puissant qui la pousse à viser toujours plus haut, à ne jamais se contenter de l’acquis. Les médailles, elle en a déjà collectionné cinq aux championnats d’Europe junior. Mais c’est le record du monde junior du 50 m dos qui l’obsède, signe tangible d’une perfection toujours à conquérir. 

Ses débuts internationaux chez les seniors sont un baptême du feu, une plongée dans le grand bain. La Française est confrontée à un stress inédit mais ô combien formateur. Cette expérience, loin de l’effrayer, renforce sa détermination et sa soif d’apprendre. Melbourne représente une nouvelle étape, un tremplin vers l’objectif ultime de Paris 2024, où elle aspire à concrétiser ses rêves de gloire olympique. 

©European Aquatics

Et alors que les défis s’enchaînent, des championnats du monde de Budapest aux championnats d’Europe de Rome, sans oublier les rendez-vous juniors à Kazan et en Roumanie, elle se prépare déjà à une nouvelle aventure : à l’automne, elle s’envolera pour l’université américaine de Berkeley en Californie où elle poursuivra en sport-étude, mais désormais made in USA.

Pour l’heure, toutefois, elle garde les yeux fixés sur un autre horizon : les Jeux olympiques de Paris 2024.

Un rêve, certes, mais pour elle, une destinée à portée de main, une évidence qui s’écrit à chaque entraînement, à chaque souffle, à chaque battement de cœur. Dans l’eau, elle est chez elle, et c’est là, entre deux coulées, qu’elle construit son avenir, guidée par l’étoile de ses ambitions. 

Mary-Ambre Moluh soumise à la question, en 2023

Ouverture ©FFNatation/Stéphane Kempinaire

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
JOP 2024 : la France s’enflamme

Jeux Olympiques 2024 : la France s’enflamme

Plus de 400 communes, 65 villes étapes, 100 sites historiques et 10 000 relayeurs. Après le projet de cérémonie d’ouverture qui vise déjà très grand, c’est au tour du parcours de la flamme olympique de nous en mettre plein la vue à travers une épopée titanesque de 68 jours.

Lire plus »
Capucine : « Être entre filles nous permet d’oser nous lancer. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière de la planche, une fille de la glisse qui n’a peur de rien (Capucine avec ses copines les Shreddeuses sur notre photo), un récap’ de l’Euro de hand, une runneuse toujours ÀBLOCK! (même en diagonale) ou une Question qui tue spécial insomniaques… C’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Laura Gauché, l'étoile bleue qui grimpe…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Attention, froid devant ! Pour cette semaine des mondiaux de ski, ÀBLOCK! est en mode compet’ : décryptage des championnats, découverte en détails de trois skieuses tricolores qui s’en donnent à cœur joie devant leur public (dont Laura Gauché sur notre photo), c’est le Best-of ÀBLOCK! de la semaine !

Lire plus »

Le sport féminin est-il fait pour les hommes ?

Petite sélection de podcasts pré-Covid-19 qui demeurent une source de réflexion alors même que le sport féminin vit des jours difficiles suite à la crise sanitaire. Le « sport de demain » tel que débattu aujourd’hui par les experts ne semble pas intégrer la pratique féminine. Les avancées de l’avant crise seront-elles réduites à néant ? En attendant, écoutons ces échanges qui en disent long sur les stéréotypes de genre encore trop prégnants dans le sport et sur le chemin qu’il nous reste à parcourir pour parvenir à la mixité dans le sport.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Ma candidature au CNOSF contribue à faire bouger les lignes. »

Elle avait déjà candidaté, en 2021, à la présidence du Comité national olympique et sportif français. Après la démission de Brigitte Henriques, la co-présidente de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail reprend son bâton de pèlerin pour tenter, de nouveau, de convaincre qu’elle a les épaules. Interview avec celle que l’on présente comme l’outsider de cette élection qui aura lieu le 29 juin prochain.

Lire plus »
Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Si on bouclait la (grande) boucle ? Alors que le premier Tour de France Femmes vient de s’achever, place à celle qui a été la seule, en 1908, lorsque les femmes n’étaient pas autorisées à participer au Tour de France, à s’engager sur cette course avec les hommes. Marie Marvingt se passera de permission pour prendre le départ de la plus renommée des compétitions cyclistes. L’Auvergnate, 33 ans, fera partie des trente-sept coureurs à venir à bout des cinq-mille kilomètres du parcours. Sans que son nom ne soit inscrit au palmarès.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner